Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A178

Amamellen

H. Claudot-Hawad
p. 556-558

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Héros fondateur de la culture touarègue appartenant à un cycle de contes qui initient en particulier à l’organisation des relations sociales et parentales, à la pratique des activités de subsistance (caravane, élevage, guerre...), à la connaissance et l’utilisation de l’environnement écologique et géographique des nomades.

2Le nom d’Amamellen en usage chez les Touaregs qui prononcent le « ha » ou le « ša » (Kel Ajjer, Kel Ahaggar, Kel Tademekkat), signifie d’après les locuteurs « celui qui possède la clarté » (ama-mellen). Ce personnage est appelé Aniguran (appellation rapportée à eni guran : « proverbe ou énigme, étant compris ») par ceux qui articulent le « ja » (Kel Ayr, Kel Geress, Tagaregareyt, Iteysen, Iwellemmeden).

3Amamellen ou Aniguran succèdent aux premiers ancêtres des Touaregs appelés Ijobbaren, Ixazamen ou Isebaten, géants rustres, naïfs et plutôt pacifiques qui vivaient au « temps où la pierre était molle », image symbolique illustrant, en ce passé lointain, la fragilité et la mouvance de la nature environnante, du climat et de cette société à peine éclose. Puis la pierre durcit et, avec Amamellen ou Aniguran, se mettent en place et se stabilisent les fondements sociaux et les valeurs sur lesquels s’appuie la société actuelle. C’est l’époque de la clarté, de la stabilité, de l’intelligence et de la créativité, considérée comme l’apogée de la culture touarègue (H. Claudot, 1985).

4La forme achevée de la langue touarègue, par opposition au dialecte lourd et grossier que parlaient les géants, ainsi que celle de l’écriture des tifinaγ, est alors déterminée et cette création est attribuée à Amamellen. De même, la poésie, la littérature courtoise et l’art du violon sont considérés comme son œuvre. Enfin, les premières gravures rupestres, qui représentent des scènes caractéristiques de la vie nomade actuelle, dateraient de cette même période. Beaucoup d’entre elles sont interprétées comme les illustrations de l’épopée du héros. Le seul nom d’Aniguran est souvent utilisé pour désigner des gravures rupestres ou des inscriptions tifinaγ de cette époque.

5Amamellen (ou Aniguran) apparaît dans les contes comme un homme libre (alleli) qui, bien que de rang ordinaire, dispose d’un pouvoir certain : celui du savoir et de l’intelligence.

6Autour d’Amamellen se distribuent différents rôles familiaux incarnés notamment par sa sœur, son neveu utérin et son fils, trinité où s’illustrent les principaux enjeux de la parenté. Des acteurs secondaires interviennent comme la femme et la fille d’Amamellen. Enfin, attachés à son service, la famille possède également une esclave (taklit) et son fils, ainsi qu’un artisan (énad) et son épouse, ensemble de personnages qui reconstituent l’entourage social de chaque foyer.

7Le neveu appelé Batis (aba ti-s : « son père n’existe pas ») ou Adleseγ (synonyme d’« intelligent » chez certains groupes) est, dans chacun de ces contes, le partenaire inévitable et facétieux de son oncle maternel qui tente, toujours en vain, de l’écarter ou même de l’éliminer. Si Amamellen essaie de supprimer son neveu, c’est d’abord parce que celui-ci risque de le concurrencer et de le surpasser. D. Casajus (1979) propose une lecture qui révèle la qualité ambiguë de ce neveu utérin, fils de la sœur certes mais aussi fils d’un homme venant du monde de l’« extérieur », domaine par excellence des génies (Kel essuf) qui peuvent se montrer malfaisants. Dans ces contes, Amamellen, abusé par sa sœur, tue le fils d’une esclave à la place de son neveu. Ce sacrifice est rapproché de celui du bélier égorgé après la naissance d’un garçon pour le baptême du nom. Cette dernière coutume est en fait islamique et se pratique aussi bien pour les garçons que pour les filles. Aussi, la comparaison de ces faits hétérogènes aboutit à une conclusion qui paraît hasardeuse : ce meurtre représenterait l’anéantissement nécessaire de cette nature « étrangère » du nouveau-né qui menace la lignée et permettrait son entrée dans le monde des humains.

8Si Aniguran apparaît le plus souvent comme l’ennemi de son neveu, en même temps, les critères qui lui permettent de reconnaître et d’identifier ce dernier sont les qualités d’intelligence qu’il possède lui-même : car, constamment, sont mises en évidence la ressemblance et la rivalité de ces deux êtres qui, en fait, ont « bu le même lait », c’est-à-dire appartiennent à la même matrilignée (ébawél) et sont issus de la même « tente ». Les différentes anecdotes démontrent que l’origine d’un individu ne peut être niée et qu’elle finit toujours par se manifester quelle que soit la situation. Elles affirment par ailleurs l’importance de la parenté matrilinéaire qui, au-delà des stratégies individuelles, impose ses règles. Elles dévoilent les solidarités fondamentales où s’ancrent les agissements des membres de cette société.

Tiγatimin (« les sandales »), lieu-dit à l’entrée des gorges d’Arak (photo H. Claudot).

Tiγatimin (« les sandales »), lieu-dit à l’entrée des gorges d’Arak (photo H. Claudot).

9Les personnages d’Amamellen ou Aniguran et de son neveu utérin sont universellement connus dans le monde touareg. Leurs noms prennent quelquefois la forme d’Aliguran pour l’oncle et d’Elias pour le fils de la sœur. D’autres personnages de substitution interviennent régionalement, comme par exemple Amerolqis (M. Aghali Zakara et J. Drouin 1979), en fait Imru ul Qays, poète arabe pré-islamique né vers 500 après J.-C, dont le caractère chevaleresque légendaire (J.J. Schmidt, Les Mou’allaqat, pp. 49-53) et les valeurs non conformes à l’idéal musulman présentent des affinités avec la personnalité d’Amamellen. Ces modifications qui insèrent des héros typiquement touaregs dans le monde arabe ou islamique, demeurent locales. En fait, cette récupération de thèmes mythiques fondamentaux par les diffuseurs d’une foi et d’une loi nouvelles est en soi banale et ne manque pas d’illustrations dans l’histoire du monde.

10Le cycle de contes d’Amamellen ou Aniguran, les proverbes qui s’y rattachent, les énigmes, les paraboles, les raisonnements proverbiaux prêtés au héros, constamment enrichis et adaptés aux contextes nouveaux, demeurent une référence quotidienne dans la vie des campements touaregs.

Haut de page

Bibliographie

Aghali Zakara M. et Drouin J., Traditions touarègues nigériennes, 1979, L’Harmattan, 112 p.

Aghali Zakara M. et Galand-Pernet P., Adelhessegh, conte nigérien. Le neveu et l’oncle maternel, Littérature orale arabo-berbère, n° 67, 1973-74, pp. 211-220.

Ăg-Kamәdun A., Imăyyăn d- lqissăten әn-Kәl-Dәnnәg, Contes et récits des Kel-Denneg, Akademisk Forlag, 1976, Copenhagen (Contes sur Aligurran et Adәlesәgh, pp. 71-76).

Casajus D., Une série de mythes touaregs, Tisuraf, n° 3, 1979, pp. 83-98.

Casajus D. et Hawad M., Quatre contes touaregs, Tisuraf, n° 3, 1979, pp. 63-78.

Claudot H, Tifinar’. Du burin à la plume, 1985, Atelier du Triangle, Dauphin, 17 p.

Foucauld Ch. de et Calassanti-Motylinski A. de, Textes touaregs en prose (dialecte de l’Ahaggar), 1922, Carbonnel, Alger, 230 p. (édité par R. Basset).

Hawad M. et Claudot H., « Ébawél/Essuf, les notions d’“intérieur” et d’“extérieur” dans la société touarègue », ROMM, 1984, n° 38, pp. 171-180.

Hanoteau A., Essai de grammaire de la langue tamachek’, 2e éd., 1896, Alger (conte d’Amamellen et Elias, pp. 146-150).

Schmidt J.-J. (éd.), Les Mou’allaqât ou un peu de l’âme des Arabes avant l’islam, Seghers, 1978 (chapitre sur Imrou oul Qaïs, pp. 45-71).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tiγatimin (« les sandales »), lieu-dit à l’entrée des gorges d’Arak (photo H. Claudot).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2460/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

H. Claudot-Hawad, « Amamellen », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 556-558

Référence électronique

H. Claudot-Hawad, « Amamellen », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2460

Haut de page

Auteur

H. Claudot-Hawad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page