Navigation – Plan du site
A3

Abalessa

M. Gast
p. 54-55

Entrées d’index

Mots clés :

Algérie, Géographie, Ville, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1Village de l’Ahaggar situé à environ 80 km à l’est de Tamanrasset, sur les rives de l’oued Itaγas, confluent des oueds Tit et Outoul qui devient Amded, lequel se jette dans l’oued Tamanrasset.

2C’est l’un des plus anciens et des plus importants centres de culture avec Idélès et Tazrouk, depuis la mise en culture des terres de l’Ahaggar à la fin du XIXe siècle. Bien que l’histoire orale n’ait point gardé de relations précises sur le passé de cette région, il semble bien qu’Abalessa, comme Silet et Tit, ait subi des tentatives d’organisation sociale et agricole bien avant le XIXe siècle. Le tombeau de Tin-Hinān,* ancêtre féminin que se donnent les suzerains de l’Ahaggar, à 2 km au sud-est de l’agglomération actuelle, a rendu célèbre le nom d’Abalessa qui veut dire « lieu cultivable » en berbère.

3Abalessa a certainement joué un rôle appréciable de relais caravanier durant le Moyen Age africain. Situé en terrain facile d’accès, à distance de l’Atakor, de climat sec et chaud, pourvu d’eaux permanentes et de végétaux assurant de l’ombre et du bois pour les hommes, des pâturages pour les animaux, Abalessa fut une étape importante sur les itinéraires Ouargla-In-Salah-Agadez, In-Salah-Silet-Adrar des Iforas-Gao-Tombouctou, Ghât-erg Admer, Adrar Anahef-Silet-Adrar des Iforas (Lhote 1955 : 356). Ces transactions ne manquaient pas d’enrichir le pays et ceux qui le contrôlaient. Les troupeaux de moutons qui remontent à pied parfois encore du Mali, font étape dans la région d’Abalessa après la dure traversée Tin-Zawaten-Silet, particulièrement aride.

4C’est probablement la position stratégique d’Abalessa qui a valu un découpage territorial ancien dans sa région entre les Taytoq et les Kel γela et aussi leur concurrence au niveau de la mise en culture des terrasses arrosées par des drains. La proximité permanente des suzerains a entraîné, comme à Tazrouk, une forte concentration d’esclaves orientés vers l’agriculture par les Kel γela et les Taytoq. Auprès de ceux-ci travaillaient aussi des Iklan en Tawsit (clan vassal des Kel γela) et des khammès des Dag γali.

Abalessa en 1968 (Photo G. Camps).

Abalessa en 1968 (Photo G. Camps).

Abalessa. Puits à traction animale. Le crâne d’âne accroché à l’un des montants a une fonction prophylactique (Photo G. Camps).

Abalessa. Puits à traction animale. Le crâne d’âne accroché à l’un des montants a une fonction prophylactique (Photo G. Camps).

5En 1938 Abalessa comptait 500 personnes dont 12 familles d’artisans locaux, 80 ha de terres cultivées arrosées par 11 drains. Les 117 palmiers en rapport sur 271, donnaient environ 6 000 kg de dattes de variété tegaza (Florimond, 1938).

6C’est près d’Abalessa qu’ont séjourné longtemps les amenūkal Akhamuk ag Ihemma, Bey ag Akhamuk son fils (à Tiffert Tiwulawalen jusqu’à son décès en 1975) et le chef des Taytoq jusqu’en 1912. C’est aussi près d’Abalessa que se situait d’une façon permanente un maître coranique (qui éduquait les enfants du campement de l’amenūkal) et à quelques kilomètres de là une confrérie religieuse (Tidjanya) à Ennedid (Daymuli) créée à la fin du XIXe siècle par un šerif d’In-Salah : Mulay Abdallah.

7Depuis l’indépendance de l’Algérie, Abalessa a bénéficié, comme tout l’Ahaggar, du plan de développement et d’assistance spécifique aux territoires sahariens : écoles, hôpital, bureau de postes, gendarmerie, transports publics, coopératives agricoles avec moto-pompes, moulin coopératif, magasin de vente de produits alimentaires à des prix conventionnés, constructions de maisons d’accueil pour les nomades, etc. Toute cette infrastructure, en relation aussi avec l’animation créée par les chantiers de recherches minières de la région, fait de ce village et de ses satellites (Iglène, Tiffert, Ennedid), un ensemble régional attractif, animé et contrôlé par Tamanrasset, siège de la Wilaya.

Haut de page

Bibliographie

Florimond Cap. Rapport annuel 1938. Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence.

Lhote H. Les Touaregs du Hoggar. Payot, Paris, 1955.

Nicolaïsen J. Ecology and Culture of the pastoral Tuareg. The National Museum of Copenhagen, 1963.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Abalessa en 1968 (Photo G. Camps).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/769/img-1.png
Fichier image/png, 847k
Titre Abalessa. Puits à traction animale. Le crâne d’âne accroché à l’un des montants a une fonction prophylactique (Photo G. Camps).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/769/img-2.png
Fichier image/png, 997k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast, « Abalessa », Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie, Aix-en-Provence, Edisud, 1984, p. 54-55

Référence électronique

M. Gast, « Abalessa », in Encyclopédie berbère, 1 | Abadir – Acridophagie [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/769

Haut de page

Auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page