Navigation – Plan du site
28-29 | Kirtēsii – Lutte - Salem Chaker (dir.)
L
L03c

Laguatan

Note complémentaire sur le nom des Laguatan
S. Chaker
p. 4321-4322

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’ensemble des formes connues de cet ethnonyme en fait clairement un nominal pluriel à marque finale –ten/tăn, tout à fait régulièrement retraitée en arabe en finale –a. La variation sur la consonne/semi-consonne médiane est également parfaitement explicable dans le cadre des données de base la phonétique/phonologie berbère : le correspondant tendu (sur ce phénomène de tension consonantique, voir les notices : « Langue », ici même ; « Géminées », EB XX et « Tension/tendues ») de la semi-voyelle /w/ est, selon les régions (et sans doute selon les époques), soit /ww/, soit, le plus souvent, /ggw/ (labio-vélarisé : cf. notice « Labio-vélarisation », ici même).

2Par. ex.
(pan-berbère) : awy « emmener » → awway > aggway (« action d’emmener »),
kabyle : yewwi > yeggwi, « il a emmené »…

3Ce traitement [ww] > [ggw] (et autres réalisations plus locales comme [gg] en touareg, [bbw], [ppw] en kabyle) est une donnée absolument généralisée en berbère contemporain et, de plus, profondément intégrée dans la grammaire où il a un caractère quasi-systématique ;
par ex.
(pan-berbère) : rwel « fuir » (aoriste) (rewwel > reggwel (aoriste intensif).

4De ce fait, on est en droit de le considérer comme ancien. Pour les Laguatan/Louāta, on peut donc postuler la coexistence de deux formes (régionales) de l’ethnonyme :
a-(i)lewwaten, ou, plus probablement :
(i)lăwwatăn, avec voyelles [ă] brèves) ; qui expliquent les formes : Leuathae, Louāta/Lawāta.
b-(i)leggwaten / (i)lăggwatăn ; qui expliquent la forme : Laguatan.

5Cette fluctuation phonétique [ww/ggw, gg] est du reste confirmée par le traitement parallèle d’un autre ethnonyme bien connu, précisément documenté par les sources arabes anciennes (Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, I, p. 275-275) :
Huwwâra* (EB XXIII) > Huggâr (Hoggar, Ahaggar*), qui renvoient à des formes berbères : sing. (a)hăwwâr / plur. (i)hăwwâren > (a)hăggar / (i)hăggâren.

  • 1  Du point de vue phonétique, les consonnes traditionnellement qualifiées de « liquides » ou « sonan (...)

6Quant à la forme antique Laguantan, avec nasale interne, il paraît raisonnable de la considérer soit comme une simple erreur graphique soit, plus probablement, comme résultant d’un phénomène de contamination/anticipation de la nasale finale dans un segment qui comporte déjà à l’initiale la consonne liquide /l/ : la présence dans le même mot du /l/ et du /n/, tous deux consonnes « vocaliques1», de même localisation apico-dentale, est un facteur très favorable à l’assimilation, à la métathèse, à l’anticipation (cf. un exemple berbère : ilni / inli, « sorgho, millet, mil… »).

7Le suffixe de pluriel – ten/tăn implique un thème nominal lewwa/lăwwa, qui a plus la forme d’un nom propre que celle d’un nom commun ; le Dictionnaire touareg des noms propres (p. 154) de Charles de Foucauld recense d’ailleurs un nom d’homme Lawa. Au demeurant, on ne voit guère de racine lexicale LW, à signification plausible pour un ethnonyme, à laquelle on pourrait le rattacher.

8On pourrait, si l’on veut absolument donner du sens à ce qui n’en a peut-être pas, penser à la racine pan-berbère LWY, en postulant une chute de la semi-voyelle finale – phénomène ici assez improbable ; racine qui, au plan sémantique, n’est pas sans intérêt puisqu’elle signifie : « conduire un animal, tenir par la longe, abaisser une branche d’arbre, tenir dans la main dans un mouvement de haut en bas »… On voit ce que pourrait en tirer un esprit quelque peu imaginatif : les Laguatan/Louāta seraient les « conducteurs, les meneurs, les guides », pourquoi pas les « pasteurs »… ? Mais en berbère actuel, le /y/ final de la racine LWY se main­tient solidement et la forme nominale dérivée (nom d’agent à tension médiane, schème : C1eCC2aC3) que l’on peut en tirer est LeWWaY (donc ilewwayen et non *ilewwaten).

  • 2  Tous ces patronymes sont ceux de familles-clans du village d’Azouza (Iεzzuzen, en kabyle : les des (...)

9Si l’hypothèse de l’anthroponyme est la bonne – et elle semble quand même la plus probable – les (i)Lăwwatăn/(i)Lăggwatăn serait, comme l’affirme expressément l’historiographie arabe (Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, I, p. 170-171), les descendants de Lewwa/Lăwwa, selon un modèle encore bien connu de l’eth­no nymie berbère actuelle où le nom de l’ancêtre peut servir de base de formation de nom au groupe, par simple pluralisation selon le schéma commun : ainsi, les Iqasiten sont les descendant d’un certain Qasi, les Ieddušen, ceux d’un certain edduš, les Izwawen, ceux d’un certain Azwaw2

10Mais on ne peut exclure que l’étymologie des sources arabes, expliquant ce nom par celui de l’ancêtre éponyme soit, dans ce cas comme dans bien d’autres, une pure construction a posteriori, induite par leur conception généalogique de l’histoire et de la société.

Haut de page

Bibliographie

DALLET J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982, 1 052 p.

FOUCAULD Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris Imprimerie nationale, 1951-1952, 4 vol.

FOUCAULD Ch. de, Dictionnaire abrégé touareg-français des noms propres, Paris, Larose, 1940.

Haut de page

Notes

1  Du point de vue phonétique, les consonnes traditionnellement qualifiées de « liquides » ou « sonantes » ([l, r]) et les nasales ([m, n]) ont toutes pour caractéristique de combiner les traits de la consonne (présence de bruit consécutif à une occlusion ou friction) et ceux de la voyelle (présence de résonances harmoniques : les « formants » des acousticiens). Ce sont donc des sons mixtes et ambivalents, d’où l’appellation de consonnes vocaliques.

2  Tous ces patronymes sont ceux de familles-clans du village d’Azouza (Iεzzuzen, en kabyle : les descendants d’un certain Εezzuz) en Grande Kabylie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Laguatan », Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte, Aix-en-Provence, Edisud, 2008, p. 4321-4322

Référence électronique

S. Chaker, « Laguatan », in Encyclopédie berbère, 28-29 | Kirtēsii – Lutte [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/289

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page