Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L23

Libyphéniciens

J. Desanges
p. 4394-4395

Texte intégral

1Les Libyphéniciens sont mentionnés pour la première fois par Hécatée, cité par Stéphane de Byzance (s. u. Eudeipnē, éd. Meineke, p. 284, et Kanthēlē, p. 354). Il en est fait également état dans la version de Heidelberg du Périple d’Hannon (§ 1) ; mais cette version, à notre avis, n’est pas antérieure au IIe av. notre ère. Polybe (III, 33, 15) oppose les Libyphéniciens aux Libues (Libyens*) et aux « Nomades » (Numides*) qui englobent les Maurousii (Maures*) des bords de l’océan. Il semble donc que ce soient pour lui des populations d’origine phénicienne ou punique établies en Libye hors de Carthage. On a parfois voulu identifier les Libyphéniciens avec les sujets de Carthage qui « usent des mêmes lois que celle-ci », tels qu’ils sont mentionnés dans le traité entre Hannibal et Philippe V de Macédoine (Pol.,VII, 9, 5). Mais l’allusion est vague. Pour Diodore (XX, 55, 4), les Libyphéniciens occupent de nombreuses villes maritimes et sont unis avec les Carthaginois par un droit « d’intermariage » (epigamia, conubium) ; ces liens étroits seraient à l’origine de leur nom. Donc, pour cet auteur, ce nom affirme un métissage, même si ce métissage résulte d’accords juridiques. Tite-Live (XXI, 22, 3) définit ce groupe comme une espèce de Puniques mêlée aux Afri* (mixtum Punicum Afris genus), et ailleurs (XXV, 40, 5) il mentionne un Hippacritain (habitant de Bizerte) de la race (generis) des Libyphéniciens. Toutefois à l’origine, selon St. Gsell (H.A.A.N, II, p. 112, n. 8), le terme aurait signifié « Phéniciens de Libye ». Ce n’est évidemment plus le cas quand des Libyphéniciens sont signalés en Ibérie (Aviénus, Or. mar., v. 421) !

2De même que leur statut est incertain, leur localisation a varié. Le pseudo-Scymnos (Circuit de la terre, v. 197, dans Les Géographes grecs, 1 [D. Marcotte éd.], Paris, 2000, p. 112) les situe sur la mer Sarde, apparemment en Afrique bien qu’il ne le dise pas et, s’il en est ainsi, sur le littoral à l’ouest de Carthage. Diodore (XVII, 113, 2) les cite entre les Carthaginois et « tous ceux qui occupent le littoral jusqu’aux Colonnes d’Héraklès ». En revanche, Strabon (XVII, 3, 19, C 835), d’après Artémidore ou peut-être Poseidonios, les localise vaguement dans une position médiane entre le littoral et la terre montagneuse des Gétules*, qui est, elle, proprement libyque, et cela depuis le cap Bougaroun, frontière des Masaesyles*, jusqu’aux Kephalae (cap Misurata, à l’est sud-est de Lepcis Magna). Pline (V, 24) restreint l’habitat des Libyphoenices au Byzacium (en gros le Sahel de Sousse). Ptolémée enfin (G., IV, 3, 6, Müller : 637-638 et 640) intercale ceux-ci entre la région de Carthage et celle qu’il appelle Buzakitis (tout ou partie du Byzacium), ce qui ne leur laisse guère de place.

3En somme, ni la signification du nom des Libyphéniciens, ni leur statut, ni enfin leur localisation ne sont clairs.

Haut de page

Bibliographie

GSELL St., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, II, Paris, 1918, p. 112-113 ; 288-290 et passim.

BONDI S. F., « I Libifenici nell’ordinamento cartaginese », Atti dell’ Accad. naz. dei Lincei, Rendic., cl. di Sc. mor., stor. e filol., série VIII, vol. XXVI, fasc. 7-12, 1971, p. 653-661.

HUSS W., Geschichte der Karthager ( = Handbuch der Altertumswissenschaft, III, 8), Munich, 1985, p. 55-56 (clair, mais simplificateur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Libyphéniciens », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4394-4395

Référence électronique

J. Desanges, « Libyphéniciens », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/343

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page