Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L30

Lixitae

J. Desanges
p. 4439-4440

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Antiquité, Ethnonymie, Maroc, Tribu Mentionnés par le Périple d’Hannon (§ 6-7), les Lixitae sont riverains d’un grand fleuve, le Lixos (oued Loukkos), mais il n’est pas question de la ville homonyme (située près de Larache). Nomades, ils font paître leurs troupeaux. Au-dessus d’eux habitent les Éthiopiens « inhospitaliers », dans les montagnes où le fleuve prend sa source. C’est sans doute pourquoi Hannon (§ 8) choisit chez ces pâtres les interprètes dont il avait besoin avant de reprendre sa navigation vers le sud : ils étaient tenus pour capables de comprendre les Éthiopiens qu’on s’attendait, depuis Homère (Od., I, 23-24), à rencontrer de l’est à l’ouest de la lisière méridionale du monde habité.

2On sait qu’à l’embouchure du fleuve Lixos, sur une colline de sa rive droite, les Phéniciens créèrent un comptoir, peut-être dès le VIIIe s. av. J.-C. (Cf. Lixus, Coll. E.F.R., 166, Rome, 1992). Pausanias (I, 33, 5) identifie curieusement les Lixites aux Nasamons et leur donne pour voisins des Éthiopiens. Cette confusion s’explique sans doute du fait que le Périple d’Hannon (§ 7) attribue aux Éthiopiens situés « au-dessus » des Lixites des traits (caractère inabordable, implantation dans la « terre des fauves ») impartis par Hérodote (IV, 174) aux Gamphasantes qui habitent « au-dessus » des Nasamons (Hérodote, ibid.), cf.

3G. Germain, « Qu’est-ce que le Périple d’Hannon ? Document, amplification ou faux intégral ? », Hespéris, 1957/3-4, p. 208-209. Ces transferts ont été favorisés par la vogue de l’ « exocéanisme », mode littéraire du IIe s. av. notre ère, consistant à pimenter les légendes en les transportant des rivages de la Méditerranée à ceux de l’Océan. De façon analogue, Artémidore (Str., III, 4, 3, C 157, etXVII, 3, 8, C 829) situait les Lotophages* près des Éthiopiens Occidentaux, riverains de l’Atlantique ; mais c’était sous l’influence des racontars des marchands de Gadeira (Cadix), d’après Strabon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Lixitae », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4439-4440

Référence électronique

J. Desanges, « Lixitae », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/362

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page