Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L08b

Lambèse

Note complémentaire sur le nom de Lambèse
S. Chaker
p. 4347-4348

Entrées d’index

Mots clés :

Etymologie, Toponymie
Haut de page

Texte intégral

1La fréquence des toponymes nord-africains présentant une séquence initiale en Lam– (voir supra ; liste à laquelle on pourrait rajouter : Lamdia > Médéa…) amène tout naturellement à formuler l’hypothèse selon laquelle ces noms pourraient être des composés de deux unités : Lam + x. Malheureusement, les données lexicographiques berbères actuelles, tout en ouvrant des possibilités, ne permettent pas d’apporter une réponse nette et assurée à la question.

2Du point de vue berbère, une séquence Lam repose sur une racine consonantique LM.
Il existe un premier ensemble de trois possibilités liées, bien vivantes et très largement distribuées, quasiment pan-berbères, donc anciennes et appartenant au fond lexical berbère et, par voie de conséquence, susceptibles d’avoir été attestées à époque antique :
1. LM = « peau » : touareg, élem ; kabyle, rifain… : ilem (le mot a pris en kabyle le sens de « outre », puis « vide »). La voyelle médiane actuelle, un schwa (voyelle centrale, « e » muet), peut avoir été plus ouverte à date ancienne (« a » bref [ă]) ou avoir été entendue comme telle par des transcripteurs de langue latine. De nombreux dialectes berbères connaissent des formes apparentées, plus développées – sans doute secondaires – avec consonne initiale : aglim, ag°lim, « peau », « cuir ».
2. LM = alim, alum, « paille », pan-berbère ; et d’autres formes secondaires, à préfixe expressif š– (Cf. Chaker 1981) : ašlim « enveloppe des céréales » ; išlem « écorce », « épluchure », etc. Les vocalisations attestées (/i/ et /u/) en berbère ne sont pas compatibles avec celle des toponymes antiques, tous à voyelle ouverte /a/.
3. LM = alem : « ourler, broder », « faire un ourlet », et llem « filer (la laine ou autre matière) ». La forme phonologique et la morphologie de ces deux verbes ainsi que celles des noms qui en dérivent orientent nettement vers une racine antérieure *WLM qui a perdu sa semi-consonne initiale ; racine qui apparaît peu compatible avec la séquence Lam-.

3Il est vraisemblable qu’un lien existe entre 1 (« peau »), 2 (« paille, écorce, enveloppe végétale ») et 3 (« ourler/filer »), même s’il n’est pas aisé de le démontrer, notamment au plan sémantique, car il remonte sans aucun doute à une époque très reculée. Entre 1 et 2, ce lien est quasi immédiat et précisément évoqué par plusieurs lexicographes berbérisants (Dallet notamment, pour le kabyle) : 1 désigne spécifiquement la peau des animaux ; 2 s’applique à l’enveloppe des végétaux. On peut poser un signifié de base commun : « enveloppe protectrice »(des animaux/des végétaux), avec différenciation secondaire fondée sur la voyelle : lem =« enveloppe animale » / lim ou lum = « enveloppe végétale ».

4Cette hypothèse sémantique permet-elle d’éclairer les toponymes en Lam- ? L’amateur de belles histoires et de poésie, pourra penser à de lointaines réminiscences de la légende de la fondation de Carthage, où la peau de bœuf découpée en lanière sert à Elissa-Didon pour fixer les limites de la cité ( !) (Cf. « Byrsa », EB XI, 1992).

5Le linguiste un peu aventureux pourra évoquer, à partir de la notion de « enveloppe protectrice », qu’il est possible de dégager, l’idée de « palissade, rempart, mur délimitant et protégeant une cité »…

6Et peut-être – qui sait ? – les deux pistes ne sont elles pas totalement étrangères l’une à l’autre ?

7À ce premier ensemble d’hypothèses, qui renvoient à une « famille » de racines pan-berbères, on peut en ajouter deux autres, qui impliquent un matériau lexical moins largement répandu :
4. LM = alma, almu : « prairie » (en général inondable), connu quasiment dans tout berbère Nord, et qui pourrait assez bien convenir pour des noms de cités, sous réserve de l’adéquation sémantique à la réalité des terrains concernes.
Selon les informations de Pierre Morizot (communication personnelle), l’hypo thèse alma/almu, « prairie inondable » cadrerait bien avec la topographie des six cités péri-aurasiennes concernées, « toutes situées dans des plaines bien irriguées, au débouché d’une vallée » (P. Morizot). Seul le cas de Lamdia pourrait faire problème et demanderait vérification.

8Enfin, on pourrait envisager le touareg (Iwellemmeden) :
5. LM = lumәt, « escalader, gravir, grimper » ; ălamu : « escalade, montée » ; mais là, en dehors du cas de Lamdia, construite sur un promontoire rocheux, la signification semble moins compatible avec les différents lieux impliqués. De plus, le terme touareg est vraiment très localisé, et il serait assez aventureux de le poser comme pan-berbère et ancien, contrairement à alma/almu qui est bien connu dans toute la zone méditerranéenne du domaine berbère.

9Rappelons aussi que le /a/ initial des nominaux berbères provient du figement d’un ancien préfixe (facultatif) de définitude (un ancien déictique de proximité devenu une sorte d’article défini) et que, par voie de conséquence, le thème nominal (et la forme ancienne) d’un mot comme alma est : lma, dans lequel on peut postuler une voyelle brève centrale en position médiane (< *lăm(a)), ce qui rapproche encore du Lam- antique.

10Cette hypothèse n° 4 (Lam- = (a)lma « prairie inondable ») paraît en définitive la plus plausible et la plus adéquate, sans, bien entendu, que l’on puisse la considérer comme sûre et établie.

11En matière d’étymologie, tout particulièrement en toponymie, domaine volontiers archaïsant, les formes demeurent bien souvent obscures, voire énigmatiques.

Haut de page

Bibliographie

CHAKER S. : « Dérivés de manière en berbère (kabyle) », GLECS, XVII, 1972-1973 [1981], p. 81-96.

CHAKER S. : Linguistique berbère : études de syntaxe et de diachronie, Paris/Louvain, Peeters, 1995.

DALLET J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982, p. 264.

DELHEURE J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, SELAF, 1984.

DELHEURE J., Dictionnaire ouargli-français, Paris, SELAF, 1987.

DESTAING E. : Vocabulaire français-berbère (tachelhit du Sous), Paris, 1938.

FOUCAULD Ch. de : Dictionnaire touareg-français, IV, Paris, 1952.

HUYGHE R.P. : Dictionnaire français-chaouia, Alger, 1906.

LANFRY J. : Ghadames II (Glossaire), Alger, FDB, 1973.

NAÏT-ZERRAD K. : Dictionnaire des racines berbère, Paris/Pouvain, Peeters, 1998, 1999, 2002 (et informations non encore publiées).

RENISIO A. : Étude sur les dialectes berbères des Beni Iznassen, du Rif…, Paris, 1932, p. 431.

TAÏFI M. : Dictionnaire tamazight-français (Parlers du Maroc central), Paris, L’Harmattan-Awal, 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Lambèse », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4347-4348

Référence électronique

S. Chaker, « Lambèse », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/312

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page