Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L33b

Lune

Compléments linguistiques et ethnologiques (Berbères Nord)
S. Chaker
p. 4444-4447

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1. le nom berbère de la lune

1Le berbère actuel connaît deux noms principaux pour désigner la lune.
– 
ayyur ou ayur, le plus largement répandu et le plus vivant, qui désigne la « lune » et le « mois lunaire » ;
– 
taziri ou tiziri (avec harmonisation de la voyelle initiale), souvent moins usuel, qui désigne généralement le « clair de lune, la lumière de la lune ».

2Ainsi :
– kabyle :
ayyur > aggur, dans la plupart des parlers, selon un traitement phonétique régulier de la tendu [yy] (Dallet, p. 270)
tiziri : (Dallet, p. 955)
– Mozabite :
yur / iyaren, « lune nouvelle, lunaison, mois (Delheure, p. 243)
taziri, « pleine lune, clair de lune » (Delheure, p. 254)
– Ouargla :
yur / iyaren , « croissant de lune nouvelle, mois lunaire ou solaire » (Delheure, p. 380) taziri, « lune (non le croissant) » (Delheure, p. 396)
– Chaoui :
ayur / iyuren, « lune, mois lunaire, mois » tiziri, « claire de lune » (Huyghe, p. 390)
– Rifain :
ayur, « lune » (Renisio 1932) yyur, « lune » (Biarnay 1917) taziri, « clair de lune » (Biarnay 1932)
– Beni Snous :
yur, « lune, mois lunaire » (Destaing 1914, p. 202) taziri, « lumière de la lune, clair de lune » (Destaing 1914, p. 2003)
– Tamazight :
ayur / ayuren, « lune ; mois » (Taïfi, p. 785) taziri / tiziri, « lune, pleine lune » (Taïfi, p. 812)
– Tachelhit :
ayyûr / yîren, « lune, mois » (Destaing 1938, p. 174).
– Ghadames :
ûyer / uyerâwen, « lune, croissant de lune, mois lunaire » taziri, « pleine lune » (Lanfry, n° 1724, p. 407)
– Touareg :
éôr / éôren (Foucauld II, p. 705-706). Taziri/Tiziri ne semble pas attesté.
– Zenaga :
Nicolas (1953, p. 174) donne les racines YR et ŽR, mais seule la seconde est illustrée par une forme lexicale effective :
é’žir et é’žžerh (p. 127).

Sur la forme ayyur/ayur

3La tension du /y/, très nettement marquée en kabyle (avec traitement [yy] > [gg]) et en chleuh, la présence de la voyelle constante /a/ pour l’État d’annexion (ayyur / wayyur), la durée souvent nettement marquée de l’une des voyelles thématiques, indiquent que la racine synchronique YR est très certainement la forme réduite d’une racine plus ancienne à trois consonnes. La voyelle thématique /u/, parfaitement stable à travers l’ensemble berbère, la vocalisation initiale (/û/) de Ghadames, et la forme du pluriel dans ce parler orientent vers une racine primitive * YRW.

4Or, une divinité de l’Antiquité (Numidie) dénommée IERU est « représentée par un personnage dont la tête est radiée comme le serait celle d’une divinité astrale » (G. Camps, « Ieru », EB, XXIV, p. 3641).

5Certaines expressions kabyles (aggur n tziri, « pleine lune », aggur n yiṭṭij « disque solaire ») semblent bien indiquer que le sens premier de ayyur a dû être « disque astral » (cf. Chaker, EB XXIV, p. 3641 et Dallet, p. 270).

Sur la forme taziri/tiziri

6Elle désigne plutôt « le clair de lune », « la lumière de la lune », voire « la pleine lune » en ce qu’elle est à son summum de lumière. Dans sa forme primitive, sans marque initiale ta-/ti-, ziri a été utilisé comme nom de personne chez les Berbères, comme en atteste avec éclat Ziri, fondateur de la dynastie ziride et l’ethnonyme (kabyle) A(y)t Ziri, « descendants de Ziri ». Cette forme courte est du reste attestée dans des incantations à la lune incluses dans des contes kabyle (Moulieras) où un personnage s’adresse à la lune de la manière suivante :

Ziri, ziri, ma, yemma ! = « Lune, Lune, mère, ô maman ! »

7Enfin, certains groupes touaregs utilisent également le terme tallit/tellit (plur. tilil ; cf. notice précédente et de Foucaud III, p. 982). Mais si l’on considère l’ensemble des données lexicographiques touarègues et berbères, ce mot semble désigner fondamentalement la durée du mois (lunaire). Ce que confirme le kabyle où il est connu comme archaïsme désignant une durée de temps imprécise (tallit, Dallet, p. 441).

2. Lune symbole de fécondité et de beauté

8Chez les tous les Berbères Nord, la lune est clairement associée à « la fécondité, à la culture, à l’intérieur, au féminin et à l’humidité » (voir notamment Lacoste-Dujardin, p. 106 ou El Alaoui 2001). L’ensemble des contes et rituels confirment ces associations et valeurs symboliques, qui rejoignent tout à fait celles que l’on retrouve chez les Touaregs (cf. notice précédente). Chez ces derniers, le lien avec l’eau et la fécondité est encore plus explicite comme en atteste le rituel relevé en Ahaggar, au début du XXe siècle, par Charles de Foucauld à l’occasion de la nouvelle lune :

Imûhaγ, as tebded tellit, éd etteren es Mess-îneγ, éd selfeγen atu i tellit, éd ennin :

– « Ê Mess-îneγ tekfid-âneγ anǧi ; teslemed-âneγ telawîn-neneγ ; sûlud tanaṭ-neneγ ; tekfid-âneγ ahel full henǧa-neneγ a mûsen ; tekfid-âneγ elmisṭar daγ eddunya aked daγ elaxret. Iǧ-îm Yalla tallit n tembarek.Wa kem iǧen daγ tihay-ennît, isseǧmeḍ-kem-d s afa-nnît. Isseǧmeḍ-âneγ daγ eddunya u d-es enǧé a iccâḍen. Ê Mess-îneγ, teǧed harrayet-neneγ tûf tîzâret-neneγ. Nanḍaw-âk téẓiwt teqqôret, anḍu-âneγ ti tebdâǧet ! » Éd ermesin téẓiwt, é tet-anḍwin berin éôr.

À la nouvelle lune, les Touaregs adressent des prières à Dieu. Ils tirent des coups de fusil au mois nouveau en disant : accorde nous la victoire sur nos ennemis, quels qu’ils soient ! Donne-nous ta protection dans ce monde et dans l’au-delà ! Dieu fasse que tu sois un mois béni. Que celui qui t’a plongé dans les ténèbres te fasse apparaître à sa lumière !

Qu’il nous fasse quitter ce monde sans que nous ayons fait le mal ! Ô Seigneur, puisses-tu faire que nos œuvres à venir soient meilleures que celles qui ont précédé ! Nous te lançons une tige desséchée, renvoie-nous en une verte ! » Ils saisissent une tige et la jettent en direction de la lune. (Charles de Foucaud…, Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Édisud, 1984 [texte n° 172, « Nouvelle lune », p. 293]).

9La lune est aussi symbole de beauté (féminine) : (kabyle) tecbe am waggur. Dans de nombreux contes, la beauté de l’héroïne-femme est directement comparée et mise en concurrence avec celle de la lune (« Qui de nous deux est la plus belle, ô Lune ? »…). Associée à la lunaison et au mois de ramadhan, la lune est également objet d’attente et de désir : « je l’attends comme la lune » évoque l’attente impatiente d’un évènement positif.

10Ces rituels et associations sémantiques indiquent bien que la lune a conservé chez les Berbères la trace de la divinité antique, concentrant féminité, fécondité et beauté.

Haut de page

Bibliographie

CAMPS G. & CHAKER S. : « Ieru », Encyclopédie berbère, XXIV, 2001, p. 3642-3642.

DALLET J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982, p. 872, 922 et 946.

DELHEURE J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF, 1984, p. 227.

DELHEURE J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF, 1987, p. 267 et 312.

DESTAING E. : Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Sous), Paris, 1938, p. 171.

DESTAING E. : 1914 – Dictionnaire français-berbère (dialecte des Beni Snous), Paris, Leroux.

DOUTTÉ E. : Magie et religion dans l’Afrique du Nord, Alger, 1909/Paris, Geuthner, 1984 (notamment p. 303).

EL ALAOUI N. : 2001 – Le soleil, la lune et la fiancée végétale : essai d’anthropologie rituelle. Les Idaw Martini de l’Anti-Atlas, Maroc, Aix-en-Provence, Édisud.

FOUCAULD Ch. de : Dictionnaire touareg-français, II, Paris, 1952, p. 640.

FOUCAULD Ch. de & de CALASSANTI-MOTYLINSKI A. : Textes touaregs en prose, Aix-en-Provence, Édisud, 1984, texte n° 172.

GENEVOIS H. : « Superstitions. Recours des femmes kabyles, I & II », Fichier de Documentation Berbère, n° 97 & 100, 1968 (I) & 1968 (IV),

HUYGHE R.P. : Dictionnaire français-chaouia, Alger, 1906, p. 385.

LACOSTE-DUJARDIN C. : Le conte kabyle. Étude ethnologique, paris, Maspéro/La Découverte, 1982.

LANFRY J. : Ghadames II (Glossaire), Alger, FDB, 1973, n° 102.

MOULIERAS A. : Légendes et contes merveilleux de la Grande Kabylie, Paris, Leroux, 1893-1896. (Traduction par C. Lacoste-Dujardin : Paris, Imprimerie nationale/Geuthner, 1965.

Réédition biligue : Aix-en-Provence, Édisud, 1999.)

RENISIO A. : Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif…, Paris, 1932, p. 432 [izem coexiste avec ayrad].

PRASSE K. G., GHOUBEID A., MOHAMED GH., 1998, Lexique touareg – français [2e édition], Copenhague, Museum Tusculanum/Université de Copenhague. (p. 118, 121)

TAÏFI M. : Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan, 1991, p. 806.

VYCICHLW. : « Die Mythologie der Berber », Wörterbuch der Mythologie (H.-W. Haussig, ed.), Stuttgart, Ernst Klett Verlag, 1972, p. 555-708.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Lune », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4444-4447

Référence électronique

S. Chaker, « Lune », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/368

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page