Skip to navigation – Site map

Marceau Gast

(1927 - 2010)*
H. Claudot-Hawad and S. Chaker
p. IX-XVII
  • * Ces hommages ont été publiés dans le numéro XXX de l'Encyclopédie berbère.

Marceau Gast sur son terrain, en grande conversation (1970, Idélès – Ahaggar, Algérie)

Image 1.jpg

Témoin, acteur, chercheur : un homme aux horizons larges
(Hélène Claudot-Hawad)

Directeur de Recherche au CNRS, ethnologue spécialiste des Touaregs, observateur passionné du Sahara, autant à l’aise dans les campements du désert que dans les salles de réunions universitaires, proche de ses amis nomades chez qui il avait exercé d’abord le métier d’instituteur nomade, aimant partager la parole, le pain, les joies et les peines des plus humbles, Marceau Gast a marqué notre milieu, entre autres par son enthousiasme et sa passion à transmettre un savoir élaboré par immersion totale dans un pays rude à vivre et par le soutien généreux et l’hospitalité sans faille qu’il a toujours prodigués aux jeunes chercheurs de tous pays.

Le 25 juillet 2010, il nous a « précédés », comme diraient les Touaregs. Amuzzar est celui qui précède, qui guide, qui oriente, car il sait vers où nous cheminons tous et peut donc anticiper. Cela fait longtemps que Marceau avait anticipé cette étape, s’inquiétant moins pour lui-même que pour la pérennité de ses précieuses archives, de ses données scientifiques, de tous les matériaux originaux – notes, fiches, photos, cassettes, manuscrits, articles, ouvrages – qu’il avait engrangés durant des décennies de recherche, au cours de ses longs séjours d’étude et d’enquêtes sur le terrain. Des terrains qui ont varié du Sahara central au Yémen en passant par les Hautes-Alpes en fonction de divers facteurs : les aléas politiques, ouvrant ou fermant l’accès aux lieux d’enquête, les thématiques de recherche engagées, les rencontres, les amitiés et la mise en réseau des compétences.

J’étais en licence de sociologie et de linguistique quand j’ai rencontré Marceau pour la première fois en 1972. L’analyse structurale de la parenté était alors un incontournable paradigme de la recherche en ethnologie rebaptisée anthropologie sociale sous l’influence de la théorie de l’échange de Lévi-Strauss. Marceau cherchait un linguiste pour faire une étude sémantique des termes de parenté touaregs. Il avait contacté à cette fin Georges Mounin, professeur à l’université de Provence, qui fit le lien. Marceau m’ouvrait deux univers : d’une part, celui exotique du Sahara, des Berbères, de l’Afrique de l’ouest, du monde musulman et, d’autre part, dans un paysage universitaire familier qui m’apparaissait souvent inutilement compassé, celui d’une équipe de recherche au visage avenant, à l’accueil chaleureux et à la culture nord-africaine pied-noire tout aussi exotique pour moi que son domaine de spécialité. Au LAPMO, laboratoire pluridisciplinaire (créé en 1969 à Aix-en-Provence par Gabriel Camps arrivant d’Alger avec son équipe), les préhistoriens, archéologues, anthropologues, historiens, ethnologues, linguistes, chercheurs adoubés ou simples étudiants, se côtoyaient, impliqués dans des thématiques communes, coopération renforcée par la tradition des fouilles archéologiques auxquelles beaucoup participaient et qui fabriquaient du lien extra-universitaire entre les membres de l’équipe.

L’itinéraire professionnel de Marceau a débuté par le métier d’enseignant qu’il partit exercer au Sahara (1948), en milieu sédentaire puis nomade touareg (1951-1956). Cette orientation correspondait à une véritable vocation de pédagogue qui s’est prolongée ensuite dans le cadre universitaire. Les étudiants dont s’est occupé Marceau et dont je faisais partie ont eu la chance de bénéficier de sa capacité et de son goût à transmettre, avec toute la verve, l’enthousiasme, la saveur des mots, le talent de passeur de savoir et d’expériences qu’il possédait. Il savait mettre la réalité en scène, et nous avons tous savouré ses interventions passionnées, ses discours animés, ses images foisonnantes et l’extraordinaire mine de conseils, d’expériences, de souvenirs, d’anecdotes vécues qu’il nous offrait lorsqu’il nous parlait du Sahara, de sa vie d’instituteur nomade dans les campements touaregs, et enfin de ses engagements et questionnements de chercheur. Un chercheur nourri de longs séjours d’observation participante.

Marceau aimait le travail de terrain et supportait sans problème la rusticité des conditions de vie. Sa sociabilité méditerranéenne était un atout majeur d’intégration dans des milieux parfois méfiants. Il avait un rapport chaleureux aux autres et savait établir de la connivence avec ses interlocuteurs. Où qu’il soit, j’ai toujours vu Marceau parler aux gens et susciter leur curiosité et leur intérêt. Il prenait d’ailleurs autant de plaisir à échanger avec des collègues chercheurs, toutes disciplines confondues, qu’avec les nomades touaregs, les cueilleuses de graminées sauvages, les modestes quinteniers sahariens qui travaillaient dans les jardins, les artisans du Queyras ou les paysans de Haute Provence. Son itinéraire de recherche était ancré dans le vécu, nourri par l’expérience, la sienne et celle des autres qu’il questionnait inlassablement, s’intéressant aux aspects même les plus modestes de la vie des individus et des communautés.

  • 1 Equipe 5 de l’IREMAM : « Marges et identités plurielles du Nord de l’Afrique ».

Son parcours et son œuvre scientifiques sont originaux à plus d’un titre. Parallèlement à la publication de ses mémoires, nous1 avions prévu d’organiser en sa présence des journées de recherche qui seraient consacrées à son itinéraire de chercheur et qui ont dû être repoussées, de semestre en semestre, à cause de ses problèmes de santé récurrents au cours des dernières années.

Marceau a été un précurseur dans le domaine de l’anthropologie de l’alimentation. Il a été le premier à l’étudier au Sahara. Questionner la façon dont se nourrit une population qui vit dans un milieu aride aux ressources fragiles est un angle d’approche ingénieux, car il permet de saisir le fil qui conduit à tous les autres domaines d’une société : les techniques, l’économie, la gestion des ressources, l’organisation sociale et parentale, le sacré, la répartition des tâches, les rôles féminins et masculins…

Ces aspects de la vie de tous les jours auxquels Marceau prêtait attention – comme la culture alimentaire, la conservation des grains, les cueillettes et les moissons, l’utilisation des ressources naturelles végétales, animales, minérales… – sont devenus aujourd’hui des objets scientifiques de premier plan. Mais il faut savoir qu’à l’époque où il les étudiait, ces domaines étaient négligés, parfois jugés dérisoires et encore plus dans les aires pauvres et désertiques du Sahara central où justement la nourriture était rare. L’apport de Marceau en la matière, son obstination à se départir des thèmes à la mode, sont remarquables et donnent à ses enquêtes sur l’alimentation, menées à partir des années 1960, une grande modernité. Il a consacré de nombreuses publications aux techniques de production, de conservation, de préparation et de consommation des aliments, montrant l’intérêt nutritionnel de certaines pratiques de traitement des grains, par exemple la mouture traditionnelle du mil au Sahara. Il s’est intéressé à la symbolique alimentaire et dans un domaine où se croisent intimement observations empiriques, calculs mathématiques, savoirs agricoles et représentations du monde, il a également travaillé sur la production et l’usage des mesures du temps, de l’espace, des volumes, des longueurs et des poids.

En lien avec les nouvelles orientations de l’ethnologie dans les années 1970, il a développé des thématiques sur la parenté et l’alliance, l’interprétation de l’endogamie, les modes de filiation, la transmission des biens et des pouvoirs, et a fondé, avec l’énergie qui le caractérisait, un réseau de recherches comparatives sur ces questions avec des collègues du Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Paris. Dans tous ces contextes, il a œuvré à inclure les jeunes, les doctorants et post-doctorants, à qui il offrait l’occasion unique de se former et de travailler dans des équipes de chercheurs confirmés. Je lui suis reconnaissante de cette générosité.

À partir de 1974, Marceau a entamé un nouveau terrain au Yémen sur son thème de prédilection, l’alimentation, mais pas seulement. Il saisissait au cours de ses enquêtes de nombreux autres versants de la vie des gens qui se manifestaient spontanément dans leurs occupations et préoccupations, leurs labeurs et leurs loisirs, leurs tâches matérielles et immatérielles. On peut entendre ses archives sonores sur le site de la phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence et apprécier à travers ses enregistrements le spectre large de ses intérêts concernant par exemple les transformations du mode de vie, les mutations socio-politiques, les innovations techno-économiques, les rites agricoles, les fêtes, la poésie, les chants d’amour…

La fréquentation de plusieurs terrains, l’intérêt pour des thèmes multiples, la collaboration avec des spécialistes de diverses disciplines, ont favorisé la posture comparative ouverte qu’il a développée par exemple dans l’étude des systèmes techniques et de leurs dimensions esthétique, éthique et symbolique qui le captivaient. Il a étudié sous cet angle des objets emblématiques tels que le coffre kabyle, le cadenas et l’épée touaregs, le pilon et le matériel de broyage saharien, les silos et magasins à grains du Yémen et du Sahara, les objets sculptés des artisans du Queyras.

Il a également travaillé sur l’histoire orale, dans le cadre de recherches collectives sur l’histoire du peuplement au Sahara et sur l’histoire contemporaine, notamment la période coloniale. Ces travaux thématiques ont été nourris par des approches monographiques, comme celles menées par exemple sur le village de Mertoutek au Sahara central ou sur une ville yéménite à l’architecture remarquable, Thula.

Il s’est impliqué aussi dans la gestion de la recherche en tant que directeur de laboratoire, directeur scientifique et élu au comité national, sensible à certaines questions auxquelles le centralisme français s’attache rarement, comme le sort des chercheurs français en province, sur lequel il avait écrit un rapport.

Une qualité encore que j’ai à cœur d’évoquer : Marceau était un excellent photographe. Ses clichés en noir et blanc sont d’une grande sensibilité. Il a su saisir les gestes, les expressions, les postures du quotidien dans leur simplicité, leur aspect naturel, leur spontanéité, qui montre la complicité, la proximité et l’amitié qui le liaient aux personnes photographiées. En fait, il ne se contentait pas d’être un photographe embusqué derrière l’objectif, il parlait à ceux qu’il photographiait et c’est cette communication entre lui et les autres qui donne à ses photographies toute leur densité et tout leur sens. Ce regard photographique si spécial de Marceau est un bon révélateur de sa démarche de terrain, combinant approche scientifique, engagement intellectuel, proximité sociale, souci humaniste, qui impliquent le chercheur dans la vie et les mutations locales.

Pleinement associés à la générosité de Marceau, il y avait enfin Andrée son épouse, ses enfants, toute sa famille à l’hospitalité chaleureuse. La maison Gast, ouverte aux humbles comme aux plus grands, aux étudiants comme aux professeurs, était une véritable institution parallèle, un centre de gravité, un havre amical, une agora où Marceau lançait les débats, un lieu chaleureux de rencontres et d’échanges internationaux où s’entrecroisaient travail, repas, détente, plaisanteries, découvertes… Ce sont également ces images de connivence et de bonheur partagé qui me reviennent à l’esprit quand je pense à Marceau.

*

À mon ami Marceau (S. Chaker)

  • 2 Centre de Recherches Anthropologiques Préhistoriques et Ethnographiques, qui était alors encore une (...)

J’ai connu Marceau au printemps 1968 à Alger, alors que j’étais encore lycéen en classe de Terminale. Après un premier voyage dans le Moyen-Atlas marocain en 1967, j’avais décidé de me rendre au cours de l’été 1968 en Ahaggar pour faire la connaissance de nos cousins touaregs et de leur langue. À l’époque, le voyage de Tamanrasset était encore une véritable expédition : plus de 1.500 km de mauvaise piste et aucune desserte régulière. Quand je fis part de ce projet à Mouloud Mammeri, celui-ci m’orienta immédiatement vers la seule personne capable de m’ouvrir toutes les portes de l’Ahaggar. J’eus donc un premier contact, excellent, avec Marceau au Crape2 : Mammeri m’avait manifestement indiqué la bonne adresse ! Marceau me reçu longuement et m’accorda toute son attention, en m’ouvrant son carnet d’adresses, en m’orientant vers les bonnes personnes, sur place en Ahaggar comme à Alger pour trouver un transporteur qui accepterait de me prendre dans l’un de ses camions ; en m’indiquant aussi les règles à respecter pour un séjour dans un campement touareg, les cadeaux à prévoir…

  • 3 Qualités qui n’étaient certainement pas étrangères à son expérience initiale d’instituteur et à l’i (...)

Cette première rencontre inaugurait plus de 40 années de compagnonnage scientifique et de relations amicales. Elle illustrait les qualités humaines, et pédagogiques3, que j’allais retrouver à de multiples occasions au cours de ces années où nos chemins se sont régulièrement croisés, où Marceau et Andrée son épouse ont été pour moi un repère constant, un havre amical où je savais pouvoir trouver accueil affectueux, écoute, conseils et aide en cas de besoin.

C’est Marceau qui m’a encouragé en 1970 à quitter Paris où je poursuivais, dans des conditions assez difficiles, mes études de linguistique et de berbère pour venir rejoindre l’équipe à Aix. Dans un courrier que j’ai encore, il me disait :

« Tu devrais nous rejoindre à Aix où nous avons fondé avec Camps une nouvelle équipe de recherche et un projet d’Encyclopédie berbère. Tu y auras de bien meilleures conditions pour poursuivre tes études et tu pourras être intégré dans notre équipe… ».

Il s’adressait ainsi à un étudiant de 20 ans, en troisième année de licence ! C’est dire la confiance dont il m’honorait, mais surtout le pari sur l’avenir qu’il faisait alors. Comme j’ai eu l’occasion de le dire dans le texte d’hommage que j’ai consacré à Gabriel Camps (EB XXV), cette circonstance aura été décisive dans mon parcours et dans ma carrière. Mais à l’époque, il ne s’agissait que d’une pure potentialité.

Cette attitude de Marceau, d’ouverture et d’encouragement au tout jeune apprenti-chercheur, des dizaines d’autres étudiants et jeunes chercheurs en ont bénéficié, de toutes origines, français, européens, maghrébins, berbérophones ou arabophones… La porte de son bureau, la porte de sa maison, de sa bibliothèque leur étaient ouvertes dès qu’ils manifestaient une volonté claire de connaître l’Afrique du Nord et le Sahara, d’acquérir les outils scientifiques nécessaires, même s’ils en étaient au tout début de leur cheminement.

Car Marceau, qui avait vécu en direct à Alger la fin de la colonisation et ses bouleversements dans tous les domaines et notamment dans le champ académique, était très soucieux de la fragilité des études sur l’Afrique du Nord et le Sahara, en France comme au Maghreb, tout particulièrement pour ce qui concernait sa discipline, l’ethnologie, stigmatisée dans l’Université maghrébine et dans bien des milieux universitaires français comme « science coloniale ». Lui, qui s’était spécialisé dans l’étude d’un segment hautement spécifique du monde berbère, celui des Touaregs de l’Ahaggar, était particulièrement sensible à la question de la transmission des savoirs, de la formation de la relève, au point qu’il vivait ce problème avec une certaine douleur, conscient qu’il était du risque de déperdition d’un savoir, en même temps que disparaissait la société qu’il avait eu la chance d’étudier, dans sa forme encore quasi traditionnelle. Disparition d’un monde, risques de disparition d’un capital scientifique, de dispersion de collections d’objets, de documentations patiemment constitués dans des circonstances exceptionnelles par des chercheurs aux trajectoires hors normes, Marceau savait que nos spécialités scientifiques ne tiennent qu’à un fil, celui de la motivation et de la trajectoire d’individus improbables. Et il se sera battu jusqu’à la fin pour essayer d’assurer la transmission et de former des jeunes chercheurs, en les orientant, en les encourageant, en les suivant pas à pas dans leur travail, en se démenant pour les aider à trouver des solutions à leurs difficultés matérielles, en les aidant à construire leur carrière.

Même si je n’étais pas engagé dans le même champ disciplinaire que Marceau, dans cette phase initiale de formation j’ai beaucoup appris de lui, au plan de la méthodologie, au plan de l’accès au terrain, qu’il maîtrisait remarquablement, au plan de la connaissance du monde scientifique français et de son organisation. C’est en grande partie avec lui que j’ai appris à établir une bibliographie, à rédiger un rapport, à préparer un dossier scientifique à soumettre aux instances... Marceau est aussi, avec Gabriel Camps et Georges Mounin, celui qui m’a incité à rédiger mes toutes premières contributions, notamment pour la Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée dont il était alors membre du comité de rédaction.

À partir de 1981, de retour à Aix après quelques années passées à l’université d’Alger, je devins son collègue au sein du Lapmo et une collaboration régulière s’instaura entre nous : ce fut la période d’échanges intenses et de travail en commun, avec Hélène Claudot, qui aboutit à la réédition critique avec traduction des Textes Touaregs en Prose de Charles de Foucauld (Edisud, 1984), au lancement de la collection d’ouvrages de référence « Maghreb-Sahara » dans le cadre de la Selaf que dirigeait Jacqueline Thomas : le premier titre en fut le remarquable Dictionnaire kabyle-français du Père Jean-Marie Dallet (1982)… Tous ces projets furent marqués et portés par la même volonté commune de consolider le champ des études berbères, de lui donner une actualité et une visibilité renouvelées, à un moment où sa survie dans l’espace académique français n’était pas évidente et où il était frappé d’ostracisme dans les pays du Maghreb.

Ouverture aux hommes et à l’avenir qu’ils portent, ouverture aussi aux disciplines connexes, préhistoire, protohistoire, géographie, anthropologie biologique, linguistique…, qu’il avait côtoyées dès le début de sa carrière scientifique au Crape et au musée du Bardo à Alger. Ouverture enfin aux autres terrains, au sein du monde berbère (Kabylie, Maroc…) et bien au-delà (Afrique noire, Yémen, Queyras…). Voisinages qui lui permirent tout au long de ses travaux d’établir les connexions utiles entre des pratiques et objets relevant d’époques et de lieux éloignés et contribuèrent à établir des continuités technologiques, des continuités de pratiques humaines et sociales. Qui lui permirent aussi de nouer des collaborations multiples, au sein de projets pluridisciplinaires, et de rester toute sa vie réceptif aux recherches et pistes nouvelles ouvertes par les chercheurs des générations plus jeunes dont il accueillait toujours avec intérêt les idées.

Jusqu’à son dernier souffle, Marceau aura été sur la brèche de son engagement : en juin 2010 encore, il relisait les épreuves des notices qu’il nous avait données pour les fascicules « M » de l’Encyclopédie berbère : « Mesures (Domaine touareg) » (M96c), « Meules et molettes (Sahara) » (M101b), « Mil (Touaregs) » (M116b), « Mûsa ag Amastan » (M144), notices parfaitement représentatives du cœur de l’investissement scientifique de toute une vie et de ses principaux centres d’intérêts : l’alimentation, les technologies traditionnelles qui lui sont associées, l’histoire des populations touarègues.

Générosité, dynamisme, engagement scientifique durable, ouverture aux autres disciplines et autres espaces culturels, Marceau, par ses qualités humaines et son activité scientifique intense, fut l’un des piliers de ce que certains berbérisants ont appelé « l’École d’Aix-en-Provence ».

Bibliography

Ouvrages publiés de Marceau Gast

1959 - Collections ethnographiques. Touareg Ahaggar, sous la direction de L. Balout. Photos Marcel Bovis, légendes de Marceau Gast, Paris, Amg (Musée d’Ethnographie et de Préhistoire du Bardo, Alger), 76 pl. couleur et noir et blanc + 76 pages de commentaires.

1965 - Mils et sorghos en Ahaggar. Étude ethnologique et nutritionnelle, en collaboration avec Jean Adrian (Mémoires du Crape : IV, Alger), Paris, Amg, 78 p.

1968 - Alimentation des populations de l'Ahaggar. Étude ethnographique, (Mémoires du Crape : VIII, Alger), Paris, Amg, 457 p., 72 pl. h. t., 46 fig.

1969 - Le lait et les produits laitiers en Ahaggar, en collab. avec J.-L. Maubois et J. Adda, Inra (Mémoires du Crape : XIV, Alger), Paris, Amg, 72 p., 12 tabl., 16 pl. photos.

1979 - Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, t. I, sous la direction de M. Gast et F. Sigaut, Paris, Cnrs, 232 p.

1981 - Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, t. II, sous la direction de M. Gast et F. Sigaut, avec la collaboration de A. Bruneton Governatori, Paris, Cnrs, 239 p.

1985 - Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de culture et des sociétés, t. III, sous la direction de M. Gast, F. Sigaut, C. Butler et O. Buchsenschutz, Paris, Cnrs, vol. 1 : 376 p. ; vol. 2 : 296.

1982 - Les chars préhistoriques du Sahara. Archéologie et techniques d'attelage, (Actes du colloque de Sénanque, 21-22 mars 1981), sous la direction de Gabriel Camps et Marceau Gast, Aix-en-Provence, Université de Provence, 200 p.

1984 - Textes touareg en prose de Charles de Foucauld et A. de Calassanti-Motylinski, réédition critique avec traduction, S. Chaker, H. Claudot, M. Gast, Aix-en-Provence, Edisud, 359 p.

1986 - L'accès au terrain en pays étrangers et Outre-Mer, en collaboration avec M. Panoff, Paris, L'Harmattan, 304 p.

1987 - Hériter en pays musulman, habus, lait vivant, manyahuli, sous la direction de M. Gast, Paris, Cnrs, 302 p.

1993 - Des coffres puniques aux coffres kabyles, en collaboration avec Yvette Assié, Paris, Cnrs Editions, 254 p.

2000 - Moissons du désert. Utilisation des ressources naturelles au Sahara central, Paris, Ibis Press, 160 p., ill.

2004 - Tikatoûtîn. Un instituteur chez les Touaregs. Itinéraire d’un apprenti ethnologue, Seyssinet, Editions de la Boussole, 203 p. - Édition algérienne (même titre, même pagination) : Alger, Cnrpah, 2004.

2005 - Plantes et moulins à huile, hier et demain (Actes du colloque de Forcalquier, 1994), sous la direction de Philippe Marinval, François Sigaut et Marceau Gast, Toulouse, AITAE, Centre d’Anthropologie/Archives d’Ecologie Préhistoriques, 251 p.

2008 - Pierre Guérin : sur les pas de Freinet, textes réunis par Marceau Gast, Madeleine et Claudie Guérin, Paris, Ibis Press, 248 p., ill. + 1 CD audo.

2008 - Des Huwwara aux Kel-Ahaggar, la Saga d’une tribu nomade au Sahara central, Alger, Cnrpah, 715 p., 22 photos.

L’ouvrage rassemble 44 articles de M. G. consacrés aux Touaregs Kel-Ahaggar + une bibliographie de ses contributions scientifiques (10 p.).

Marceau Gast a également publié près de 200 articles et contributions scientifiques dont 63 notices parues dans l’Encyclopédie berbère.

Top of page

Notes

* Ces hommages ont été publiés dans le numéro XXX de l'Encyclopédie berbère.

1 Equipe 5 de l’IREMAM : « Marges et identités plurielles du Nord de l’Afrique ».

2 Centre de Recherches Anthropologiques Préhistoriques et Ethnographiques, qui était alors encore une institution franco-algérienne, dirigée par Gabriel Camps. Le centre, après avoir été dans les années 1980 rattaché au Centre National des Études Historiques, est devenu le CNRPAH, Centre National de la Recherche Préhistorique Anthropologique et Historique.

3 Qualités qui n’étaient certainement pas étrangères à son expérience initiale d’instituteur et à l’influence de la pédagogie Freinet.

Top of page