Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A201

Ampsaga/Amsaga

P.-A. Février et E.B.
p. 606-608

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Par Paul-Albert Février

1Deux fleuves marquaient la limite de la province de Maurétanie césarienne : la Mulucha à l’ouest, l’Amsaga à l’est. Particularité que l’on ne retrouve pas entre la Numidie et l’Afrique. Or, l’un des cours d’eau, l’Amsaga, est connu à la fois par des sources littéraires et par des textes épigraphiques. S. Gsell, Atlas archéologique de l’Algérie, Paris, Alger, 1911, feuille 8, n° 5, donne la liste des textes anciens relatifs au fleuve.

2La plus ancienne mention d’une limite à l’Ampsaga pourrait s’être trouvée dans la carte que fit dresser Agrippa, (si l’on admet l’hypothèse de S. Gsell, Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, t. VIII, Paris 1930, p. 213, selon laquelle en dériveraient la Dimensuratio provinciarum, 25 et 26 et la Divisio urbis terrarum, 25 et 26, dans Geographi latini minores, éd. Riese, Heilbronn, 1878, p. 13 et 19) ; le premier dit : Gaetulia et Mauritania finiuntur ab oriente flumine Ampsaga, le deuxième : Africa carthaginensis et Numidia finiuntur... ab occidente flumine Ampsaga.

3Pomponius Mela (I, 6 ; 30) en fait la limite orientale de la Numidie : ab eo (c’est-à-dire la Mulucha) Numidia ad ripas exposita fluminis Ampsaci. De même Pline l’Ancien (Hist. Nat. V, 21) après avoir placé Tucca en Maurétanie dit que la ville est voisine du fleuve, oppidum Tucca, impositum mari flumini Ampsagae. Au paragraphe suivant, il précise qu’à l’Ampsaga commence la Numidie (VI, 22). Ptolémée donne aussi comme limite à la Maurétanie l’Ampsaga (IV, 2, 1 et IV, 2, 11 ; IB, 3, 1 et 2).

4En fait, la façon de décrire des géographes montre que, pour eux, l’Ampsaga est le nom que porte le fleuve à son débouché dans la mer. C’est, en effet, par le rivage, que débute la description du pays, d’ouest en est, chez Ptolémée comme chez Pline. Ensuite seulement vient l’évocation des villes et peuples de l’arrières pays. Même Strabon ne procède pas d’autre manière (Géographie, XVII, 3, 12-14). Le terme d’Ampsaga apparaît dans plusieurs textes épigraphiques. A Cirta, sur la rive gauche du Rhummel, sur les bords même de la rivière, un P. Arrius Processus et ses fils ont fait une dédicace au génie : genio Amsige (I.L. Alg. I, 474). Ils l’ont fait à la suite d’une vision. Une inscription funéraire métrique de la même ville (I.L. Alg. 831) par des Anpsagae moles. Aussi doit-on penser que le nom d’Ampsaga est donné à la partie du fleuve qui passe à Constantine.

5En amont, le nom d’Ampsaga se rattache à deux sources distantes l’une de l’autre de quelque 65 km à vol d’oiseau. La première est au sud / sud-est de Cirta, à environ 30 km de Sila : genio numinis caput Amsagae sacrum (C.I.L. VIII, 5884). La dédicace est faite par C. Arriuntius Faustus, magistrat sans doute de la cité qui dépendait de la confédération des quatre colonies de Cirta. Elle a été trouvée auprès d’une source encore abondante au xixe siècle, au témoignage de Cherbonneau. Le second texte vient d’Azis Ben Telis, à 55 km à l’ouest / sud-ouest de Cirta, mais sans doute hors des limites de la confédération. Azis Ben Telis est en effet devenu un centre, sinon le centre, de la respublica gentis Suburburum dès la fin du iie siècle (S. Gsell, dans Bull. arch. du com., 1971, p. 342-343 = A.Ep. 1917-18, n° 45). C. Latinius Pammachius dit avoir restauré fontem caput amsagae vetustate dilapsum et torrentibus adsidius dimmolitum. Ces dommages causés par l’âge et l’érosion ont permis une construction en pierre de taille (Ch. Cabon, Inscription trouvée à Aïn Azis-Ben-Tellis, dans Rec. de la Soc. arch. de Constantine, 1912, p. 272-278, A. Ep. 1913, n° 225 ; J. Carcopino, « Deux inscriptions du département de Constantine » récemment publiées, dans Bull. arch. du com., 1914, p. 561-566).

6Le travail du Cap. Ch. Cabon a l’avantage de bien situer les deux sources et de donner les noms des cours d’eau, ainsi qu’un plan sommaire d’un nymphée semi-circulaire d’Ain Kreba, voisin d’Azis Ben Tellis. D’Aïn Kreba part l’oued Dekri qui se réunit à l’oued Bou Mrah qui vient d’Azis-Ben-Tellis ; ils vont se jeter dans l’oued Tadjenent qui passe à Saint-Donat (actuellement Tadjenanet). A partir de la région d’Oued Athmenia, le cours d’eau prend le nom d’oued Rhummel. Il reçoit avant de passer au pied de Constantine l’oued Boumerzoug qui vient du sud. C’est dans ce dernier lit qu’aboutit l’oued Tadragine qui prend sa source à Sila.

7Je ne suis pas J. Carcopino qui imagine à Azis-ben-Tellis une ville qui s’appellerait Caputamsagae. J’imagine plutôt qu’il y avait plusieurs lieux qui pouvaient prétendre être la source de l’Ampsaga, si distants qu’ils soient l’un de l’autre.

8Que le cours inférieur de l’Ampsaga marque la limite entre la province de Maurétanie césarienne (puis, au ive siècle, sitifienne) et l’Africa (puis, à partir de la fin du iiie siècle, de la Numidie), cela est confirmé par les inscriptions d’Igilgili (dès 128 : C.I.L. VIII, 8369) et par celles (encore inédites) conservées dans une ferme (399 après J.C.) à l’est de la ville. Malheureusement le région montagneuse au sud d’Igilgili n’a pas fourni d’inscriptions datées par l’année de la province de Maurétanie. Pour en retrouver il faut atteindre le cours supérieur de l’oued Enndjas, appelé oued el Kebir. Dans cet oued, aboutit un cours d’eau qui vient du nord, donc des Hautes plaines, appelé oued Berda, puis oued Dehed, enfin oued Dehamecha. A l’ouest on est en Maurétanie comme le prouvent les inscriptions de Satafis (de 202 : C.I.L. VIII, 20-278 à 420 = P. Massiera, dans Bull. arch. du com., 1950, p. 50), de Novar (de 205 : C.I.L. VIII, 20430 ; à 472 : P.A. Février, dans Riv. di arch. crist., t. XXXVIII, 1962 ? p. 137-138) et de Mopth (de 204 : C.I.L. VIII, 8667 ; à la 2e moitié du ive siècle : inscription inédite). A l’est, par contre, à Cuicul, comme à Thigillava, on est en Numidie. Cette direction nord-sud de la frontière se poursuit au-delà de la ligne de partage des eaux entre les affluents de l’oued el Kebir et les oueds qui vont se perdre dans les chotts des Hautes plaines.

9On a donc bien l’impression que c’est la direction même de la rivière, dans son cours supérieur qui a déterminé le partage bien net entre les deux provinces, et ce, malgré l’absence d’une quelconque raison géographique (carte donnée par G. Camps, « Une frontière inexpliquée : la limite de la Berbérie orientale de la protohistoire au Moyen Age », dans Maghreb et Sahara, études géographiques offertes à Jean Despois, Paris, 1973, p. 61). La situation apparaît d’autant plus paradoxale si l’on admet avec J. Desanges (« Les territoires gétules de Juba II », dans Rev. des ét. anc., t. LXVI, 1964, p. 33-47) que Juba II étendait son pouvoir sur une part des Hautes plaines, sur la partie occidentale de la Gétulie, au sud-ouest de ce qui devint la confédération cirtéenne.

10Parmi les raisons qui ont amené ainsi à tirer droit vers le sud, à partir d’une ligne située très à l’ouest de Cirta et donc de l’Ampsaga proprement dite, il y en a une qui pourrait être avancée. La thèse de Maamer Mahboubi sur les Élites municipales de Numidie a montré l’originalité de la colonie de Cuicul par rapport aux autres colonies fondées à la même époque. Si distincte que la ville soit administrativement de la confédération des quatre colonies cirtéennes, elle paraît néanmoins aux mains d’une oligarchie dont les liens avec Cirta et Carthage sont très nets. Aussi peut-on se demander si avant la fondation de la Colonie (Nerva ou selon P. Gas-cou, Trajan), les grandes familles de la confédération n’avaient pas des terres dans la zone située entre l’oued el Kebir et les Hautes plaines, elles-mêmes aux mains des tribus Suburbures. Cela n’exclut pas de rechercher des origines plus anciennes à cette frontière mais cela apporterait un élément d’explication pour justifier le choix de ce cours d’eau, l’Ampsaga, et de son affluent de rive gauche.

Par E. B.

11Le nom d’Amsaga, qui est incontestablement berbère, appartient à la même racine que d’autres hydronymes antiques ou actuels, cf. Siga ancien nom de la Tafna ou le nom actuel du Sig. L’Amsaga est une zone déprimée située à l’ouest de l’Adrar* de Mauritanie.

Haut de page

Bibliographie

Gsell S. Atlas archéologique de l’Algérie, Paris, Alger, 1911, feuille 8, n° 5. Histoire ancienne de l’Afrique du nord, t. VIII, Paris, 1930, p. 213.

Pline l’ancien Histoire Naturelle, V, 21 ; VI, 22, (voir en particulier le commentaire de J. Desanges. Pline l’Ancien, Histoire naturelle, livre V, 1-46, coll. des Universités de France, 1980, p. 175).

Strabon Géographie, XVII, 3, 12-14.

Cabon Ch. « Inscription trouvée à Aïn-Azis-Ben-Tellis, Rech. de la Soc. arch. de Constantine, 1912, p. 272-278.

Carcopino J. « Deux inscriptions du département de Constantine récemment publiées, Bull. arch. du com., 1914, p. 561-566.

Mahboubi M. Elites municipales de Numidie, thèse de IIIe cycle, Aix-en-Provence, 1974.

Camps G. « Une frontière inexpliquée : la limite de la Berbérie orientale de la Protohistoire au Moyen Age ». Maghreb et Sahara, études géographique offertes à Jean Despois, Paris, 1973, p. 61.

Desanges J. « Les territoires gétules de Juba II », Rev. des ét. anc, t. LXVI, 1964, p. 33-47.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P.-A. Février et E.B., « Ampsaga/Amsaga », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 606-608

Référence électronique

P.-A. Février et E.B., « Ampsaga/Amsaga », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2483

Haut de page

Auteurs

P.-A. Février

Articles du même auteur

E.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page