Navigation – Plan du site
A209

Anastafidet

H. Claudot-Hawad et M. Hawad
p. 631-632

Entrées d’index

Mots clés :

Droit, Niger, Pouvoir, Sahel
Haut de page

Texte intégral

1Dans le système politique des iγollan de l’Aïr, l’anastafidet joue un rôle de mandataire et d’arbitre comparable à celui de l’amenukal wan Agadez, appelé « sultan » dans la littérature ethnologique (voir la rubrique Aïr).

2L’anastafidet signifie littéralement « celui de Tafidet », nom d’une vallée située à l’est de l’Aïr, ainsi que d’une ville, aujourd’hui en ruine, implantée dans cette région et enfin d’une tribu importante et influente des Kel Owey de l’Aïr, les Kel Tafidet.

3La charge d’anastafidet, comme celle de l’amenukal wan Agadez, est directement liée à l’organisation originale des iγollan de l’Aïr. La création de la fonction d’anastafidet date vraisemblablement de l’ascension politique des Kel Owey dans l’Aïr (que Rodd situe dans la deuxième moitié du xviie siècle). Auparavant, les Kel Owey voisinaient avec les Iteysen qui occupaient le sud-est du massif et les Kel Gress installés à l’ouest. Ces trois groupements touaregs avaient des activités agropastorales. De nombreux mariages tissaient entre eux des liens de parenté qui perdurent encore aujourd’hui. Le système des iγollan et du « sultanat » était déjà en place.

4L’arrivée de pasteurs nomades « blancs » venus des Ajjer et de l’Ahaggar (formant la souche de plusieurs tribus de l’Aïr comme les Ikazkazen, Kel Ferwan, Kel Fadey, Kel Gharus, etc.), offrit un renfort guerrier important aux Kel Owey qui devinrent plus puissants que les Iteysen et que les Kel Gress. Finalement, ces derniers furent repoussés de l’Aïr vers le sud-ouest (Ader et Guber). La mise en place d’un anastafidet, installé d’abord à Asawdé (Asodé) au nord de l’Aïr correspond à la création d’un nouveau pôle politique, celui des iγollan Kel Owey. Le « sultan » des anciens iγollan (amenukal) fut maintenu dans une fonction d’intermédiaire entre les nouveaux maîtres de l’Aïr et les exilés.

5La fonction de l’anastafidet était l’arbitrage des relations au sein des nouveaux iγollan et leur représentation auprès du « sultan » qui jouait le rôle d’intermédiaire avec les anciennes tribus de l’Aïr ainsi qu’avec les tribus nouvellement arrivées (dont certaines refusèrent l’intégration au système des iγollan tout en acceptant la médiation de l’amenukal wan Agadez).

6Suivant le même principe que pour le « sultan », l’anastafidet est d’extraction servile, originaire d’un village du Damergou (Falanki Walaleywa) d’anciens esclaves touaregs. De nombreux observateurs semblent avoir confondu les attributions, en réalité complètement distinctes, de l’anastafidet ou encore du « sultan » avec celles d’un chef de tribu ou de confédération (ettebel). Jusqu’à l’arrivée des Français, le rôle de ces deux personnages se réduisait souvent à « réfléchir les opinions de plus forts qu’(eux) et exécuter leurs volontés », comme l’observe M. Foureau en 1899 à propos du « sultan » d’Agadez (in Jean, 1909, p. 43) ou comme le décrit, avant lui, Léon l’Africain (début du xvie siècle) : « c’est celui qui donne le plus de satisfaction aux gens du désert qui est nommé Roi d’Agadez », (p. 452) ; ces descriptions confirment la source nomade de cette charge urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Adamou A., « Agadez et sa région », Études nigériennes, n° 44, 1979, 358 p.

Bernus S., « Henri Barth chez les Touaregs de l’Aïr, Extrait du Journal de Barth dans l’Aïr, juillet-décembre 1850 », Études nigériennes, n° 28, 1972.

Bourgeot A., « Les échanges transsahariens, la Senusiya et les révoltes twareg de 1916-1917 », Cahiers d’études africaines, 1969-70, XVIII, 1-2, pp. 159-185.

Dario Capitaine, Monographie du cercle d’Agadez, 1908 ou 1909, (Archives du Niger, Niamey, copie de 1913, 53 p.).

Hamani D., Au carrefour du Soudan et de la Berbérie. Le sultanat touareg de l’Ayer, thèse de doctorat, Sorbonne 1985, 1037 p., 2 vol. 

Jean (Lt), Les Touaregs du Sud-est de l’Aïr, Paris, Larose, 1909, 351 p.

Jean Léon l’Africain, Description de l’Afrique, Nouvelles éd. traduite de l’italien par A. Épaulard, 1956, Maisonneuve.

Nicolas F., « Contribution à l’étude des Twareg de l’Aïr », mémoire de l’I.F.A.N., 1950, pp. 459-503.

Laurent (Chef de bataillon), « L’Aïr et ses gens », mémoire du C.H.E.A.M., n° 4236, 1966, 154 p. multigr.

Nicolaisen J., « Ecology and Culture of the Pastoral Tuaref of Ayr and Ahaggar », Copenhague, National Museum, 1963, 548 p.

Rennel of Rodd F., « People of the Veil », London, Mc Milliann, 1926 (nouvelle édition, Oosterhout, Anthropological publ., 1970, 504 p.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad et M. Hawad, « Anastafidet », Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas, Aix-en-Provence, Edisud, 1988, p. 631-632

Référence électronique

H. Claudot-Hawad et M. Hawad, « Anastafidet », in Encyclopédie berbère, 5 | Anacutas – Anti-Atlas [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2493

Haut de page

Auteurs

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

M. Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page