Skip to navigation – Site map

Pol Trousset

Full text

1Pol Trousset est né à Reims en 1934. Après des études supérieures à Paris et Strasbourg en Histoire et Géographie, puis à Aix-en-Provence en Archéologie et Histoire de l’Art et suite à 25 ans d’enseignement secondaire à Martigues et à Marseille, il est recruté au CNRS et affecté en 1974 à l’Institut d’Archéologie Méditerranéenne devenu aujourd’hui le Centre Camille Jullian. Outre sa participation aux recherches effectuées alors sur le chantier de la Bourse à Marseille et celles consacrées aux carrières antiques du cap Couronne, il avait commencé, dès 1968, sous la direction de M. Euzennat, des travaux de prospection archéologique dans le Sud tunisien dont les résultats ont été publiés en 1974 dans une thèse aux éditions du CNRS sous le titre : Recherches sur le limes Tripolitanus entre le Chott-el-Djérid et la frontière tuniso-libyenne. Dans les années suivantes, ces prospections ont été étendues au Sud-Ouest tunisien, de Gafsa aux oasis du Djérid et à la frontière algérienne. Il est devenu par la suite un spécialiste reconnu de l’Afrique de l’Afrique romaine, avec une orientation marquée vers les problèmes de géographie et d’anthropologie historiques qui expliquent sa participation, à partir de 1982, à la rédaction de notices de l’Encyclopédie berbère dirigée alors par G. Camps. Les nombreuses missions ultérieures sur le terrain ont permis de préciser cette vocation par le choix de trois axes de recherche où les données archéologiques ont été prises en compte dans leur contexte géographique : l’étude de la frontière romaine d’Afrique ; celle des cadastres et de l’occupation rurale antiques ; celles des activités littorales et de l’environnement côtier en Tunisie.

2D’abord focalisée sur le système de surveillance du limes, c’est-à-dire sur les ouvrages militaires de la frontière romaine, sa première enquête s’est par la suite appliquée aux modalités de l’occupation du sol, dans le cadre d’une économie mixte agro-pastorale présaharienne caractéristique de cette zone d’interface, avec une attention particulière portée aux divers aspects du nomadisme et aux techniques d’irrigation traditionnelles pratiquées dans l’antiquité par les populations berbères. Les résultats de ces recherches sur le peuplement et les types d’installations frontalières en Afrique ont été présentés aux congrès internationaux des frontières romaines et ont donné lieu à plusieurs études de synthèse sur la notion de frontière dans son acception la plus large avec sa signification géopolitique.

3L’étude des cadastres antiques a été effectuée lors de campagnes de prospection en plusieurs régions différentes grâce à l’appui des autorités tunisiennes : autour du site de Rougga-Bararus où apparaissait avec netteté au sol et sur les photos aériennes la trame régulière de la grande centuriation du Byzacium avec son parcellaire rural antique ; dans le Bled Segui et le Chareb, ce sont des bornes gravées qui attiraient l’attention sur une opération d’arpentage de grande envergure menée par l’armée romaine à partir du camp d ‘Ammaedara, pour délimiter les territoires des cités et des tribus dans la zone présaharienne. Enfin a pu être entreprise une dernière enquête sur la centuriation rurale de Carthage permettant de préciser avec son orientation solaire, le contexte historique de sa mise en place.

4La prospection du littoral de la Tunisie conduite pendant 10 années, de 1987 à 1997 de la frontière libyenne à la frontière algérienne, en collaboration avec les géographes R. Paskoff et A. Oueslati, ainsi qu’ avec M. Bonifay pour la céramologie, résultait d’un programme de recherche pluridisciplinaire franco-tunisien dont l’objectif était double : d’une part, l’étude de l’évolution géomorphologique du littoral depuis l’antiquité à l’aide de marqueurs archéologiques ; d’autre part le recensement et l’analyse des vestiges antiques liées à la mise en valeur des ressources de la mer et du littoral (installations portuaires, entrepôts, carrières littorales et surtout « usines » de salaisons et de garum). Outre l’organisation d’un congrès international sur les déplacements des lignes de rivage en Méditerranée d’après les données de l’archéologie, ce programme a donné lieu à la publication de nombreux articles – et de notices sur des sites côtiers dans–l’Encyclopédie berbère, enfin à un ouvrage de synthèse publiée en 2004 aux Éditions du CNRS le titre « Le littoral de la Tunisie, Étude géoarchéologique et historique ».

Top of page

Bibliography

Choix d’articles sur l’Afrique antique :

« Reconnaissances archéologiques sur la frontière saharienne de l’Empire romain dans le Sud-Ouest de la Tunisie », dans Actes du 101e Congrès des Sociétés Savantes (Lille 1976), Paris, CTHS, 1978, p .21- 33.

« Nouvelles observations sur la centuriation romaine à l’Est d’El Jem, Antiquités africaines, 11, 1977, p. 175-207.

« Les bornes du Bled Segui, nouveaux aperçus sur la centuriation romaine du Sud tunisien », Ant.afr., 12, 1978, p. 12-177.

« Signification d’une frontière ; nomades et sédentaires dans la zone du limes d’Afrique », dans 12th International Congress of Roman Frontiers Studies (Stirling1979), Oxford, 1980, p. 931-943.

« L’image du nomade saharien dans l’historiographie antique », dans Production pastorale et Société, Paris, MSH Informations, 1982, p. 97-105.

« L’idée de frontière au Sahara et les données archéologiques », dans Enjeux sahariens, CRESM-CNRS, Paris, 1984, p. 47-78.

« Note sur un type d’ouvrage linéaire de la frontière d’Afrique », Paris, CTHS, 19 B,1985, p. 361-376.

« Les oasis présahariennes dans l’antiquité : partage de l’eau et division du temps », Ant. afr., 22, 1986, p. 163-193.

« De la montagne au désert : limes et contrôle de l’eau », dans Hommages à J. Dresch, dans ROMM, 41-42, Aix-en Pce, 1987, p. 90, 115.

« Le littoral de la Tunisie dans l’antiquité : cinq ans de recherches géoarchéologiques » (avec R.Paskoff et H. Slim), dans CRAI, 1991, p. 515-546.

« Production et commercialisation des salsamenta de l’Afrique ancienne » (avec N. Ben Lazreg, M.Bonifay et A.Drine), dans coll. CTHS de Pau, Paris, 1995, p. 103-142.

« La pêche et ses techniques sur les côtes de l’Africa » ; dans Méditerranée antique, CTHS, 1998, p. 13-32.

« Le tarif de Zaraî : Essai sur les circuits commerciaux dans la zone présaharienne », Ant.afr., 38-39, 2005, p. 355-373.

« Une entité frontalière tardive et sa genèse : des Nybgenii aux Arzuges », dans Tables rondes du CRAHM, Caen, 2011, p. 201-219.

Top of page

References

Electronic reference

« Pol Trousset », in Encyclopédie berbère [Online], Online since 19 March 2012, connection on 20 October 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2536

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page