Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A192

Amɣar

(amghar)
S. Chaker et M. Gast
p. 590-592

Entrées d’index

Mots clés :

Maghreb, Pouvoir, Sahara
Haut de page

Texte intégral

1« vieillard, chef... » plur. : imγaren ; fém. : tamγart ; fém. plur. : timγarin
(Phonétiquement réalisé : [amγār), avec longueur nettement marquée de la seconde voyelle).

Par S. Chaker

2Terme pan-berbère attesté dans la généralité des dialectes berbères (ensemble du Maroc, touareg, kabyle, Mzab...). Il est issu de la racine Mγ R, « être grand, âgé ».
A sa signification première de « personne âgée, vieillard », s’ajoutent, dans tous les dialectes, des usages plus techniques dans le domaine de l’organisation sociale.

3Dans le champ de la parenté, amγar/tamγart désignent partout le beau-père et la belle-mère (pour une femme). En touareg, ils couvrent tous les ascendants (Foucauld, III, p. 1237).
Dans le domaine de l’organisation de la société, amγar a aussi, dans de nombreuses régions, le sens de « chef », couvrant une gamme de situations allant du « chef d’État » au « chef de village ». C’est donc un terme peu spécialisé, susceptible d’emplois locaux et contextuels variés, qui exigent chaque fois une description spécifique.

4Dans cette sphère d’usages, amγar s’appliquait, en particulier au Maroc et en pays touareg, au « chef de tribu ». Au Maroc, il était normalement élu pour une durée limitée par l’assemblée des notables de la tribu. Le choix était en fait souvent prédéterminé par un système de rotation, plus ou moins formalisé selon les régions, entre les fractions constitutives du groupe.

5Dans certains groupements du Maroc Central, le chef de tribu portait plus précisément le titre de amγar n tugga (et variantes), « Chef de l’herbe », « Chef de la verdure », en raison, semble-t-il, de la période de l’année à laquelle il était désigné (printemps). Selon certains auteurs, il s’agirait d’une référence au caractère éphémère et cyclique du pouvoir qui lui était confié (Aspinion, 1937, p. 27).

6L’amγar, dont les attributions étaient essentiellement civiles, devenait en règle générale le « chef de guerre » en cas de conflit. Dans certains groupes et dans certaines circonstances, on a cependant pu désigner dans ce cas un second amγar chargé spécifiquement de la conduite de la guerre.

7En Kabylie, bien qu’il ne soit pas inconnu dans cette acception de « chef (de village) », amγar est le plus souvent remplacé par l’emprunt arabe lamin (lamin n taddart = « chef de village »).

8Sur cette question, on pourra se reporter à la très abondante littérature ethno-juridique de la période coloniale, notamment aux essais sur le droit coutumier et l’organisation politique des Berbères marocains (Aspinion, Guennoun, Surdon, Koller..., cf. Adam, 1972, index, p. 345) et aux travaux plus récents des anthropologues anglo-saxons Gellner et Hart.

9Dans de nombreux dialectes, la forme de féminin, tamγart/timγarin est employée par euphémisme pour désigner la femme (« l’épouse »). Dans la conversation, entre hommes notamment, tamγart-(iw/inu) signifie donc fréquemment « (ma) femme ». En chleuh, tamγart a même totalement remplacé l’ancien lexème berbère tamṭṭut (« femme »).

10Dans le calendrier agraire, le féminin pluriel timγarin désigne une période de l’année de sept à huit jours, réputés néfastes, situés entre le 25 furar (février) et le 3 meγres (mars) (cf. Genevois, p. 36-41).

Amγar dans le monde touareg (M. Gast)

11Le terme amγar désigne en tamāhaq* un homme « grand » en âge, dans sa situation familiale, dans sa société (voir Foucauld, Dict., 1952, t. III, p. 1237). Si l’on série toutes les connotations de ce terme il peut désigner suivant le contexte de son emploi :
1. Un homme âgé (à partir de 55/60 ans environ qui affiche visiblement des indices de vieillesse : barbe, cheveux blancs).
2. Le père, et toutes les personnes auxquelles on peut donner le nom de « père ».
3. Tous les ascendants mâles de la patrilignée.
4. Les hommes qu’épouse la mère après la mort du père.
5. Le maître, pour les domestiques, le professeur, pour les élèves.
6. Le chef, celui qui commande, qui possède une autorité quel que soit son grade. Tout amenūkal* est un amγar, mais non réciproquement.

12Le féminin, tamγart désigne :
1. Une femme âgée.
2. La mère et toutes les personnes auxquelles on donne le nom de « mère ».
3. Les ascendantes féminines de la matrilignée.
4. Les femmes qu’épouse le père après la mort ou la répudiation de la mère.
5. La tante paternelle.
6. L’épouse de l’oncle maternel.

13Bien que les termes amγart/tamγart ne puissent être considérés comme termes de parenté, ils désignent quelquefois globalement les ascendants de la patri ou de la matrilignée (voir M. Gast, 1974, p. 180-187). Dans tous les cas cette appellation connote le respect et la déférence. Le verbe semγer, de la même racine, signifie « rendre grand » (voir Foucauld, Ibid., p. 1235) et par extension « bien traiter », traiter avec honneur une personne ou un animal qu’on entoure de soins matériels en lui donnant largement ce dont il a besoin. Le même terme s’emploie aussi en ce qui concerne une chose, un objet (arme, selle, jardin) qu’on entretient avec un soin particulier ; il signifie encore « faire grand cas de (une personne, un animal, une chose) » (Foucauld, Ibid., p. 1236).

Haut de page

Bibliographie

Adam A. Bibliographie critique (...) du Maroc, Alger, C.R.A.P.E., 1972.

Aspinion R. Contribution à l’étude du droit coutumier berbère marocain, Casablanca, 1937.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, 1951-52 (t. III, p. 1237).

Gast M. « Matériaux pour une étude de l’organisation sociale chez les Kel Ahaggar », Libyca, XXII, 1974, p. 177-210.

Genevois H. « Le calendrier agraire et sa composition », Alger, Le fichier périodique n° 125, 1975 (1).

Hart D.M. « Segmentary systems and the role of « Five Fifths » in tribal Morocco », R.O.M.M., 3, 1967 (1), p. 65-95.

Pellat Ch. « Amghar », Encyclopédie de l’Islam, 1961, p. 446.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker et M. Gast, « Amɣar », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 590-592

Référence électronique

S. Chaker et M. Gast, « Amɣar », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2474

Haut de page

Auteurs

S. Chaker

Articles du même auteur

M. Gast

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page