Navigation – Plan du site
A78

Afri

T. Kotula et J. Peyras
p. 208-215

Entrées d’index

Mots clés :

Population, Histoire, Romain
Haut de page

Texte intégral

Par T. Kotula

1Le terme d’Afri désignait les populations autochtones de l’Afrique du Nord ancienne et plus particulièrement les tribus résidant dans les limites de la province africaine de Carthage et à ses abords, par opposition aux Numides et aux Maures établis plus à l’ouest. L’origine de cet ethnique demeure inconnue. Dans l’état actuel des connaissances, l’hypothèse de St. Gsell semble vraisemblable : selon lui, le nom d’Afri aurait une étymologie indigène africaine et aurait été transmis par les Romains dans sa forme latinisée. Tout récemment, du côté linguistique, M. Fruyt s’est fait partisan d’une étymologie indo-européenne, notamment lorsqu’il fait dériver les appellations d’Africa et d’Afri d’un vent soufflant du sud-ouest vers l’Italie et apportant la pluie, appelé par les Italiques Africus ventus. Cette hypothèse ingénieuse ne semble pas devoir être retenue. Il paraît peu vraisemblable que le substantif Afer (Afri) soit effectivement dérivé de la forme Africus (ventus) alors que l’inverse l’est plus. Du moins, le fait que l’ethnique Afer n’est attesté que dans les textes latins ne constitue pas un argument ayant assez de poids pour que l’on puisse en déduire que l’étymologie du mot signifiant les peuples indigènes africains était d’origine indo-européenne. Ce serait d’ailleurs une exception parmi l’ensemble des désignations ethniques africaines d’origine locale, bien que l’on puisse trouver là certaines analogies dans les termes géographiques modernes (Auster → Australie). Les deux adjectifs Africa (terra) et Africus (ventus) dérivaient plutôt d’une notion ethnique primitive emprunté assez tôt par les peuples italiques. Quant aux Grecs, depuis Hérodote ils s’attachaient traditionnellement au terme de Libyens dans son acception générale ou restreinte (sujets de Carthage) ce qui plaide contre une trop grande insistance sur l’usage exclusivement latin du mot Afri.

2Y avait-il à l’origine une vaste tribu des Afri, comparable à celle des Numidae, qui aurait donné son nom à la totalité des populations anciennes de la Tunisie du Nord-Est actuelle ? Le fait n’est pas improbable en soi, mais, bien que les hypothèses aillent se multipliant, il faut toujours constater que dans nos sources, il ne subsiste aucune trace sûre d’une peuplade concrète dont l’ethnique se soit conservé dans la dénomination collective d’Afri. C’est pourquoi ceux-ci ne se sont pas retrouvés dans le catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique dressé par J. Desanges. Cependant L. Maurin et J. Peyras, qui ont publié un nouveau texte fragmentaire de la cité d’Uccula dans la région d’Ansarine en Tunisie datant probablement de la première moitié du ier siècle et mentionnant un decretum Afrorum cf. au même endroit un texte parallèle, C.I.L., VIII, 14364 : civitas Uccula decreto Afror(um), veulent y reconnaître une survivance de la peuplade indigène des Afri, anciens sujets de Carthage. Pour corroborer leur hypothèse, ces auteurs rappellent un autre document épigraphique de la cité voisine de Sua où sont mentionnés les Afri et cives Romani Suenses (C.I.L., VIII, 25850 = D. 6776) et ils se réfèrent à une remarque orale de H.-G. Pflaum d’après lequel ces Afri seraient « une vaste tribu (ou confédération) » dont le territoire s’étendait entre les villes d’Uccula et de Sua. Une telle interprétation des textes de l’époque romaine impériale n’emporte pas la conviction. Il faudrait discerner entre les Afri, indigènes de la région de Sua opposés aux citoyens romains, et les auteurs du décret mentionné dans l’inscription d’Uccula. Car il semble peu probable qu’au milieu d’une région assez fortement urbanisée au iie siècle comme celle d’Ansarine dont la population se trouvait sur le chemin de la romanisation progressive (les villes d’Aulodes et d’Avedda y sont devenues municipes sous Septime Sévère) et dans une société où les principes gentis* devenaient principes civitatis, une tribu indigène ait pu continuer à exercer ses pouvoirs politiques s’exprimant dans des décrets officiels. Ce serait d’ailleurs un hapax épigraphique bien inattendu dans un milieu tribal autochtone. Il faudrait en tout cas définir la nature de l’institution responsable, dans la ville d’Uccula, pour de tels décrets de la totalité des Afri, ce qui paraît difficile, le terme de decretum étant plutôt conforme au langage politique du système municipal et provincial romain qu’à un vote de tribu. Dans l’état actuel des sources, il est préférable de maintenir l’opinion traditionnelle de J. Schmidt qui a cru qu’il s’agissait là de décrets émanant du concilium de la province d’Afrique en l’honneur des flammes du culte impérial, opinion d’ailleurs reprise par H.-G. Pflaum (Ant. Afr., t. 4, 1970, p. 99).

3Très tôt dans les temps préhistoriques, les tribus des Afri se sont sédentarisées pour se consacrer à l’agriculture qui était devenue leur principale occupation leur assurant les moyens de vivre, en particulier dans les plaines fertiles du moyen Bagrada et de ses affluents. S’il faut en croire la tradition littéraire qui est peu sûre pour les premiers siècles de Carthage, la colonie tyrienne qui croissait en puissance politique et économique dès le milieu du ve siècle a cessé de verser les prestations dues aux indigènes sur le sol desquels la ville avait été fondée (Justin, XIX, 2, 4). Au fur et à mesure du développement de la Xῶρα carthaginoise, ce rapport s’est inversé. Les Afri sont devenus tributaires de Carthage à laquelle ils remettaient une grande partie de leurs moissons à titre d’impôts réguliers, et notamment la moitié de leurs récoltes pendant la première guerre punique (Polybe, I, 72). En tant que sujets de Carthage, ils faisaient partie de l’armée punique qui était renforcée également par des contingents d’Africains indépendants (Tite Live, 28, 14, 4 : Carthaginienses mixti Afris). Décimés dans les guerres et durement exploités, ils se sont souvent révoltés (T. Kotula, Guerre des mercenaires*). Mais par ailleurs, le voisinage de l’État puissant de Carthage a accéléré le développement politique, économique et culturel de la société autochtone, ce qui s’est exprimé dans la formation du royaume massyle, et surtout sous le règne de Massinissa.*

4La notion d’Afri a conservé à travers les siècles son sens ethnique et géographique ; avec le temps, elle a même été employée pour définir tous les habitants du continent africain, tierce partie du monde antique (Salluste, Jug., 17, 3 ; Horace, Carm., III, 3, 46), mais à partir du milieu du IIe siècle avant notre ère, après la création de la province romaine d’Afrique, elle a commencé progressivement à désigner sa population, prenant une acception politique et administrative.

5Après la réorganisation et l’agrandissement de la province africaine par l’empereur Auguste, le terme d’Afri s’est étendu à tout le territoire de la Proconsulaire. La signification politique de l’ethnique jusqu’alors en vigueur se confirme d’autant plus nettement qu’une partie importante de la nouvelle province est habitée à l’ouest par des tribus numides, elles aussi englobées dès l’époque impériale par le nom commun d’Afri. D’ailleurs les notions de Mauri et de Numidae ont commencé à leur tour à indiquer les habitants des autres provinces africaines créées sous Claude et sous Septime Sévère. C’est ainsi que les anciens noms ethniques ont acquis un nouveau contenu, reflétant la division administrative de l’Afrique septentrionale romaine. Quand, sous Vespasien, on a vu naître l’assemblée provinciale de la Proconsulaire, le concilium Africae, les députés qui se réunissaient au siège du concilium à Carthage, capitale de la province, portaient également le nom d’Afri en tant que représentants de toute la population de cette province africaine la plus importante. Leur tâche politique était de promulguer des décrets au nom de toute la province (p. ex. C.I.L., VIII, 11017 ; C.I.L., VI, 1736, en 366-368). Enfin le terme d’Afri apparaît dans les inscriptions qui mentionnent les unités auxiliaires de l’armée d’Afrique recrutées à l’origine, semble-t-il, parmi les indigènes sur le territoire de la province (p. ex. A.E., 1957, 59 ; I.L.Af, 9 ; C.I.L., IX. 5841, les cohortes des Afri).

6L’extension ultérieure de la notion d’Afri a suivi la création de la diocesis Africae à l’époque du Bas-Empire. Dans sa nouvelle acception politique, l’Afrique signifiait le territoire du diocèse, les Afri ses habitants dans les limites de l’orbis Romanus. On peut retrouver des exemples de cette évolution sémantique dans les sources littéraires et épigraphiques tardives. Parlant de la propagation universelle du christianisme, Saint Augustin opposait dans ce sens l’Afrique et les Afri au monde entier (Epist., 53, 1, 1 :...пес tantum Africae vel Afrorum, sed totius orbis terrae). Séjournant « à l’étranger » à Milan, il parlait de ses liens étroits avec les Afri, ses concitoyens, en tant qu’habitants du diocèse (Confess., VIII, 6 :... civis noster in quantum Afer). En conséquence, il se formait une nouvelle conception plus large du terme de natio Afra, pour désigner la population du diocèse d’Afrique (I.L.C.V., 3386, Malaca, épitaphe des ive-ve siècles). On a également commencé à distinguer les notions d’Afri et d’Africa de l’expression géographique de Libya en tant que territoire appartenant à la pars Orientis (Saint Augustin, Serm., 46, 41, Corpus Christ., t. 41). Par opposition les indigènes habitant en dehors du diocèse et étrangers à la civilisation romaine sont appelés Afri barbari (Saint Augustin, Epist., 220, 7). Ainsi, les termes d’Africa et d’Afri ont abouti à définir dans l’esprit des Africains de la basse époque la terre et la population qui constituaient partie intégrante de la Romania menacée par les envahisseurs barbares qui, à l’aube de l’époque féodale, créaient sur le territoire des provinces européennes de l’Empire leur Gothia et leur Francia soustraites à la domination romaine.

La Gens des Afri (J. Payras)

7Les historiens croient que les Afri connus par les inscriptions d’Uccula (Hr Douirat, CIL VIII, 14364 et AE, 1973, 616) et de Suas (Chaouach, CIL VIII, 25850 = D. 6776) étaient, ou bien une tribu située dans le sud-ouest des montagnes de la Basse Medjerda (et non dans l’Ansarine, territoire d’Uzali Sar), ou bien l’assemblée de la province d’Afrique. Rallié à ce second point de vue, T. Kotula, reprenant les hypothèses de J. Schmidt et de H.G. Pflaum, en est venu à assurer que « les députés qui se réunissaient au siège du concilium de Carthage, capitale de la province, portaient également le nom d’Afri ». Nous avons cherché en vain un texte corroborant cette assertion.

Le territoire des Afri (Gens Afrorum) à l’époque romaine. Carte S. de Butler.

Le territoire des Afri (Gens Afrorum) à l’époque romaine. Carte S. de Butler.

8Les documents mentionnés par l’auteur (CIL VIII, 11017, CIL VI, 1736) ne mentionnent aucunement un decretum Afrorum, mais un decretum provinciae Africae. Le décret du concilium en faveur du Genius Senatus n’a rien à voir avec les décret des Afri d’Uccula. Que nous apprennent, en fait, les inscriptions de l’Hr Douirat ? Que la civitas Uccula, qui avait un certain degré d’autonomie, comme toutes les cités pérégrines. avait offert des monuments à des flamines du culte impérial, originaires de Carthage comme l’étaient beaucoup d’évergètes de l’agglomération du Tine (CIL VIII, 14361, 14362, 14366, 14367, AE 1973, 613). Le decretum Afrorum était le décret d’un corps local, émanation de la civitas.

9T. Kotula n’a pas vraiment examiné le problème que posait à sa thèse le texte de Suas. La formulation qu’il en fait est pour le moins ambiguë : « Il faudrait discerner entre les Afri, indigènes de la région de Sua opposés aux citoyens romains, et les auteurs du décret mentionné dans l’inscription d’Uccula ». Il n’est pas possible de retenir cette dualité, ni d’accepter les affirmations qui la suivent.

10Notons, tout d’abord, que le point de vue de Pflaum ne saurait être évoqué, car, s’il est écrit, dans l’article cité, que les Afri étaient les membres du concilium Africae, on y lit aussi, deux pages plus loin, qu’ils étaient « les habitants de la cité peregrine de Sua ». Pflaum, en effet, ne croyait pas qu’il soit possible de traduire « Afri et cives Romani Suenses » par « Les membres du concilium de la province d’Afrique et les citoyens romains de Suas ». Vouloir séparer les Afri de Suas et ceux d’Uccula (en partant de l’idée a priori que le decretum Afrorum serait celui de la province) serait faire fi de toutes les données géographiques, ethnologiques, historiques, qui prouvent que Suas et Uccula étaient issues du même milieu et ont connu une évolution semblable. Les Afri de Suas ne sont pas separables de ceux d’Uccula, mais constituaient une peuplade de la région.

11Les arguments présentés par le savant polonais pour étayer la phrase citée plus haut ne peuvent être retenus : « Car il semble peu probable qu’au milieu d’une région assez fortement urbanisée au IIo siècle comme celle d’Ansarine dont la population se trouvait sur le chemin de la romanisation progressive (les villes d’Aulodes et d’Avedda y sont devenues municipes sous Septime-Sévère) et dans une société où les principes gentis devenaient principes civitatis, une tribu indigène ait pu continuer à exercer ses pouvoirs politiques s’exprimant dans des décrets officiels ».

12Il est étonnant de voir présentée comme argument la municipalisation de deux villes de la vallée du Tine, alors que ces cités ont obtenu ce statut un siècle après la rédaction des textes qui nous occupent. Ces derniers, quand ils ont été gravés, l’ont été dans un milieu qui ne saurait en aucune manière être considéré comme pleinement urbanisé.

13De plus la constitution d’une civitas, et même d’un municipe, ne fait pas disparaître obligatoirement les principes gentis (CIL VIII, ILALg I, 1297) ; la gens ne disparaît pas quand se constitue la civitas. A Thuccabori (Touccabeur) il n’est pas prouvé, comme l’ont écrit H. G. Pflaum et M. Benabou, que l’inscription CIL VIII 14853, qui mentionne des congentiles, soit antérieure au texte CIL VIII, 14855, dans lequel il est question du populus. Surtout, il est certain que l’épigraphe des congentiles, qui montre que la gens subsistait sous le règne de Commode, a été gravée après l’épigraphe CIL VIII, 14853. Or, ce document, inscrit quelque quatre décennies avant celui qui révèle la conservation de la gens, a été rédigé par décret des décurions. Nous soulignerons que la civitas de Thuccabori était limitrophe de celles de Suas et d’Uccula, qu’elle appartenait au même milieu naturel et que son essor est comparable à celui des deux localités précédentes.

14La croyance suivant laquelle une tribu indigène ne pourrait pas exprimer des décrets officiels, que le terme de decretum serait plutôt conforme au langage politique du système provincial romain qu’à un vote de tribu, ne saurait être retenue non plus. Nous venons de voir que le décret des décurions s’exprimait alors même que la gens existait à Thuccabori (cf. aussi, CIL VIII, 14852, dans la même agglomération). A nous en tenir à l’ancien territoire de la

15Carthage punique, le décret des décurions est attesté aussi bien dans les communautés qui ont à leur tête des undecimprimi, conseil qui est l’émanation d’un groupe tribal (CIL VIII, 14875), que des magistri traditionnels (CIL VIII, 12421, cf. 2432 = D. 5071) ou des sufètes d’origine punique (CIL VIII, 12228, 23876, 797, cf. 12265 = D 6798). Le decretum Afrorum s’inscrit dans le même contexte. Que des mots latins recouvrent des réalités plus anciennes ne signifie pas que les mots ont fait disparaître les réalités. Le penser conduit à faire un contre-sens, courant il est vrai, sur ce qu’a été la romanisation, du moins dans certaines régions. La romanisation n’a pas consisté à bouleverser la structure indigène préexistante.

16L’idée de disparition de la tribu et de constitution, à la place, d’une civitas, est une erreur qui a ses racines dans la croyance d’une sédentarisation plus ou moins forcée, voulue par Rome. La vérité est bien différente dans les montagnes de la Basse Medjerda, car les tribus, établies autour de sites faciles à défendre, près de sources pérennes, dominant un terroir aux altitudes et aux capacités multiples, étaient fixées au sol depuis la protohistoire. La seule action efficace que pouvait entreprendre Rome, c’était de transformer chaque fraction de la tribu en civitas pour atténuer les solidarités anciennes.

17Qu’« il n’existe aucune trace sûre d’une peuplade concrète dont l’ethnique se soit conservé dans la dénomination collective d’Afri » (Kotula) n’est vrai qu’à la condition que soit passée sous silence la documentation fournie par les cités des montagnes de la Basse Medjerda, ou encore que ces textes soient interprétés comme attestant un décret de la province d’Afrique.

18Mis à part ces documents épigraphiques, il est évident qu’il est difficile de découvrir une « peuplade concrète » des Afri dans des récits tardifs, alors que le vocable a connu une évolution sémantique qui l’a conduit à qualifier une masse de plus en plus considérable de gens. Versons au dossier deux arguments nouveaux.

19Le premier est d’ordre toponymique. J. Cuisenier s’est aperçu qu’un lieu-dit, Ragoubet Lefriane, situé dans le secteur étudié (coord. 389-390/474) était berbère ; Lefriane, c’est-à-dire, el Ifren (les deux voyelles traduisent une variation de timbre provoqué par le roulement du râ). Ifren serait probablement selon W. Vycichl, le pluriel d’Afer. Faudrait-il traduire Ragoubet Lefriane par « la colline des Afri » ?

20Le second, dont il a déjà été question, est un passage d’Orose (Historiarum adversum paganos libri VII, IV, 22, 8, éd. C. Zangemeister, p. 272) : « Quo circa Carthaginem reverso Manlius Tezagam urbem expugnavit atque diripuit ; duodecim milia ibi Afrorum caesa, sex milia capta sunt ».

21Les savants ont considéré, au moins implicitement, que les Afri regroupés à Tezaga étaient les populations alliées et sujettes de Carthage ; d’autre part, J. Desanges a avancé dans son commentaire de Pline, V, 1-46, p. 314 que le codex Donaveschingensis 18(D), qui porte Tisicam, était sans doute préférable à tous les autres manuscrits, qui donnent la leçon Tezagam.

22Or, le mot est toujours vivant de nos jours en berbère : Tazega (Tezaga d’Orose correspond à une métathèse banale) signifie la « maison ».

23Les Afri étaient groupés à Tezaga. On ne peut écarter le fait qu’une agglomération des montagnes de la Basse Medjerda, qui a peut-être constitué une cité, porte le nom de Tazêga, parfois déformé en Taderra, Tazga, Tazgha, comme nous l’ont appris les habitants et la toponymie (Taderra, Atl. arch. de Tun., f. XIX, Tébourba, n.° 90 ; Aïn Tazega, coord. 386-387/475 ; oued Tazega, 385-386/477-482). Cette localité, isolée dans l’arrière-pays du Tine, est très ancienne. Les ruines sont romaines, mais l’emplacement est comparable à celui des agglomérations des Afri. Et l’on ne manquera pas d’être frappé par le fait que Tazega, toponyme qui n’est, dans la région, connu qu’en cet endroit, est voisine des cités où sont attestés les Afri, Suas et Uccula. Nous avancerons donc que la localité de Tazega était la ville de Tezaga dans laquelle s’étaient réfugiés les Afri au cours de la III° guerre punique.

24Le chiffre fourni par Paul Orose (18 000 Afri) ne saurait être opposé à ce que nous venons d’écrire. Car la guerre ayant resserré les solidarités communautaires, à une époque, d’ailleurs, où l’éclatement en centres séparés, s’il existait, n’avait qu’une valeur géographique, les Afri groupés à Tezaga étaient les guerriers (et une partie des non-combattants) de la peuplade. Les habitants de Suas, d’Uccula, peut-être de Thuccabori si la gens attestée là était une fraction de Afri, peut-être aussi de l’agglomération anonyme d’Henchir Ben Glaïa (qui semble avoir été dirigée par des undecimprimi), avaient dû fournir des troupes. Le nombre important avancé par l’auteur, s’il a une réalité, n’est en tous cas pas invraisemblable.

25A l’époque impériale romaine, les Afri de chacune des deux cités étaient, comme les Numidae en d’autres lieux, indépendants les uns des autres. Le cadre légal était bien celui de la civitas, non celui d’une regio Afrorum qui aurait constitué la base territoriale de la tribu, comme cela avait probablement été le cas autrefois. Il est possible que des liens traditionnels, surtout religieux, aient subsisté, mais ils n’avaient pas de valeur politique au II° siècle.
Ce fait étant posé, le problème à résoudre est le suivant : les Afri étaient-ils, dans chaque centre, le populus ou bien l’ordo ?

26Il faut, pour étudier cette question, rétablir le texte de Suas. L’inscription doit être restituée ainsi : C(aio) Iulio Maeandro, socero L(ucii) Popili(i) Primi, Afri et cives Romani Suenses, ex aere collato, ob meritum, d(ecreto) d(ecurionum). Il n’est pas possible d’accepter le d(e)d(icaverunt) de H. G. Pflaum (p. 101). La disposition des lettres D D sur la base (que nous avons retrouvée, mais l’ordinatio était déjà suggérée dans la reproduction du corpus) suffirait, même si l’on faisait abstraction d’autres considérations, à affirmer qu’il était question du décret des décurions.

27De ce fait, on remarquera que le decretum decurionum correspond au decretum Afrorum d’Uccula. Les Afri étaient donc, si l’on accepte la comparaison entre les inscriptions, les membres de l’ordo. Est-ce contradictoire du fait que les Afri étaient aussi la gens de chaque cité ? Aucunement.

28Les Afri pouvaient être aussi bien l’assemblée dirigeante, formée des chefs de famille, que le populus. Le même vocable est apte à désigner le chef, les notables du conseil restreint, le groupe entier, tous issus d’un mythique Afer.

29Mais nous pourrions interpréter aussi le decretum Afrorum comme celui du peuple d’Uccula tout entier. Pour étayer ce point de vue, nous rappellerons un texte magistralement commenté par W. Seston (RH, t. CCXXXVII, 1967) : à Thugga, un flamine d’Auguste divinisé a été fait sufète honoraire par décret du sénat et du peuple, avec l’assentiment de toutes les « Portes ». Nous voudrions, pour finir, revenir sur l’interprétation de l’inscription de Suas. Nous sommes, en effet, en désaccord avec l’ensemble des historiens, qui croient que la conjonction et a, ici, une simple valeur de coordination, c’est-à-dire, en fait, de séparation. Or, il nous apparaît que cette opinion est à écarter. Afri et cives Romani Suenses ne signifie pas « Les Afri et les citoyens romains de Suas », ces derniers considérés comme membres d’un conventus quiritaire allogène, ce qui expliquerait que cet organisme, sans assise légale au point de vue du droit public, soit cité après la population indigène. L’expression est à traduire « Les Afri et citoyens romains de Suas ». Et a ici la valeur, courante, d’« aussi », d’« à la fois ». Non seulement la grammaire ne contredit pas cette affirmation, mais surtout l’examen des documents relevés dans la ville apporte des preuves. Lucius Popilius Primus, connu par ailleurs (CIL 14808, 14809) est un quirite, comme l’indiquent les tria nomina. Mais il est aussi un Afer. Les Popilii étaient nombreux à Suas et la famille était, à l’origine, pérégrine, la cité ayant été obtenue viritim, au début du IIe siècle semble-t-il (CIL VIII, 14837, 14838). Et il est certain que le cas des Popilii n’était pas une exception, car d’autres Afri ont obtenu le statut quiritaire pendant cette période (CIL VIII, 14821 = 1315, et, probablement, 14841).

30Cela ne signifie pas que le groupe ainsi constitué excluait les citoyens romains immigrés, tels que Publius Iunius Felix, tribule de l’Arnensis (CIL VIII, 14830). Une civitas de l’Afrique du Nord libyco-romaine n’était pas une cité grecque. Nous savons que, dans la région, la fusion fut une telle réalité qu’il n’est plus possible de reconnaître l’origine des habitants au-delà des Antonins. Et nous avons probablement un exemple de cet accueil, marqué par des alliances matrimoniales, dans l’inscription CIL VIII, 25850. Le beau-frère de Lucius Popilius Primus, Afer et civis Romanus, selon nous, fort connu dans l’agglomération puisqu’on se réfère à lui, était certainement un quirite allogène comme l’indiquent aussi bien son prénom et son gentilice, Caius Iulius, qui rappellent la colonisation césaro-augustéenne, surtout de la Cirtéenne, d’où sont issues nombre de familles des « pays des calcaires » du Tell septentrional tunisien, que son cognomen, Maeander, qui n’a rien d’africain.

Haut de page

Bibliographie

Orose P. Historiarum adversum paganos libri VII. éd. C. Zangmeister, p. 272.

Otto W. Afri. Thesaurus Linguae Latinae, vol. 1, 1900, col. 1251-1254.

Schmidt J. Africa. Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft, t. I, 1894, col. 713-715.

Camps G. Aux origines de la Berbérie. Massinissa ou les débuts de l’Histoire. Libyca Archéol. Epigr., t. 8 ; 1960.

Euzennat M. Equites secundae flaviae. Antiquités africaines, t. 11, 1977, p. 131-135.

Fruyt T. D’Africus ventus à Africa terra. Revue de Philologie, t. 50, 1976, p. 221-238.

Gsell S. Histoire ancienne de l’Afrique du Nord. 8 vol., passim.

Le Glay M. Africa. Kleine Pauly, t. I, 1964, col. 109-110.

Cuisenier J. L’Ansarine, contribution à la sociologie du développement. Tunis-Paris (1961 s.d.).

Seston W. Des « portes » de Thugga à la « Constitution » de Carthage. Rev. historique, t. 238, 1967, p. 277-294.

Kotula T. La poco nota rivolta degli Afri contro Cartagine (Diodore de Sicile, XIV, 77). Storia sociale ed economica dell’età classica negli studi polacchi contemporanei, Milano, 1975, p. 131-142.

Pflaum H.-G. La romanisation de l’ancien territoire de la Carthage punique à la lumière des découvertes épigraphiques récentes. Antiquités africaines, t. 4, 1970, p. 99, 101, 107-108.

Benabou M. La résistance à la romanisation. Paris, 1975, p. 441.

Lassere J.-M. Onomastica africana V-VIII. Antiquités africaines, t. 18, 1982.

Maurin L. Peyras J. Uzalitana. La région de l’Ansarine dans l’Antiquité. Cahiers de Tunisie, t. 19, 1971, p. 87-89.

Peyras J. Le Fundus Aufidianus, étude d’un grand domaine romain de la région de Mateur (Tunisie du Nord). Antiquités africaines, t. 9, 1975, p. 131-222. — Paysages agraires et centuriations dans le bassin de l’oued Tine (Tunisie du Nord). Antiquités africaines, t. 19, 1893, p. 209-253.

Vycichl W. La peuplade berbère des Afri et l’origine du nom d’Afrique. Onomastica, t. 19, 1975, p. 486-488.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le territoire des Afri (Gens Afrorum) à l’époque romaine. Carte S. de Butler.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/886/img-1.png
Fichier image/png, 210k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

T. Kotula et J. Peyras, « Afri », Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 208-215

Référence électronique

T. Kotula et J. Peyras, « Afri », in Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/886

Haut de page

Auteurs

T. Kotula

Articles du même auteur

J. Peyras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page