Skip to navigation – Site map

Yves Modéran

(1955 - 2010)*
J. Desanges
p. VI
  • * Ces hommages ont été publiés dans le numéro XXX de l'Encyclopédie berbère.

Image 1.jpg

Yves Modéran est décédé subitement à Paris, au Quartier Latin, le 1er juillet 2010, alors qu’il assumait, pour la dernière année m’avait-il dit, la tâche astreignante de vice-président du jury d’agrégation d’histoire.

Agrégé d’histoire, lui-même, dès 1978, il s’était signalé en 1986 par un article paru dans la revue Antiquités africaines qui marquait dès l’abord un champ de recherches important, mais destiné à s’élargir encore beaucoup : « Corippe et l’occupation byzantine de l’Afrique : pour une nouvelle lecture de la Johannide ». Membre de l’École française de Rome de 1988 à 1991, il soutint à la fin de 1990 une thèse intitulée De bellis Libycis. Berbères et Byzantins en Afrique au VIe siècle, qui renouvelait tout un pan de l’histoire de l’Afrique Mineure, et parfois de la Cyrénaïque, au VIe siècle et permettait déjà de jeter quelques passerelles par-dessus les premiers siècles, si obscurs, de la période islamique au Maghreb. Il rejoignit alors comme maître de conférences l’université de Paris-X Nanterre sous la houlette de son directeur de thèse, Claude Lepelley, pour y enseigner de 1991 à 1998.

En janvier 1996, Y. Modéran, après avoir écrit plusieurs articles substantiels (cf. sa Bibliographie dressée par J.-P. Laporte, www.tabbourt.com/) et inauguré une participation fructueuse à la rédaction de l’Encyclopédie berbère (art. « Cabaon », 11, 1992, « Cusina », 14, 1994), fut habilité pour ses travaux déjà publiés et pour deux mémoires inédits, portant l’un sur les tribus en Afrique au IVe et au début du Ve siècle, et l’autre sur les tribus à la fin de l’époque byzantine, au temps des incursions arabes. Ces mémoires manifestaient avec une éclatante réussite le souci de leur auteur de restituer au monde tribal le rôle central qui fut le sien dans l’Afrique du Nord antique, et de l’étudier jusque dans la haute époque islamique, quitte à critiquer très lucidement la valeur historique du témoignage d’Ibn Khaldoun. Ayant ainsi étendu son horizon de recherche du IVe, et même souvent du IIIe, au VIIe siècle de notre ère, Y. Modéran, par souci de perfection, ne réalisa la synthèse monumentale de ses mémoires de thèse et d’habilitation qu’en 2003, sous le titre Les Maures et l’Afrique romaine (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 314). Cette somme succédait, sans exactement les remplacer tant l’esprit en est différent, à deux livres célèbres et fort anciens : Les Vandales et l’Afrique de Chr. Courtois (1955), disparu prématurément lui aussi, et L’Afrique byzantine de Ch. Diehl (1896 !). C’est un ouvrage capital, d’une richesse exceptionnelle qui conféra immédiatement à son auteur une réputation internationale. Nous en avons rendu compte dans la Revue des études latines, 83, 2005, p. 388-390, ainsi que, sous une autre forme, dans Lieux de cultes : aires votives, temples, églises, mosquées (Études d’Antiquités africaines), Paris (CNRS), 2008, p. 16-18. À très juste titre, il fut primé à la fois par l’Académie d’Aix-en-Provence et par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Entre-temps, Y. Modéran avait été élu professeur d’histoire romaine à l’Université de Caen (1998-2010) où il devint un des principaux animateurs du centre Michel de Boüard (CRAHM), organisant en novembre 2007, avec le concours de Cl. Briand-Ponsart, une table ronde intitulée « Provinces et identités provinciales dans l’Afrique romaine » et, sous l’égide de la SEMPAM, du 25 au 28 mai 2009, le Xe Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord antique et médiévale, dont le thème fut « Centres de pouvoir et organisation de l’espace ».

Naturellement, dans ces dernières années dont nous n’imaginions pas qu’elles seraient aussi les dernières de son existence, Y. Modéran a non seulement continué à faire paraître en France de nombreux articles de grande qualité – on mentionnera notamment ses contributions à la belle revue Antiquité tardive, créée par N. Duval –, mais donné aussi d’importantes contributions aux Actes de congrès tenus dans divers pays d’Europe (Espagne, Belgique, Allemagne, Autriche, etc.). Parmi les principaux articles qu’il a continué à rédiger pour l’Encyclopédie berbère, nous mentionnerons « Fulgence de Ruspe », 19, 1997 ; « Genséric », « Gildon » (20, 1998) ; « Grégoire » (21, 1999) ; « Iaudas » (23, 2000) ; « Jean Troglita » (25, 2003) ; « Kahena » (27, 2005) ; et enfin, dans les fascicules de 2010, « Mastiès », « Mastigas », « Masuna », « Maures », « Mazices/Mazaces », « Mythe d’origine ».

À l’appel du directeur de notre encyclopédie, S. Chaker, il était entré au comité de rédaction de celle-ci en 2009. Ses compétences et son ardeur vont nous manquer cruellement. Plus généralement, dans la cohorte, qui s’amenuise beaucoup, des historiens de l’Afrique antique, il laisse un vide béant.

Pour le signataire de ces lignes, membre du jury d’entrée à l’École de Rome par lequel il fut choisi, puis de ceux de son doctorat et de son habilitation, mais qui s’honore par-dessus tout d’avoir gagné son amitié, évoquer l’œuvre close, si importante et admirable soit-elle, d’un savant de la génération qui suit, est un devoir plein d’amertume.

Notes

* Ces hommages ont été publiés dans le numéro XXX de l'Encyclopédie berbère.

Top of page