Navigation – Plan du site

Gabriel Camps

(1927-2002)*
Marceau Gast, Edmond Bernus, Jehan Desanges et Salem Chaker
p. 3783-3790

Note de l’auteur

La bibliographie des publications de Gabriel Camps est publiée dans L’Homme méditerranéen, Hommage offert à G. Camps, publié par l’Université de Provence - Aix-en-Provence, en 1995

  • * Ces hommages ont été publiés dans le numéro XXV de l'Encyclopédie berbère.

Image 1.png

Gabriel Camps (1997)

Gabriel Camps (1927-2002)
par Marceau Gast

Le Professeur Gabriel Camps nous a quittés le 6 septembre 2002, emporté par les suites d’une grave maladie.

Né le 20 mai 1927 à Misserghin, en Oranie, il affirma très jeune de grandes capacités intellectuelles. Dès l’âge de huit ans il se passionnait déjà à identifier des collections de pièces romaines. Son père, ingénieur à la Société Nationale des Chemins de Fer Algériens, sut favoriser sa curiosité concernant l’histoire antique de l’Afrique du Nord. Après des études secondaires au lycée d’Oran, il passa ses baccalauréats à Alger en latin-grec en 1944, puis en philosophie en 1945. Après son année de propédeutique, il termina sa licence d’histoire et géographie en 1947 et fréquenta dès 1949 le petit laboratoire de Préhistoire que venait de créer Lionel Balout dans un local du Musée du Bardo. De ce modeste laboratoire allait sortir une pépinière de chercheurs qui fondèrent ce qu’on appela « l’école d’Alger » et dont Gabriel Camps fut l’un des plus brillants, surtout à partir de la création par Lionel Balout (devenu doyen de la Faculté des Lettres d’Alger) du Centre de Recherches Anthropologiques, Préhistoriques et Ethnographiques (CRAPE) en décembre 1955. Le bâtiment moderne et fonctionnel sur trois plans, contigu au Musée du Bardo d’Alger, et dont la construction fut terminée en 1960, allait devenir un instrument de travail de premier ordre.

Durant toutes ces années marquées par la guerre d’Algérie, Gabriel Camps alors professeur d’histoire et géographie dans différents lycées d’Alger, multiplie ses recherches sur le terrain en Algérie, en Tunisie et au Maroc notamment. De l’examen critique des recherches précédentes en préhistoire et protohistoire, il constate que cette dernière discipline demeure le « parent pauvre » et que cet immense domaine reste à défricher. Après la synthèse magistrale de Lionel Balout sur La Préhistoire de l’Afrique du Nord (1955), Gabriel Camps présente en thèse principale son énorme travail intitulé : Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques (1961, 628 p.) et en thèse secondaire : Massinissa ou les débuts de l’Histoire (1961, 320 p.). Ces deux livres sur les origines de la Berbérie fondent d’une façon définitive la protohistoire de l’Afrique du Nord et donnent aux recherches sur les Berbères jusque-là éparses leurs « lettres de noblesse » et leur unité.

Après le départ d’Algérie de Lionel Balout en 1962 (avant l’indépendance de l’Algérie), l’entrée de G. Camps au CNRS et son affectation à la direction du CRAPE et du Musée du Bardo, une période incertaine s’annonce en juillet-septembre 1962. Les accords d’Évian accordaient une gestion française durant quatre ans aux instituts de recherches qu’étaient le CRAPE, l’Institut de recherches océanographiques, l’Institut de recherches sur le cancer et l’Institut de recherches nucléaires ; leur financement et leur fonctionnement étaient pilotés par une Commission franco-algérienne de la Coopération.

Gabriel Camps et son épouse, Henriette Camps-Fabrer, décident de revenir en Algérie après leurs vacances d’été et se retrouvent seuls passagers à bord du bateau qui les ramènent en septembre à Alger. Le CRAPE et le Musée du Bardo, que de méchantes rumeurs annonçaient avoir été déménagés en France, sont immédiatement rouverts ; le personnel algérien retrouve ses fonctions à tous les niveaux et le public des visiteurs peut s’assurer que tout est en place. Gabriel Camps assume alors avec une énergie incomparable les multiples tâches de ses différentes fonctions : cours d’archéologie préhistorique et protohistorique à l’Université d’Alger, séminaires de recherches au CRAPE, direction de diplômes et thèses, direction de la revue Libyca et de la collection des Mémoires du CRAPE, missions et fouilles sur toute l’Algérie et au Sahara, travaux pratiques collectifs au CRAPE (en anthropologie physique, typologie préhistorique, étude des poteries, etc.), direction du Musée du Bardo, réfection et création de nouvelles expositions. Outre sa participation à de nombreuses Commissions au CNRS à Paris et à Alger, le directeur et ses adjoints sont assaillis de demandes de conférences, de visites commentées, de réceptions de chefs d’État étrangers. Le Musée du Bardo et le CRAPE font partie des fleurons présentés à tous les invités officiels, du Maréchal Tito au Président Senghor ; les cinéastes, les photographes affectionnent ce palais turc, bien entretenu avec ses salles d’expositions, qui témoignent de la culture du pays sur plusieurs millénaires.

Cet ensemble dynamique suscite des vocations et des passions qu’il faut parfois tempérer en fermant les bureaux de travail à 23 ou 24 heures la nuit. La bibliothèque, déjà riche des documents accumulés par Maurice Reygasse, devient un centre très sollicité et très actif. Une trentaine d’ouvrages sont publiés de 1962 à 1970 : des centaines d’articles sont diffusés dans Libyca et des revues scientifiques françaises et étrangères. Le CRAPE acquiert une renommée internationale et initie des relations avec tous les pays qui s’intéressent au passé de l’Afrique du Nord et du Sahara (de la Méditerranée, mais aussi des pays de l’Est et de l’Amérique).

En 1969, la fin des accords franco-algériens relatifs aux instituts de recherches (à cette date ceux-ci devaient passer sous gestion algérienne), mais aussi les bouleversements universitaires engendrés par Mai 1968 incitèrent Gabriel Camps à demander son transfert à l’Université de Provence où il était prévu de créer pour lui la première chaire d’archéologie préhistorique. Une partie des chercheurs et des personnels administratifs (une dizaine de personnes) acceptait alors de partir avec leur directeur pour s’installer dans une salle du rez-de-chaussée à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines d’Aix-en-Provence.

À la fin 1969-début 1970 commence la deuxième carrière de Gabriel Camps et de son équipe. Sa nomination au Comité national du CNRS (Anthropologie, Préhistoire et Ethnologie) durant deux mandats successifs lui permet de bien comprendre les mécanismes de fonctionnement du CNRS qui, vus d’Alger, paraissaient opaques et mystérieux. La création de la « Recherche Coopérative sur Programme » (RCP 151), qui proposait une recherche sur le Sahara en quatre ans, avait déjà amorcé à Alger une relation interne avec le CNRS et un financement qui allait remplacer en partie les crédits accordés précédemment par la Coopération franco-algérienne. Ainsi, les recherches pouvaient continuer sans rupture, en gardant une liaison scientifique avec le CRAPE dont le nouveau directeur était Mouloud Mammeri. La RCP 151 arrivant à terme, le Professeur Camps crée alors, en 1969, à l’Université d’Aix, le « Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale » (LAPMO), en sollicitant son association au CNRS. Cette formation lui permet de faire d’abord partie de l’Institut de Recherches Méditerranéennes (IRM), qui évolua ensuite vers une fédération de laboratoires sur la Méditerranée : le « GIS Méditerranée » (Groupe d’Intérêt Scientifique dirigé par le Professeur J.-L. Miège), financée par le CNRS, les Universités et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Durant les années 1970-1975, après des centaines de réunions souvent âpres et épiques, la « Maison de la Méditerranée » (5/7 avenue Pasteur à Aix-en-Provence) peut enfin accueillir en tout ou partie les cinq formations fondatrices du « GIS Méditerranée », dont le LAPMO.

Plus tard, en 1985, le « GIS Méditerranée » sera dissous pour permettre la création de l’Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM). Les préhistoriens du LAPMO rejoignent alors de nouveaux locaux à l’Université de Provence, les ethnologues restent à l’IREMAM. Gabriel Camps est élu membre du Conseil d’administration et du Conseil scientifique de l’Université de Provence jusqu’à sa retraite prématurée en 1990, tout en continuant ses recherches et ses publications. Avec la création de la « Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme » (MMSH, Jas de Bouffan, Aix), l’équipe du LAPMO s’installe enfin dans des locaux plus adaptés et fonctionnels et devient une « Unité Mixte de Recherche » (UMR 6636) du CNRS.

À partir de 1970, Gabriel Camps met en route un projet qui lui tient à cœur et qu’il réalise tout de suite, en édition provisoire, sur stencils tirés à la ronéo : L’Encyclopédie berbère. Cette œuvre ambitieuse et gigantesque ne reçoit pas un très bon accueil des linguistes et ethnologues français spécialistes du monde maghrébin et berbère, qui restent frileusement muets. C’est l’époque où des voix officielles en Algérie déclarent que les Berbères « sont une création des Pères blancs » (bien connus surtout pour leur travaux sur la langue et de la culture kabyles) et où le Gouvernement algérien met l’ethnologie au banc des « sciences coloniales ». Tous les proches collaborateurs et fidèles de G. Camps acceptent sans faiblir de travailler à contre-courant de ces opinions peu courageuses et défaitistes. Après le tirage de 40 numéros de l’édition provisoire, le premier numéro de cette Encyclopédie, honorée d’un crédit de l’UNESCO, est édité à Aix-en-Provence par Édisud en 1984. Dans une remarquable introduction de quarante pages, Gabriel Camps définit les buts et objectifs du projet, en dressant, à travers l’histoire des Berbères, la liste des grands thèmes et des disciplines qui seront abordés. Cette recherche encyclopédique correspondait bien aux capacités intellectuelles, à l’insatiable curiosité et à l’esprit pionnier, audacieux, de Gabriel Camps.

Son esprit incisif, ses jugements rapides et sûrs, son ironie et son courage ont souvent fait trembler les faibles, les médiocres et prétentieux qu’il savait remettre à leur place en quelques mots. Ceux-ci se sont souvent mépris sur ses qualités humaines, alors que Gabriel était d’une courtoisie, d’une délicatesse hors du commun avec tous ses collaborateurs et collaboratrices, quels que soient leurs grades et leurs fonctions. Homme de foi, profondément croyant et religieux, aimant passionnément l’Algérie et le Sahara, il restait d’une totale discrétion sur sa vie personnelle, que partageait Henriette Camps-Fabrer avec dévouement et générosité.

L’arrivée de Gabriel Camps et de son épouse à l’Université de Provence, malgré les avatars administratifs et financiers de cette époque troublée, donna une impulsion remarquable à l’enseignement et à la recherche en préhistoire dans le midi de la France. Madame Camps-Fabrer encadra durant des années les étudiants dans une véritable école de fouille sur le site de Miouvin et créa la « Commission internationale de la nomenclature de l’os » à qui l’on doit une collection de publications irremplaçables.

Mais les recherches sur le Maghreb et la Méditerranée ne faiblirent pas pour autant. G. Camps publiera Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du Nord et du Sahara (1974, 336 p.), le Manuel de recherches préhistoriques (1980, 460 p., réédité en 1990) ; Berbères aux marges de l’Histoire (1980, 352 p. ; réédité en 1987) ; La Préhistoire. À la recherche du paradis perdu (1982, 463 p., ouvrage couronné par l’Académie française et traduit en italien en 1985) ; deux livres sur la préhistoire de la Corse en 1988 ; L’Afrique du Nord au féminin (1992, 353 p.), délicieux récits sur les femmes célèbres, tantôt ayant réellement existé, tantôt imaginées. Il dirige aussi l’édition de plusieurs autres ouvrages, crée la collection des Atlas préhistoriques du Midi méditerranéen français (10 tomes parus), résultats de recherches réalisées par des étudiants (maîtrises et DEA), une autre collection Atlas préhistorique de la Tunisie en collaboration avec l’Institut National d’Archéologie de Tunis (10 tomes publiés). Sa participation à de nombreuses revues scientifiques françaises et étrangères, à de nombreux colloques, produit, de 1945-1952 à 2002, plus de 250 articles se répartissant sur onze rubriques de ses spécialités : de la préhistoire de l’Europe, du Maghreb et Sahara, à l’anthropologie et l’ethnologie, la céramique berbère, l’âge des métaux, les chars préhistoriques, la Corse, la religion, les temps historiques, etc., sans compter les nombreuses notices de l’Encyclopédie berbère qu’il signe soit de son propre nom, soit Eb, C. Agabi, ou C. El Briga.

Plusieurs générations d’étudiants devenus à leur tour enseignants ou chercheurs se souviendront longtemps des cours du Professeur Gabriel Camps et de son épouse, de leurs séminaires et des discussions passionnantes qui les suivaient. Beaucoup de leurs collaborateurs préhistoriens, anthropologues, ethnologues, savent tous ce qu’ils leur doivent en méthode de travail, en conseils et avis scientifiques et soutien moral.

Vingt-cinq volumes de l’Encyclopédie Berbère, sont déjà parus. Les collaborateurs de cette œuvre se font un devoir et un honneur de continuer cette tâche collective qui restera fondamentale pour la construction de l’identité maghrébine, son histoire et ses fondements.

Gabriel Camps fut honoré d’un certain nombre de distinctions grâce à la qualité et au prestige de ses travaux et publications :
– Le 18 janvier 1963, il reçoit un prix de la Fondation Lyautey honorant son livre Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques.
– Le 19 août 1975, il reçoit les Palmes Académiques (au grade de chevalier).
– Le 16 décembre 1983, il est nommé membre libre de l’Académie des Sciences d’Outre-Mer.
– Le 2 août 1984 : officier de l’Ordre national du mérite.
– Le 22 avril 1997 : membre de l’Institut italien de Préhistoire et Protohistoire de Florence.

Il était aussi membre correspondant de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres de Paris depuis 1987, où il fit plusieurs conférences, et membre du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), qu’il fréquentait régulièrement.

Nous avons perdu une grande figure de la recherche, dont les travaux représentaient une vaste synthèse, assez rare, entre les deux rives de la Méditerranée, dans une grande profondeur de temps, une vision généreuse et dynamique, multidisciplinaire, qui a ouvert de nombreuses voies vers l’avenir.

Nous avons aussi perdu un grand ami dont la forte personnalité et l’immense savoir nous confortaient et nous guidaient en toutes circonstances.

J’ai malheureusement peu connu Gabriel Camps, sinon en lisant ses travaux, ses livres sur la préhistoire et ses innombrables publications : cette lecture m’a permis de découvrir l’étendue de son savoir. Si je ne l’ai qu’entrevu, j’ai souvent communiqué avec lui par lettres et par communications téléphoniques. Chaque fois – sa voix était immédiatement reconnaissable – j’entendais cette phrase : « Notre prochain volume aborde la lettre A (ou la lettre B ou G), avez-vous une notice à me donner ? » Il s’agissait, bien entendu de l’Encyclopédie Berbère qui, dès les premiers fascicules, avait belle allure, avec une couverture illustrée chaque fois par une gravure rupestre différente et des articles dont les figures et les photos rendaient attrayants des textes parfois austères. Bref, cette collaboration a été pour moi un vrai plaisir, me permettant de mettre à jour des observations ou des notes de terrain anciennes et de participer à une œuvre collective de grande valeur.

Mais, il faut que je le confesse, des articles m’ont été attribués, alors que l’auteur était Gabriel Camps. Ce dernier, qui était le maître d’œuvre de l’Encyclopédie, rédigeait de nombreux articles dans lesquels il montrait l’étendue de ses connaissances. Il signait certains d’entre eux, mais quelques autres, par modestie, portaient comme seule marque des initiales : Eb pour Encyclopédie Berbère. J’ai découvert récemment, dans une excellente bibliographie de Lamara Bougchiche sur Langues et littératures berbères des origines à nos jours (Ibis Press, 1997), qui est l’ouvrage de référence pour tous les spécialistes, que les articles signés Eb m’avaient été indûment attribués. N’étaient-ce pas mes initiales ? Ainsi en est-il des notices E2 (2562-2564) et E4 (2585-2586) du volume XVII et peut-être de quelques autres. C’était pour moi un grand honneur et c’est ici que je viens confesser que ces textes avaient pour auteur Gabriel Camps.

Gabriel Camps était un savant exceptionnel, mais aussi un homme d’une grande chaleur qui a su diriger de nombreux chercheurs ; il a permis de faire connaître la culture berbère à la période clef qui a suivi les indépendances.

In memoriam G. Camps. Témoignage
par Jehan Desanges

J’ai fait la connaissance de Gabriel Camps en 1955, alors que, « professeur de grammaire » au lycée E.-F. Gautier d’Alger, par curiosité pour la préhistoire à laquelle j’avais été initié au Musée de l’Homme, je suivais les conférences de Lionel Balout, dont il était un des disciples préférés. Mes connaissances en la matière étaient légères et L. Balout me dirigea bientôt avec une ferme lucidité vers le commentaire de tel passage de Pline l’Ancien qui l’intéressait particulièrement. Mais, dès lors, l’attention que je me mis à porter au substrat de l’Afrique du Nord antique, à son peuplement et à ses tribus fut le point de départ de relations bien vite amicales avec G. Camps, de peu mon aîné, mais déjà beaucoup plus avancé que moi dans la connaissance de ce large domaine. Au cours d’un demi-siècle ou presque, venus d’horizons quelque peu différents nous nous sommes beaucoup rapprochés dans une cordialité sans nuage.

Je n’insisterai pas ici sur ses admirables qualités humaines, ni sur celles de son épouse, notre chère collègue Henriette Camps-Fabrer, dont par ailleurs l’œuvre scientifique est tout à fait considérable. Mais je veux souligner le caractère durable de notre relation sous l’aspect de l’érudition. Plus encore que préhistorien, G. Camps était protohistorien, bon latiniste de surcroît, et il a presque d’emblée défini sa méthode de recherche qui en faisait pour ainsi dire un guetteur aux marches de l’histoire : « Entre le préhistorien condamné à la seule étude de documents matériels et l’historien tenté de se laisser conduire par la magie des textes, le protohistorien doit savoir tirer de l’archéologie le maximum de renseignements et suivre, dans les rares récits conservés, le fil subtil de la pensée et du jugement, de l’acte ou de la décision par lesquels un homme ou un clan influa sur son temps et le transforma » (Massinissa, 1960, p. 3). Ces lignes pleines de clairvoyance, qui apparaissaient aussi comme une salutaire mise en garde, ne pouvaient que retenir l’attention du philologue converti à l’histoire que j’étais.

Malgré les ramifications multiples et robustes d’une œuvre foisonnante, je crois que son centre de gravité n’a cessé d’être l’étude du monde libyco-berbère à travers les âges. D’où la conception dans l’esprit de G. Camps, il y a une trentaine d’années au moins, d’une Encyclopédie berbère que lui seul pouvait entreprendre pour combler une lacune béante. Il l’a menée à la moitié de son cours en quelque vingt-cinq fascicules, dirigeant de nombreux collaborateurs et rédigeant, sous son nom ou sous divers pseudonymes, un très grand nombre de notices. Ayant collaboré à tous les fascicules parus, dans une proportion il est vrai parfois très modeste, je m’honore tout particulièrement d’avoir partagé avec lui, et en profonde communion intellectuelle, la rédaction de l’article Aethiopes, qui établit fermement la présence d’un peuplement mélanoderme à la lisière du Maghreb dès l’aube de l’histoire.

Certes, la disparition de G. Camps prive l’Encyclopédie berbère d’un souffle irremplaçable, car il lui avait donné vie et elle était, en quelque sorte, à son image. Mais si elle ne saurait suffire à révéler l’ampleur d’une activité scientifique qui s’exerça aussi, et de façon féconde, sur la pré- et protohistoire des îles de la Méditerranée occidentale et singulièrement de la Corse, voire du « Midi méditerranéen français », cette œuvre collective ne laisse pas de dépasser son créateur et de lui survivre en perpétuant son esprit. Groupés derrière Salem Chaker, à qui incombe désormais la lourde charge de diriger la publication, les conseillers scientifiques et les membres du comité de rédaction auront à cœur de mener à son terme une Encyclopédie berbère dont chaque fascicule est attendu avec impatience non seulement dans les bibliothèques des Universités et Centres de recherche d’Europe et du Maghreb, mais encore, nous avons pu nous en assurer, dans celles des États-Unis – à preuve, entre autres, les nombreuses références à l’Eb figurant dans le répertoire toponymique (Map-by-Map Directory, I) aux chapitres des cartes de l’Afrique du Nord antique incluses dans le monumental Barrington Atlas of the Greek and Roman World (Princeton, 2000).

Hommage à un maître
par Salem Chaker

  • 1 De G. Camps à Alger avant 1969, je n’ai qu’une image imprécise et fugitive, bien que je fréquentais (...)
  • 2 Je pense notamment à Georges Mounin et Mario Rossi.

Je n’ai vraiment connu Gabriel Camps qu’à partir de mon arrivée1 à Aix-en-Provence en 1970, encore tout jeune étudiant en linguistique mais déjà fermement décidé à faire carrière de berbérisant. Et, immédiatement, G. Camps a été de ces quelques personnalités2 scientifiques éminentes de l’Université de Provence qui m’ont accueilli, encouragé et guidé.

Dans ces années de formation et de préparation au métier de chercheur, Gabriel Camps a joué pour moi un rôle tout à fait particulier, décisif même.

D’une part, en m’accueillant d’emblée, alors que j’en étais encore à préparer mes mémoires de maîtrise, dans son laboratoire, il m’offrait des conditions matérielles et un environnement intellectuel tout à fait exceptionnels pour un tout jeune apprenti-chercheur, avec un petit coin-bureau personnel, un accès immédiat à une documentation sur le monde berbère déjà riche.

D’autre part, en m’associant au projet d’Encyclopédie berbère, dès le lancement de l’édition provisoire en 1970, pour laquelle il m’encourageait à rédiger des notices linguistiques, il me donnait la possibilité de faire mes toutes premières armes de chercheur.

Enfin, sur la plus longue durée, en me permettant de m’insérer dans un tissu scientifique pluridisciplinaire de sciences sociales consacré au monde berbère, il m’a assuré l’ouverture indispensable vers les sciences historiques et l’ethnologie. Gabriel Camps m’a permis d’ancrer mes propres travaux de linguistique dans ce terreau humain et social sans lequel toute recherche linguistique peut vite se réduire à un formalisme assez stérile.

Et c’est sans aucun doute cet aspect de son parcours et de son approche scientifique qui m’apparaît le plus fascinant et qui m’aura personnellement le plus influencé : Gabriel Camps était fondamentalement un préhistorien et un protohistorien, mais rien de ce qui touchait au monde berbère ne lui était étranger et toute sa vie aura été un effort permanent pour intégrer les apports des disciplines connexes, établir des ponts vers ces autres savoirs voisins, un effort pour lutter contre les cloisonnements, disciplinaires et chronologiques. Il n’était pas linguiste ni berbérisant au sens étroit du terme, mais il fut le premier à percevoir clairement (dès Massinissa, 1961) tout ce que le préhistorien pouvait tirer des données linguistiques berbères, au plan sociolinguistique bien sûr, mais surtout au plan de l’origine et de la diffusion des faits de cultures et des pratiques humaines. Il ne semble pas avoir eu d’influence directe de Georges Dumézil, mais son approche des relations entre langue, culture et société rejoint celle du grand savant ; et elle est particulièrement féconde dans un monde où les traces écrites sont rares. La langue et les traces multiples qu’elle porte et recèle était pour lui un outil essentiel pour la construction des savoirs sur les Berbères.

Dès le lancement du projet d’Encyclopédie berbère (1970), G. Camps m’y a donc associé et j’ai exercé de fait dès le départ la fonction de conseiller scientifique pour la linguistique. Ce rôle a été officialisé avec le démarrage de la publication de la version définitive de l’Eb (vol. 1, 1984).

Au cours des 30 dernières années, l’Encyclopédie berbère a été pour moi un lieu de collaboration et confrontation permanente avec l’historien et l’ethnologue. Nombre de mes travaux personnels, parmi ceux que je considère comme les plus originaux, n’auraient sans doute jamais pu être réalisés sans cet espace d’échanges pluri-disciplainaires : je pense notamment à mes travaux sur le libyque, sur l’onomastique ancienne (antique et médiévale), à mes reconstructions lexico-sémantiques sur les noms d’animaux domestiques en berbère en liaison avec les travaux des préhistoriens sur l’origine de l’élevage en Afrique du Nord...

À son départ à la retraite en 1990, G. Camps m’avait déjà demandé d’assurer la succession de la direction de l’Encyclopédie berbère en cas de défaillance de sa part. Bien que sérieusement diminué par la maladie, il a continué à assumer la responsabilité de la publication de l’Eb jusqu’au début de l’année 2002. En avril 2002, sentant ses forces décliner mais parfaitement lucide, il m’a demandé de l’accompagner auprès du directeur des éditions Édisud pour lui signifier la passation de responsabilité.

En quelques mois, la maladie a emporté G. Camps, qui est décédé le vendredi 6 septembre 2002 en fin de journée. Ce jour-là, entre 17 et 18 heures, je lui ai rendu visite pour lui apporter ma contribution à la notice « Jeux » ; je lui ai réitéré à cette occasion mon engagement à prendre le relais. Les Dii Mauri ont sans doute voulu que je sois la dernière personne de son entourage à le voir vivant. Il était, sur son lit d’hôpital, encore tout à son Encyclopédie et avait dans son cartable, sur une petite tablette près de lui, l’essentiel des matériaux du présent volume.

On comprendra que c’est pour moi un devoir moral et scientifique impérieux que de poursuivre la tâche engagée et, avec l’aide de l’équipe large et motivée que Gabriel Camps a dès le départ constituée, de mener à son terme l’Encyclopédie berbère.

Je ne peux terminer cet hommage sans évoquer le courage et la présence admirables de son épouse, Henriette Camps-Fabrer, qui, chaque fois que je le lui ai demandé, m’a ouvert le bureau et les dossiers de G. Camps, avec une parfaite mémoire des papiers et documents de son époux. Sa gentillesse, sa disponibilité auront grandement facilité l’édition de ce fascicule.

Enfin, un grand merci à tous les collègues et amis qui ont permis que la publication se poursuive sans retard excessif, qui en nous renvoyant texte et iconographie, qui en rédigeant in extremis une notice complémentaire, qui en nous aidant à retrouver les coordonnées de certains collaborateurs... Je voudrais ici témoigner en leur nom de leur volonté à tous de poursuivre l’œuvre initiée par Gabriel Camps.

Notes

* Ces hommages ont été publiés dans le numéro XXV de l'Encyclopédie berbère.

1 De G. Camps à Alger avant 1969, je n’ai qu’une image imprécise et fugitive, bien que je fréquentais déjà le CRAPE à cette époque et avais un excellent contact avec Marceau Gast qui m’avait aidé à organiser mon premier voyage au Sahara, alors que j’étais encore lycéen. C’est d’ailleurs M. Gast qui m’a encouragé à quitter Paris pour venir rejoindre l’équipe à Aix.

2 Je pense notamment à Georges Mounin et Mario Rossi.

Haut de page