Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L27b

Lion

(noms berbères du lion)
S. Chaker
p. 4420-4421

Entrées d’index

Mots clés :

Lexique
Haut de page

Texte intégral

1Le berbère connaît plusieurs dénominations du lion ; celle qui paraît être primitive repose sur le thème nominal war : elle est attestée, sinon usuelle, dans les dialectes suivants, surtout sahariens :
-  Mozabite : war et twart (lionne) ;
-  Ouargla : ar (vieilli ; Delheure précise : « vieux mot des contes »)
- Touareg : ahar (lion), iharren (plur.) et tahart (lionne), tiharrin (pl.). La forme touarègue est conforme à une correspondance régulière Berbère Nord /w/ ↔ touareg /h/ (cf. Prasse 1969) ;
- Ghadamès : abur (avec un traitement régulier : Berbère Nord /w/ > Ghadamès /b/) ;
- Chaoui : ar, iran (plur.).

2En dehors du chaoui de l’Aurès*, cette base lexicale est connue comme archaïsme en Berbère Nord, notamment en kabyle où elle est bien attestée dans la toponymie : ag°ni n war, [agwni bbwwar] « le plateau du lion », tizi n war « le col du lion », aru n war, « le rocher du lion »…

3Ce maintien dans la toponymie des régions Nord, de même que le trait d’archaïsme souligné par Delheure pour Ouargla, permettent de considérer ce mot comme la dénomination berbère primitive du lion. La forme a d’ailleurs des pendants très proches dans plusieurs langues de l’Afrique de l’Ouest : il peut s’agir d’emprunts induits par des contacts anciens, mais on retiendra plutôt l’hypothèse d’une origine onomatopéique du mot, une imitation du rugissement du lion [waar], pour expliquer ces ressemblances.

4En Berbère Nord, le terme le plus largement répandu pour désigner le lion est : izem (plur. izmawen) ; on le rencontre en kabyle, dans tous les dialectes marocains (rifain tamazight et chleuh)… Malgré cette extension géographique et malgré l’existence en tamazight du Maroc central d’un verbe zim/izim, « rugir » (Taïfi, p. 806), cette dénomination est sans doute secondaire. Le verbe zim/izim a de fortes chances d’être un « dénominatif », i.e. un verbe forgé secondairement à partir du nom, car il est très localisé et ne correspond à aucune racine pan-berbère.

5Par ailleurs, une forme très proche existe en touareg : ézem, plur. izemmen (en tamahăq : éhem/ihemmen ; Foucauld II, p. 602), qui désigne l’antilope oryx. La parenté des deux lexèmes, sans être absolument certaine, est probable : la forme du singulier ézem est le correspondant attendu en touareg pour le Berbère Nord izem (la voyelle initiale /i/ du BN s’ouvre sous l’accent en touareg ; cf. imi « bouche » > touareg : émi ; iγef « tête » > touareg : éγef ; ilem « peau » > élem, etc.). Il est peu vraisemblable que le nom d’un félin ait pu être réutilisé pour désigner une antilope (ou inversement) ! Il y a donc lieu de penser – du moins si izem = ézem ou renvoie à la même racine – que izem est au départ une dénomination qualificative référant à une caractéristique commune aux deux animaux, probablement, la couleur (fauve) de la robe.

6On relève quelques autres dénominations du lion, beaucoup plus locales :
- kabyle (occidental surtout) et rifain : ayrad, terme sans aucun doute ancien puisque souvent attesté dans la toponymie et connu dans deux régions très éloignées l’une de l’autre (Kabylie/Rif) ; il désignait peut-être un autre félin, disparu bien avant le lion et dont le nom aurait été conservé et réutilisé.
- touareg : aweqqas, qui désigne en fait toute bête sauvage dangereuse (en kabyle le requin !), ou amexluk, la créature ( !), à partir d’une racine empruntée à l’arabe.
- Ouargla : aṣṣid (plur. iṣṣiden), forme qui reste obscure. Malgré l’insistance de Delheure à la distinguer de la racine S, on peut se demander si elle ne dérive de cette racine pan-berbère qui signifie « être enragé ». Il pourrait s’agir également d’un retraitement local, avec emphatisation du /s/, d’un emprunt à l’arabe asad, « lion », fréquent par ailleurs au féminin pour désigner la lionne, par ex. kabyle, rifain : tasedda.

7Sur la symbolique du lion, on se reportera à Fichier de Documentation Berbère (1968, I & IV) et Lacoste-Dujardin (1982).

Haut de page

Bibliographie

DALLET J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982, p. 872, 922 et 946.

DELHEURE J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF, 1984, p. 227.

DELHEURE J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF, 1987, p. 267 et 312.

DESTAING E. : Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Sous), Paris, 1938, p. 171.

GENEVOIS H. : « Superstitions. Recours des femmes kabyles, I & II », Fichier de Documentation Berbère, n° 97 & 100, 1968 (I) & 1968 (IV).

FOUCAULD Ch. de : Dictionnaire touareg-français, II, Paris, 1952, p. 640.

HUYGHE R.P. : Dictionnaire français-chaouia, Alger, 1906, p. 385.

LACOSTE-DUJARDIN C. : Le conte kabyle. Étude ethnologique, paris, Maspéro/La Découverte, 1982.

LANFRY J. : Ghadames II (Glossaire), Alger, FDB, 1973, n° 102.

RENISIO A. : Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif…, Paris, 1932, p. 432

[izem coexiste avec ayrad].

PRASSE K.-G. : À propos de l’origine de H touareg (tahaggart), Copenhague, Munksgaard, 1969.

TAÏFI M. : Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan, 1991, p. 806.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Lion », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4420-4421

Référence électronique

S. Chaker, « Lion », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/352

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page