Navigation – Plan du site
6 | Antilopes – Arzuges - Gabriel Camps (dir.)
A269

Argot

(Jbel Nefoussa – Jerba – Mzab)
W. Vycichl
p. 882-883

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1Ce terme désigne une grande variété de langages particuliers, ceux des basses classes de la société (mendiants, malfaiteurs), le vocabulaire spécial de certains métiers (chasseurs, marins, soldats, bijoutiers, bouchers) ou de groupes (étudiants, artistes, sportifs). L’étendue du vocabulaire peut varier considérablement. Souvent l’origine des mots est inconnue. Dans d’autres cas on fait appel à des périphrases, des mots étrangers (pouvant provenir de l’arabe ou de l’hébreu) ou de transformations artificielles. Dans tous les cas, la connaissance de l’argot est limitée à des initiés qui l’utilisent comme langue secrète. Des étudiants ou des gens simples se contentent de transformations artificielles plus ou moins transparentes.

2Dans l’ensemble, l’argot berbère paraît moins riche que celui d’autres peuples, ce qui peut être attribué à l’absence de grands centres urbains berbérophones et au fait que le berbère, ignoré des arabophones, constitue déjà une langue secrète. Nous possédons des notes sur les argots des Berbères du Djebel Nefousa, de l’île de Djerba, du Mzab, de la Kabylie, de chanteurs berbères du Maroc (imәdyazәn), des Ulad Sidi Ḥamd U Musa, acrobates et chanteurs, ainsi que des Touaregs du Sahara.

L’argot des berbérophones du Djebel Nefousa

3Nous devons à F. Beguinot quelques renseignements sur l’argot des Berbères de la Tripolitaine. Il s’agit d’expressions employées devant des étrangers. A Yefren le « cheval est win rabac n iṭarәn (quadrupède) au lieu de agmär, une « Arabe » est appelée kutt’u, pl. ikutt’uyәn (« tronc de palmier resté debout ») au lieu de acarab ou abiyat, le thé est désigné par amān zaγlәn (« eau chaude ») ce qui correspond, à Fassato, à amän iḥammayәn. Usn-әd izan « les mouches sont venues » signifie, également à Fassato, que « les Arabes sont venus ». Un système de numérotation permet de compenser les déficiences du dialecte qui n’a conservé que les premiers deux numéraux. On opère avec γeir « moins » et fus, pl. ifassәn « main », par ex. : fus γeir sәn « trois » (« une main moins deux »), xamsa n ifassәn = 25 (« cinq mains »). A Zwara, sur la côte, on dit également fus « cinq » (lit. une « main »), fus d iggәn « six » (une « main et un »), ifassn-ik isnin =10 (« tes deux mains ») ou fus d fus (une « main et une main »), « quarante » est ifassn-ik d iṭárn-ik marrtîn (« tes mains et tes pieds deux fois »). әgg mlaίk signifie әrwәl « fais vite, disparais ». Comme termes géographiques Beguinot cite Bәnīk pour Benghazi, šal n awīlәn « Pays des Augiliens » pour Augila.

L’argot de Djerba

4Dans les agglomérations de l’île de Djerba où la langue berbère est encore en usage (Ajim, Guellala) on se sert d’expressions artificielles pour ne pas être compris d’étrangers. C’est ainsi que le « vin » s’appelle aman izuggaγәn « l’eau rouge » comme chez les Beni Mzab et la « mer » aman izizawәn « l’eau verte » bien qu’il y ait une expression locale (ilәl). Pour éviter les noms de nombres arabes on construit des numéraux à l’aide de әffus « main », pl. ifassәn, par ex. sәn n ifassәn « deux mains » = 10. Mais les berbérophones n’ont plus besoin de ces termes pour ne pas être compris des allophones, car leur langue leur suffit. On évite cependant le mot әšrab « vin » compromettant pour un bon musulman ibadhite et, dans le commerce, l’emploi des numéraux arabes.

L’argot du Mzab

5On pourrait faire un gros ouvrage sur le seul argot mzabite, car les indigènes de cette confédération berbère ont un langage conventionnel, uniquement composé de tropes, qu’ils emploient pour ne pas être compris des étrangers. R. Basset fut le premier à signaler cette manière de parler, mais le recueil le plus riche de l’argot du Mzab est celui de Mouliéras. Ce dernier auteur affirme qu’au Mzab tout le monde parle et comprend cette langue conventionnelle à laquelle il ne convient peut-être pas d’appliquer le terme d’argot, à son avis, puisqu’elle ne réalise qu’une des deux conditions qui définissent tout argot : elle est seulement conventionnelle, mais elle n’est pas à l’usage d’une seule classe d’individus. Cette argumentation vaut peut-être pour les sept villes du Mzab, mais non pour le reste de l’Algérie où des Mzabites se sont établis comme commerçants ou dans d’autres métiers où ils emploient les termes secrets à dessein pour ne pas être compris par des étrangers. C’est ce que dit d’ailleurs Mouliéras lui-même au sujet de la numérotation secrète des Beni Isguen. Il étudia les noms réels et conventionnels des monnaies chez les Beni Isguen, les noms communs (uniquement des substantifs) et enfin l’argot géographique. Biarnay aussi signale quelques termes argotiques.

6La numérotation secrète opère uniquement avec des expressions berbères. La langue a conservé les noms de nombre de 1 à 10 et forme les noms des dizaines à l’aide d’expressions composées, par ex. sәnnәt tәmәrwin = 20 (« deux dizaines »). « Cent » se dit twinәst, comp. touareg tawinәst « anneau » au lieu de l’ancienne expression (touareg temeḍe), « mille » est mәrawt twinas « dix centaines » ou imәrwәd un « rouleau » parce que, « quand on a une pareille somme, soit en argent, soit en or, on la met généralement en rouleaux ». Cette manière de compter a bien l’avantage du secret, mais elle est fort compliquée : pour les nombres supérieurs à 1 000 en opérant avec mәrawet twinas.

7Les noms conventionnels des monnaies sont constitués par des noms berbères : le « centime » est azdad (« le mince »), le « sou » azuggaγ (le « rouge »), le « franc » azǧәn (un « demi » ou la moitié d’un réal), « deux francs » tamәllalt (une « blanche »), « cinq francs » tawssact (une « large ») et « dix francs » tawrәxt nә sennet twussacin (une « jaune de deux larges »). Un « billet de banque » s’appelle tifrit (« feuille »).

8Les noms communs sont également remplacés par les métaphores : « l’argent » est ačmas (le « nœud » de mouchoir ou de vêtement où l’on met l’argent) au lieu de ryal. Ane se dit u tmәzγin (« fils des oreilles ») au lieu de aγyul, « chien » asәmmad n tәnzar (« froid au nez ») au lieu de aydi. Le « café » est aman ibәrčanәn (« eau noire ») au lieu de lqahwa et le « vin » aman izuggaγәn (« eau rouge »), la « mer » aman izizawәn (« eau verte »), expression également connue à Djerba. Un Mzabite est un ugg ucban, pl. at icuban (« fils d’une longue pièce d’étoffe de laine ») ou ugg yarsan, pl. at yarsan (« fils des fils de la chaîne du métier à tisser »). Les formes féminines désignent à la fois une « femme mzabite » ou la « langue mzabite » : tugg ucbant ou tugg γarsant. Ces termes se réfèrent à la fabrication du acban (tissu de laine) que seules les femmes des Beni Mzab fabriquent. Un « chrétien » est désigné par l’expression ugg waman, pl. at wanan (« fils de l’eau ») parce que les chrétiens d’Europe « sont obligés de traverser la mer pour venir en Afrique ». Ažlim әn tәfawt (« peau de feu ») est le « général », traduction de l’arabe žәld әn-nār étymologie populaire pour žәnәnār.

9Mouliéras donne de nombreux exemples de l’argot géographique : « Alger » est tamurt tamәllalt, la « ville blanche », « Blida » située entre Alger et Médéa s’appelle tamurt wwammas, le « Pays du milieu », « Biskra » tamurt nә tini le « Pays des dattes », et « Contamine » est tamurt wwaḍu « le Pays du vent ». « Ghardaïa », tamurt n uγәrda « Citadelle de la femelle du rat » reprend l’étymologie berbère du nom. « Sétif » est tamurt ibhan « la ville propre » et « Souk Ahras » tamurt n ifiγran « Ville des serpents », non en raison des serpents, mais à cause des gens de la tribu des Ḥanänša, mot qui rappelle l’arabe ḥnaš « serpent » et signifie « descendants des Ḥannāš. Le « Soudan » est le « Pays des Noirs », tamurt n ibәrčanәn et La « Mecque », ville sainte de l’islam, tamurt n wayniz la « Ville de la prière ». Dans les notes de Biarnay les Arabes sont appelés ayt izan, les « gens des mouches ».

Haut de page

Bibliographie

Basset R., « Vocabulaire du Touat et du Gourara », Journ. asiatique, série X, 1887, pp. 365-464.

Beguinot F., « Il gergo dei berberi della Tripolitania », Annali del’ Istituto Orientale di Napoli, 1917-18, pp. 107-112.

Mouliéras A., Les Beni-Isguen (Mzab). Essai sur leur dialecte et leurs traditions populaires, Oran, 1895, imprimerie Fouque et Cie « Petit Fanal », 12°, 78 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

W. Vycichl, « Argot  », Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 882-883

Référence électronique

W. Vycichl, « Argot  », in Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 26 février 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2588

Haut de page

Auteur

W. Vycichl

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page