Navigation – Plan du site
12 | Capsa – Cheval - Gabriel Camps (dir.)
C21

Capsitani

J. Desanges
p. 1770

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tribu
Haut de page

Texte intégral

1Les Capsitani sont mentionnés par Pline l’Ancien (V, 30) parmi les « cités » (civitates) qui peuvent, à l’intérieur de la province d’Afrique, être tout aussi bien considérées comme des peuples (nationes). Leur nom est certainement en rapport avec celui de la ville de Capsa (Gafsa), bien que les habitants de cette ville soient appelés Capsenses (Salluste, Jug., XCII, 3-4 ; C.I.L., VIII, 100 ; 111 ; C.R.A.I., 1909, p. 574-575). Mais un tel flottement dans la suffixation des ethniques n’est pas rare, et l’on connaît un évêque de Capsa qui est dit Capsitanus en 348 de notre ère (Concilia Africae, éd. Ch. Munier, Corpus Christ., 149, p. 3). La civitas, qui s’est organisée autour d’un noyau urbain attesté dès l’époque de Jugurtha, est encore signalée sous Trajan (C.I.L., VIII, 22796). St. Gsell pense que le territoire très étendu de la ville indigène administrée par des suffètes n’était autre que celui de la « nation » mentionnée par Pline l’Ancien (Khamissa, Mdaourouch, Announa, I, Alger-Paris, 1914, p. 17). Ptolémée ne compte pas les Capsitani au nombre des tribus, mais situe Capsa en Libye Intérieure (IV, 6, 11, éd. C. Müller, p. 751), ce qui semble indiquer que la ville était considérée comme quelque peu en marge de la province, jusqu’à ce que Trajan en fît un municipe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Capsitani », Encyclopédie berbère, 12 | Capsa – Cheval, Aix-en-Provence, Edisud, 1993, p. 1770

Référence électronique

J. Desanges, « Capsitani », in Encyclopédie berbère, 12 | Capsa – Cheval [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2628

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page