Navigation – Plan du site
A63

Adrar Bous

H. Camps-Fabrer
p. 143-146

Entrées d’index

Mots clés :

Préhistoire
Haut de page

Texte intégral

1Petit inselberg isolé situé à l’extrême nord du massif de l’Air, à 80 km au nord du mont Gréboun, célèbre par l’importance et le nombre des gisements préhistoriques découverts à ses pieds et dans le Ténéré du Teffassesset, dans son voisinage immédiat.

Industrie lithique du Ténéréen de l’Adrar Bous III.

Industrie lithique du Ténéréen de l’Adrar Bous III.

2Les premières récoltes avaient été faites par le commandant Joubert avant 1940 ; elles furent sommairement publiées par R. Vaufrey qui insista sur la qualité de la taille et la beauté de la roche employée, alors qualifiée de jaspe vert. Une meilleure connaissance des sites de l’Adrar Bous fut acquise lors des expéditions Berliet au Ténéré en 1959 et 1960. H. J. Hugot ne signale pas moins de 11 sites, dont l’un se subdivise en 6 zones livrant des industries différentes. En fait, comme dans l’erg d’Admer* plus au nord et en bien d’autres secteurs du Ténéré, les gisements sont très nombreux et se reconnaissent d’autant plus facilement qu’aucune végétation ne vient cacher les emplacements des anciens habitats.

3Tous les sites de l’Adrar Bous, à l’exception d’Adrar Bous IV b qui donna une belle industrie atérienne, appartiennent au Néolithique, mais un seul (Adrar Bous III) fit l’objet, à défaut d’une véritable fouille, d’un important tamisage dont le produit fut étudié en laboratoire par J. Tixier. Cette étude permit une définition plus précise du Ténéréen*, terme créé dès 1934 par M. Reygasse. Au début, cette industrie était surtout reconnue par la présence de haches polies d’une très bonne finition, caractérisées par une gorge d’emmanchement, des ergots et un talon parfois appointi. C’était négliger tout le reste de l’outillage qui comprend des microlithes en nombre important (segments, triangles, rares trapèzes), des microburins très abondants (plus du quart de l’outillage), de nombreuses lamelles à bord abattu de différents types, des lamelles tronquées, des grattoirs et de nombreux perçoirs ainsi que de rares burins. A cet ensemble de tradition épipaléolithique s’ajoute un important équipement proprement néolithique à retouches bifaces, d’admirables armatures de flèche particulièrement fines et allongées, des tranchets, des pièces foliacées et les célèbres et énigmatiques « disques ténéréens » dont la minceur et la fragilité révèlent l’habilité des tailleurs de pierre. A cet ensemble doivent être encore ajoutés des couteaux de style égyptien, des haches taillées et polies, des tranchets bifaces et des gouges, enfin le matériel de broyage habituel dans le Néolithique saharien. Des meules plates encochées sur les bords pour faciliter le transport sur les bâts des bœufs confirment l’existence d’une transhumance.

4Presque tous les gisements néolithiques de l’Adrar Bous ont, en effet, livré des restes de bœufs qui paraissent domestiques. La datation du site III (3180 ± 300) convient à cette hypothèse et permet d’établir la contemporanéité du Ténéréen et de l’école « bovidienne » de l’art rupestre des massifs centraux du Sahara.

5Dix ans après les missions Berliet, une importante mission scientifique britannique apporta de nouveaux et importants éléments à la connaissance des cultures préhistoriques de ce riche secteur. Elle confirma l’existence de la domestication du bœuf en découvrant, dans un gisement ténéréen de l’Adrar Bous (Area 5, N.-E. valley), le squelette entier d’un bœuf qui avait été manifestement enterré, ce qui explique sa conservation. Les ossements ont pu être datés par le C 14 de 3810 ± 500 av. J.-C. De plus ces restes sont parmi les plus anciens attribuables à Bos brachyceros.

6La mission britannique a également reconnu, dans le voisinage de l’Adrar Bous, quatre gisements renfermant une industrie épipaléolithique pour laquelle J.D. Clark reprit l’appellation ancienne d’Ounanien*. Cette industrie est caractérisée par une pointe à soie très fine (pointe d’Ounan) dans un ensemble culturel nettement prénéolithique. Une autre phase industrielle micro-lithique, intermédiaire entre l’Ounanien et le Ténéréen, a été reconnue par Smith qui la nomma Kiffien.

7Ainsi, l’Adrar Bous présente un remarquable échantillonnage des ensembles culturels de la Préhistoire récente du Sahara central.

Haut de page

Bibliographie

Carter P.L. et Clark J.D. Adrar Bous and african cattle. VIIe Congr. panafric. de Préhist., Addis Abeba, 1976, p. 482-493.

Clark J.D. Epipaleolithic aggregates from Greboun wadi (Aïr) and Adrar Bous (North western Tenere) Rep. of Niger. VIIe Congr. panaf. de Préhist., Addis Abeba, 1976, p. 67-78.

Camps G. Les Civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara. Paris, Doin ; 1974, p. 249.

Hall D.N. et alii. The british expedition to the Aïr mountains. Géographie, journ., t. 137, 4, dec. 1971, p. 445-467.

Hugot H. J. Premier aperçu sur la Préhistoire du Tenére du Tefassasset Missions Berliet Ténéré-Tchad, Paris, A.M.G., 1962, p. 149-178.’

Joubert G. et Vaufrey R. Le Néolithique du Ténéré. L’Anthrop., t. 50, 1941-1946, p. 325-330.

Reygasse M. Le Ténéréen, observations sur un facies nouveau du Néolithique des confins algéro-soudanais. Congr. préhist. de France, XXe session, Périgueux, 1934, p. 577-584.

Smith A.B. A microlithic industry from Adrar Bous, Tenere desert, Niger. VIIe Congr. panafric. de Préhist., Addis Abeba, 1976, p. 181-196.

Tixier J. Le Ténéréen de l’Adrar Bous III. Missions Berliet Ténéré-Tchad, Paris A.M.G. 1962, p. 353-362.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Industrie lithique du Ténéréen de l’Adrar Bous III.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/863/img-1.png
Fichier image/png, 779k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Camps-Fabrer, « Adrar Bous », Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 143-146

Référence électronique

H. Camps-Fabrer, « Adrar Bous », in Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/863

Haut de page

Auteur

H. Camps-Fabrer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page