Navigation – Plan du site
12 | Capsa – Cheval - Gabriel Camps (dir.)
C32

Cèdres

ingel, idgel, ijdel, idil ; inizel (K), ittiyel (Maroc), ārz (ar.).
M. Gast
p. 1834-1836

Entrées d’index

Mots clés :

Botanique
Haut de page

Texte intégral

1Le genre Cedrus ne comprend que quatre espèces dont trois habitent la région méditerranéenne et une l’Afghanistan et l’Himalaya. Ce sont Cedrus atlantica Manetti ou cèdre de l’Atlas, localisé en Afrique du Nord (Maroc, Algérie) ; Cedrus libani London ou cèdre du Liban ; Cedrus brevifolia Henry, cèdre de Chypre ; Cedrus deodara, cèdre de l’Himalaya. Ces espèces se distinguent par la silhouette de leur port, la couleur, la longueur de leurs aiguilles et leur architecture, la forme et la longueur de leurs fruits et celles de leurs rameaux (voir Forêt méditerranéenne, XI, 1988). Le cèdre de l’Atlas et le cèdre du Liban ont été largement introduits en France dans les étages bioclimatiques subhumides et humides à hivers frais.

2Le cèdre de l’Atlas (Cedrus adantica) qui nous intéresse ici est localisé sur le Moyen Atlas marocain et le revers septentrional du Haut Atlas oriental, sur le Rif et en Algérie, en populations dispersées sur l’Ouarsenis, l’Atlas blidéen, sur les sommets du Djudjura et les Babors, ainsi que sur les chaînons méridionaux des monts du Hodna (Maadid, Bou thaleb)* et de l’Aurès*. L’ensemble de ces peuplements représente environ 150 000 ha » (P. Quezel, 1980, p. 214).

3C’est un arbre de forme pyramidale au port majestueux, aux rameaux étalés, qui peut atteindre 40 mètres de haut. La silhouette élancée se termine en flèche légèrement courbée quand il est jeune, puis quand il vieillit, la partie supérieure forme un plan presque horizontal ; « on dit alors que le cèdre fait la table » (J. Toth 1990, n° 195, p. 50).

4Alors qu’en Europe et au Liban le cèdre jouit d’un prestige considérable (Clemenceau l’avait fait déclarer « arbre sacré » et Lamartine l’avait exalté), il ne semble pas qu’au Maghreb, en pays berbère, il soit aujourd’hui l’objet d’une protection et de croyances spécifiques. De très belles forêts de cèdres du Haut-Atlas ou de Kabylie comme la forêt de l’Akfadou ont été toutefois sauvegardées malgré leur net recul depuis plusieurs siècles (régression qui semble due en particulier à l’action de l’homme et des troupeaux, davantage qu’aux variations climatiques). Cependant, tant au Proche Orient qu’au Maroc, le bois noble par excellence reste celui du cèdre, constamment signalé dans les œuvres des rois et des puissants, cité dans les livres sacrés, tels la Bible (voir Samuel II, 7 ; Rois I, 5 et 6 ; Isaï 41/19 ; Osée 14/6). Car ce bois odorant qui repousse les parasites, brûle en embaumant les lieux tel un encens, résiste très bien au temps et à l’humidité, fut très recherché autrefois comme bois d’œuvre ; d’où son exploitation intensive au Proche Orient et en particulier au Liban depuis plus de 3 000 ans. Il se prête très bien à la fabrication de charpente, solives, planchers, plafonniers, marches, rampes d’escaliers, ou coffres sculptés. On le remarque très souvent dans les constructions des maisons marocaines en montagne (poutres, planchers, plafonds) et aussi en milieu urbain où il fut très fréquemment utilisé dans les mosquées (bois sculptés de versets du Coran, chaires, cénotaphes, plafonds sculptés et peints) ou pour confectionner des portes à plusieurs vantaux des boutiques (médinas de Fès, Meknès, Rabat).

Cèdres de l’Akfadov (Kabylie, Algérie).

Cèdres de l’Akfadov (Kabylie, Algérie).

5« Le bois de cèdre est demi-dur avec une densité de 0,5-0,6 (à l’état sec dans une atmosphère à 15 % d’humidité), et demi-lourd avec une masse volumique moyenne de 500 à 550 kg/m3 » (J. Toth, 1990 : 60). Il a une bonne résistance à la compression axiale, transversale et aussi à la flexion comparable à celle du sapin, mais il a la réputation d’être cassant. Sa couleur jaune claire qui devient jaune d’or et rouge vif orange quand l’arbre vieillit, offre un aspect artistique très recherché. Il ne possède pas de canaux résinifères mais il est imprégné de résine et d’huiles essentielles (1,5 % du poids sec). Ce sont ces huiles qui lui confèrent son odeur pénétrante, agréable et son imputrescibilité. Le tombeau du Medracen (attribué à un roi antérieur à Massinissa, trois siècles avant J.-C.) possède dans la galerie un soutènement en poutres de cèdre qui restent encore odorantes.

6Sur l’extraordinaire conservation du bois de cèdre on a de nombreux autres témoignages. Pline l’Ancien remarquait, en son temps, que le temple d’Apollon à Utique, construit quelque mille ans plus tôt, avait conservé ses poutres d’origine en cèdre de Numidie.

7Les Égyptiens employaient la résine et l’huile de cèdre pour embaumer les morts ; leurs vertus insecticides étaient aussi connues. Les Kabyles brûlaient du santal et du cèdre dans la tombe avant la descente du corps (Servier, 1985, p. 42).

8L’écorce et la résine appelée cédrine sont employées aujourd’hui comme remèdes. Il est aussi possible d’en extraire de l’oléorésine dont on tire une essence utilisée en parfumerie. La distillation artisanale du bois de cèdre se pratique encore chez les Berbères du Maroc comme celle du genévrier. Elle fournit un goudron plus fluide que celui du genévrier, utilisé dans de multiples usages (pour traiter la gale des animaux et des dermatoses chez les hommes, dilué dans l’eau comme stomachique, pour les douleurs intestinales et les maladies de la bile et du foie).

9Le bois de cèdre est souvent confondu avec celui du pin d’alep (Pinus halepensis Mill.) par les architectes, historiens et la plupart des voyageurs. Car, avec la patine et le vieillissement naturel, ces deux bois qui offrent le même type de veines et à peu près la même couleur, peuvent être facilement confondus. Mais le pin d’Alep, moins cassant que le cèdre, a souvent plus de nœuds et s’il est de même couleur il n’a jamais l’odeur du bois de cèdre. Cette confusion est d’autant plus fréquente qu’elle valorise automatiquement tout objet déclaré en cèdre, contre le modeste et mal nommé pin d’Alep, abondant sur tout le pourtour méditerranéen, mais pratiquement absent à Alep (où on l’a confondu avec le pin brutia).

Haut de page

Bibliographie

Abdesmed K., Le cèdre de l’Atlas (Cedrus Atlantica Manetti) dans le massif de l’Aurès et du Belezma : étude phytosociologique. Problèmes de conservation et d’aménagement. Thèse de Doctorat 1981, Faculté de Saint-Jérôme, Marseille.

Cemagref (Groupement d’Aix-en-Provence), Les cèdres, 1988, fiche technique (4 p.), publié dans Forêt méditerranéenne, X, 2, 1988.

Médiouni K., Yahi N., « Étude structurale de la série du cèdre de Aït ouabane (Djurdjura), « Forêt méditerranéenne, XI, 2, 1989, pp. 103-112.

Nauroy J., Contribution à l’étude de la pharmacopée marocaine traditionnelle, Paris, Jouve 1954.

Quezel P., Biogéographie et écologie des conifères sur le pourtour méditerranéen, in Pesson, Actualités d’Écologie forestière, Paris, Bordas, 1980, pp. 205-256.

Servier J., Tradition et civilisation berbères, les portes de l’année, Éditions du Rocher, Monaco, 1985.

Toth J., Le cèdre, La Forêt privée (nos 193-194-195), 1990.

Filmologie : Graines de cèdre, 1989, 30 minutes (16 mm et vidéo). Réalisation Michel Duvigneau sur un projet de Bernard Ollier. Ministère de l’agriculture (DDAF Bouche du Rhône). Participation : Ministère de l’agriculture du Maroc (Direction des Eaux et Forêts).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cèdres de l’Akfadov (Kabylie, Algérie).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2626/img-1.png
Fichier image/png, 428k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Gast, « Cèdres », Encyclopédie berbère, 12 | Capsa – Cheval, Aix-en-Provence, Edisud, 1993, p. 1834-1836

Référence électronique

M. Gast, « Cèdres », in Encyclopédie berbère, 12 | Capsa – Cheval [En ligne], mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2626

Haut de page

Auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page