Navigation – Plan du site
A221

Angelus

S. Chaker
p. 658-659

Entrées d’index

Mots clés :

Linguistique
Haut de page

Texte intégral

1Terme d’origine latine : angelus « ange », lui-même du grec αγγελοσ. En latin, il appartient spécifiquement à la langue de l’église chrétienne (Ernout-Meillet, p. 32).

2On le retrouve, souvent en tant que forme vieillie, dans presque tous les dialectes berbères du groupe « oriental » : Tunisie, Libye, touareg, Ouargla-Mzab... avec les formes et significations suivantes :
- Touareg : ăngelus (pl. ingelusen ) : « ange » (Foucauld, III, p. 1332) et ăngelos (pl. ăngălosen) (Alojaly, p. 142).
- Ghadames : angalūs = « esprit, inspiration » (vieilli) (Lanfry, n° 1125, p. 240).
- Tunisie (Matmata/Tamezret) : anglus/tanglust = jeune homme/jeune fille (Provotelle, p. 7 et 10, Stumme, 1900).
- Mzab : anğelus =« enfant en bas âge, esprit, être surnaturel » (vieilli) (Delheure, 1985, p. 135).

3Sa localisation actuelle reflète l’influence particulièrement forte qu’a dû exercer la culture latine et surtout le christianisme dans la zone concernée (Tunisie, Tripolitaine, nord-est du Sahara).

4Angelus appartient d’ailleurs à une constellation de lexèmes d’origine latino-chrétienne passés en berbère, attestés en touareg : émerkid : « grâce » (lat. mercēdis, mercēdem) ; abekkaḍ : « péché » (lat. peccātum) (Foucauld, I, p. 52 et III, p. 1127 ; Alojaly, p. 6 et 131 / Ernout-Meillet, p. 400 et 491) auquel on doit rajouter l’emprunt pan-berbère : tafaska « fête religieuse », du latin pascha, lui-même de l’hébreu à travers le grec (Ernout-Meillet, p. 486).

5Ces traces de contacts linguistiques latin/touareg confirment la localisation anciennement plus septentrionale des Touaregs. Les auteurs arabes du Moyen Age, notamment Ibn Khaldoun, situent explicitement les ancêtres des Kel Ahaggar (Hawwara/Huwwara = Ihaggaren) en Tripolitaine :

« Au début de la conquête [arabe], le groupe des Hawwāra [...] habitait la région de Tripoli et Barqa, ainsi que le rapportent al-Mas’udi et al-Bakri. Ces tribus étaient soit sédentaires soit nomades. Certaines d’entre elles traversèrent les sables pour pénétrer en plein désert. Elles s’établirent auprès des Lemta qui sont des mullaṯṯemîn [ = porteurs de voile]. (Histoire des Berbères, I, p. 275).

Haut de page

Bibliographie

Alojaly Gh., Lexique touareg-français, Copenhague, 1980.

Delheure J., Dictionnaire mozabite-français, Paris, 1985.

Ernout A.et Meillet A., Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, 1985 (4e éd.).

Foucauld Ch. (de), Dictionnaire touareg-français, Paris, 1951-52.

Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères... (trad, de Slane), Paris, 1925, vol. I.

Lanfry J., Ghadames, II, FDB, 1973.

Provotelle Dr., Étude sur la tamazight ou zenatia de Qalaât Es-sened, Paris, 1911.

Stumme H., Märchen der Berbern von Tamazratt in Süd Tunisien, Leipzig, 1900.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Angelus », Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas, Aix-en-Provence, Edisud, 1988, p. 658-659

Référence électronique

S. Chaker, « Angelus », in Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2507

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page