Navigation – Plan du site
A215

Anda

J. Peyras
p. 637-638

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Onomastique
Haut de page

Texte intégral

1Le vocable anda qui est probablement une variante de amda et tamda « étang » ou « mare » dans certains dialectes berbères du nord du Maghreb et qui pourrait être rendu par l’arabe garєa, n’est attesté que trois fois dans la toponymie de la Tunisie septentrionale. Les sources, de nature très différente, comprennent les Punica d’Appien, historien alexandrin du iie siècle, le Kitâb al-Masâlik wa l-Mamâlik d’el-Bekri, géographe arabe du xie siècle, la carte au 1/50 000 de Mateur (Atl. arch. Tun., f. XII, 155, 156, 189).

1. Appien

2La ville nommée ‛Avδα est citée lors de la campagne de Scipion l’Africain pendant l’hiver 204-203 avant notre ère. L’attaque surprise du général romain contre les camps d’Hasdrubal et de Syphax, près d’Utique, probablement à Menzel el-Ghoul, obligea le chef carthaginois à se réfugier à ‛Avδα. Le site exact de l’agglomération n’est pas connu, mais Appien écrit qu’Hasdrubal, condamné à mort à Cartilage, put y lever, approvisionner et entraîner des troupes sans que les belligérants romains, puniques et numides groupés dans la vallée du Bagrada et sur le littoral n’en eussent rien su. Il faut donc en déduire que le vaincu s’était enfui dans l’Atlas tellien après avoir emprunté la dépression d’Aïn Ghella et avait refait ses forces dans une région montagneuse alors marécageuse et difficile d’accès.

2. El-Bekri

3Le géographe donne deux renseignements : Anda dépendait administrativement de Bāǧa (Beja). Sa renommée venait de sa richesse en froment.
єanda était donc dans une des grandes régions céréalières de la Tunisie du nord, c’est-à-dire ou bien dans la vallée de la Medjerda, ou bien dans les « pays des calcaires » du Tell septentrional. Dans cette dernière direction, le gouvernorat de Bāǧa atteignait la région de Mateur.

3. — La carte au 1/50 000

4El Handa (le H note, hâ ou ḥâ sur les cartes) recèle des ruines antiques. Les collines d’el Handa étaient voisines du territoire riche en vignobles de la respublica Bihensis Bilta (ou Belta) dont le second terme, de lecture incertaine, est comparable à Balta louée par el-Bekri pour l’abondance de ses raisins dans la phrase même où il cite ’Anda.
Sans qu’il soit possible de trancher la question, il est tentant de considérer qu’Avδα d’Appien et anda d’el-Bekri étaient une seule et même localité située sur le Henchir el Handa, à cinquante kilomètres d’Utique, dans une région aux emblavures nombreuses, qui dépendait de Bāǧa au ixe siècle, sur les bords de la garєa et-Toubia, dans les collines des Béjaoua orientaux.

Haut de page

Bibliographie

Appien, Punica, VIII, 24, éd. The Loeb classical Library, 1968, T.I.

El-Bekri, Kitâb al-Masâlik wa l-Mamâlik, 138, éd. de Slane : « Description de l’Afrique septentrionale, Paris, 1858, p. 57, trad. p. 121.

Babelon E., Cagnat R. et Reinach S., Atlas archéologique de la Tunisie, Paris, 1907, f. XII, Mateur, 155, 156, 189.

Loubignac V., Étude sur le dialecte berbère des Zaïan et des Aït Sgougou, Paris, 1925, p. 572.

Peyras J., « Le Fundus Aufidianus. Étude d’un grand domaine romain de la région de Mateur (Tunisie du nord) », Antiquités Africaines, t. 9, 1975, p. 181-222.

Peyras J., « Deux études de toponymie et de topographie de l’Afrique romaine. B. El-Bekri, la deuxième guerre punique de la confédération cirtéenne », Antiquité Africaines, t. 2, 1986, p. 233-253.

Peyras J. et Trousset P., Les noms anciens du chou el-Jerid (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

J. Peyras, « Anda », Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas, Aix-en-Provence, Edisud, 1988, p. 637-638

Référence électronique

J. Peyras, « Anda », in Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2499

Haut de page

Auteur

J. Peyras

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page