Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L11

Lebou/Libou

(Lebu/Libu)
K. Zimmermann
p. 4361-4363

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1C’est très probablement le nom d’une tribu berbère – les Rbw (« Lebu ») – qui est à l’origine de l’ethnique « Libyens », en usage comme appellation collective pour tous les peuples indigènes résidant en Afrique du Nord à l’ouest du Nil, définis tantôt par leur peau claire, tantôt par l’emploi de dialectes berbères, depuis l’Antiquité jusqu’aux philologues et historiens contemporains (pour cette signification dans les sources anciennes, voir « Libyens », dans ce même fascicule). L’égyptologie moderne, elle aussi, se sert du terme « Libyens » dans ce sens secondaire (cf. Osing 1980, col. 1015-1016), bien qu’en général les documents égyptiens employaient d’autres mots (Tmḥw, Tḥnw). Dans cette notice, on présentera les références des Rbw, puis discutera la localisation de leurs habitats d’après les documents égyptiens.

Les références

2Les Rbw apparaissent pour la première fois au milieu de la XIXe dynastie comme peuple voisin et ennemi de l’Égypte (pour la chronologie, cf. von Beckerath 1997, p. 103-108) : une stèle de la région d’El Alamein (Ramess. Inscr. II, p. 475), ainsi qu’un hymne au roi (P. Anast. II 3, l. 4) évoquent la soumission d’au moins une partie du « pays des Rbw » par Ramsès II (cf. Osing 1980, col. 1021 et 1031, n. 125 ; une mention des Rbw dans la liste des peuples étrangers sur le deuxième pylône du temple de Ramsès II à Abydos est incertaine [cf. Porter et Moss VI, 1939, p. 33-34 ; Zibelius 1972, p. 42-43 avec n.10 et 142, n.1]). Le successeur de ce dernier, Merneptah, se trouva, dans la quatrième année de son règne, face à une armée d’invasion des Rbw qu’il mata dans une bataille au sud de Memphis (Ramess. Inscr. IV, p. 1-2 [stèle d’Amada]). Un an après, des Rbw alliés à des Mšwš et des Qhq ainsi qu’à divers « peuples de la mer » envahirent à nouveau la vallée du Nil, guidés par Mrjj, un prince des Rbw. Une fois de plus, près de Pr-jr, dans le Delta occidental, les Égyptiens remportèrent la victoire (Ramess. Inscr. IV, p. 2-12 [inscription de Karnak] ; cf. Osing 1980, col. 1022 ; pour d’autres témoignages, Zimmermann 1999, p. 11, n. 18) ; parmi le butin figurent, outre une grande quantité de bétail et de matériel, plusieurs femmes du prince des Rbw vaincu (Ramess. Inscr. IV, p. 9).

3Des représentations du temple funéraire de Ramsès III à Medinet Habu mentionnent des luttes ultérieures contre les voisins occidentaux au début de la XXe dynastie. Dans la cinquième année du roi fut repoussé l’attaque d’une force composée de Rbw, Mšwš et Spd (Medinet Habu I, p. 15-16 et 27-28 ; II, p. 61, 71-72, 75-76 et 79-83 ; Ramess. Inscr.V, p. 10-27 ; probablement une variante des mêmes événements [P. Harris I 76-77] donne du temps de Ramsès IV ; cf. Zimmermann 1999, p. 11, n. 21 et, pour d’autres mentions des Rbw sous Ramsès III, n. 22). Des Rbw étaient présents dans les colonies de mercenaires libyens, établies, entre autres, par Ramsès III (P. Harris I 77, l. 5), et sans doute aussi dans la migration plus ou moins paisible qui allait suivre la période des grandes confrontations (cf. Bates 1914, p. 227 ; Osing 1980, col. 1023). Le nom est attesté deux fois pendant le règne de Ramsès IX : dans l’onomasticon de Jmn-m-jpt (AEO I, p. 121 [241]), ainsi que dans ledit journal de la nécropole de Thèbes (Turin mus. 13 vs. 1 ; cf. Zibelius 1972, p. 54-55 et 143). Dans ce dernier texte, on lit que : « les ouvriers de la nécropole débrayèrent en contestation car leurs rations de grain étaient en retard, alors qu’il n’y avait pas de Rbw déstabilisant la région » – renseignement intéressant sur le rôle que les Rbw jouaient au moins autour de Thèbes à cette époque, bien que nous ne savons pas « s’il s’agissait de Rbw autochtones à la recherche de sol et de butin ou bien de mercenaires libyens de l’armée égyptienne en maraude » (Osing 1980, col. 1023).

4La fondation de la XXe dynastie par un Mšwš – Sheshonq I – vers le milieu du Xe siècle est significative de l’influence que les voisins occidentaux avaient acquis depuis le temps des grandes invasions (cf. Osing 1980, col. 1023). À partir de là, des « princes des Rbw » contrôlent des territoires dans le Delta, à l’ouest de la branche centrale du Nil (pour le titre « Grand prince des Rbw », cf. Yoyotte 1961, p. 122-124, 136-142 et 149-151 ; pour les témoignages, Zimmermann 1999, p. 12-13, n. 31 [avec bibliographie]).

La localisation

5Les récits des grandes invasions des XIIIe et XIIe siècles portent à croire que les habitats originels des Rbw se trouvaient près de la côte. Si, sous le règne deMerneptah, ils attaquèrent l’Égypte en compagnie des « peuples de la mer », cela implique que la prise de contact avec ces alliés ne se fit guère très loin de la Méditerranée (cf. Bates 1914, p. 51 ; Osing 1980, col. 1022). En plus, à Medinet Habu, le chef captif des Rbw figure avec la plante du Nord, ce qui renvoie également à des origines au nord de l’Afrique (Brugsch 1857-1860 II, p. 79). On localisera donc les Rbw quelque part en Marmarique ou Cyrénaïque.

6En revanche, les opinions divergent quant à la question de savoir si l’Égypte et le pays des Rbw étaient limitrophes. La publication de la conquête du pays des Rbw par Ramsès II vers El Alamein (Ramess. Inscr. II, p. 475 ; voir ci-dessus) indiquerait, pour Jürgen Osing (1980, col. 1017 et 1021), que cet endroit faisait déjà partie du « pays des Rbw ». Oric Bates (1914, p. 51, n. 1) rejette cependant un voisinage immédiat, car selon l’inscription de Karnak (Ramess. Inscr. IV, p. 3), l’alliance des Rbw et des « peuples de la mer », sur son chemin vers l’Égypte, envahit d’abord le pays Tḥnw, qui se trouverait donc entre le pays des Rbw et le Delta.

7Une bonne partie des savants admet une origine des Rbw sur le plateau de Barca (cf. entre autres, Honigmann 1926, col. 151 ; Hölscher 1955, p. 11 ; Zibelius 1972, p. 143) ; des chefs indigènes représentés à Siwah sont identifiés comme Rbw par leur tenue et leurs titres (cf. Yoyotte 1961, p. 142 et 145) ; enfin, d’après Oric Bates (1914, p. 46), le nom « Lebu » aurait survécu dans deux toponymes modernes en Marmarique, Ḥaṭṭîah el-Lebuk et Mongar Lebuk. Malheureusement, nous ignorons à la fois l’étendue du territoire d’origine des Rbw et les changements de signification que le terme a dû subir à travers des siècles de migration.

8On constatera tout de même que le nom est attesté pendant un demi-millénaire dans des contextes de première importance pour l’Égypte et que leur proximité de la Méditerranée prêtait aux Rbw une certaine notoriété chez les peuples d’outre-mer. Chronologiquement, les dernières mentions de « Grands princes des Rbw » dans le Delta coïncident à peu près avec la naissance de l’épopée homérique (au VIIIe siècle, d’après la datation communément acceptée) qui parle, pour la première fois, de « Libye » au sens d’Afrique du Nord (Hom. Od. IV 85 ; XIV 295), un siècle environ avant la colonisation grecque de la Cyrénaïque – à une époque où le commerce phénicien réunissait les riverains de la Méditerranée orientale. Toutes les conditions sont donc remplies pour admettre un rapport étymologique entre Rbw et les ethniques homonymes en grec, punique, hébreu (cf. Zimmermann 1999, p. 15-16).

9ABRÉVIATIONS UTILISÉES
AEO : Ancient Egyptian Onomastica, éd. A.H. Gardiner, 3 vol. , Oxford 1947.
Medinet Habu :
Medinet Habu.The Epigraphic Survey, éd. H.H. Nelson, 8 vol., Chicago 1930-1970. P. Anast. II : Select Papyri in the Hieratic Character from the Collections of the British Museum III, éd. E. Hawkins, Londres 1842, pl. LXIII-LXXIII. P. Harris I : Papyrus Harris I. Hieroglyphische Transkription, éd. W. Erichsen, Bruxelles 1933.
Ramess. Inscr. :
Ramesside Inscriptions. Historical and Biographical, éd. K.A. Kitchen, 8 vol. , Oxford 1968-1990.

Haut de page

Bibliographie

BATES O., The Eastern Libyans, Londres 1914.

von BECKERATH J., Chronologie des pharaonischen Ägypten. Die Zeitbestimmung der ägyp­tischen Geschichte von der Vorzeit bis 332 v.Chr., Mayence 1997.

BRUGSCH H., Die Geographie des alten Ägyptens nach den altägyptischen Denkmälern, 3 vol. , Leipzig 1857-1860.

GOMAÀ F., Die libyschen Fürstentümer des Deltas vom Tod Osorkons II. bis zur Wieder verei­nigung Ägyptens durch Psametik I., Wiesbaden 1974.

HÖLSCHER W., Libyer und Ägypter. Beiträge zur Ethnologie und Geschichte libyscher Völker schaften nach den altägyptischen Quellen, Glückstadt et al. 21955.

HONIGMANN E., « Libye 2 », dans Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft XIII 1, 1926, col. 149-202.

KITCHEN K.A., The Third Intermediate Period in Egypt (1100-650 B.C.), Warminster 1973.

KITCHEN K.A., « On the Princedoms of Late-Libyan Egypt », dans Chronique d’Égypte 52, 1977, p. 40-48.

OSING J., « Libyen, Libyer », dans Lexikon der Ägyptologie III, 1980, col. 1015-1033.

PORTER B. et MOSS R.L.B., Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs, and Paintings I-III, Oxford 21960-1981 ; IV-VII, 1934-1952 ; VIII (par J. Malek), 1999.

YOYOTTE J., « Les principautés du Delta au temps de l’anarchie libyenne (études d’histoire politique) », dans Mélanges Maspero I 4, Le Caire 1961, p. 121-181 et pl. I-III.

ZIBELIUS K., Afrikanische Orts- und Völkernamen in hieroglyphischen und hieratischen Texten, Wiesbaden 1972.

ZIMMERMANN K., Libyen. Das Land südlich des Mittelmeers im Weltbild der Griechen, Munich 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

K. Zimmermann, « Lebou/Libou », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4361-4363

Référence électronique

K. Zimmermann, « Lebou/Libou », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/319

Haut de page

Auteur

K. Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page