Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A182

Amazan (pl. imazan)

M. Peyron
p. 561-562

Entrées d’index

Mots clés :

Femme, Sociologie
Haut de page

Texte intégral

1Littéralement, « celui qui envoie », ce mot, dérivé du verbe azn (« envoyer »), est largement attesté avec comme sens « messager », « envoyé », ou « émissaire », dans le parler amaziγ du Moyen-Atlas marocain. Un terme tout à fait analogue se retrouve chez les Bni Iznassen, amersul, pl. imersal (Renisio, 200), alors que l’on relève une forme très proche en kabyle, lmuṛsel, mais dans un contexte plutôt religieux (Mammeri, 350). C’est également dans ce contexte que s’inscrit l’usage de la forme semblable, amsifṭ, chez les Ayt Warayn du nord. On relève également, dans le Sous, le vocable amazzal ayant le sens de « courrier » (Destaing, 164)

2Mais c’est dans le cadre idéalisé de la poésie amoureuse telle que la chantent les imaziγen que l’amazan apparaît comme un personnage essentiel. Il occupe, en effet, une position-clef dans les rapports triangulaires qui s’établissent entre lui, le galant, et sa belle. Le plus souvent voisin ou ami de l’un des partenaires, il se voit chargé de maintenir les liens entre eux, mission de confiance par excellence et d’un caractère aussi délicat qu’ingrat. Au premier malentendu, à la moindre prémisse de rupture, à tort ou à raison, il est mis en cause et, d’emblée, tous les soupçons se portent sur lui. Parfois même l’accuse-t-on de trahison, d’avoir plaidé sa propre cause auprès de la belle, plutôt que celle de son amant. Ou inversement, car bien que le féminin tamazant soit parfois employé, compte tenu de la licence artistique qui émaille la poésie du Moyen-Atlas, amazan peut signifier tout aussi bien « envoyé » ou « envoyée ».

3Ainsi l’amazan se signale-t-il sous un aspect nettement négatif, comme l’un des principaux responsables des brouilles entre amants.

Haut de page

Bibliographie

Abdel-Masih, E. A Course in Spoken Tamazight, Ann Arbor, University of Michigan, 1971, pp. 372-374.

Abes, « Les Aith Ndhir », in Archives berbères, vol. 3, fasc. 4, Leroux, Paris, 1918, pp. 321-345.

Destaing E., Textes berbères en parler des Chleuhs du Sous, Geuthner, Paris, 1940.

Laoust E., Cours de berbère marocain, dialecte du Maroc central, Geuthner, Paris, 1939, pp. 278.

Loubignac V., Étude sur le dialecte berbère des Zaïan et des Aït Sgougou, t. 2, Leroux, Paris, 1924, p. 372 et 414).

Mammeri M., Poèmes kabyles anciens, Maspero, Paris, 1980.

Peyron J., « Une forme dynamique de poésie orale : les Izlan et timawayin du Moyen-Atlas (Maroc) » in Langues et littératures, vol. IV, p. 175, Rabat, 1985.

Renisio A., Étude sur le dialecte berbère des Beni Iznassen, Leroux, Paris, 1932.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Peyron, « Amazan (pl. imazan) », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 561-562

Référence électronique

M. Peyron, « Amazan (pl. imazan) », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2464

Haut de page

Auteur

M. Peyron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page