Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L33a

Lune

(chez les Touaregs)
H. Claudot-Hawad
p. 4441-4444

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les noms de la lune varient selon les parlers touaregs : le terme générique, ayur (avec ses variantes phonétiques) est connu dans toutes les régions, mais dans l’Aïr, par exemple, on lui préfère tellit (tallit, shillit suivant les prononciations), qui désigne également le « mois » lunaire et la « nouvelle lune ».

2Pour dénommer la lune selon l’apparition de ses quartiers, de nombreux termes ou expressions composées existent. Dans l’Ahaggar, en tamahăq la pleine lune est évoquée par l’image de la vannerie ronde téseyt (Foucauld, Dict. IV : 1811). Lorsque la lune est invisible, du vingt-septième jour à la fin du mois lunaire, les Kel Ahaggar disent que « le soleil a rejoint la lune, l’a arrêtée et l’a forcée à rester arrêtée, pendant que lui-même continue seul sa course » (Foucauld, III : 1462­63), mettant en scène la rivalité entre soleil et lune dont l’enjeu est la mobilité de chacun dans son parcours.

3En tamajăq, dans l’Aïr, les noms particuliers qui désignent les différents états de la lune, renvoient à la sémantique du corps féminin producteur de vie : la pleine lune se dit tekka, « elle est enceinte », car perçue comme celle qui, cycliquement et inlassablement, accouche de la vie, des itinéraires, des saisons. La lune est associée à l’organisation et à la régularité de tous les flux (temps, cours d’eau, lait, menstrues…). Quand la lune commence à décroître jusqu’à devenir une fine lame à l’horizon, on dit qu’elle est « élimée », « râpée » (tekra), terme associé à l’idée qu’elle a beaucoup travaillé. Enfin, le nom de tayurt est rapproché de éwar : la « montée ». Quand la lune monte, c’est pour se mettre entre les hommes et le soleil. Lorsqu’elle arrive à l’horizon, au levant, elle est vue dans les représentations populaires comme une mère qui porte un fagot sur son dos. On pense que c’est pour cette raison qu’elle n’est pas éclairée : elle amène du bois afin d’allumer son feu. Il y a des nuits où elle « materne », d’autres où elle « sèvre » c’est-à-dire n’apparaît pas, d’autres où elle vient juste pour saluer et se retirer. Elle a cette image vivante de l’épouse-mère qui change et se renouvelle (titciwtcat) au fil des jours. Prise par ses activités, elle arrive souvent en retard au contraire du soleil (tefukt), toujours ponctuel.

4Dans l’Aïr, la lune est la figure du féminin par excellence : son mouvement s’appelle tadwat, désignant la marche de l’après-midi engagée pour rendre visite aux gens, terme également utilisé pour dénommer de manière élégante le mariage. Les manières de la lune sont humanisées ; elle apparaît comme une visiteuse bien intentionnée : par exemple, elle « se penche » (eshigu, esigu) sur le monde comme une mère sur son bébé et s’intéresse à tous, regarde partout, même aufond des puits. À l’opposé, le soleil fait aghamas, marchant avant l’aube, c’est-à-dire à l’heure de l’attaque guerrière.

5Ces connotations laissent percevoir l’importance de la lune dans le champ symbolique. Sur cette question, cependant, les travaux manquent. On donnera un aperçu du rôle de la lune dans la cosmologie touarègue à partir de nos enquêtes concernant l’Aïr. Le portrait de la lune se précise à travers le rapport contrasté qu’elle entretient avec le soleil, et qui est mis en scène dans divers contes.

6En tayrt, « lune » (tellit) et « soleil » (tefukt) ne s’opposent pas par le genre – féminin dans les deux cas – mais par deux traits essentiels : l’âge et le tempérament. En effet, dans les représentations de l’origine du monde, la lune précède le soleil. Par ailleurs, le caractère de la lune se définit par le calme, l’intériorité, la stabilité, l’équilibre, la générosité salvatrice, au contraire du soleil qui apparaît agité, superficiel, inquiet, pressé, dominateur.

7Lune et soleil sont imaginés comme des personnages tous deux féminins. Cependant, leurs caractéristiques respectives rappellent l’opposition symbolique établie entre le monde de la féminité, associé à l’antériorité, à la sagesse, à la beauté et à l’opulence versus le monde de la masculinité, plus jeune, bouillant, dynamique, sauvage, brûlant.

8Ainsi, la lune fait son apparition quand l’univers remuant du soleil commence à s’éteindre et à chuter. Son rôle est mis en scène en particulier dans un conte fameux, appelé Ayur d Tayurt, restituant la vision gémellaire du monde, présente dans la cosmogonie touarègue*. Tayurt est le féminin d’Ayur qui signifie le « croissant ». Dans les narrations, ces deux êtres apparaissent comme des enfants surnaturels, nés des œufs jaillis du genou blessé d’un berger solitaire. Les œufs vont éclore dans les plis de la tente, ehan* qui symbolise l’abri et désigne à la fois le lieu d’habitation, la famille, la lignée maternelle et l’épouse. Les enfants sont solidaires entre eux et aident le berger à entretenir la maison. Un jour, cet homme épouse une femme dont la fille est jalouse de la belle Tayurt. Par un stratagème, la marâtre obtient du berger qu’il sacrifie Tayurt, mais, celle-ci, prévenue par son frère, s’enfuit à temps avec ce dernier. Les multiples anecdotes qui émaillent le conte dessinent des personnages souvent liés par paire, sur le modèle du couple féminin-masculin, dont les composantes sont opposées et complémentaires : ainsi Tayurt, la jeune lune, incarne la culture, l’ouverture, la raison, secondée par Ayur qui, par sa nature masculine, est réactif, rapide, mais reste attiré par le monde sauvage, le secret, la ruse.

9Au fil du récit, apparaît une nouvelle concurrente, Janégerfaden, présentée comme jalouse, cupide, méchante, arriviste. Elle parvient, par ruse, à emprisonner Tayurt au fond de la mare. En fait, dès que Tayurt disparaît, ce sont les activités nourricières de la collectivité, comme la traite des chamelles, qui ne peuvent plus s’accomplir. Le campement est privé de clarté, dans tous les sens du terme, et de lait, nourriture sacrée par excellence (au sujet de la fonction symbolique du lait, voir Figueiredo, 2001). Tayurt est retrouvée par son frère, mais personne n’est capable de fendre le rocher qui arrime sa longue chevelure au fond de l’étang et la retient prisonnière. Finalement elle sera délivrée par un petit agneau malingre. Comment un être aussi chétif a-t-il trouvé la force colossale nécessaire à cet exploit ? En tétant le lait de sa mère, dit le conte, démontrant à nouveau l’importance primordiale des transmissions maternelles et l’association symbolique très forte entre lune, féminité, biens nourriciers, protection et renforcement de tout individu inséré dans sa matrilignée.

10Dans le conte, le personnage solaire de Janégerfaden est associé à l’inverse à des biens destructeurs : à l’or qui a besoin de briller, contrairement à l’argent lunaire, ou une huile qui brûle (ce qui fait penser évidemment au pétrole, sans que l’on sache si l’introduction de ce thème correspond à la découverte de l’huile minérale ou s’il est plus ancien) au contraire du lait que l’on trait à la clarté de la lune. Le pays aurait brûlé à cause de la mauvaise huile (erk widi). C’est alors que la lune affirme son rôle de médiation et de temporisation, intervenant comme un « bouclier » entre le monde des hommes et le chaos, qu’il s’agisse du chaos de l’incendie ou du chaos des ténèbres. Dans cette fonction protectrice acquise à sa maturité, Tayurt devient Tellit, figure cosmique bienveillante qui régule la bonne marche des activités du monde.

11Les représentations de la lune dans l’Aïr la dotent d’un mari qui s’appelle Amaka, le « tison » (masculin de tamakat, la braise). Le bijou qui la symbolise porte son nom, Tellit, et c’est sur la surface ronde du cabochon de la bague que se trouve gravé le dessin de l’astre à six branches qui représente Amaka (voir Fig. 1 et 2). Mais au mari de la lune lui-même correspond un bijou qui a la forme d’un tube et se porte au pouce. Amaka est censé n’apparaître que dans les moments difficiles, lorsque Tellit a besoin de renfort. En fait, il demeure invisible, sauf pour la lune. Parce que le monde actuel est devenu solaire et que l’huile brûle, la lune sert de bouclier tandis que son mari est vu comme un résistant de l’ombre qui servira de semence pour le monde de demain : ce thème reprend la distribution symbolique des rôles féminin (protection nourricière, permanence) et masculin (sacrifice de soi, défrichage de l’inconnu). Le motif messianique de l’apparition du sauveur est présent avec l’idée qu’Amaka apparaîtra le jour où finira le règne solaire.

Fig. 1 et 2 : bague appelée Tellit.

Fig. 1 et 2 : bague appelée Tellit.

12Ainsi, la lune est dans l’Aïr une figure maternelle qui a un visage (udem n tellit) aux physionomies multiples, mais dont aucune n’est vue comme négative. Ses périodes sont assimilées aux étapes du cycle nomade, du cycle des saisons ou du cycle de la vie. Son action favorise le devenir du monde et l’empêche d’être immobile : la lune en effet révèle, fait croître ou mûrir tout état latent. Elle pousse chaque élément dans son parcours en l’obligeant à passer à l’étape suivante. Dans ce sens, elle illustre l’idéal du nomadisme et de la philosophie du mouvement (Claudot-Hawad, 2002), au contraire du soleil censé figer le monde.

Haut de page

Bibliographie

CLAUDOT-HAWAD Hélène, 1993, Touaregs. Portrait en fragments, Édisud, Aix-en-Provence.

CLAUDOT-HAWAD Hélène (ed.), 2002, Voyager d’un point de vue nomade, Paris-Méditerranée, Paris.

FIGUEIREDO Christina, 2001, Conceptualisation des notions de chaud et froid. Système d’éducation et relations hommes/femmes chez les Touaregs (Mali), Thèse de doctorat ethnologie/anthropologie, EHESS, Paris.

FOUCAULD Charles (de), Dictionnaire touareg-français, Dialecte de l’Ahaggar, Imprimerie Nationale. Voir les rubriques : éôr (II : 705) ; téseit (IV : 1811) ; tallit (III : 982).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 et 2 : bague appelée Tellit.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/365/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad, « Lune », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4441-4444

Référence électronique

H. Claudot-Hawad, « Lune », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/365

Haut de page

Auteur

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page