Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A177

Amalu (pl. imula, ubac)

S. Chaker
p. 555-556

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Terme pan-berbère, largement attesté dans l’ensemble des dialectes berbères nord, tout particulièrement dans la toponymie et l’ethnonymie :
- Kabyle : amalu (pl. imula) : « ubac » (Dallet, p. 408) ;
- Maroc central : amalu (pl. imula) : « ombre » (Laoust, p. 292 et Mercier, 1937, p. 180) ;
- Chleuh : amalu (pl. imula) : « versant ombrageux » (Destaing, p. 292).

2Le mot présente la forme d’un dérivé déverbatif (nom d’agent à préfixe m-) issu d’une racine *L qui est certainement celle que l’on retrouve dans le lexème pan-berbère : tili, « ombre » (kabyle, Rif, Mzab, Ghadamès, touareg). Cette formation lui confère la signification première de : « ce qui est à l’ombre », conservée en kabyle et en chleuh (« ubac, versant à l’ombre, versant nord »).

3Dans son signifié de base, ce terme forme un couple oppositif avec asammer (kabyle et autres) ou anammer (chleuh), « versant exposé au soleil, adret », lui-même issu d’une racine *MR, « être exposé au soleil » (cf. touareg : émmar, « chaleur rayonnée... », Foucauld, III, pp. 1223-4).

4Dans les régions montagneuses qui connaissent le binôme amalu/asammer, les deux termes jouent un rôle important dans l’organisation ethnico-géographique du territoire. Les groupes (tribus, confédérations...) étaient souvent divisés selon le paramètre amalu/asammer (ayt umalu / ayt usammer, « ceux du versant nord / ceux du versant sud ».

5Cette dichotomie est bien attestée en Kabylie (Ayt Iraten, Illulen...) où elle a souvent été reprise dans les découpages administratifs français et au Maroc. Chez les Imaziγen du Maroc central, la dénomination Ayt umalu couvrait un vaste ensemble de tribus centrées autour des Zayan (Išqern, Ayt Ihand, Ayt Ishaq, Ayt Ummel-bext, Ayt Wirra, Ayt Soxman).

6Dans la néologie kabyle actuelle amalu/imula prend souvent – très naturellement – le sens technique de « nord ».

Haut de page

Bibliographie

Dallet J.-M., Dictionnaire kabyle-français, Paris, SELAF, 1982.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, 1951-52.

Guennoun S., La montagne berbère. Les Aït Oumalou et le pays Zayan 1933, L’Afrique française, 1929, 327 p. (notamment p. 40-41 et sq.).

Laoust E., Cours de berbère marocain. Maroc central, Paris, 1928.

Mercier G., Vocabulaire et textes berbères dans le dialecte des Aït Izdeg, Rabat, 1937.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Amalu (pl. imula, ubac) », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 555-556

Référence électronique

S. Chaker, « Amalu (pl. imula, ubac) », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2459

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page