Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L08a

Lambèse

M. Janon
p. 4340-4346

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Quand, à la fin du premier siècle après J.-C., la troisième légion Auguste mit pour la première fois le pied à Lambèse, le légat choisit pour installer une garnison sans doute limitée à une cohorte ou une vexillatio, un site facile à défendre, sur une croupe du massif aurasien, à proximité de la source d’Aïn-Drinn. L’occupation humaine avant l’arrivée des légionnaires est attestée par les tombeaux berbères qui parsèment la région et par le nom même de la ville : l’élément lam- renvoie évidemment à un substrat berbère bien attesté dans des toponymes conservés par les Romains. Il n’est pas sans intérêt de noter que les agglomérations de Lamasba, Lambafundi, Lambiridi, Lamiggig-, Lamsorti, sont réparties sur une zone relativement réduite. Ce sont de surcroît des établissements situés sur le piémont nord-ouest de l’Aurès ou plus à l’ouest, sur le pourtour du djebel Chéliah et l’on sait toute l’importance que présentent ces zones de contact entre la montagne et la plaine. Le rapprochement de ce fait linguistique avec la présence dans le même secteur géographique du Medracen, mausolée royal de la dynastie massyle plutôt que massaesyle, et d’une importante structure circulaire révélée par la photo graphie aérienne entre Lambèse et Batna et qui pourrait être la trace d’un tombeau comparable permet de suggérer, avec prudence, l’existence d’une aire culturelle homogène dont il serait sans doute déplacé de penser qu’elle recouvrait un territoire politique au premier siècle de notre ère. Il n’empêche que nous avons peut-être là une des raisons qui expliquent que la légion d’Afrique vînt installer dans la plaine le « Grand Camp », son quartier général, environ trente ans après la construction du premier camp.

Les établissements militaires

2Peu de temps après l’arrivée de la légion en 126, Hadrien se rendit en Afrique pour inspecter les différents corps de troupe qui y tenaient garnison. Les textes des allocutions de l’empereur furent gravés sur le piédestal d’une colonne monumentale, haute de 25 m, élevée au centre d’une enceinte à deux kilomètres du « Grand Camp ». Pendant longtemps, on a considéré que cette enceinte était celle d’un camp réservé aux auxiliaires de l’armée romaine ou qu’elle avait été utilisée par les légionnaires pendant la construction du « Grand Camp ». C’est tout récemment qu’on a pu proposer une restitution vraisemblable de la colonne monumentale. Quand aux « demi-lunes » qui scandent le mur d’enceinte, leur fonction reste mystérieuse. Il est en tout cas difficile d’en faire des fontaines ou des abreuvoirs. Il est certain en tout cas qu’aucune agglomération ne s’est installée à proximité de cette structure qu’on ne saurait considérer comme un camp.

3Le camp de 81 occupe un rectangle de 148 m sur 120. Il est théoriquement assez vaste pour accueillir la légion mais il est probable qu’une garnison plus réduite s’y installa. Des dégagements sommaires ont mis au jour la courtine et les quatre portes. Au centre, on a reconnu une salle basilicale avec une tribune sur le petit côté sud. Sur le côté ouest, s’ouvre une série de pièces de part et d’autre d’une salle à abside, la chapelle aux enseignes. Les fouilles ont également dégagé une partie des casernements. Plusieurs périodes se superposent sans qu’il soit possible pour l’instant d’établir une chronologie. Une inscription trouvée en place dans la basilique indique en tout cas qu’à l’extrême fin du IIe siècle les militaires étaient encore présents dans le camp qui, cependant, avait perdu toute valeur défensive dès le premier tiers du siècle, avec l’installation, à proximité du coin sud-est, de l’Iseum, et, prés de l’angle sud-ouest, du temple d’Esculape. Les agrandissements successifs du sanctuaire du dieu de la santé ont même occupé le côté sud de la courtine. Le « Grand Camp », installé dans la plaine, est l’exemple le mieux conservé d’une forteresse légionnaire, malgré la présence sur l’angle sud-est d’une maison d’arrêt et de son jardin.Au centre, un édifice remarquablement conservé, a retrouvé, il y a peu, son nom de groma, qui en fait la traduction monumentale de l’appareil de visée des géomètres romains. Le bâtiment élevé sous Hadrien a été entièrement reconstruit sous l’empereur Gallien, au milieu du IIIe siècle. Installé au croisement des voies qui articulaient le camp, il servait de vestibule aux principia, organisés autour du forum du camp, avec sur le côté opposé, une basilique sur laquelle ouvraient, outre la chapelle aux enseignes, des locaux réservés à différents collèges militaires. Dans le reste du camp, on reconnaît sans trop de peine, les casernements des dix cohortes, les logements des officiers et des sous-officiers, un établissement thermal, des entrepôts et des ateliers. On notera, pour mémoire, l’existence d’un fortin réputé d’époque byzantine mais qui n’a jamais été convenablement dégagé.

4C’est autour des deux casernements principaux, le « camp de 81 » et le « Grand Camp », que se sont développées les agglomérations civiles.

La ville haute

5Il est possible que le nom de Lambèse doive être réservé à cet ensemble dont seule une infime partie a été mise au jour. C’est autour du Capitole que les fouilles anciennes ont été les plus importantes. Elles n’ont dégagé aucune maison. Il est probable que l’habitat occupait la partie basse de la colline d’Aïn-Drinn. Une voie dallée, à laquelle on a donné, de manière sans doute abusive, le nom de via septimiana assure la liaison avec les établissements de la plaine et semble, d’après les photos aériennes se poursuivre vers Aïn-Drinn. Elle est rejointe à hauteur du Capitole par la route qui, après être passée sous deux arcs, conduit à Verecunda. Un autre arc, attribué lui aussi de manière abusive, à Septime Sévère, marque peut-être les limites de la « ville haute » vers le nord. Tout à côté, dans un grand établissement thermal que les premiers explorateurs avaient pris pour le palais du légat, a été trouvée une série de statues illustrant les travaux d’Hercule.

6Le secteur fouillé de la « ville haute » est presque entièrement consacré à des monuments religieux.

7Construit en 161-162, le temple d’Esculape présida à l’évolution d’un vaste sanctuaire, établi aux dépens du camp de 81 et qui trouva son extension maximale sous les Sévères. D’une conception hors du commun, plus proche de celle d’une fontaine monumentale que d’un temple classique, l’architecture du temple du dieu de la santé, par la mise en valeur de l’ordre dorique du corps central, fait référence aux grands asclepieia de Grèce. L’inscription dédicatoire rassemblait sur la frise, outre Esculape et sa parèdre Hygie, Jupiter Valens (interprétation romaine d’un dieu indigène ?) et Silvanus Pegasianus. De nombreuses autres divinités (Medaurus, Mithra, les eaux de Sinuessa, les « compagnons de la Lune », Iarhibôl, Diane) vinrent s’installer dans le sanctuaire et composent un panthéon hétéroclite. Certaines occupent des petites chapelles dont huit sur le côté nord de l’esplanade qui s’allonge devant le temple principal. Il se pourrait que ces petits édicules aient abrité le siège de collèges militaires. Du côté opposé, s’étendent deux vastes ensembles thermaux, avec des dispositifs propres à des cures médicales. Au bout de l’esplanade, un petit temple dédié peut-être à Mercure fait face au temple d’Esculape. Au début du IIIe siècle, tout à fait à l’est, un bâtiment monumentalisa l’entrée du sanctuaire, tout en permettant, par un passage souterrain, l’accès au camp de 81. À proximité du temple principal, une série de pièces disposées autour d’une cour triangulaire était peut-être destinée à abriter les festivités qui jalonnaient la vie des collèges. Vers l’ouest, au-delà d’un établissement thermal de plan traditionnel, de nouvelles petites chapelles sont mal conservées et restent anonymes.

8Le côté ouest de la via septimiana est occupé par quatre petits temples et une fontaine monumentale, le septizonium, qui s’intercale entre le premier sanctuaire en venant du nord, édicule dédié probablement à la déesse Africa et l’Iseum. Suivent un Serapeum, mais l’identification est douteuse, et un autre temple, encore mal dégagé. À l’est de la via septimiana, le secteur a beaucoup souffert à la fois des remaniements tardifs et des actes de vandalisme commis au XIXe siècle. Seuls, les thermes dits « des Chasseurs » restent à peu près bien conservés.

9Le Capitole s’adosse au mur ouest d’une cour portiquée ouvrant sur la voie de Verecunda par un porche à trois baies. Sur le dallage est gravé un cadran solaire. Le temple lui-même est un octostyle. Curieusement, il possède deux cellae jumelles. Il n’est pas exclu qu’au culte de la triade capitoline se soit ajouté un culte à l’empereur. Hypothèse qui pourrait se trouver renforcée si le temple qui borde le Capitole à l’Est est bien dédié, selon une inscription malheureusement erratique, à Carin et Numérien.

Le uicus

10Il semble s’étendre, pour l’essentiel, entre le « Grand Camp » et l’oued Bou-Khabouzène. Deux inscriptions font état d’un uicus à cet endroit. La situation est comparable à celle de Verecunda, uicus avant de devenir municipe. Dans les deux cas, les agglomérations devaient dépendre dans un premier temps de Lambèse. Peu de fouilles ont été menées dans le uicus du camp, sauf sur l’amphithéâtre, qui, construit sans doute peu de temps après l’arrivée de la légion, fut agrandi en 169. D’autres aménagements y furent pratiqués par la suite, jusqu’à Septime Sévère. Selon des inscriptions, certains gradins étaient réservés aux curies de la ville. Dans son état définitif, le monument pouvait accueillir environ 12 000 spectateurs. Dans le même secteur, s’élève un arc dédié à Commode par un magistrat municipal de Timgad. Des dégagements anciens ont aussi mis au jour trois voûtes alignées qui pourraient appartenir à un pont.

11L’occupation de l’espace entre le « Grand Camp » et la « ville haute » reste problématique, d’autant que s’y sont installés le village « de colonisation » et le pénitencier. On y a reconnu au moins deux mausolées, mais aussi des thermes. C’est aussi dans ce secteur qu’on a trouvé une, et peut-être deux domus richement décorées et meublées et d’où proviennent des mosaïques très raffinées et des bronzes, dont la fameuse statue de l’enfant à l’aiglon, le tout jurant quelque peu avec la rusticité ambiante, toute militaire.

Les nécropoles

12Il reste peu de chose des vastes nécropoles vues au début du XIXe siècle. Un premier cimetière s’étendait depuis la porte nord du « Grand Camp » en direction de Batna. Plus au nord, le mausolée de Flavius, préfet du camp, a été récemment détruit. Une autre nécropole, avec un mausolée encore debout, occupe la pente ouest du Jebel Afia. La troisième se situe sur la rive gauche de l’oued Taguesserine. Deux mausolées y sont conservés. Un petit cimetière a également été identifié à l’est de la « ville haute ».

Les aqueducs

13L’alimentation en eau de la ville et du « Grand Camp » se faisait à partir de la source d’Aïn-Boubenana et surtout d’Aïn-Drinn où s’élevait un temple de Neptune et où les eaux de plusieurs résurgences étaient rejointes par celles d’un aqueduc long de 25000 pas, soit une quarantaine de kilomètres, depuis la source d’Aïn-Cherchar dans l’Aurès. Des piles soutenant le conduit qui alimentait la « ville haute » et en particulier le Septizonium sont encore debout.

14Il demeure bien des problèmes en suspens. Où se situaient les temples de Minerve et de Mercure signalés jadis ? Et l’emplacement du sanctuaire de Saturne, dont témoigne la grande quantité de stèles votives exposées au musée, reste aussi inconnu. Autre question, et qui n’est pas la moindre, l’extrême rareté des témoignages de la religion chrétienne : peut-être une basilique funéraire et deux inscriptions. Pour quelles raisons la ville de Lambèse se présente-t-elle comme un môle païen dans une Numidie recouverte par le flot du christianisme ?

15Ce qui apparaît clairement désormais, c’est le rôle essentiel joué par la ville et sa garnison dans la « romanisation » de la région par le biais, certes, des garnisons éparpillées sur le territoire, mais plus encore par l’installation d’agglomérations civiles qui accueillaient les vétérans et fournissaient des recrues. Timgad, colonie de vétérans fut fondée en 100 à l’est de Lambèse. À l’ouest, le seul nom de Diana ueteranorum est sans ambiguïté. Des vétérans, magistrats dans d’autres petites villes, conservent la notion d’une prééminence de Lambèse. Le témoignage le plus remarquable est celui du magistrat de Timgad qui élève sous Commode un arc honorifique à Commode.

Fig. 1. Lambèse : plan général.

Fig. 1. Lambèse : plan général.

Fig. 2. Lambèse : ville haute.

Fig. 2. Lambèse : ville haute.

Fig. 3. Lambèse : temple d’Esculape.

Fig. 3. Lambèse : temple d’Esculape.

Fig. 4. Lambèse : vue générale.

Fig. 4. Lambèse : vue générale.

Fig. 5. Lambèse : le « Grand Camps ».

Fig. 5. Lambèse : le « Grand Camps ».

1. Principia : a : groma ; b: forum; c : basilique ; d : chapelle aux enseignes
2. Entrepôt
3. Logement des immunes
4. Grenier
5. Caserne d’une centurie
6. Latrines
7. Logement de centurions
8. Atelier de charron ?
9. Logement de centurions
10. Atelier
11. Atelier
12. Grenier
13. Logement d’immunes
14. Établissement thermal
15. Maisons des officiers
16. Nymphée accolé à la groma
17. Emplacement de l’hôpital ?
Les chiffres romains indiquent les casernes des dix cohortes.

Haut de page

Bibliographie

AGUSTA-BOULAROT S., et JANON M., « In Lambaesem defluxit Nilus », Théorie et pratique de l’architecture romaine, Mélanges offerts à Pierre Gros, Aix-en-Provence, 2005.

CAGNAT R., L’armée romaine d’Afrique et l’occupation militaire de l’Afrique, 2e édition, Paris, 1913. (avec p. 441-519, une description précise de la forteresse, à compléter ou à corriger par les travaux de F. Rakob, S. Storz et H. G. Kolbe, cités infra).

CAMPS G., « Nouvelles observations sur l’architecture et l’âge du Medracen, mausolée royal de Numidie », CRAI, 1973, p. 470-517.

DUVALY., Lambèse chrétienne, la gloire et l’oubli. De la Numidie romaine à l’Ifrîqiya, Paris, 1995.

GASSEND J.-M. et JANON M., « Le monument d’Hadrien à Lambèse », Bulletin d’Archéologie Algérienne, IX, 1977-1979, p. 251 ss.

GASSEND J.-M. et JANON M., Lambèse, capitale militaire de l’Afrique romaine, Ollioules, 2005.

GOLVIN J.-C. et JANON M., « L’amphithéâtre de Lambèse (Numidie) d’après des documents anciens », BACTHS, 1980, p. 165-189.

JANON M., « Recherches à Lambèse I : Les camps et la vilIe et II : Aquae Lambaesitanae », Antiquités Africaines,VII, 1973, p. 193-221.

JANON M., « Recherches à Lambèse III : Essai sur le temple d’Esculape », Antiquités Afri­caines, XXI, 1985, p. 35-102.

JANON M., « Soldats et agriculteurs », Vanier Lectures = Revue de l’Université d’Ottawa, 52, 1982, p. 47-53, Repris dans Colin Wells (édit.), L’Afrique romaine, Ottawa, 1982, p. 51-67.

KOLBE H. G., « Die Inschrift am Torbau der Principia im Legionslager von Lambaesis », Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Institut (Römische Abteilungen (cité infra MDAI (R)), 81, 1974, p. 281-299.

Le BOHECY., La Troisième Légion Auguste, Paris, 1989. von PETRIKOVITS H., Die Innenbauten römischer Legionslager wärhend des Prinzipatszeit, Opladen, 1975.

RAKOB F., « Das Groma-Nymphaeum im Legionslager von Lambaesis », MDAI (R), 86, 1979, p. 375-389.

RAKOB F., « Die Bauphasen des Groma-Gebaudes im Legionslager von Lambaesis », MDAI (R), 108, 2001, p. 7-40. RAKOB F. et STORZ S., « Die Principia des römischen Legionslager in Lambaesis », MDAI (R), 81, 1974, p. 253-280.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Lambèse : plan général.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 2. Lambèse : ville haute.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 3. Lambèse : temple d’Esculape.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4. Lambèse : vue générale.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 5. Lambèse : le « Grand Camps ».
Légende 1. Principia : a : groma ; b: forum; c : basilique ; d : chapelle aux enseignes2. Entrepôt3. Logement des immunes4. Grenier5. Caserne d’une centurie6. Latrines7. Logement de centurions8. Atelier de charron ?9. Logement de centurions10. Atelier11. Atelier12. Grenier13. Logement d’immunes14. Établissement thermal15. Maisons des officiers16. Nymphée accolé à la groma17. Emplacement de l’hôpital ?Les chiffres romains indiquent les casernes des dix cohortes.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Janon, « Lambèse », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4340-4346

Référence électronique

M. Janon, « Lambèse », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 27 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/305

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page