Navigation – Plan du site

Colette Roubet

Texte intégral

1Colette Roubet est préhistorienne, spécialiste des cultures préhistoriques de l’Afrique méditerranéenne, saharienne et atlantique, je me suis installée à Paris en 1973, venant d’Alger. Emerveillée dès l’enfance par les beautés naturelles des campagnes et des rivages de ma Tunisie méditerranéenne natale, j’ai, très jeune, réuni une foule de petits trésors auxquels il a toujours fallu trouver une place près de moi, pour leur redonner vie par le regard, le toucher, les interrogations, avant de leur chercher un nom en feuilletant en famille les dictionnaires et ouvrages illustrés.

2Mes années d’étudiante et de jeune chercheur (1957-1973) se sont déroulées en Algérie où je suis arrivée en septembre 1957. Poursuivant mes études à l’Université d’Alger, j’ai rejoint la petite équipe du Centre de recherche anthropologique, préhistorique et ethnographique (CRAPE) que dirigeait le Professeur L. Balout.

3L’atmosphère intellectuelle studieuse d’alors, favorisant des recherches très approfondies et variées, en relation avec la préparation de plusieurs doctorats, m’a donné l’occasion de saisir l’importance d’un engagement individuel total. Je dois au comportement strict de mes aînés, d’avoir rapidement compris les règles de ce cénacle composé de J. Tixier, G. Camps, H. Camps-Fabrer, G. Souville, H.-J. Hugot, F. et A. Curtès, M. Gast et d’autres encore. Avec conviction et enthousiasme, j’ai suivi et partagé parfois leurs activités : cours, séminaires, expériences en laboratoire, classement des collections, missions sur le terrain. J’ai publié mes premiers articles dans Libyca, livré le résultat de mes missions sur le terrain (1966-1971), publié mon premier ouvrage (1968), avant de pouvoir présenter le manuscrit final de mon doctorat à G. Souville, publié en 1979. Ces années formatrices assez dures mais riches et passionnantes m’ont fait découvrir et aimer un territoire douloureux au sortir de la guerre d’indépendance. J’ai vu survivre dans les montagnes de l’Aurès et des Némencha des populations libres, généreuses, souriantes, qui m’y accueillirent en 1968, grâce à Jean-Baptiste Capéletti. Lorsqu’en 1970, Mouloud Mammeri est arrivé à la direction du CRAPE, il s’est aussitôt créé une ambiance nouvelle. Homme de culture, il a fait s’épanouir une autre perception, globale et nuancée, du phénomène social que le Centre devait aborder en attirant vers lui de jeunes linguistes, sociologues, ethnologues, ethnomusicologue... Avant mon départ, j’ai eu le temps de partager et d’apprécier ce renouveau crée autour du célèbre écrivain poète.

4Mon doctorat d’état soutenu en juin 1976 (Université de Paris-X-Nanterre-et Muséum national d’histoire naturelle), j’ai quitté le Centre national de la recherche scientifique qui m’avait accueillie comme attachée en 1966. Admise au Muséum national d’Histoire naturelle, je suis entrée en 1976 dans la Grande Maison aux savoirs pluridisciplinaires, aux collections impressionnantes sur l’Afrique du Nord, comme maitre de conférences, sous-directeur du laboratoire de Préhistoire puis professeur de préhistoire en 1992. Mais c’est surtout dans le module de spécialité que j’ai créé et que j’anime depuis 2002 que s’opère désormais collégialement un renouvellement des savoirs avec le concours de jeunes universitaires et chercheurs d’Algérie, du Maroc, de Tunisie et de Libye. C’est l’un des mérites de cette structure ouverte du Master « Quaternaire et Préhistoire » du MNHN que de pouvoir relier, accroître et proposer aux jeunes étudiants des savoirs intégrés, actualisés, avant de soutenir leurs doctorats. Active, bien après l’éméritat (2007), je me consacre comme Professeur à l’Institut de Paléontologie Humaine, Fondation Albert Premier de Monaco, à l’Encyclopédie berbère et à la valorisation du passé chaoui de l’Aurès.

5Je suis restée indéfectiblement attachée à la Berbérie préhistorique, à son passé quelles qu’aient été les charges qui m’ont été confiées pour animer notre département au MNHN ; mais plus encore pour survivre intellectuellement, sans aller sur le terrain pendant plus de vingt ans, sans entretenir de contact avec ceux et celles qui traversaient alors en Algérie une terrible période durant les année 1990. Je suis désormais celle qui vient de passer le témoin aux générations nouvelles de préhistoriens qui vont valoriser, faire mieux connaitre et aimer la diversité de leurs patrimoines, encore perçus comme trop modestement représentés dans le bassin méditerranéen.

6Je dois à Salem Chaker d’avoir été admise dans son équipe pour transmettre après G. Camps et H. Camps-Fabrer des connaissances nouvelles qui ancrent plus profondément le fait berbère et recueillir les bribes d’une berbérité émiettée afin de rendre aux sociétés du troisième millénaire une part de leurs origines et de leur identité préhistoriques.

Autres aspects de carrière

7Expert et consultant scientifique en préhistoire africaine et méditerranéenne (Maghreb-Sahara, Libye, Egypte, Erythrée, Ethiopie, Tanzanie, Djibouti, Mauritanie, Bosnie, Grèce, etc.).
Membre du Comité scientifique de plusieurs sociétés. Membre honoraire du Centre National de recherche préhistorique, anthropologique et historique (CNRPAH) d’Alger. Membre du Conseil scientifique de l’Encyclopédie berbère, de Aouras.
Membre titulaire de la 4è section de l’Académie des sciences d’Outre-Mer (2006).
Auteur et co-auteur de sept livres et de nombreuses publications dans des revues internationales, ouvrages spécialisés, dictionnaires et collaboration à l’Encyclopédie berbère. TV, CD -Rom.
Co-directeur avec L. Balout de l’Opération Ramsès II au Musée de l’Homme, restauration et conservation, MNHN, Paris 1976
Responsable d’expositions : Musées d’Alger, de Ouargla (Algérie), du Caire (Egypte), au Musée de l’Homme (MNHN)-Paris. Co-responsable avec le Doyen L. Balout de l’exposition de la Momie du Pharaon Ramsès II, à l’Institut de Paléontologie Humaine, inaugurée par le Prince Rainier III de Monaco, Paris (1976).
Prix-Bourses :
1972 : Bourse de la Wenner Gren Foundation for Anthropological Research ;
1976 : Prix de l’Université Paris-X-Nanterre ;
1979-80 : Bourse du Prince Rainier III de la Principauté de Monaco ;
1980 : Prix Hippone de l’Académie des Sciences, Agriculture, Arts et Belles-Lettres, d’Aix-en-Provence.
- Décoration : Chevalier des palmes académiques (2003).

Haut de page

Bibliographie

Encyclopédie berbère : Collaboration permanente depuis 2004 (t. XXVI-XXXII).

2003 : « Statut de berger » des communautés atlasiques néolithisées du Maghreb oriental, dès 7000 BP. L’Anthrop., t. 107, p. 393-442.

— Avant-Propos sur « Aux origines des Arts Premiers en Afrique du Nord. Les figurines et les objets modelés en terre cuite de l’abri sous roche d’Afalou Bou Rhummel, Babors, Algérie (18 000-11 000 BP.) » in S. Hachi, Mémoires du Centre National de Recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (C.N.R.A.P.H.), nouvelle série, n° 6, Alger.

2006 : « Les comportements de subsistance et symboliques des premiers pasteurs néolithiques du Maghreb oriental atlasique ». In Colloque inter-académique, Académie des Sciences et Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Institut de France, Climat, Cultures et Sociétés, Palévol, Elsevier, vol. 204, pp. 441-451.

— « Pastoralisme et ruralité néolithiques dans l’Aurès avec la grotte Capéletti, entre 7500 cal BP et 4500 cal BP ». Premières Journées d’Etudes sur l’Aurès Antique, Khenchela, Algérie. Aouras, Paris, vol. 3, pp. 18-36.

2008 : « Participation des manifestations symboliques néolithiques au processus identitaire, en Algérie Orientale ». Actes RQM4, Oujda, Maroc, p. 407-421 (ROUBET C., en collab. avec I. AMARA).

— « Les sites de plein air du Tafilalt : cartographie et problèmes de conservation ». Actes RQM4, Oujda, Maroc, p. 320-333, (ROUBET C., en collab. avec L. BOUDAD, M. AZARELLO, M. AARAB, S. GUISLAIN, C. PERETTO, A. OUJAA, M. OULMAKI, M. RIDAOUI, A. AIT TOUCHNT.).

2010 : « Patrimoine archéologique du Dyr, Tébessa, Algérie orientale ». Aouras, t. 6, p. 15-38. Aouras, N° 6, p. 15-38 (ROUBET C., en collab. avec AMARA, I., .DJERRAB A., GUICHARD P.).

2011 : « Vivre ensemble depuis 20 000 ans au moins en Afrique du Nord : expression d’une communication ». Nouveaux Mélanges offerts à Paulette Galand-Pernet et Lionel Galand, à l’occasion de leur 90° è anniversaire. A. Mettouchi ed., Berbers Studies, vol. 30, p. 1-30, Cologne, Rüdiger Köppe Verlag, p. 1-30, (ROUBET C., en collab avec HACHI S. et KHERBOUCHE F.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Colette Roubet », in Encyclopédie berbère [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2919

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page