Navigation – Plan du site
A5

Abankōr

M. Gast
p. 56

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1Dans tout le Sahara central, en zone montagneuse, la nappe phréatique des oueds est souvent très proche du sol. En creusant rapidement le sol sableux de quelques centimètres à moins d’un mètre de profondeur, on obtient un trou d’eau pour abreuver les hommes et les animaux, que les Imoûhar appellent abankōr (plu. ibenkār) et les arabophones tilmas. Dès que cette eau est polluée par les poussières, les urines et déjections d’animaux, on creuse à côté un autre abankōr qui fournit une eau claire et pure. Les ânes ensauvagés, les antilopes savent creuser avec leurs pattes avant la surface du sol pour atteindre l’eau et s’abreuver en l’absence de vasques d’eau naturelles. Ces trous sont aussi des abankōr.

Haut de page

Bibliographie

Foucauld P. de. Dictionnaire Touareg-Français. Paris, 1952, Imprimerie Nationale de France, t. II, p. 1283, s. v. ânou (puits) et tout le vocabulaire se rattachant aux différents trous à eau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast, « Abankōr », Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie, Aix-en-Provence, Edisud, 1984, p. 56

Référence électronique

M. Gast, « Abankōr », in Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/771

Haut de page

Auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page