Navigation – Plan du site
A8

Abbar

E.B.
p. 62

Entrées d’index

Mots clés :

Architecture, Maroc, Ville
Haut de page

Texte intégral

1Cité royale du Tafilalet (Maroc), connue par des mémoires de voyageurs dont les plus anciens datent des règnes des sultans chérifiens ‘Abd er-Rahmane ben Hišam (1822-1859) et Sidi Mohammed ben ‘Abd er-Rahmane (1859-1873). Les Šorfa possèdent à cette époque un grand nombre de ksour dans le Tafilalet dont le plus important est Abbar. C’est une possession du sultan qui y entrepose son trésor privé et y loge une partie de sa famille sous la garde de 500 esclaves noirs.

2Les ruines d’Abbar furent retrouvées par D. Jacques-Meunié en 1954. Elle reconnut trois ensembles distincts, situés à 2 km à l’est-sud-est de Rissani, le centre administratif du Tafilalet, lui-même établi en bordure des ruines de l’antique Sijilmassa. Ce sont Abbar el-Makhzen, Abbar Moulay el-Mahdi et Abbar Moulay eš-Šerif. Abbar el-Makhzen est entouré d’une première enceinte en pisé, irrégulière, qui délimite une superficie de 5 ha. L’entrée est constituée d’un corps quadrangulaire construit en pierres sur les deux-tiers inférieurs ; la porte extérieure s’ouvre sur une galerie en angle droit qui donne sur une autre porte intérieure. Ces deux portes possèdent un décor mouluré encadrant un arc outre-passé. A l’intérieur, la Kasba est elle-même entourée d’une enceinte régulière de plan rectangulaire. L’entrée, située au nord, est flanquée de deux tours carrées, chacune des courtines possède également deux tours et chaque angle en est muni d’une. L’entrée porte un décor de briques cuites et de plâtre alors que les tours qui la protègent, plus anciennes, sont ornées de motifs géométriques en chevrons faits de briques crues, décor très commun dans tous les ksour du Maroc méridional.

3A l’intérieur de la Kasba, une mosquée, un grand et un petit palais, un pavillon ont été reconnus parmi d’autres monuments ruinés. Sur la porte du grand palais une inscription mutilée permet de dater sa restauration entre 1786 et 1883. Cette restauration serait l’oeuvre de Moulay ‘Abd er-Rahmane dans le premier tiers du XIXe siècle, époque à laquelle se rapporte assez bien le décor des portes de la Kasba et de l’enceinte.

4La date de la fondation d’Abbar est inconnue ; elle doit remonter au XVIe siècle alors que se développe la puissance des Šorfa alaouites. Elle connaît une longue décadence au XVIIIe siècle puis un renouveau peu durable au début du XIXe siècle et de nouveau la déchéance puis la ruine à la fin de ce même siècle.

Haut de page

Bibliographie

Jacques-Meunié D. et Meunié J. Abbar cité royale du Tafilalt (Maroc présaharien), Hespéris, 1959, p. 7-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.B., « Abbar », Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie, Aix-en-Provence, Edisud, 1984, p. 62

Référence électronique

E.B., « Abbar », in Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/774

Haut de page

Auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page