Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
K
K63

Kneiss

(îles)
P. Trousset
p. 4251-4254

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie
Haut de page

Texte intégral

1L’archipel connu aujourd’hui sous le nom collectif d’îles Kneiss est situé dans une zone de hauts-fonds étendus sur une quinzaine de kilomètres de long et 10 de large au sud de Maharès dans le golfe de Gabès, entre le Ras Yonga et le chenal qui permet d’accéder au port pétrolier de la Skhirra. Il devrait son nom (plur. de Knissa = l’église) au souvenir dans la mémoire collective des habitants de ces côtes de l’ancienne Ifriqiya, d’un établissement religieux chrétien fondé dans l’antiquité tardive dans l’une des îles de cet archipel qui n’est plus guère fréquenté depuis lors que par des pêcheurs locaux avec leur barques au fond plat, les loud.

2Au chapitre XII de la Vita Fulgentii écrite au VIe siècle, se trouve le passage où il est question du monastère où saint Fulgence, l’évêque de Ruspe, se retira vers 503-505 pour se consacrer à la prière et aux travaux manuels. Cette retraite marine y est évoquée en ces termes :

« Il y a, au milieu d’une baie peu profonde, un monastère très proche du rivage de Iunci et jouxtant en même temps sur sa plus grande longueur, celui de Bennefa. L’étroi­tesse de ce minuscule banc de rocher ne permet pas d’y entretenir un jardin et l’on a pas même pas la maigre consolation d’y trouver du bois ou de l’eau potable ; mais pour tout cela un approvisionnement suffisant peut être fourni chaque jour par des barques à fond plat. »

3Le texte en question permet de situer assez précisément les lieux par rapport à la côte voisine : à partir du Ras Yonga, à 6 km de la ville antique de Iunci*, la côte marécageuse dessine une baie peu profonde où se reconnaît le rivage près duquel se trouvaient le monastère et son île. Plus au sud, des prospections récentes ont permis de confirmer l’identification des ruines étendues situées près de la Shirra Kedima (Henchir Flaguess) où se trouvent, entre autres les ruines d’une « basi­lique cathédrale » (selon N. Duval), avec l’évêché de Bennefa ou Benfas dont les évêques sont attestés aux conciles de 393, 411 et 484. De même que le nom de Iunci s’est substitué à basse époque à celui de Macomades, le nom de Benfas pour­rait avoir remplacé – avec le même sens de bon présage – celui d’Aves qui figure dans la liste donnée par Pline des emporia* de la Petite Syrte (HN V, 25). Le site paraît être celui d’un mouillage important sur cette côte inhospitalière.

4Quant aux îles Kneiss elles-mêmes, elles sont aujourd’hui au nombre de quatre : d’abord la « Grande Kneiss » (Dzirat el Bessila), de forme grossièrement circu­laire, avec un diamètre maximal de 2,5 km, très basse, marécageuse et peupléed’oiseaux. À part une fréquentation temporaire par des pêcheurs, cette île semble avoir gardé au long des siècles ce caractère d’« île déserte » que signale déjà le portulan du Pseudo-Scylax, le seul document antique qui fasse état de son exis­tence. Vient ensuite une série de trois îlots minuscules s’échelonnant sur 3 km dans la direction du sud-sud-ouest : Dzirat el Hajar ou « îlot du rocher », Dzirat el Laboua ou « îlot de la vase » au centre, Dzirat el Gharbia à l’ouest ; ils sont situés entre deux bras des chenaux sous-marins (les oueds) qui sillonnent ces bancs largement découverts à marée basse en permettant aux pêcheurs de s’en appro­cher. L’ensemble formé par les bancs et les îlots est désigné sur les cartes par l’appellation arabe traditionnelle de Surkenis (le mur des Kneiss) car il cons­titue effectivement une manière de digue de protection contre la houle venue de l’est, ce qui explique les qualités nautiques de la baie de la Skhirra qui s’ouvre plus au sud sur des profondeurs plus grandes et dont l’entrée est gardée sur la terre ferme par la tour-signal (nadour) d’époque aghlabide, elle-même cons­truite sur des substructions byzantines (fig. 1).

Fig. 1. Les îles Kneiss et leurs bancs (extrait de la carte au 1/35 000, Baie de la Skhirra ou des Surkenis, Paris, Service hydrographique de la Marine).

Fig. 1. Les îles Kneiss et leurs bancs (extrait de la carte au 1/35 000, Baie de la Skhirra ou des Surkenis, Paris, Service hydrographique de la Marine).

5Des investigations récentes effectuées dans la région n’ont pu que confirmer la localisation du monastère de Fulgence dans l’îlot du milieu (Dzirat el Laboua) bien établie par les découvertes qu’y avaient faites P. Cintas et G. Feuille (1942, p. 251-255). Auparavant, en effet, L. Poinssot et Ch. Saumagne avaient attiré l’at­tention pour y rechercher les traces du monastère en question, sur une petite presqu’île proche du Ras Yonga, dans un environnement alluvial où ne se trouvent en fait pas de traces probantes. En revanche, on peut reconnaître dans l’îlot du milieu qui se présente comme un banc rocheux de grès calcaire attaqué par l’érosion marine, une partie des structures bâties antiques relevées en 1941. La présence parmi d’autres éléments d’architecture, d’une colonne et d’un chapi­teau en calcaire importé du continent et du même type que ceux signalés à l’époque, ne laisse aucun doute sur l’identification alors établie.

6Il reste à s’expliquer comment un établissement de cette importance et l’exis­tence même d’une communauté nombreuse – multitudini monachorum d’après le texte de Ferrand – qui y vivait sous la conduite de deux prêtres, était conce­vable sur un îlot de dimensions aussi réduites (40 x 45 m). Il est des plus vraisemblables que la configuration de cette partie du littoral où se trouve les Kneiss a subi depuis l’antiquité des modifications importantes par suite de la tendance générale à la submersion observée sur d’autres sites. Ainsi, les trois îlots de l’archipel, entourés aujourd’hui de très faibles profondeurs, ne constituaient sans doute qu’une île unique de forme allongée, ce que traduirait bien l’expres­sion de Surkenis « le mur des Kneiss », transmis par la tradition géographique arabe. On peut trouver une preuve de cette hypothèse dans divers portulanscatalans du Moyen Âge signalés par d’Avezac (Les Îles de l’Afrique, p. 74-76) qui ne cartographiaient sous le nom de Frixols que deux îles. En 1587 encore, F. Lanfreducci et J. O. Bosio, dans leur Costa e discorsi di Barbaria, mentionnent les Friscioli qui sont les îles Kneiss, comme « deux petites îles avec des bancs ». L’une de ces îles étant la « grande Kneiss » actuelle, la seconde ne pouvait être qu’une île étroite et allongée à l’emplacement des trois affleurement individua­lisés des petites Kneiss d’aujourd’hui.

Fig. 2. L’îlot du Centre (Dzirat el Laboua).

Fig. 2. L’îlot du Centre (Dzirat el Laboua).

Fig. 3. Relevé du monastère de Fulgence (d’après G.-L. Feuille, op. cit., 1942).

Fig. 3. Relevé du monastère de Fulgence (d’après G.-L. Feuille, op. cit., 1942).
Haut de page

Bibliographie

CINTAS P. et J., 1940. « Le monastère de saint Fulgence », Rev. tun., p. 243-250. FEUILLE G.-L., 1942. « Note sur le monastère des îles Kneiss », Rev. tun., p.251-255. TROUSSET P., SLIM H., PASKOFF R. et OUESLATI A., 1992. « Les îles Kneiss et le monastère de Fulgence de Ruspe », Ant. afr., t. 28, p. 223-247.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Les îles Kneiss et leurs bancs (extrait de la carte au 1/35 000, Baie de la Skhirra ou des Surkenis, Paris, Service hydrographique de la Marine).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/99/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2. L’îlot du Centre (Dzirat el Laboua).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/99/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3. Relevé du monastère de Fulgence (d’après G.-L. Feuille, op. cit., 1942).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/99/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Trousset, « Kneiss », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4251-4254

Référence électronique

P. Trousset, « Kneiss », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/99

Haut de page

Auteur

P. Trousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page