Navigation – Plan du site
A68

Adwiṛ

(pl. Idwiṛen)
H. Camps-Fabrer
p. 163-164

Entrées d’index

Mots clés :

Ethnologie
Haut de page

Texte intégral

1Nom d’une fibule de petite taille, décorée d’émaux et de coraux, portée par les femmes de Grande Kabylie sur le foulard et qu’elles placent sur le côté ou le milieu du front. Elle est constituée d’une plaque circulaire au verso de laquelle est soudé un ardillon.

2La partie centrale de la fibule est quelquefois obtenue sur une feuille épaisse de plané d’argent découpée en forme de cercle. Dans ce cas, le diamètre peut être supérieur à celui des pièces de monnaie en argent le plus fréquemment employées : 5 F à l’effigie de Louis-Philippe ou Napoléon III, 5 F ou 20 F de la IIIe République, 5 drachmes de Grèce, etc.

3Cette plaque centrale n’est le plus souvent décorée que d’un seul cabochon de corail placé en son centre. Deux cabochons supplémentaires peuvent être disposés dans la partie supérieure de la plaque. Ils sont quelquefois au nombre de quatre et situés symétriquement et à égale distance d’une calotte émaillée centrale surmontée d’une perle d’argent.

4Toute la surface qui sépare les cabochons est couverte d’émaux filigranes et de petites boules d’argent dont le nombre est très variable.

Adwir des Ayt Yenni (dessin Y. Assié).

Adwir des Ayt Yenni (dessin Y. Assié).

5Il est très rare que ces bijoux soient émaillés au verso et il s’agit dans ces cas-là de fibules obtenues à partir de feuilles de plané d’argent et non de pièces de monnaie.

6A la partie inférieure de la plaque sont suspendues des pendeloques toujours en nombre impair : 5, 7, 9 et même 11. Les types de pendeloques les plus fréquents sont : tabuxemset (perle ronde), tikkefist (losangique), tabuqalt (forme de poterie), étoiles ou motifs variés.

7La fixation de la fibule est assurée par un ardillon soudé au verso de la plaque centrale et à l’intérieur duquel coulisse un anneau pourvu d’extrémités renforcées portant ou non un cabochon de corail : il s’agit donc d’une fibule en oméga, dont le système d’accrochage est général dans tous les groupes berbères du Nord. L’ardillon étant engagé dans le tissu, on fait ensuite tourner l’anneau qui assure ainsi la fixation de la fibule.

Haut de page

Bibliographie

Camps-Fabrer H. Les bijoux de Grande Kabylie. Collections du Musée du Bardo et du C.R.A.P.E., Mém. XII du C.R.A.P.E., Paris, A.M.G., 1970.

Camps-Fabrer H., L’origine des fibules berbères d’Afrique du Nord. – Rev. de l’Occ. Musulman et de la Méd. Mél. Le Tourneau, 1973, n.° 13-14, p. 217-230.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Adwir des Ayt Yenni (dessin Y. Assié).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/869/img-1.png
Fichier image/png, 322k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Camps-Fabrer, « Adwiṛ », Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 163-164

Référence électronique

H. Camps-Fabrer, « Adwiṛ », in Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/869

Haut de page

Auteur

H. Camps-Fabrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page