Navigation – Plan du site
A62

Adrar

(ville su Sahara algérien)
E.B.
p. 142-143

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie, Sahara, Algérie
Haut de page

Texte intégral

1Adrar, capitale du Touat, est établie sur une terrasse de l’oued Messaoud, prolongement de l’oued Saoura, qui coule tous les vingt ou trente ans. La ville présente l’originalité de posséder une grande place en son centre, les maisons en « toub » rouge enserrent totalement cet espace libre dans lequel on accède par une porte unique.

2La palmeraie d’Adrar bénéficie d’une eau en quantité tout juste suffisante amenée traditionnellement par foggara*. Un effort méritoire de renouvellement et d’amélioration de l’adduction a été entrepris ces dernières années. Les canalisations des foggara sont en partie équipées de buses de ciment, ce qui a pour but de réduire les éboulements, souvent meurtriers, et d’éviter les pertes d’eau par infiltration. Comme dans le reste du Sahara, les moto-pompes équipent aujourd’hui la plupart des puits.

3L’agriculture est cependant en déclin ; elle demeure néanmoins l’activité principale. La production de tomates, qui vient en tête de celle des légumes, souffre parfois, comme en 1983, de gelées. L’agglomération importe la quasi totalité de ce qui est nécessaire à son alimentation.

4Depuis au moins le début du xxe siècle, Adrar est considérée comme la capitale du Touat, cette « rue d’oasis » qui ne compte pas moins de 135 ksours dont quelques uns sont restés berbérophones. La ville est devenue le chef-lieu de la wilaya à laquelle elle a donné son nom et connaît, de ce fait, un essor certain qui n’est pas sans poser des problèmes. Le désenclavement est le souci principal des autorités ; il se manifeste dans l’aménagement de routes bitumées, l’entretien et le balisage des grandes pistes, en particulier celle du Tanezrouft, vers le Mali, et l’amélioration des transports aériens.

5La fabrication traditionnelle des « dokkali », pièces d’étoffes en laine et coton à décors géométriques rouges sur fond blanc, se maintient dans quelques familles et ateliers mais souffre considérablement de la concurrence des tissus industriels. Le dokkali (tabroq en tamahaq) était vendu par l’intermédiaire de commerçants mozabites dans tout le Sahara. Il était particulièrement apprécié des Touaregs de l’Ahaggar qui l’utilisaient comme vêtement de luxe, mais aussi les jours les plus froids de l’hiver. Les dokkali sont fabriqués aussi bien dans le Gourara que dans le Touat.

6Adrar, comme beaucoup de centres du Sahara, a connu ces dernières années une croissance très forte de sa population. La modeste bourgade de 1951 comptait 1 795 habitants, le recensement de 1966 en dénombrait 13 300 et l’ensemble de l’habitat urbain de la wilaya s’élevait, en 1977, à 142 044 personnes.

Haut de page

Bibliographie

Nieger Lt. Le Touat. Bull, du Comité de l’Afrique franc. 1904, p. 170.

Selka Abderrahmane. Notice sur le Touat. Bull, de la Soc. de Géogr. d’Alger, et de l’Afrique du Nord, 1923, p. 522-525.

Devost P. Le Touat, étude géographique et médicale. Achiv. de l’Instit. Pasteur d’Alger, 1947.

Freguier Cdt G. de, L’évolution des oasis de Touat. Mém. du CHEAM, 1948.

Le Prieur Cne. Les populations des oasis du Touat. Mém. du CHEAM, 1953.

Capot-Rey R., Le Sahara français. Paris, P.U.F., 1953.

Musée d’Ethnographie et de Préhistoire du Bardo, Alger. Collections ethnographiques. Album I, Touareg Ahaggar. Légendes M. Gast, Paris, A.M.G., 1959, pl. VIII.

Despois J. et Raynal R. Géographie de l’Afrique du Nord-Ouest. Payot, Paris 1967.

Echalier J.-C. Villages désertés et structures agraires anciennes du Touat Gourara (Sahara algérien). Paris A.M.G., 1972.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Adrar », Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé, Aix-en-Provence, Edisud, 1985, p. 142-143

Référence électronique

E.B., « Adrar », in Encyclopédie berbère, 2 | Ad – Ağuh-n-Tahlé [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/862

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page