Navigation – Plan du site
A103

Ağuh-n-tahlé

("tendon d'Achille de la tahlé" : typha elephantina Roxb. Ou massette)
M. Gast
p. 265-267

Entrées d’index

Mots clés :

Touareg
Haut de page

Texte intégral

1Nom d’un clan touareg Kel-Ulli tributaire de la confédération des Kel Ahaggar (voir Foucauld 1940 : 67).

2Les Aǧuh-n-tahlé se donnent comme première origine la Mekke, sans pouvoir expliquer comment leurs ancêtres sont arrivés au Sahara central. Cependant, leur tradition orale précise que les ancêtres des Aǧuh-n-tahlé séjournaient, il y a trois siècles environ, en Aïr dans la région d’In-Gall. Ils s’appelaient alors Téǧehé-n-Elimen (descendance des sœurs d’Elimen). « Pour échapper aux brimades d’un tyran local, une partie des nomades de ce groupe vint demander la protection des guerriers Ahaggar. Ils furent donc assimilés aux tribus vassales et payèrent l’impôt à l’amenūkal*. Un jour de guerre, durant une alerte importante, ils déménagèrent brusquement, laissant sur le terrain deux vieilles femmes. Ces dernières, ayant échappé par miracle aux coups de l’ennemi, survécurent un mois durant en mangeant des pousses de tahlé. Leurs familles, qui les croyaient mortes, les retrouvèrent saines et sauves. Depuis ce jour on appelle les gens de cette tribu Aǧuh-n-tahlé, c’est-à-dire « le tendon d’Achille de la tahlé », autrement dit : ceux qui ont tiré leur force de la tahlé » (M. Gast, 1968 : 240-241). Duveyrier, dans son livre Les Touaregs du Nord (1861), parle des Téǧehé-n-Elimen sans citer le nom actuel d’Aǧuh-n-tahlé. Cette remontée récente vers le nord des Aǧuhn-tahlé est d’autant plus conservée vivante dans les mémoires que ceux-ci disent encore que leurs parents restés en Aïr se nomment aujourd’hui Kel-Aγefsa, comme l’un des lignages actuels présents en Ahaggar. A tel point que des litiges concernant un héritage de bestiaux faisaient encore l’objet de discussions entre eux dans les années 50 (voir Lhote 1955 : 228). Cependant l’Aγefsa étant une région de l’Ahaggar (limitée au nord par la Tazūlet, à l’est par le Serkūt, au sud par le désert entre l’Ahaggar et l’Air, à l’ouest par le Wahalleǧen et l’A-neggir (voir Foucauld, 1940 : 219), il est fort probable que ces populations aient préalablement séjourné en Ahaggar avant d’aller se fixer en Aïr pour revenir en partie en Ahaggar. Cet aller-retour est d’autant plus plausible que les Kel-Aïr surnomment les Kel-Aγefsa vivant chez eux Ihaggaren : « gens de l’Ahaggar » (hypothèse présentée aussi par Lhote 1955 : 228). D’après M. Benhazera, qui enquêta en 1905 dans l’Ahaggar, ce fut l’amenūkal Mohammed El-Khir qui reçut la soumission des Téǧehé-n-Elimen (entre 1765 et 1780). Son fils, Sidi ag Mohammed El-Khir, les sépara en deux groupes lors du partage des tributaires auquel il procéda à cette époque entre les trois eṭṭebel (Kel-γela, Taytoq, Téǧehé-Mellet) (voir Benhazera, 1908 :106-108). Le premier groupe attribué aux Kel-γela fut appelé Aǧuh-n-tahlé, le second attribué aux Taytoq se nomme Téǧehé-n-Efis. Ces deux groupes qui se savent issus d’une même parenté, n’ont cependant pas gardé de relations d’alliance et semblent avoir épousé les antagonismes de leurs suzerains respectifs.

3En revanche, les Aǧuh-n-tahlé, dont les terrains de parcours qui leur furent attribués voisinent ceux des Dag-Rali (de Tamanrasset à l’oued Wa-halleǧen, de l’Atakor à Afrawin et Tamaγin) ont pratiqué de nombreuses alliances matrimoniales avec ceux-ci et aussi avec les Kel-γelayddin. Le capitaine Flori-mond, chef de l’annexe du Hoggar en 1938-40, écrit dans son gros rapport de 1940, p. 56 : « Apparentés aux Dag Rali depuis l’année de « Ouan Banko » (1838) ; trente hommes des Issandaten furent tués à Banko (nord de Tahoua) par les Oulliminden de Tahoua. Les autres hommes moururent de soif. Oraz, des Dag Rali, recueillit les femmes et les enfants qui naquirent et reconstituèrent la tribu. Les Aǧuh-n-tahlé ont perdu leurs principales traditions antérieures à cette année.

4Ils sont aussi apparentés aux Issandaten et Kel Rafsa. Apparentés aux γelayddin à Tamanrasset et Motylinski (Tarhawhawt) ; des tentes γelayddin sont mélangées à celles des Aǧuh-n-tahlé. Apparentés aux Téǧehé-n-Efis de la région d’Amsel et de l’Agalella ».

5Quel que soit le clan majeur auquel appartiennent les Kel Ahaggar, l’on désigne des segments lignagers, voire des familles isolées pâturant de préférence dans les mêmes massifs ou vallées, par le nom de ces monts ou vallées. C’est ainsi qu’on distingue chez les Aǧuh-n-tahlé : les Kel-Aǧalella ou Kel-Taγhawhawt, les Kel-Aγefsa ou Kel-Ezarunfat, les Issendan (ou Issendaten) ou Kel-Tahifet.

6Les Aǧuh-n-tahlé ont été les suzerains et initiateurs de la totalité des jardins de Tahifet, Taγhawhawt, In-Dâlaǧ et en partie de ceux d’Amsel, Talan-Taydit, Tamanrasset.
Ils pratiquaient, souvent en association avec les Dag-Rali, le commerce caravanier du sel (de l’Amadror) en échange du mil du Damergou (Niger).
Le recensement de 1949 leur attribuait environ mille dromadaires, la plupart en pâturage au Tamesna, 1 200 à 1 400 chèvres en Ahaggar, pour une population d’environ 750 personnes (voir Lhote 1955 : 229).

7Très souvent en conflit interne ou externe avec leurs homologues, leurs suzerains ou leurs jardiniers, les Aǧuh-n-tahlé ont été à travers leur histoire, un clan avec lequel le pouvoir local a dû toujours compter. En mai 1963, croyant que le temps des rezzous et de la chevalerie touarègue était revenu avec l’indépendance de l’Algérie, ils ont participé à un raid meurtrier à Outoul contre des jardiniers qui ne reconnaissaient plus leur tutelle et leurs droits sur l’exploitation de la terre (voir Gast 1981, note 9 : 133).

8Aujourd’hui, ils gardent leurs positions dans les centres de cultures où ils ont construit des huttes et des maisons, travaillent à Tamanrasset et dans la plupart des chantiers de la wilaya.

Haut de page

Bibliographie

Benhazera M. Six mois chez les Touaregs du Ahaggar, A. Jourdan, Alger, 1908, 233 p.

Florimond Cap. Rapport annuel 1940, Archives d’Outre-mer, Aix-en-Provence, 156 p.

Foucauld P. Ch. de Dictionnaire abrégé touareg-français de noms propres, Larose, Paris, 1940, 364 p.

Foucauld P. Ch. de. Dictionnaire touareg-français, Dialecte de l’Ahaggar, 4 vol. , Imprimerie Nationale, 1951-52, Paris.

Gast M. Alimentation des populations de l’Ahaggar, Mémoire du C.R.A.P.E. VIII, 1968, A.M.G. Paris, 458 p.

Gast M. La société traditionnelle des Kel Ahaggar face aux problèmes contemporains, in : Islam société et communauté, Anthropologie du Maghreb, sous la direction de E. Gellner, C.R.E.S.M., C.N.R.S. Paris, 1981, 107-139.

Lhote H. Les Touaregs du Hoggar, Payot, Paris, 1955, 467 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast, « Ağuh-n-tahlé », Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 265-267

Référence électronique

M. Gast, « Ağuh-n-tahlé », in Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/930

Haut de page

Auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page