Navigation – Plan du site
A212

ʿAnaya

D. Abrous
p. 633-635

Texte intégral

1C’est un terme emprunté à l’arabe et qui signifie en kabyle : la protection accordée à un individu - hôte mais essentiellement réfugié - par un particulier, un village ou une tribu. Le réfugié pouvait s’être exilé de son village pour diverses raisons, la plus importante et la plus fréquente étant le fait d’être poursuivi dans le cadre de la vendetta par une dette de sang (ṯamgaṛṭ). Ce droit ou ce devoir de protection est commun à tout le monde berbérophone ; chez les Imaziγen de l’Atlas marocain, il porte le nom d’« amur »*.

2De ce sens premier, il en dérive d’autres :
a) l’aεnaya s’applique aussi à l’inviolabilité de certains lieux : la maison de celui qui accorde la protection, le territoire du village ou de la tribu protectrice, les lieux de rencontre comme le marché, le tombeau d’un saint local.

3Sur ces lieux est interdite toute action violente, un meurtrier poursuivi par une dette de sang (ṯamgaṛṭ) ne peut y subir la vengeance.
b) L’aεnaya désigne aussi le pouvoir de protection que peuvent avoir certaines personnes : essentiellement les femmes. Ce pouvoir se retrouve aussi bien chez les Imaziγen que chez les kabyles.

4Pour le Moyen Atlas, D. Jacques-Meunié explique qu’un meurtrier... en danger de mort échappe à son ennemi s’il se réfugie au milieu de femmes... la protection de la femme s’obtient en faisant le simulacre d’être allaité par elle... ». Pour la Kabylie, Hanoteaux et Letourneux soulignent que dans le droit coutumier « la victime ne peut être frappée en compagnie d’une femme, celle-ci fût-elle sa parente ».

5La femme - aussi paradoxale que cela puisse paraître dans une société patriarcale - peut donc dispenser l’aεnaya. Il est significatif qu’elle défende son protégé non pas par l’utilisation de la violence (le fusil) mais en simulant l’allaitement. Il y a, bien sûr, ici toute la valeur symbolique du lait maternel ; mais le paradoxe est levé lorsque l’on sait que les femmes - si elles ne sont pas dépositaires du nif - sont par contre le dernier refuge de la ḥorma.

6c) l’aεnaya est aussi le pouvoir de médiation, d’interposition que peut avoir, dans un conflit, une personne neutre et extérieure à ce conflit.

7Dans les conflits entre patrilignages ou entre tribus, cette médiation est généralement assurée par des marabouts ; ceux-ci - se disant descendants du prophète - sont en principe « pacifiques », ils n’entrent pas dans les rapports de violence symbolique ou physique que le code de l’honneur impose au reste des Kabyles.

8L’importance de ce pouvoir de médiation est inscrite dans le langage par des expressions telles que :
iǥa yas l’aεnaya i... il a respecté l’aεnaya de...
iǥa yas uḏem i... il a respecté la face de...
c’est-à-dire, il l’a pris en considération.

9Le champ de tous ces référents sémantiques montre - si l’on devait esquisser une analyse anthropologique de l’aεnaya - que celle-ci est indissociable de l’organisation sociale des groupes berbérophones :
- des sociétés de type segmentaire, agnatiques, dans lesquelles le sang (des agnats) est sacré, d’où la pratique de la vendetta et la nécessité de demander asile et protection
- des sociétés régies essentiellement par le code de l’honneur avec tout ce que celui-ci implique comme rapports de violence physique (très subtilement codés) et surtout de « violence » symbolique (joutes oratoires, dons et contre-dons, etc.) qui relèvent - comme l’a expliqué Bourdieu - de la dialectique du défi et de la riposte.

10L’aεnaya est donc, au même titre que la parole donnée, une expression ultime de ce sens de l’honneur ; ceci est repérable à travers son mode d’exercice et dans les risques que peut entraîner sa violation ; à titre d’illustration, le sizain de Yusef u Qasi (rapporté par M. Mammeri) nous semble constituer un condensé de toutes ces significations.

11Dduṛ a nedda ḏ ṭṭejjaṛ Cette semaine j’ai accompagné des marchands
Yerẓa yaγ laεnaya Ben aεli Ben Ali a brisé mon aεnaya
Ma nsers as nugad lεaṛ Ne pas relever le défi, c’est encourir l’opprobe
Ma nrefḏ it ḇezzaf umri Le relever, expose à trop d’épreuves
Laenaya ḏ aḏrar en ennaṛ L’aεnaya est un volcan,
Lεaz ḏ egs i geṭṭili Mais c’est en elle que réside l’honneur

12Le dilemme est ici significatif, la comparaison de l’aεnaya à un volcan sur lequel réside l’honneur l’est plus encore. Pour signifier la gravité de l’outrage, le poète s’est présenté face à ses adversaires la tête ceinte d’une corde : en signe de deuil, briser l’aεnaya de quelqu’un équivaut donc à un meurtre.

13L’aεnaya accordée à un hôte ou à un réfugié est donc une protection sacrée et comme tout ce qui est sacré (le sang des agnats, la terre, les femmes) elle imposait à celui qui l’accordait, le devoir de la faire respecter fût-ce au prix de sa propre vie.

14L’institution de l’aεnaya semble aussi être un aspect (poussé à l’extrême) du devoir d’hospitalité que le code de l’honneur imposait en Kabylie à l’individu, au village ou à la tribu. Le droit coutumier kabyle présentait l’hospitalité comme une obligation à laquelle nul ne pouvait se dérober sans risquer l’infamie ; ce droit fourmille également de clauses stipulant le caractère sacré de l’hôte ou du réfugié, et tous les privilèges auxquels sa qualité devait lui donner droit.

15Il y aurait lieu de se demander si toute cette rigueur et toute cette magnanimité mises dans l’hospitalité et surtout dans la protection accordée à l’étranger ne relèveraient pas (entre autres possibilités d’analyse) d’un mécanisme très subtil de protection-contrôle destiné à maintenir l’étranger (qu’il soit hôte ou réfugié) dans son statut d’étranger (avec tous les égards et les marques d’honneur qui lui sont dus) afin de préserver cet « entre-soi » qui fonde toute l’organisation des groupements berbérophones et qui a contribué pour une large part à assurer leur pérennité malgré des aléas de l’Histoire.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique précédée de trois essais d’ethnologie kabyle, Librairie Droz, Genève, 1972.

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, S.E.L.A.F. Paris, 1982.

Hanoteau A. et Letourneux H., La Kabylie et les coutumes kabyles, t. II et III, Imprimerie Nationale, 1873.

Jacques-Meunié D., Le prix du sang chez les Berbères, Imprimerie Nationale, 1964.

Jamous R., Honneur et baraka, les structures sociales traditionnelles dans le Rif, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1981.

Mammeri M., Poèmes kabyles anciens, François Maspéro, Paris, 1980.

Marcy G., « L’alliance par colactation (tâd’a) chez les Berbères du Maroc central ». Deuxième congrès de la Fédération des Sociétés savantes de l’Afrique du nord (Tlemcen 1936), Revue Africaine, t. 79, 1936, p. 957-973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

D. Abrous, « ʿAnaya », Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas, Aix-en-Provence, Edisud, 1988, p. 633-635

Référence électronique

D. Abrous, « ʿAnaya », in Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2496

Haut de page

Auteur

D. Abrous

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page