Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L26b

Lièvre & Lapin

(noms berbères du lièvre et du lapin)
S. Chaker
p. 4414-4415

Entrées d’index

Mots clés :

Lexique
Haut de page

Texte intégral

1Sauf en touareg où il a été remplacé par une dénomination qualificative secondaire ( = émerwel/témerwelt, etym. » le/la fuyard (e) », nom d’agent dérivé du verbe pan-berbère rwl, « fuir » ; Foucauld, IV, p. 1656), le nom du lièvre est remarquablement stable à travers les dialectes berbères : awtul ou awtil, plur. iwtal (kabyle), iwetlan (Maroc : chleuh, tamazight).

2Cette dénomination qui est la plus largement attestée repose sur une racine WTL, sans doute à relier au verbe pan-berbère ttel, « enrouler », « envelopper », « empaqueter », « emmailloter », bilitère à première consonne radicale tendue dont on a tout lieu de penser, comme pour tous ses congénères présentant la même caractéristique formelle, qu’il provient d’une racine trilitères antérieure à /w/ initial (*WTL). Awtul serait donc aussi une dénomination qualificative, référant à la forme bien arrondie, enveloppée de l’animal (« l’enveloppé », « l’empaqueté »).

3Le lièvre est, chez de nombreux groupes berbères (Kabylie, Maroc, domaine touareg…) un animal de mauvais augure, en particulier quand on le rencontre le matin, et dont il convient d’éviter le nom à ce moment de la journée (cf. Destaing 1925) : il existe même une expression kabyle, ṣṣbu n wewtul, « matin de lièvre », pour caractériser une journée qui commence ou s’annonce mal ! C’est sans doute un phénomène d’évitement qui explique le remplacement, systématique ou occasionnel, de awtul par des euphémismes* dans de nombreuses régions : témerwelt, « la fuyarde », en touareg ; amerbu« le chanceux » en tamazight…

4Awtul est concurrencé par un autre terme, attesté du Nord du Maroc (rifain) au Mzab, à Ouargla, à Ghadamès et en chaoui, dans un espace qui correspond grosso modo au domaine « zénète » :

5(t)ayeri(t), (t)ayere(t), (t)ageri(t)…, formes qui reposent sur une racine YRẒẒ ou GRẒẒ que les lexicographes berbérisants ramènent généralement à séquence YR ou GR. Il s’agit manifestement d’une formation expressive à redoublement partiel (cf. Chaker 1981) qui renvoie sans doute à une caractéristique physique ou à un comportement remarquables de l’animal (« le bondissant », « le tremblotant », « le grignotant »… ?).

6Le nom du lapin est assez rarement différencié de celui du lièvre ; le plus souvent, comme pour d’autres animaux, la distinction est assurée, en cas de besoin, en recourrant à des qualifications syntagmatiques du type (kabyle) : awtul n lexla : awtul des champs ( = sauvage) ~ awtul n wexxam : awtul de la maison ( = domestique).

7Lorsqu’il existe une désignation lexicalisée spécifique du lapin (domestique), il s’agit de formes de type : agnun, ag°nin, aqnin/taqnint (kabyle, rifain…), qui sont certainement à relier au latin cuniculus, et plus précisément à la forme première dont ce diminutif latin est issu (*cuni- ; cf. Ernout & Meillet, p. 157). Le terme latin, qui n’est pas indo-européen, a été rapproché du basque unchi ; on aurait donc là une de ces nombreuses connexions lexicales péri-méditerranéennes, « mot voyageur », ou mot appartenant à un strate linguistique très ancien commun à l’ensemble de la région.

8Sur la symbolique du lièvre, on se reportera à Fichier de Documentation Berbère (1968, I & IV) et Lacoste-Dujardin (1982).

Haut de page

Bibliographie

CHAKER S. : « Dérivés de manière en berbère (kabyle) », GLECS, XVII, 1972-1973 [1981], p. 81-96.

CHAKER S. : « Euphémisme », Encyclopédie berbère, XVIII, 1997, p. 2706-2707.

DALLET J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982, p. 264 et 879.

DELHEURE J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF, 1984, p. 243.

DELHEURE J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF, 1987, p. 104.

DESTAING E. : « Interdictions de vocabulaire en berbère », Mélanges René Basset II, Paris, 1925.

DESTAING E. : Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Sous), Paris, 1938, p. 170.

ERNOUT A. & A. MEILLET : Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 2001, p. 157.

GENEVOIS H. : « Superstitions. Recours des femmes kabyles, I & II », Fichier de Documentation Berbère, n° 97 & 100, 1968 (I) & 1968 (IV).

FOUCAULD Ch. de : Dictionnaire touareg-français, IV, Paris, 1952, p. 1656.

HUYGHE R.P. : Dictionnaire français-chaouia, Alger, 1906, p. 384.

LACOSTE-DUJARDIN C. : Le conte kabyle. Étude ethnologique, paris, Maspéro/La Découverte, 1982.

LANFRY J. : Ghadames II (Glossaire), Alger, FDB, 1973, n° 549.

RENISIO A. : Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif…, Paris, 1932, p. 431 et p. 432.

TAÏFI M. : Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan-Awal, 1991, p. 775.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Lièvre & Lapin », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4414-4415

Référence électronique

S. Chaker, « Lièvre & Lapin », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/350

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page