Navigation – Plan du site
6 | Antilopes – Arzuges - Gabriel Camps (dir.)
A262

Arc-en-ciel

Voir : Anẓar
S. Chaker et H. Claudot-Hawad
p. 861-862

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La dénomination très répandue en berbère (Rif, Maroc central, domaine chleuh, Kabylie...) de ce phénomène météorologique en fait un élément important de l’ensemble des croyances et rites anciens des Berbères relatifs à la pluie, aux eaux du ciel fécondantes, condition de la prospérité agricole et de la survie des hommes. On relève aussi parfois, dans le même registre : taslit (n) waman, « la fiancée de l’eau » (Maroc central : Ayt Warayn). Les pratiques et conceptions anciennes liées à la pluie ont été abordées de manière détaillée sous la notice Anar* (« pluie ») dans l’EB 5.

2L’arc-en-ciel était donc assimilé par les Berbères à la « fiancée de la pluie », représentée par la poupée-cuillère (primitivement une jeune fille) promenée en procession pour obtenir la pluie en période de sécheresse. La motivation de cette assimilation est évidente : 1) la concomitance de la pluie avec le phénomène arc-en-ciel. 2) les couleurs vives de l’arc-en-ciel qui évoquent celles de la parure de mariée. La poupée-cuillère de la procession d’Anẓar est d’ailleurs elle-même décorée de ces couleurs (tissus et rubans).
L’arc-en-ciel devait probablement représenter dans la cosmogonie primitive des Berbères la Terre (en costume nuptial) fécondée par la pluie.

3L’arc-en-ciel est aussi une composante de tout l’ensemble de phénomènes météorologiques dénommé dans de nombreuses régions tameyra n wuššsen (en touareg : éhen n ebeggi), « le mariage du chacal » : aussi bien en Kabylie qu’au Maroc (Laoust, p. 189) ou en zone touarègue (Foucauld : texte 173), l’apparition de l’arc-en-ciel et de la pluie dans un ciel ensoleillé est expliquée par la célébration des « noces du chacal » ce qui confirme le lien établi entre pluie/arc-en-ciel et fécondité.

ARC-EN-CIEL : tezzel ader = « (elle) tend la jambe » (H. Claudot-Hawad)

4Dans la cosmogonie touarègue, l’arc-en-ciel est l’image même de la métamorphose (tébedya).
Il apparaît, dit-on, lorsque, après les éclairs et le tonnerre, la pluie n’a pu tomber. Cet avortement de l’orage est dangereux, perturbant l’harmonie entre la terre et le ciel. En se transformant en arc-en-ciel, serpent multicolore qui « tend la jambe » au-dessus d’une fourmilière (symbole du monde ici-bas), l’énergie gaspillée de l’orage crée la courbe d’un univers transitoire. Ce troisième monde, éphémère, est capable d’apaiser le désordre instauré par l’abscence de pluie, négation des rapports d’échange entre les deux parties antagonistes et complémentaires de l’univers, terre et ciel.

5Ce domaine des représentations du monde relève d’un savoir ésotérique qui n’a pas été pénétré par les investigations ethnologiques. Sur ce sujet existent des travaux inédits de Hawad dont un ouvrage sur la cosmogonie touarègue est en cours. D’autre part, le thème de la transition est largement traité sur le plan littéraire dans son œuvre poétique (voir en particulier la notion d’inta dans les textes et l’introduction de Caravane de la soif, Edisud, 1985 et de Chants de la soif et de l’égarement, Edisud, 1987).

Haut de page

Bibliographie

Voir : Anẓar.

Foucauld Ch. de, Textes touarègues en prose..., réédition critique par S. Chaker, H. Claudot, M. Gast, Aix-en-Provence, Édisud, 1984.

Laoust E., Mots et choses berbères, Paris, Challamel, 1920, pp. 181-255.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker et H. Claudot-Hawad, « Arc-en-ciel », Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges, Aix-en-Provence, Edisud, 1989, p. 861-862

Référence électronique

S. Chaker et H. Claudot-Hawad, « Arc-en-ciel », in Encyclopédie berbère, 6 | Antilopes – Arzuges [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2580

Haut de page

Auteurs

S. Chaker

Articles du même auteur

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page