Navigation – Plan du site
6 | Antilopes – Arzuges - Gabriel Camps (dir.)
A284

Arzuges

J. Desanges
p. 948-949

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tribus
Haut de page

Texte intégral

1Un pays dit Arzuge (à l’ablatif), puis les Arzugitani fratres sont mentionnés en deux occasions différentes (Concilia Africae, a.345-a.525), éd. Ch. Munier, dans Corpus Christ., ser. Lat., CXLIX, Turnhout, 1974, p. 45, 1. 236-237 ( = p. 188, 1. 187-188) et p. 189, 1. 239 ; Prosop. chrét. du Bas-Empire, 1. A. Mandouze, Prosop. de l’Afrique chrét., Paris, 1982, pp. 108-109) par Aurélius de Carthage lors de la séance du 28 août du concile de Carthage de 397. Dans un cas, YArzugis est mise sur le même plan que la Tripolis, dans l’autre les Arzugitani sont groupés avec les Tripolitani. L’Arzugis est un pays où réunir trois évêques est pratiquement impossible ; mais il existe assurément des Arzuges chrétiens (Arzugitani fratres). Au contraire, une lettre d’un certain Publicola, adressée à saint Augustin avant la mise en application des constitutions antipaïennes du 20 août 399, fait état par deux fois di Arzuges qui sont des païens (Augustin, Ep., XLVI, 1, dans C.S.E.L., XXXIV/2, Vienne, 1898, éd. A. Goldbacher, p. 123, et 5, p. 126). Ils sont établis aux abords du limes sous la responsabilité d’un décurion ou d’un tribun et, entre autres occupations, conduisent des voitures de charge (bastagae) pour l’administration et fournissent des guides aux voyageurs (bon commentaire de R. Thouvenot, Saint Augustin et les païens, dans Mélanges J. Bayet, Bruxelles, 1964, pp. 683-688). Mais une lettre d’Augustin lui-même (Ep. XCIII, VIII/24, ibid., p. 469), à dater d’un peu avant 410, nous apprend que des Arzuges étaient impliqués dans des querelles entre sectes donatistes. Il existait donc, vers 400 de notre ère, des Arzuges païens et des Arzuges chrétiens et, sans doute, des Arzuges fixés hors du limes et d’autres à l’intérieur de celui-ci (cf Chr. Courtois, Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 94).

2Dans les Actes de la conférence de Carthage en 411, l’évêque de Tusuros (Tozeur) déclare s’être rendu à la conférence en compagnie d’un prêtre d’Aquae (El Hamma du Djerid) en partant de chez les Arzuges (de Arzugibus). Il semble donc que le pays des Arzuges englobe Tusuros et Aquae ou, à tout le moins, en soit voisin (Gesta con-lationis Carthaginiensis anno 411, 1, 207, éd. S. Lancel, dans Corpus Christ., ser Lat., CXLIX A, Turnhout, 1974, p. 155, 1. 191). Les guides Arzuges mentionnés par Publicola guidaient peut-être, dans ces conditions, les voyageurs qui désiraient traverser le Chott Djerid (cf P. Trousset, « Le franchissement des chotts du Sud tunisien dans l’Antiquité », dans Ant. Afr., XVIII, 1982, pp. 45-49).

3En 419, une lettre faisant part de la condamnation de Pélage est adressée aux évêques de « la province de Byzacène et d’Arzugis » (per tractum provinciae Byzace-nae et Arzugitanae). Compte tenu des mentions précédentes, le groupement qui apparaît dans ce document (P. L., XX, col. 1009) semble indiquer que l’Arzugis est située aux confins de la Byzacène et de la Tripolitaine, laquelle englobe Tacapes (Gabès). A la même époque, Orose, Adv. paganos, I, 2, 90, éd. K. Zangemeister, dans C.S.E.L., V, Vienne, 1882, pp. 32-33 = I, 2, 44, dans A.Riese, Geogr. Lati. min.,Heilbronn, 1878, p. 67, prétend que la province de Tripolitaine peut être appelée aussi regio Arzugum, « encore que d’une façon générale on puisse parler d’Arzuges tout au long de la frontière d’Afrique » (trad. due à Y. Janvier, La géographie d’Orose, Paris, 1982, p. 53). Le texte d’Orose n’est guère éclairant (cf Y. Janvier, op. cit., p. 125) ; en tout cas, il attire les Arzuges dans l’aire de la Tripolitaine. On retrouve, à peu de chose près, les indications d’Orose dans la Cosmographie dite d’Aethicus, II, 44, dans Geogr. Lat. min., p. 100.

4Vers le milieu du ve siècle de notre ère, Sidoine Apollinaire, Carm., V, 337, mentionne l’Arzugis (à l’ablatif Arzuge, ici nom de peuple) dans une énumération toute poétique, entre les Autololes (du Maroc actuel) et le Marmaride. Enfin, au vie siècle, Corippus, Ioh., II, 147-148, évoque l’horrida tellus Arzugis infandae dont le nom semble sorti alors de l’usage (veteres sic nomine dicunt). Le contexte indique qu’il s’agit d’une région très périphérique.

5Les témoignages littéraires qui s’étagent de la fin du ive au vie siècle paraissent donc établir que le pays des Arzuges s’étendait de part et d’autre du limes, à la limite de la Tripolitaine et de la Byzacène. Il englobait certainement en tout ou en partie le Bled el Djerid, sans qu’on puisse être sûr qu’il ne s’étendait pas plus loin.

6Mais le nom des Arzuges est attesté par l’épigraphie à une date antérieure à celle des témoignages « littéraires ». Une première attestation est, il est vrai, douteuse. Sur une borne de limitation (C.I.L., VIII, 22763 a = I.L. Af., 30) posée sous Trajan à 6 kilomètres au sud-ouest de Bir Soltane (au second tiers du chemin entre Sidi Mohammed ben Aïssa et Ksar Tarcine), leur nom était peut-être gravé : R. Donau (B.A.C., 1909, p. 38) a lu le nom des deux communautés impliquées Maba... et Arzosei (cf. J. Desanges, Catalogue des tribus..., Dakar, 1962, p. 79, et surtout P. Trousset, Recherches sur le limes Tripolitanus, Paris, 1974, pp. 89-90, n° 97). En tout cas, un agnomen ou signum Arzygius, employé éventuellement en fonction de cognomen, est connu dès le iiie, sinon le iie siècle de notre ère. Ce signum a été, par exemple, en une occasion attribué à M. Aurelius Cominius Cassianus, gouverneur de Numidie en 244-249, comme on le sait grâce aux fragments d’une base honorifique de Lambèse (M. Leglay, Épigraphie et organisation des provinces africaines, dans Atti del Terzo Congresso intern, di epigr. greca et latina, Rome, 1959, p. 236). Comme on sait également par ailleurs que sous son commandement la voie et toute la région du limes Tentheitanus (région d’Ez Zintan et de Kasr Duib en Tripolitaine, à un peu plus d’une centaine de kilomètres à vol d’oiseau au sud de Sabratha) ont été fermées aux incursions des barbares (I.R.T., 880 = A.E., 1950, 128), doit-on admettre que c’est son action aux confins de la Tripolitaine qui lui a valu un signum qui évoquerait alors le cognomen ex virtute réservé aux empereurs ? Mais une telle fonction du signum serait tout à fait insolite. On hésitera tout autant à penser qu’Arzygius indique l’origine ethnique du gouverneur sénatorial. Une autre occurrence nous conduit dans une direction toute différente : à Rome, le nom, en caractères grecs, Arzugioi (I.G., XIV, 968 a, p. 695 = I.G.R.R., I, 42) désigne les membres d’une sodalité, sans doute au iiie, plutôt qu’au iie siècle de notre ère comme le voudrait Ch. Hülsen (Notizie degli scavi di Antichità, Rome, 1888, p. 496), car de tels noms de sodalité au pluriel sont encore très rares sous les Antonins. Les Arzugioi honoraient « celui qui chasse les maladies et les souffrances, le champion des (dieux) bienheureux ». A Rome également, le signum Arzygius, détaché au génitif, précède une inscription honorifique en grec dédiée à Betitius Perpetuus, corrector Siciliae entre 312 et 324 (I.G., XIV, 1078a, p. 697 = C.I.L., VI, 31961 =I.L.S., 8843 ; A.H.M. Jones, J. R. Martindale et J. Morris, The Prosopography of the later Roman Empire, Cambridge, I, 1971, p. 689). Enfin, toujours à Rome, C.I.L., VI, 31904 = 1702 = I.L.5., 1251, est une dédicace en l’honneur de Betitius Perpetuus Arzygius, consulaire d’Etrurie et d’Ombrie après 366 de notre ère, sans doute le petit-fils du précédent (cf. P.L.R.E., ibid) et peut-être identique à un Arzygius auquel Pelagonius dédia ses Hippiatrica (P.L.R.E., p. 687).

7I. Kajanto (The Latin Cognomina, Helsinki, 1965, p. 208, et Supemomina, a Study in Latin Epigraphy, Helsinki, 1967, p. 46, avec une petite série de « Clubs Names » dérivés d’ethniques au moyen du suffixe* -ius) est d’avis que ce supernomen, qui a pu devenir un simple cognomen, vient du nom des Arzuges. Il est cependant difficile de comprendre comment cette population qui habitait une région désertique aux confins de l’Empire a fourni un nom de sodalité qui a même pu être adopté par des hellénophones. En tout cas, on ne peut admettre l’existence d’un homonyme grec, car cette langue ne comporte pas de mot commençant par *arz-. Est-il permis, en terminant, de risquer une fragile hypothèse ? Ce serait leur qualité de guides et de passeurs se jouant des dangers des chotts et des déserts qui aurait valu aux Arzuges de donner leur nom à une confrérie mystique et peut-être funéraire.

8P.S. : Une inscription de Mactar, A.E., 1895, 117 = C.I.L., VIII, 23407, atteste l’existence d’un sacerdos Arzugiu(s), ou peut-être Arzugiu(m) (si l’on admet un génitif pluriel grec, cf. I.G., XIV, 968a, p. 695), qui semble avoir organisé des chants (cantu(s)) et des rassemblements (c(o)etu(s)) dans une enceinte sacrée, ce qui confirme, en Afrique même, le caractère mystique de la confrérie des Arzugii.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Desanges, « Arzuges », Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 948-949

Référence électronique

J. Desanges, « Arzuges », in Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2606

Haut de page

Auteur

J. Desanges

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page