Navigation – Plan du site
3 | Ahaggar – Alī ben Ghaniya - Gabriel Camps (dir.)
A107

Ahardin

H. Claudot-Hawad
p. 311-312

Entrées d’index

Mots clés :

Musicologie
Haut de page

Texte intégral

1Désigne chez les Touaregs méridionaux un arc musical composé d’une branche courbée maintenue à l’aide d’une corde torsadée de cuir cru ou d’écorce d’acacia. Servant de caisse de résonance, une calebasse, renversée, est placée sur la partie incurvée de l’arc posée à terre. Pour maintenir l’ensemble, la joueuse appuie son genou sur le récipient. Avec les doigts de la main gauche, comme pour l’enzad (imzad*), elle définit la mélodie, tandis qu’avec le pouce et l’index de la main droite, elle pince d’un geste régulier la corde pour la faire vibrer. Actuellement, l’ahardin, instrument dont la fabrication s’improvise aisément, est considéré surtout comme un jeu de fillettes.

2Tahardant, féminin de ahardin, est également l’appellation d’un instrument à cordes pincées, sorte de guitare jouée dans toute la région de la boucle du fleuve Niger, par les « artisans de cour » chez les Touaregs et par les griots chez les Songhay.

Jeune femme touarègue jouant de l’ahardin (photo. H. Claudot-Hawad)

Jeune femme touarègue jouant de l’ahardin (photo. H. Claudot-Hawad)
Haut de page

Table des illustrations

Titre Jeune femme touarègue jouant de l’ahardin (photo. H. Claudot-Hawad)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/824/img-1.png
Fichier image/png, 881k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad, « Ahardin », Encyclopédie berbère, 3 | Ahaggar – Alī ben Ghaniya, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 311-312

Référence électronique

H. Claudot-Hawad, « Ahardin », in Encyclopédie berbère, 3 | Ahaggar – Alī ben Ghaniya [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/824

Haut de page

Auteur

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page