Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A183

Amaziɣ (le/un Berbère)

S. Chaker
p. 562-568

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Plur. : Imaziγen, « les Berbères », fém. : tamaziγt, « (la/une) Berbère » et « (la) langue berbère ». (Le second a est, dans tous les dialectes, phonétiquement long : Amāziγ). Ce terme est employé par un certain nombre de groupes berbérophones pour se désigner eux-mêmes. L’aire d’extension de cette dénomination couvre actuellement :

1. — L’ensemble du Maroc

2Elle est exclusive chez les berbérophones du Maroc central qui se dénomment eux-mêmes imaziγen (Braber en arabe) et appellent leur dialecte tamaziγt (ou tamazixt, avec assourdissement de la vélaire γ au contact de la dentale sourde t).

3Elle est connue chez les Chleuhs où elle est un archaïsme littéraire. Elle y désigne aussi spécifiquement le « Berbère blanc », le « vrai Berbère », par opposition aux « négroïdes », bien représentés dans le sud marocain et réputés allogènes.

4Les Rifains l’emploient également à côté des dénominations courantes : arifi/tarifit.
Dans ces deux groupes, elle s’applique surtout à la langue berbère : chez les Rifains, tamaziγt est même plus courant que tarifit (qui semble être un néologisme d’origine arabe). Les Chleuhs eux-mêmes dénomment leur langue poétique awal amaziγ, « la langue berbère » (Galant-Pernet, 1969) ! L’expression est déjà donnée avec cette signification par Jean-Léon l’Africain au xvie siècle (1956, p. 15).

5Au Maroc, Amaziγ/tamaziγt renvoient donc assez nettement à une identification linguistique, connotée de manière très valorisante et impliquant la conscience d’une communauté dépassant le cadre régional-dialectal.

2. — Le monde touareg

6Elle y prend, en accord avec l’évolution phonétique générale du touareg, les formes suivantes :
Amāheγ/Imūhaγ et tamāhaq, en Ahaggar et en Ajjer, parlers dans lesquels z du berbère nord est normalement traité en h ;
Amājeγ/Imājeγen et tamājeq, dans les parlers méridionaux (Niger-Mali : Aïr, Iwllemmeden, Kel-Gres...) où z du berbère nord est traité en j ;
Amāšeγ/Imūšaγ et tamāšaq en Adrar des Ifoghas (Mali) où š correspond régulièrement à z du berbère nord.

7Chez les Touaregs du nord (Ahaggar/Ajjer), Amāheγ s’applique à tout membre de la société (quelle qu’en soit la classe sociale), alors que chez les Touaregs méridionaux (Niger-Mali), Amājeγ désigne spécifiquement l’aristocrate nomade. L’ensemble des Touaregs y étant dénommé : Kel-Tamājeq, « les gens (de langue) tamajeq ».

8Chez les Touaregs, comme chez les Imaziγen du Maroc central, c’est la seule auto-désignation qui soit utilisée.

93. — D’autre part, comme chez les Chleuhs et les Rifains, Amaziγ/tamaziγt est connu et employé, concurremment à d’autres termes locaux, chez les berbérophones :
— de Tunisie : Sened (Provotelle, 1911) ;
— de Libye : Djebel Nefoussa (Beguinot, 1931) et Ghadames (Lanfry, 1972, p. 224, n° 1060) ;
— du Sud-Oranais : oasis berbérophones algériennes et marocaines entre Aïn Sefra et Bechar (Figuig, Bousemghoun...).

10Le terme est également connu dans les oasis du Touat-Tidikelt-Gourara (le Tawat des Touaregs et des auteurs arabes anciens), à Ghat et Djanet (Foucauld, II, p. 673) avec le sens de « seigneur », « maître », « suzerain ». Signification qui renvoie aux anciennes conditions socio-politiques de ces populations d’agriculteurs sédentaires, plus ou moins asservies par une aristocratie locale ou extérieure (Touaregs), détentrice des droits de propriété sur la terre et elle-même berbérophone.

Usage du terme Amaziγ et de ses formes voisines
1. Dans les parlers actuels.
2. Régions berbérophones dans lesquelles ce terme n’est plus en usage comme ethnique.

11En définitive, Amaziγ est donc attesté, avec des acceptions synchroniques variables, dans une très vaste zone en forme d’écharpe qui part de la Tunisie méridionale, englobe les parlers berbères de l’ouest libyen, l’ensemble du domaine touareg, le Touat-Tidikelt-Gourara, le Sud-Oranais et la totalité du Maroc (cf. carte).

12En dehors de ces régions, i.e. dans toute l’Algérie du Nord et le Nord du Sahara, le terme Amaziγ est inconnu dans la culture traditionnelle des berbérophones. C’est en particulier le cas en Kabylie, au Mzab et dans les Aurès. C’est apparemment à tort que R. Basset évoquaient les Chaouïas dans sa notice Amaziγ de l’Encyclopédie de l’Islam (1908). Cette affirmation, que l’on retrouve aussi chez Bâtes (1914, p. 42) semble provenir de l’étude de Masqueray sur le Djebel Chechar (1878 ; notamment p. 27, note 1, pp. 259-261 et 281), travail des plus sujets à caution sur les plans linguistique et socio-linguistique. La répartition actuelle n’est pas sans analogie avec les données anciennes, médiévales et antiques.

L’Antiquité

13Amaziγ est en effet un ethnonyme bien attesté depuis l’Antiquité. Les auteurs grecs et latins en donnent des formes multiples, en tant que nom de tribus indigènes du Maghreb. La forme varie quelque peu selon les sources et les époques mais elle est presque toujours suffisamment proche de l’étymon berbère [(a)maziγ] pour que l’identification ne fasse guère de doute.

14On rencontre ainsi : Maxyes chez Hérodote ; Mazyes chez Hécatée ; Mazaces, Mazices, Mazikes, Mazax, Mazazaces... chez les auteurs de langue latine.

15Le thème de base que l’on doit poser pour l’Antiquité (Mazik-) est parfaitement compatible avec la forme (A)maziγ actuelle. L’initiale a est une marque nominale, autrefois facultative, et l’occlusive finale palato-velaire k peut correspondre, soit à la restitution latine de la vélaire vibrante berbère γ (cf. latin causa > berbère taγawsa), soit à une ancienne variante occlusive q : dans le système phonologique fondamental du berbère, γ et q sont en effet les allophones d’un même phonème.

16La localisation précise de ces populations antiques est en général plutôt problématique et incertaine. Le catalogue de J. Desanges (1962) et l’inventaire de G. Camps (1961, pp. 26-27) montrent clairement que ces Mazik-es se rencontrent un peu partout au Maghreb :
- en Maurétanie tingitane (Maroc) (Desanges, p. 34) ;
- en Maurétanie césarienne (Algérie centrale, au sud du Zaccar) (Desanges, p. 63) ;
- en plusieurs points d’Africa (Tunisie) (Desanges, pp. 111-112).

17Un premier constat s’impose donc : cet ethnique est, dès l’Antiquité, répandu dans tout le Maghreb. Et il semble que son extension se soit accrue au cours de l’Antiquité — du moins dans les usages des auteurs latins — et qu’il ait eu tendance à avoir une acception de plus en plus large avec le temps.

18« Déjà au iiie siècle, saint Hippolyte met les Mazices sur le même plan que les Mauri, Gaetuli, Afri. » (Desanges, p. 113).

19Des auteurs aussi différents que Lucain (Marcus Annaeus Lucanus, 39-65 ap. J.-C.) et Corippus (Flavius Cresconius Corippus ; il écrit vers 550 ap. J.-C.) emploient même la forme Mazax pour désigner tous les habitants indigènes du Maghreb (cf. Camps, 1961, pp. 27-28) !

20Il est évidemment difficile de déterminer si cette extension progressive correspond aux pratiques des Berbères eux-mêmes (qui se seraient, dès cette époque, eux-mêmes dénommés Mazik-/Maziγ) ou s’il ne s’agit que d’un usage littéraire latin. En tout état de cause, cela établit que l’ethnonyme Mazik-/Maziγ était suffisamment répandu, connu et socialement important pour que certains auteurs de langue latine aient eu tendance à en faire la désignation du peuplement autochtone dans sa globalité.

21Un autre constat, assez troublant, est que le Mazik- antique est attesté dans des régions qui ne connaissent pas (ou plus ?) Amaziγ à l’heure actuelle (Algérie centrale). Il est vrai que cette zone a été profondément arabisée et qu’il ne s’y maintient plus que des îlots très réduits et menacés de berbérophonie. La forte érosion et la fragmentation extrême qu’y a subies la langue berbère expliquent peut-être la disparition du terme (A)maziγ.

Le Moyen Âge

22Chez les auteurs de langue arabe du Moyen Age, (A)maziγ n’apparaît jamais en tant qu’ethnique. Mais Ibn Khaldoun, dans son Histoire des Berbères, (t. 1, pp. 167-185) propose une synthèse critique très précise des théories de l’origine des Berbères, formulées selon le modèle généalogique de l’époque.

23Et il admet, au terme d’une revue très serrée, que : « leur aïeul (des Berbères) se nommait Mazîgh » (p. 184). Un doute pourtant demeure quant à la filiation des groupes berbères Sanhadja et Ketama qui pourraient avoir une autre généalogie...

24Ainsi, selon les auteurs médiévaux de langue arabe (en l’occurrence des généalogistes pour la plupart eux-même Berbères), de très nombreuses tribus berbères se réclamaient d’un ancêtre mythique Maziγ. Traduit en termes modernes, cela signifie qu’un grand nombre d’entre elles s’identifiaient comme (A)maziγ.

25Là encore, on doit relever une contradiction factuelle par rapport aux données contemporaines. Parmi ceux dont le lien avec l’ancêtre Maziγ est mis en doute, figurent des précurseurs des Touaregs actuels, les Lemtouna [ilemteyen en berbère] qui appartiennent au groupe Sanhadja. Or, les Touaregs se dénomment eux-mêmes Amajeγ (< amaziγ)...

26Mais il est probable que les (re)constructions généalogiques médiévales ne représentent qu’un effort de rationalisation de données géo-politiques, nécessairement fluctuantes, de l’époque.

27Ce que l’on peut en retenir est que (A)maziγ est un terme largement répandu au Moyen Age et qu’il couvre une grande partie des populations berbères.

28Cette extension, on le voit très ancienne, en faisait un excellent candidat pour dénommer, en berbère, l’ensemble des Berbères et leur langue. C’est ainsi que dans les usages actuels, Amaziγ/Imaziγen et tamaziγt désignent désormais les Berbères et la langue berbère, dans toutes les régions berbérophones, y compris celles où ces appellations n’étaient pas connues dans la culture traditionnelle locale (Kaby-lie, Aurès...)

29L’impulsion initiale à cet emploi néologique vient d’ailleurs de Kabylie et peut être précisément datée des années 1945-50. Les néologismes Amaziγ/Imaziγen et tamaziγt y sont diffusés et implantés à cette époque par le biais de la chanson « berbéro-nationaliste » qui s’est développée dans le cadre du Mouvement national algérien (voir notice 130 « Aït-Amrane », E.B., III, p. 386-387).

30Le terme est désormais tout à fait acclimaté et admis partout comme désignation globalisante des Berbères et de leur langue. En quelques décennies Amaziγ s’est donc imposé comme ethnique général.

Étymologie

31L’étymologie d’Amaziγ a suscité bien des hypothèses contradictoires : — Celle de Ch. de Foucauld, qui a longtemps prévalu, consistait à rattacher la forme touarègue (Ahaggar) Amāheγ au verbe aheγ, « piller ». Amāheγ signifiant alors « pillard ». L’explication cadrait bien avec la société touarègue où le pillage était l’un des piliers de l’économie et de la culture traditionnelles. Mais c’est là une étymologie (« populaire ») insoutenable du point de vue de la linguistique historique berbère.

32Amāheγ n’étant qu’une variante locale de Amaziγ, toute étymologie valant pour l’un, doit nécessairement être acceptable pour l’autre. Or, il est impossible d’expliquer l’Amaziγ du berbère nord à partir du verbe aheγ, « piller, prendre par violence ». Ce verbe a pour correspondant en touareg méridional aγ(u) (Alojaly, 1980, p. 64) et en berbère nord aγ, « prendre, saisir... » (issu d’un ancien *awγ comme l’atteste le nominal kabyle tawaγit, « catastrophe »).

33Ceci démontre que h de aheγ ne provient pas d’un ancien z puisque, si tel était le cas, on devrait trouver : *ajeγ/azeγ/ašeγ en touareg méridional et *azeγ en berbère nord. Il s’agit en fait d’une autre correspondance phonétique, plus rare, mais bien établie : berbère ancien = w > berbère moderne = w, h ou zéro (selon les dialectes et les environnements. (Cf. Prasse 1967 et 1969).

34Il ne peut donc y avoir de lien linguistique réel entre Amāheγ/Amaziγ et le verbe aheγ/awγ/aγ, « piller, prendre... », car cela supposerait une forme *amawiγ/amaweγ au lieu de l’amaziγ attesté.

35— T. Sarnelli (1957) a proposé de rattacher Amaziγ à la racine ZWγ, « rouge ». Sa démonstration n’est guère convaincante au plan linguistique dans la mesure où tous les dérivés de cette racine maintiennent très nettement, et dans tous les dialectes, les trois phonèmes constitutifs, y compris la semi-voyelle médiane (izwiγ/izwaγ, azegg°aγ/azeggaγ, tezweγ, imizwiγ...). Or, Amaziγ, dans un système de correspondances synchroniques, ne peut être rattaché qu’à la base *Zγ. Il faudrait donc admettre un traitement très particulier de la semi-voyelle dans le cas de la relation postulée ZWγ < Amaziγ.

36Les seuls arguments que l’on pourrait avancer en faveur de cette thèse seraient d’ordre ethnologique (peintures corporelles, couleur de peau, habillement, représentations conventionnelles...).

37— K. G. Prasse (172, p. 9, note 4 et 1974, p. 299), suivant sur ce point F. Nicolas (1950, p. 188), rapproche prudemment Amaziγ d’un verbe jjeγ, « marcher d’un pas altier, comme un noble ». On peut se demander s’il ne s’agit pas d’une coïncidence fortuite, ou d’une reconstruction sémantique : ce verbe semble n’avoir qu’une existence très locale et n’a jamais été signalé ailleurs qu’en touareg méridional (tawel-lemmet de l’est). Il est possible qu’il n’y ait là qu’une variante locale jeγeγ, « être brave, intrépide » (Alojaly, 1980, p. 83).

38Du point de vue morphologique, un dérivé de forme amajeγ serait anormal et assez surprenant à partir d’un berbe jjeγ a initiale tendue. Il faudrait, là encore, postuler un traitement morphologique et phonétique particulier à partir d’une base primitive *(W)Zγ (qui aurait donné d’une part amaziγ, d’autre part jjeγ) pour expliquer l’ensemble des faits. L’hypothèse ne peut être exclue mais elle reste à démontrer.

39En fait, les noms d’agent de structure aMaCiC sont plutôt rares dans l’état actuel de la langue et la plupart de ceux qui existent ne sont plus reliés à des bases verbales vivantes (l’un des rares exemples transparents est le chleuh amarir, « chanteur », formé sur le verbe irir/urar, « chanter/jouer » connu en chleuh et en kabyle).

40Les seuls éléments de (quasi) certitude auxquels on puisse aboutir quant à la formation de ce mot peuvent se résumer ainsi :

41Amaziγ
est presque certainement un nom dérivé (nom d’agent à préfixe m-) ;
est construit, d’un point de vue synchronique, sur un radical *Zγ ( = *iziγ/uzaγ) dont on ne trouve apparemment pas de trace en berbère moderne, en tant que lexème verbal vivant.

42Il est en définitive difficile d’établir une étymologie sûre pour cet ethnique dont la formation remonte à une époque très ancienne (au moins l’Antiquité) et la base verbale dont il est issu semble avoir disparu depuis longtemps.

43Au niveau sémantique, de nombreux chercheurs ont pensé et ont écrit qu’Amaziγ signifiait « homme libre, noble » (ce qui est du reste le cas de beaucoup de noms d’ethnies dans le monde).

44Cette interprétation semble venir de Jean-Léon l’Africain (1956, notamment p. 15) : « aquel amazig [ = awal amaziγ] ce qui veut dire langage noble ». Elle a été reprise et répandue par S. Gsell (H.A.A.N., V, p. 119 et 1916, p. 135) et on peut la rencontrer sous la plume des meilleurs auteurs.

45Elle n’est pourtant certainement pas fondée et relève d’une extrapolation indue faite à partir de données régionales exactes : dans certains groupes berbères où il existait une stratification sociale forte (Touaregs) et/ou une importante population (réputée) allogène (négroïde) (sud marocain, Sahara algérien), le terme Amaziγ a eu tendance à désigner spécifiquement le berbère blanc, l’homme libre, voire le noble ou le suzerain (comme chez les Touaregs méridionaux), par opposition aux berbérophones noirs ou métissés, de statut social inférieur (esclaves, descendants d’esclaves, quinteniers quasiment asservis, castes professionnelles spécifiques : musiciens, bouchers...).

46Mais il ne s’agit là que d’usages locaux secondaires, déterminés par les conditions socio-économiques particulières de ces groupes et il n’y a pas d’argument sérieux (sinon les réactions d’auto-glorification nationale des Berbères eux-mêmes !) pour les postuler dans la signification primitive de Amaziγ qui est fondamentalement un ethnonyme et non une désignation référant à une classe ou un statut social.

47On notera enfin que (A)maziγ a été dans l’Antiquité, comme bien d’autres ethniques, un surnom courant (Desanges, 1962, p. 63, note 1 et 112, note 8). On le rencontre encore aujourd’hui dans l’onomastique maghrébine comme nom de famille (en Tunisie notamment, y compris dans la communauté juive — information de L. Saada).

48Ces dernières années, certains berbérisants maghrébins — surtout des Marocains — ont essayé d’introduire, dans l’usage français, les appellations Amaziγ-Imaziγen/tamaziγt en remplacement des traditionnels « Berbère-Berbères/ (langue) berbère », sans doute jugés offensants pour la dignité nationale (Berbère < Barbare)... Cette initiative s’inscrit dans « l’air du temps » au Maghreb qui est à la décolonisation et à la réappropriation de l’Histoire et des Sciences sociales.

49Il est cependant douteux qu’un tel usage puisse s’imposer en français et dans les autres langues occidentales car la dénomination « berbère » y est très ancienne et bien établie (cf. la mise au point très précise sur ce problème terminologique de L. Galand, 1985).

Haut de page

Bibliographie

Alojaly Gh., Lexique touareg-français, Copenhague, 1980.

Basset R., Notice « Amazigh », Encyclopédie de l’Islam, 1908, p. 329.

Bates O., The Eastern Libyans, Londres, 1914, réédition 1970) (notamment : pp. 42-43 et 77).

Beguinot F., Il Berbero Nefûsi di Fassato, Roma, 1931.

Camps G., Massinissa ou les débuts de l’Histoire, Alger, 1961, pp. 23-29.

Desanges J., Catalogue des tribus africaines de l’Antiquité classique à l’ouest du Nil, Dakar, 1962.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, 1950-51 (Amāheγ, t. II, pp. 673-4).

Galand L., « Afrique du Nord », Revue d’Onomastique, sept. 1958, p. 222.

Galand L., « La langue berbère existe-t-elle ? », Mélanges linguistiques offerts à Maxime Rodinson, Paris, Geuthner, 1985, pp. 175-184 (supplément 12 aux c.r. du GLECS).

Gsell S., Histoire ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, 1918-1928, t. V, 1925.

Gsell S., Hérodote (textes relatifs à l’histoire de l’Afrique du Nord), Alger, A. Jourdan, 1926.

Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, Paris, 1925 (rééd.).

Jean-Léon l’Africain, Description de l’Afrique, édit. Épaulard, Paris, A Maisonneuve, 1956, 2 vol. 

Lanfry J., Ghadames II (glossaire), Alger, FDB, 1970.

Masqueray E., Le Djebel Chechar, Revue africaine, XXII, 1978, pp. 26-48, 129-144, 202-213, 259-281.

Nicolas F., Tamesna. Les Ioullemmeden de l’est ou Touâreg « Del Dinnik », Paris, 1950.

Prasse K. G., Le problème berbère des radicales faibles, Mémorial André-Basset, Paris, A. Maisonneuve, 1957, pp. 121-130.

Prasse K. G., L’origine du mot Amaziγ, Acta Orientalia, Copenhague, XXIII, 1958, pp. 197-200.

Prasse K. G., A propos de l’origine de h touareg (tahaggart), Copenhague, 1969.

Prasse K. G., Manuel de grammaire touarègue (tahaggart), Copenhague, 1972-1974, 3 vol. (notamment vol. 1, 1972, pp. 9-10 et vol. 3, 1987, p. 299).

Provotelle Dr., Étude sur la tamazir’t ou zenatia de Qalaat Es-Sened, Paris, 1911.

Sarnelli T., Sull’origine del nome Imaziγen, Mémorial André-Basset, Paris, A. Maisonneuve, 1957, pp. 131-138.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Usage du terme Amaziγ et de ses formes voisines1. Dans les parlers actuels.2. Régions berbérophones dans lesquelles ce terme n’est plus en usage comme ethnique.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2465/img-1.png
Fichier image/png, 299k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Amaziɣ (le/un Berbère) », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 562-568

Référence électronique

S. Chaker, « Amaziɣ (le/un Berbère) », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2465

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page