Navigation – Plan du site
10 | Beni Isguen – Bouzeis - Gabriel Camps (dir.)
B98

Bouïa

G. Souville
p. 1589-1592

Entrées d’index

Mots clés :

Maroc, Protohistoire
Haut de page

Texte intégral

1Le jbel Bouïa est situé sur la rive droite de l’oued Rheris à 10 km à l’ouest-nord-ouest d’Erfoud. Il s’agit d’un petit massif calcaire orienté du sud-sud-ouest au nord-nord-est. Ce relief « appalachien » est isolé dans la plaine du Tafilalet.

2Cette position dominante a favorisé l’installation d’un habitat fortifié ; les côtés ouest et sud se terminent par une falaise abrupte, les côtés est et nord-est par un ravin profond, donc facilement défendables. Des fortifications ont renforcé les points faibles, le long du ravin et au sud. Il s’agit d’un mur d’enceinte en grandes dalles calcaires, soit à double parement de pierres verticales avec remplissage à l’intérieur, soit formé par un entassement de pierres sèches.

3A l’intérieur de l’enceinte se trouvent des restes de constructions carrées ou rectangulaires voire demi-circulaires ou trapézoïdales, généralement isolées et ne s’appuyant pas à l’enceinte. Les murs conservés sont à double parement avec remplissage de terre et de cailloutis.

4Lors de ses prospections, Y. Bokbot a recueilli de l’industrie préhistorique, de nombreuses meules brisées et une très abondante céramique modelée, grise ou rouge ; les formes sont variées : grands vases sphériques, jattes cylindriques ou carénées, grands plats.

5Cet habitat domine une importante nécropole groupant près de 1 200 tumulus, disposés en chapelets parallèlement aux crêtes ou entre les thalwegs mais jamais en plaine.

6Les tumulus sont généralement de petites ou moyennes dimensions (4 à 8 m de diamètre) et de forme conique. D’autres, moins nombreux sont circulaires (10 à 15 m de diamètre), en tronc de cône aplati. Plus rares sont les grands monuments carrés ou rectangulaires (10 à 15 m de côté). Dans ces deux dernières catégories, les tumulus sont accompagnés d’un mur d’enceinte continu ; très fréquemment, se trouvent à proximité de la construction principale, un assemblage arrondi ou carré de pierres qui servait sans doute de table d’offrande.

7Trois tumulus ont été fouillés en 1957 par A. Camus et J. Margat. L’un est un amoncellement de pierres recouvrant une chambre funéraire rectangulaire construite en larges dalles ; la tombe était légèrement creusée. Dans les deux autres, la chambre funéraire est également construite en dalles, avec un creusement à la base ; elles sont accompagnées d’une chambre ouverte à l’est mais sans aucune communication avec la tombe ; une de ces deux chambres (ou « chapelle ») est accompagnée de diverticules, selon un plan cruciforme. Ces chambres sont couvertes de dalles. Il s’agit de tumulus à chapelle que l’on retrouve en Algérie (Negrine), en Mauritanie et dans plusieurs autres sites du Sahara occidental ainsi qu’à Beraber et Taouz, au Tafilalet. Les parois extérieures des tumulus comme celles des chapelles sont bien appareillées et permettent de les rattacher au groupe des bazinas.

Tumulus à caisson, le type le plus commun à Bouïa, (d’après J. Margat et A. Camus).

Tumulus à caisson, le type le plus commun à Bouïa, (d’après J. Margat et A. Camus).

Tumulus à chapelle de plan circulaire (d’après J. Margat et A. Camus).

Tumulus à chapelle de plan circulaire (d’après J. Margat et A. Camus).

8Les tombes paraissent individuelles ; les restes anthropologiques ne sont pas très éloignés de l’homme de Mechta-el-Arbi. Le mobilier recueilli est peu abondant : perles de calcédoine, objets sans doute de parure en cuivre relativement pur (Souville G., « Récentes analyses d’objets en métal trouvés au Maroc », Congr. préhist. Fr., C-R. 18e session, Ajaccio, 1966 (Paris, 1966), p. 275-279) ou en bronze. Parmi ceux-ci, les boucles d’oreille à pois trahissent une influence ou une tradition punique (cf Jodin A., « Bijoux et amulettes du Maroc punique », Bull. Archéol. marocaine, t. 6, 1966, pp. 79-80). Ces tumulus à chapelle montrent l’existence d’un culte funéraire très développé avec sans doute des rites d’incubation associés à ce culte ; les diverticules des « chapelles » facilitaient ces rites. La présence d’auge en pierre permettait des libations.

Tumulus de Bouïa à chapelle de plan rectangulaire (d’après J. Margat et A. Camus).

Tumulus de Bouïa à chapelle de plan rectangulaire (d’après J. Margat et A. Camus).

9Ces monuments semblent dus aux Gétules et pourraient être datés entre le premier siècle av. J.-C. et le cinquième siècle après.

Haut de page

Bibliographie

Margat J. et Camus A., « La nécropole de Bouïa au Tafilalt », Bull. Archéol. marocaine, t. 3, 1958-1959, p. 345-370.

Camps G., Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, 1961, p. 180-186.

Souville G, « Los monumentos funerarios preislámicos de Marruecos. Ensayo de clasificación y distribución », Ampurias, t. 30, 1968, p. 52-53.

Camps G, « Les tumulus à chapelle du Sahara protohistorique. Tombes-sanctuaires des Gétules », Ann. litt. Univ. Besançon (Hommages à J.-P. Millotte), t. 299, 1984, p. 561-572.

Bokbot Y., Habitats et monuments funéraires du Maroc protohistorique, Aix-en-Provence, 1991, Thèse de doctorat, multigraphié.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tumulus à caisson, le type le plus commun à Bouïa, (d’après J. Margat et A. Camus).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2892/img-1.png
Fichier image/png, 85k
Titre Tumulus à chapelle de plan circulaire (d’après J. Margat et A. Camus).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2892/img-2.png
Fichier image/png, 175k
Titre Tumulus de Bouïa à chapelle de plan rectangulaire (d’après J. Margat et A. Camus).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2892/img-3.png
Fichier image/png, 273k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Souville, « Bouïa », Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis, Aix-en-Provence, Edisud, décembre 1991, p. 1589-1592

Référence électronique

G. Souville, « Bouïa », in Encyclopédie berbère, 10 | Beni Isguen – Bouzeis [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2892

Haut de page

Auteur

G. Souville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page