Navigation – Plan du site

Jean-Marie Lassère

(1932 - 2011)
C. Hamdoune
p. VII-X

Image 1.jpg

Jean-Marie Lassère

*

  • * Cet hommage a été publié dans le numéro XXXIII de l'Encyclopédie berbère.

Le 17 juin 2011, le cancer que Jean-Marie Lassère combattait depuis quatre ans, après quelques mois de rémission trompeuse, l’emportait finalement, au moment même où ce grand historien mettait la dernière main au manuscrit de son ultime ouvrage, un livre testament, Quasi Roma. L’Afrique en sa période romaine, somme de toutes les connaissances acquises au fil des années sur l’Afrique antique, mais aussi expression de ses convictions profondes sur la nature des relations entre Rome et une terre africaine à laquelle il était charnellement lié, au-delà de la grande blessure qui le coupa de son Algérie natale à la fin de ses études, après sa réussite au concours de l’agrégation en 1959.

Recruté comme assistant à la faculté des Lettres de Montpellier en 1961, Jean-Marie Lassère y enseigna continûment jusqu’à sa retraite en 1999, devenant maître-assistant, maître de conférences puis professeur en 1979. De cette expérience, il tira la « substantifique moelle » de son Manuel d’épigraphie romaine, un livre paru en 2005, et déjà réimprimé deux fois : si le titre reflète la grande modestie du savant, il ne rend pas compte de la profondeur des analyses et de l’érudition d’un ouvrage devenu « le Lassère » – comme on disait « le Cagnat ». À partir des inscriptions (et de la technique épigraphique) insérées dans leur contexte particulier, ce sont en fait tous les aspects (administratif, social, religieux, culturel) du monde romain qui sont abordés, comme Jean-Marie Lassère excellait à le faire dans ses cours.

Le dévouement envers ses étudiants, mais aussi à l’institution universitaire, se doublait d’une activité inlassable dans le domaine de la recherche. Très tôt, ses préoccupations le portèrent vers l’étude de ce que les inscriptions pouvaient révéler de l’évolution du peuplement et des mouvements de population en Afrique, d’abord avec sa thèse de IIIe cycle, Recherches sur la chronologie des épitaphes païennes de l’Africa, publiée dans Antiquités Africaines (7, 1973), puis avec sa magistrale étude dans le cadre de sa thèse d’État, Vbique populus. Peuplement et mouvements de population dans l’Afrique romaine (Paris, Editions du CNRS, 1977) : accueilli, il faut bien l’admettre, avec un certain scepticisme, cet ouvrage, comme toutes les productions d’exception, ne cesse de distiller des apports si novateurs qu’il est plus utilisé et cité aujourd’hui que dans la décennie qui a suivi sa parution ; la pertinence et la finesse de l’analyse du processus de formation de la personnalité des Romano-Africains qui se voulaient l’âme de Rome tout en gardant leurs traits spécifiques ne cessent de se confirmer. Ce travailleur infatigable avait dépouillé tout le CIL, VIII et L’Année Épigraphique pour le mener à bien. Son intérêt pour les problèmes d’onomastique ne se démentit jamais : une série d’articles qu’il intitula Onomastica africana, dont le dernier, XX - La population de Theveste vient de paraître dans le numéro 6 de la revue Aouras, approfondissent des aspects plus particuliers et témoignent de la continuité de sa méthode fondée sur l’étude critique des inscriptions insérée dans une perspective historique et géographique centrée sur l’humain. Sa connaissance intime de toutes les sources textuelles, comme sa maîtrise accomplie de l’historiographie ne le coupèrent jamais de la réalité du terrain : c’est ainsi qu’il s’impliqua dans des recherches archéologiques, notamment à Rougga et surtout à Kelibia où, avec H. Slim, il acheva la fouille de deux belles maisons du Haut-Empire. Il eut le bonheur de voir ce travail publié à la fin de 2010, Maisons de Clupea. Les maisons de l’école de pêche, dans la série des Études d’Antiquités africaines, répondant ainsi au vœu de ses collègues tunisiens avec lesquels il avait noué au fils du temps des relations d’amitié profondes et sincères.

Son sens de l’amitié le conduisit également à organiser avec G. Devallet un groupe de travail, le Groupe de Recherches sur l’Afrique Antique, réunissant latinistes et historiens de l’Université Montpellier III. Il sut animer ce groupe, aussi indiscipliné qu’enthousiaste, avec sa gentillesse coutumière pour en obtenir le meilleur, sans jamais se mettre lui-même au premier plan : au total, quatre publications où alternent études d’inscriptions et de textes de l’antiquité tardive. Profondément engagé dans la défense de l’histoire de l’Afrique, il fut membre de la Commission de l’Afrique du Nord du CTHS de 1984 jusqu’à sa dissolution ; il fut rédacteur de L’Année Épigraphique pour les provinces africaines jusqu’en 2000, et se chargea entièrement de l’établissement des tables des années 1960-1980, mais il ne put achever celles des années suivantes. Proche de G. Camps, il participa dès le début à l’aventure de l’Encyclopédie berbère dont l’un des derniers fascicules, le numéro XXX, contient deux de ses notices, sur mappalia et Massinissa.

Ce grand savant frappait par une modestie extrême, une remarquable faculté d’écoute, une grande disponibilité pour conseiller tous ceux qui ne manquaient pas de solliciter ses avis, beaucoup d’indulgence pour les jeunes chercheurs. Il laisse une œuvre magistrale, servie par une belle qualité d’écriture qui révèle une sensibilité bridée par une pudeur et une retenue sans froideur. Plus encore, il fut un grand Monsieur par ses qualités humaines dont je ne citerai ici que la fidélité aux siens, à ses idées et ses amis, une courtoisie toujours égale, alliée à une discrétion inhérente à son caractère, enfin sa grande générosité.

Après la disparition d’Yves Modéran, qui m’était devenu comme un frère, c’est aujourd’hui celle d’un père spirituel auquel ces quelques lignes dictées par la pietas, l’amour filial et l’admiration, ont essayé de rendre hommage.

Christine Hamdoune
Montpellier, août 2011.

Contributions de Jean-Marie LASSERE à l’Encyclopédie berbère

Fascicule II, 1985 : A76 « Affranchis (dans l’Antiquité) » p. 195-201.
Fascicule IX, 1991 : B36 « Barbe, cheval (à l’époque antique) » p. 1355-1360.
Fascicule XIII, 1994 : C64 « Cillium (Kasserine) » p. 1954-1957.
Fascicule XVII, 1996 : E7 « Église (toponymie) » p. 2589
Fascicule XXVI, 2004 : J14 « Judaïsme dans l’Antiquité » p. 3938-3951
Fascicule XXX, 2010 : M35(a) « Mappalia » p. 4568-4573
Fascicule XXX, 2010 : M54 « Massinissa » p. 4650-4661
Fascicule XXXV, 2013 : O10 « Oezalces » p. 0000-0000
Fascicule XXXV, 2013 : O18 « Onomastique antique » p. 0000-0000
Fascicule XXXV, 2013 : O19 « Optat (de Milev) » p. 0000-0000
Fascicule XXXV, 2013 : O19 « Oxyntas) » p. 0000-0000
à paraître : « Syphax », « Tacfarinas ».

Notes

* Cet hommage a été publié dans le numéro XXXIII de l'Encyclopédie berbère.

Haut de page