Navigation – Plan du site
4 | Alger – Amzwar - Gabriel Camps (dir.)
A173

Altava

P. Courtot
p. 543-552

Texte intégral

1Les vestiges de la cité romaine d’Altava se trouvent à une trentaine de kilomètres à l’est de Tlemcen. Le route nationale n° 7 (de Relizane à la frontière du Maroc) passe au nord de son enceinte en écornant légèrement son angle nord-est ; la voie ferrée d’Oran au Maroc passe exactement au milieu des ruines, où la gare est bâtie, ce qui interdit des fouilles éventuelles en cet endroit.

2On voit déjà l’importance stratégique et économique de ce lieu, car en plus de la voie (ou des voies) de communication est-ouest, la cité était située au débouché en plaine de la vallée de l’Oued Isser qui prend sa source à dix kilomètres au sud et qui, jusque là, coulait entre deux chaînes de montagnes assez rapprochées.

3Une route joint actuellement le site d’Altava à Sebdou et El-Aricha et, au -delà, à Méchéria et Aïn Sefra. C’est par cette voie que se faisaient encore à une époque assez récente les migrations saisonnières des tribus chamelières qui allaient des Hauts plateaux au Tell et jusqu’à la mer dans la région de Beni-Saf.

4La cité antique était donc établie dans une petite plaine au débouché de la vallée de l’Oued Isser qui coulait contre l’angle sud-ouest de l’enceinte. Au nord, à quelques centaines de mètres, il y a une brusque dénivellation de près de cent mètres, appelée le djorf (falaise), percée de nombreuses grottes, puis une vaste cuvette de plus de deux mille hectares qu’on appelait la plaine d’El-Gor, cuvette fertile mais marécageuse qu’il a fallu drainer. Autour de la cuvette les terres sont à peu près au même niveau que le site d’Altava. L’oued Isser ne débouche pas dans cette cuvette mais a entaillé une profonde vallée, un peu à l’ouest, si bien qu’un promontoire s’étend entre la dite vallée à l’ouest et la cuvette fertile à l’est. C’est sur ce promontoire qu’a été créé le village d’Ouled-Mimoun (du nom de la tribu voisine) en 1854. Le village reçut en 1874 le nom de Lamoricière qu’il porta jusqu’en 1962. Mais le nom d’Ouled-Mimoun continua à être employé.

Le site d’Altava (photo aérienne d’après J. Marcillet-Jaubert).

Le site d’Altava (photo aérienne d’après J. Marcillet-Jaubert).

5On n’y a recueilli que fort peu d’objets préhistoriques, épars ; le plus intéressant, vu sa rareté, est une hache en bronze.

6La région suivit le sort des divers royaumes et principautés berbères, numides puis maures qui se succédèrent au cours des siècles. En 40 de l’ère chrétienne la Maurétanie est, en principe, annexée à l’Empire romain mais l’occupation n’est pas totale ; elle ne le sera jamais d’ailleurs. Il y aura le pays réellement occupé et une « zone d’influence » parcourue par les troupes romaines mais non occupée de façon permanente. En Oranie, une mince bande littorale de territoire fut occupée aux Ier et IIe siècles de l’ère chrétienne. La limite sud du territoire effectivement occupé passait, en effet, d’est en ouest par : Mina (Relizane), Ballene Praesidium, Castra Nova (Mohammedia, ex. Perrégaux), Tasaccora (Le Sig), Regiae (Arbal), Al Dracones (Hammam-Bou-Hadjar), Albulae (Aïn Temouchent), puis Rubrae et Calama, dont on ne connaît pas l’emplacement exact mais qui devaient se trouver dans la vallée moyenne de la Tafna.

Altava au IIe siècle

7Le site d’Altava, au iie siècle, est au sud et en dehors du territoire occupé par les Romains mais il est très possible qu’une agglomération ait déjà existé en ce point, si l’on en croit le géographe alexandrin Claude Ptolémée qui écrivait à cette époque. Il mentionne en Maurétanie Césarienne une localité nommée en grec : « Altaoua » (« Atoa » dans certains manuscrits) qui correspond bien à Altava.

8A remarquer que Ptolémée considère qu’« Altaoua », bien que non occupée par les Romains, est en Maurétanie Césarienne. Une bourgade existait donc en cet endroit ; c’était une communauté autochtone, maurétanienne, qui vivait selon ses coutumes mais se trouvait dans une zone d’influence romaine. On n’a retrouvé aucune trace de cette cité, ni dans les fouilles, ni fortuitement, mais des recherches plus poussées donneraient peut-être des résultats. En tout cas, aucune inscription libyque ou punique n’y fut découverte.

Altava au iiie siècle

9Sous le règne de Septime Sévère (193-211) les Romains étendirent leur occupation effective en Afrique, particulièrement en Maurétanie Césarienne. Vers 201, ils occupèrent en Oranie une bande de terre située au sud de la limite des deux premiers siècles et jalonnèrent la nouvelle frontière militaire de la province par une série de postes autour desquels se développèrent des agglomérations civiles. D’ailleurs des cités comme Altava existaient déjà probablement et servirent de noyau à certaines des futures villes romaines.

10Le iiie siècle est la période qui compte le plus d’inscriptions officielles et donc nous renseigne sur les institutions de la province et de la cité. Onze milliaires s’échelonnent du règne de Caracalla (211-217) à celui de Philippe (244-249). Ces milliaires ont été posés au nom des empereurs par les gouverneurs de Maurétanie Césarienne, les procurateurs impériaux dont les noms se retrouvent par ailleurs.

11La cité d’Alatava n’eut jamais les statut de commune romaine : colonie (colonia) ou municipe (municipium). Elle n’eut que le titre de civitas. Elle resta une cité typiquement maurétanienne. Bien que la documentation épigraphique la concernant soit purement latine, une analyse attentive de cette documentation permet de faire ressortir le caractère berbère de cette cité à côté des éléments purement romains comme la langue et la plupart des noms propres. D’abord le nom de la cité : Altava ; les deux premières syllabes alta font penser, certes, à l’adjectif latin, altus, alta. Mais une autre Altava a existé dans l’Est algérien, dans la province de Numidie sur la voie Theveste-Cirta. Elle est mentionnée dans l’Itinéraire d’Antonin sous le nom d’Altaba.

La situation d’Altava dans la Maurétanie césarienne occidentale du iiie siècle (d’après J. Marcillet-Jaubert).

La situation d’Altava dans la Maurétanie césarienne occidentale du iiie siècle (d’après J. Marcillet-Jaubert).

12Dans les parages où devait se trouver cette Altaba (ou Altava) de l’Est, on connaissait au siècle dernier un lieu-dit Henchir-Altabia (Atlas archéologique de l’Algérie, F. 28. n° 240). D’autre part, en Tunisie, existait dans l’Antiquité une importante cité nommée Althiburos ; la présence de h après t indique peut-être une sifflante mais le rapprochement avec Altava n’est pas impossible.

13La désinence ava se retrouve dans le nom de diverses cités dont les premières syllabes sont sûrement berbères, comme : Tigava, Thigillava, la désinence ava ou aua se retrouvant dans le nom de tribus évidemment berbères comme les Maghraoua et les Nefzaoua par exemple.

14Au début du iiie siècle une importante inscription est une dédicace en l’honneur de Q(uintu) Sittius Maximus qualifié de prior princeps civitatis nostrae. Les communes indigènes non romaines portaient le titre de civitas. Ces communes dites pérégrines avaient à leur tête un chef nommé princeps civitatis. Ici on a ajouté le terme de prior pour renforcer l’impression d’autorité. Ce titre renforcé se retrouvera dans plusieurs inscriptions relatives à des dirigeants de la cité au cours du iiie siècle et au début du ive siècle. Q. Sittius Maximus est qualifié d’amator patriae or ce titre d’amator patriae est la traduction d’une formule punique qui se retrouve en particulier à Lepcis Magna et dans d’autres villes de civilisation punique. Et Q. Sittius Maximus, vu son gentilice (Sittius), est probablement originaire de Cirta., ville de culture punique. La culture d’Altava est donc composite : éléments berbères et éléments puniques. Il s’y ajoute bien entendu des éléments latins : d’abord la langue des inscriptions et puis la plupart des noms de ses habitants. Mais nous retrouverons l’élément berbère dans l’onomastique, en bien moins grande proportion que l’élément latin, il est vrai.

15Ce Q. Sittius Maximus est qualifié de rex sacrorum, roi des sacrifices ; c’est le titre que portait à Rome le prêtre qui avait hérité des pouvoirs religieux des anciens rois de Rome après l’abolition de la royauté. Ce titre est rare hors de Rome ; en Afrique, en dehors d’Altava, on ne le retrouve qu’à Cherchel et à Lambèse.

16En Afrique, c’était tout simplement un prêtre municipal ; un autre rex sacrorum est mentionné à Altava dans une inscription datée de l’année 257. Mais le titre de rex sacrorum, tout comme celui d’amator patriae, recouvre une réalité d’origine punique car à Lepcis Magna un terme désignant une prêtrise unique est traduit par praefectus omnium sacrorum, préfet de tous les sacrifices, ce qui est l’équivalent de roi des sacrifices.

17Toujours dans le domaine religieux, deux dédicaces aux Dieux maures sont faites par des officiers romains. L’une, Diis Mauris salutaribus : Aux Dieux Maures salutaires, l’autre : Diid Mauris prosperis salutaribus : Aux Dieux Maures favorables, salutaires. Les Romains ont toujours rendu hommage aux divinités des pays qu’ils occupaient afin de se les concilier, de se les rendre favorables, ainsi que l’indique l’épithète prosperis.

18Les noms de ces Dieux maures ne sont pas donnés mais dans une ville proche d’Altava, à Pomaria (Tlemcen), on a trouvé deux dédicaces au dieu Aulisua, divinité africaine locale qui peut être un des Dii Mauri évoqués collectivement en plusieurs régions de l’Afrique romaine. Il y a des dédicaces à Diane, déesse romaine mais qui à Thanarramussa a reçu le qualificatif de « Maurorum ». Il y a également une dédicace à Némésis et à la Disciplina Militaris. Mais les grands dieux romains : Jupiter, Junon, Minerve paraissent absents.

19En dehors de la mention des empereurs sur les milliaires, on a une dédicace à Géta, fils de Septime Sévère, datée de 201-209 et une dédicace à Elagabal (218-222) datée de l’année 220, faite par l’ordo, ensemble des notables, sorte d’assemblée municipale qui se déclare dévouée à la « divinité » de l’empereur, en même temps d’ailleurs que l’ensemble de la population : (populares) : devoti numini eius, mais on ne trouve pas mention des magistrats classiques des communes romaines : duumviri, édiles flamines.

Altava au ive siècle et au début du ve jusqu’à l’invasion vandale

20Dès le début du ive siècle Altava eut son martyr chrétien, Ianuarius. Sur une grande dalle calcaire sont gravées plusieurs inscriptions. L’une d’elles mentionne la mensa du martyr Ianuarius qui vécut pieusement. Une autre inscription au-dessous de celle-ci indique qu’ici est la confessio, c’est-à-dire le tombeau d’un saint, le martyr Ianuarius sans doute, et une basilique du seigneur (Basilica dominica), puis mention de la memoria (tombeau ou reliques ?) de trois bienheureux : Lucius Honoratus, Tannonius Victor, diacre, et Tannonius Rufinianus.

21Lucius Honoratus et Tannonius Rufinianus avaient une fonction ou une dignité indiquées par le sigle L.P. qu’on ne sait comment interpréter.

22Ce monument fut fait par L(ucius) Tannonius Rogatus, sans doute un parent de deux personnages cités, en l’an de la Province de Maurétanie 270, soit en l’an 309 de l’ère chrétienne.

23Le martyr Ianuarius fut donc victime de la persécution entreprise par les empereurs de la Tétrarchie en 303-305. La persécution s’arrêta en Afrique au début de 305 après l’abdication de Dioclétien et Maximien, et l’entrée de l’Afrique dans le domaine de Constance Chlore, secrètement favorable aux chrétiens. En 309 on pouvait donc élever une basilique et un tombeau de martyr.

24Le christianisme était donc implanté à Altava dès le début du ive siècle et probablement dès la fin du iiie siècle. Mais on ne verra apparaître des symboles chrétiens, croix ou chrismes, sur les pierres tombales qu’à la fin du ive siècle. On ne trouvera plus, pour la période étudiée ici, de mention de gouverneurs de province, ni d’officiers, ni de corps de troupes. Il n’y a plus de milliaires dans notre région.

25Mais des dédicaces aux empereurs faites par les autorités locales prouvent qu’on y reconnaissait l’autorité impériale. En 349-350, le dispunctor et les primores d’Altava édifièrent à partir du sol (a solo) un muru(m), c’est-à-dire un rempart, des tours (turres) et une nouvelle porte : porta(m) nova(m) ; ce rempart n’était pas une réfection de l’ancienne enceinte datant du début du iiie siècle et de plan quadrangulaire (environ 430 m sur 330) et qui est toujours apparente. Ce nouveau rempart était probablement celui dont le tracé se voit sur le côté nord de la cité, tracé qui n’est pas rectiligne.

26L’inscription commémorative a d’ailleurs été trouvée au nord de la cité. Ce qui est le plus intéressant, c’est l’autorité qui a procédé à ce travail. Nous trouvons à la tête de la cité non plus un princeps mais un dispunctor, c’est-à-dire un « vérificateur des comptes » ou « trésorier » ou « intendant ». Il est dit qu’il a fait exécuter ces constructions : « una cum primores », en union avec les gens de la première catégorie. La dédicace est faite « pro salute atque incolumitate » des empereurs Constance et Constant, des deux empereurs fils de Constantin, Constance régnant sur la partie orientale de l’Empire romain et Constant sur la partie occidentale.

27Une soixantaine d’années plus tard, au début du ve siècle, la souveraineté romaine s’exerçait toujours sur Altava. Une inscription contemporaine du règne simultané d’Honorius et Théodose II (408-423) est faite : pro salute civitatis Altavensium et incolumitate d(ominorum) n(ostrorum) (H)onorio et Teudossio, par un certain Crepereius Victor et les citoyens (cives)... L’inscription est mutilée.

28On remarquera que dans cette inscription le salut de la cité est invoqué en premier lieu, la sauvegarde des empereurs ne vient qu’après ; toutefois leur autorité est reconnue mais c’est la dernière mention de la souveraineté de l’Empire romain à Altava, datant au plus tard de 423. En 429, c’est l’invasion vandale.

29En ce qui concerne sa structure administrative, nous avons vu qu’au iiie siècle la cité a à sa tête un prior princeps civitatis, le « premier de la cité ». A la fin du iiie siècle un prior civitatis est qualifié de : unus ex decemprimis « un des dix premiers ». Des historiens contemporains (cf. Lepelley entre autres) pensent qu’on peut assimiler les primores du IVe siècle aux decemprimi du IIIe.

30Deux épitaphes du ive siècle (années 326 et 362) nous font connaître une autre catégorie d’habitants d’Altava, les secundiones, gens ou plutôt « notables de seconde catégorie » ; le terme secundio (pl. secundiones) était inconnu jusqu’à présent dans l’Occident romain ; cela souligne encore l’originalité d’Altava.

31Donc nous trouvons au début du iiie siècle, sous Elagabal (218-222) l’ordo, qualifié d’ordo pius (les notables) et, en seconde position, les populares (gens du peuple) et à la tête de la cité, un prior princeps civitatis ou un prior civitatis ou un vir prior ordinis, secondé par des decemprimi.

32Au ive siècle il y a à la tête de la cité un dispunctor (en 349-350). Un autre dispunctor est décédé en 335. Puis, sous le dispunctor, des primores et au-dessous des secundiones.

33Ce chef suprême unique de la cité puis, au-dessous de lui, un Conseil des Dix puis un autre groupe subordonné, cela fait penser à l’organisation de l’Empire almohade sous Mohammed Ibn Toumert, où on pouvait distinguer les éléments suivants : la maison du Mahdi (Ahl-ed-dâr)... puis deux « Conseils », celui des Dix et celui des Cinquante, évidemment inspirés des assemblées de notables qui jouent un si grand rôle dans les « républiques berbères » (Ch. Julien, Histoire de l’Afrique du nord, t. 2, 2e édition, p. 99-100). On peut en dire autant des primores, successeurs des decemprimi et des secundiones.

34Eux aussi semblent bien inspirés des assemblées de notables qui jouent un si grand rôle dans les « villages berbères ». Ces conseils portent des noms latins et les organismes de l’Empire almohade portent dans les textes historiques des noms arabes qui traduisent, les uns et les autres, des réalités berbères.

35D’autre part, si l’onomastique d’Altava est latine dans sa presque totalité, on y trouve quelques surnoms (cognomina) indéniablement berbères : Sammac, Maccal, Mazic, Magdira (sans doute féminin de Magdal), Monnica, peut-être aussi : Tifzalis, Surugis, Malsamo. Et aussi un nom punique : Boroc. D’ailleurs le fait de porter un ou des noms latins, même les tria nomina classiques, ne donne auncun renseignement sur l’origine ethnique des individus ; et si la langue écrite était le latin, on parlait certainement aussi un dialecte berbère. D’autre part, au cours du ive siècle le décor des inscriptions, qui était formé de moulures classiques au iiie siècle, évolue peu à peu. Le calcaire est remplacé par du grès, plus facile à graver, et le décor prend un aspect typiquement berbère : lignes brisées, entrecroisées formant les inscriptions, surtout les inscriptions funéraires, sur lesquelles apparaissent à la fin du siècle des symboles chrétiens : croix et chrismes, parfois de style géométrique de caractère nettement berbère.

L’épisode vandale (429-533)

36Le passage des Vandales d’Espagne en Afrique eut lieu en mai 429. E.F. Gautier avait émis l’hypothèse que les Vandales avaient navigué le long des côtes nord du Maroc jusqu’en Oranie. Cette théorie a été rejetée par presque tous les historiens.

37L’historien byzantin Procope dit nettement : « Les Vandales traversèrent » le détroit, ce qui veut dire qu’ils débarquèrent sur la côte sud du dit détroit. Ce qu’il fallait aux Vandales c’était la neutralité des Berbères, la « politique berbère » ultérieure de Genséric, le roi des Vandales, fait penser qu’il avait su négocier avec eux et obtenir le passage. Cela les mène dans l’ouest de l’Oranie en août 429. Or une dalle funéraire brisée mentionne qu’un habitant d’Altava (inconnu par suite de la cassure de la pierre) périt dans la deuxième quinzaine d’août 429 « frappé par le glaive des Barbares ». On ne sait si ces Barbares sont des Vandales ou des Berbères ; ces derniers sont en général désignés par le nom de leur peuple ou tribu, mais ils sont parfois aussi nommés Barbari*.

38Après maintes vicissitudes et l’occupation de Carthage en 439 par les Vandales, Genséric consentit à restituer à l’empereur Valentinien III, en 442, les provinces de Maurétanie Césarienne et de Maurétanie Sitifienne. On a des traces de réoccupation impériale qui dura treize ans, de 442 à 455, mais en dehors d’Altava. A Altava même, on n’a aucun indice d’une restauration de l’administration romaine impériale. La cité berbéro-romaine vivait pleinement autonome. En 455, à la suite de l’assassinat de l’empereur Valentinien III, Genséric déclara le traité de restitution nul et s’empara des dernières provinces romaines d’Afrique mais on n’a pas plus trace d’une occupation effective vandale à Altava qu’ailleurs en Maurétanie Césarienne.

39Genséric, grâce à son habile « politique berbère », n’eut pas de difficultés avec les Berbères non romanisés, les Maures, qu’il associait à ses expéditions contre les derniers débris de l’Empire romains d’Occident. Mais il persécutait durement les catholiques. Son fils Hunéric (477-484) continua sa politique, plus brutalement encore.

40Dans la liste d’évêques connue sous le nom de Noticia de 484 figure un Avus Altabensis, Avus d’Altava. A-t-il réellement assisté au Concile ? La question est controversée. Mais divers textes attestent que l’évêque Longinus Pomariensis (sic), Longin de Pomaria (Tlemcen) était bien présent à ce concile, puisqu’il fut un des évêques qui présentèrent le Liber fidei catholicae à cette assemblée. Il n’est pas impossible qu’Avus d’Altava y ait également assisté. Des épitaphes mentionnent un prêtre (presbyter) et deux diacres (Zaconus).

41La décadence du royaume vandale s’accéléra après la mort d’Hunéric ; il n’avait jamais couvert toute l’Afrique romaine mais à partir de 484 il commença à se réduire sous la poussée berbère. Des principautés berbères, qualifiées de maures, commencent à apparaître.

L’inscription du roi Masuna.

L’inscription du roi Masuna.

L’inscription du roi Masuna.

L’inscription du roi Masuna.

42Une inscription d’Altava, datée de l’année 508, est une décicace pour le salut et la sauvegarde (pro salute et incolumitate) du roi Masuna au nom bien berbère ; il est qualifié de rex gent(ium) Maur(orum) et Romanor(um), le terme gens pouvant signifier tribu ou peuple ; deux traductions sont possibles. Ou bien, Roi des tribus Maures et des Romains — en ce cas il faudrait restituer : Maur(orum), ce qui est possible ; ou bien, Roi des peuples des Maures et des Romains, c’est-à-dire de toute façon : Roi des Berbères non romanisés et des Berbères romanisés. Ce titre paraît avoir été établi à l’imitation du titre des rois vandales : Rex Vandalorum et Alanorum, Roi des Vandales et des Alains. C’était, de la part de Masuna, un défi au souverain vandale et un rejet d’éventuelles prétentions vandales à la souveraineté de Maurétanie.

43L’inscription mentionne qu’un castrum (château ou forteresse) fut édifié à Altava par Masgivinus préfet de Safar, Iider, procurateur de Castra Severiana et que Maximus, procurateur d’Altava, l’a achevé en l’an CCCCLXVIIII (469) de la province, soit en l’an 508 de l’ère chrétienne.

44A remarquer les noms de ces préfets et procurateurs. Deux d’entre eux portent des noms berbères : le procurateur Iider, dont le nom existe toujours en kabyle sous la forme Yidir. Le préfet Masgivinus porte aussi un nom bien berbère. Et le procurateur d’Altava qui acheva le castrum porte un nom latin Maximus. C’est donc un Berbère romanisé de la « bourgeoisie » d’Altava à qui le roi confie des fonctions semblables à celles du préfet et de l’autre procurateur, qui eux sont maures.

45Donc Masuna tenait la balance égale entre les deux peuples sur lesquels il régnait.

46G. Camps a proposé d’identifier la cité de Safar à Hammam-Sidi-Abdelli, Aquae Tepidae (les Eaux Tièdes) dans l’Antiquité, à cause de ses eaux thermales. Quant à Castra Severiana, G. Camps suggère de l’identifier à Kaputtasaccorae (Sidi Ali Ben Youb, ex Chanzy) ; l’hypothèse est plausible mais moins certaine que la précédente.

47Une épitaphe datée de l’an 529 de l’ère chrétienne est celle d’un évêque (episcopus) décédé à l’âge de quatre-vingts ans. Vu son âge, il devait être en fonction en 508 lors de la dédicace à Masuna ; comme il s’appelait Ulpius Maximus on peut se demander s’il ne s’identifie pas au Maximus procurateur à Altava pour le compte du Roi Masuna. Il n’était peut-être pas alors encore évêque. Nous connaissons donc deux évêques d’Altava : Avus mentionné en 484 et Ulpius Maximus décédé en 529.

48Les épitaphes de cette période, rédigées en latin bien entendu, présentent un décor qui confirme l’appartenance des défunts au christianisme : croix, chrismes et aussi coupe schématisée d’une basilique à trois nefs avec un décor géométrique typiquement berbère : lignes brisées et points. On a ainsi sur ces pierres funéraires la manifestation de la culture de la cité à cette époque : art berbère, langue latine, religion chrétienne, alors que l’Empire romain d’Occident avait disparu en 476 après avoir perdu tout pouvoir en Afrique depuis 455, mais cette culture urbaine se maintenait aussi hors du cadre du royaume vandale puisqu’en 508 Masuna proclamait sa totale indépendance vis-à-vis du roi vandale Thrasamond (496-523) et lors de la mort, en 529, de l’évêque Ulpius Maximus, l’avant dernier roi vandale Hildéric (523-530) subissait de graves défaites, à lui infligées par le chef barbare Antalas. La fin du royaume vandale était proche.

L’épisode byzantin (533-...)

49Les Byzantins ne rencontrèrent guère de résistance de la part des Vandales. Mais ils eurent de sérieuses difficultés quand ils entrèrent en contact avec les principautés maures nées à la fin de l’Empire romain et au temps des Vandales. L’étendue de la domination byzantine ne dépassa guère celle du royaume vandale. La cité d’Altava ne fit donc jamais partie de l’Empire byzantin.

50Les inscriptions d’Altava de l’année 533 à l’année 599, date de la plus récente, ne sont que des épitaphes. On n’a aucune inscription de caractère officiel. On ne sait de quelle principauté pouvait dépendre la cité. Au début de la domination byzantine Masuna semble avoir eu comme successeur le roi Mastinas (ou Mastigas). L’inscription funéraire la plus récente d’Altava est de 599 ; la plus récente de Pomaria est de 651 et la plus récente de Volubilis de 655. Ce sont les inscriptions latines les plus tardives connues dans l’ouest du Maghreb. Leur grande ressemblance montre que les relations étaient fréquentes entre ces trois cités. Les populations étaient chrétiennes et écrivaient en latin ; mais le langage parlé devait être le berbère.

51Dans ces textes on indique souvent que les « enfants et petits-enfants (du défunt) lui firent une demeure éternelle (domus aeternalis) ; et la date du décès est toujours indiquée d’après l’ère provinciale maurétanienne. Les inscriptions de date récente ne sont pas nécessairement les dernières ; il est probable que d’autres, plus tardives encore, se sont perdues ; et les personnes qui les ont gravées ont dû vivre sur les lieux jusqu’assez avant dans le courant du xviie siècle et ont dû être les témoins de l’invasion musulmane.

52La première incursion des Arabes musulmans au Maghreb est de 647, à Sbeitla ; Sidi Oqba fonde Kairouan en 670 ; il fut peu après relevé de son commandement et remplacé par Abù-l-Mohajir qui vainquit et caputa Koceïla, chef des Awreba, « aux sources de Tlemcen » et a donc probablement occupé Altava et Pomaria vers 678. Puis la trace de ces deux cités se perd.

53Volubilis, plus heureuse, subsiste, puisque c’est là qu’en 788 Idris Ier, fuyant les Abbassides, trouve asile chez les Awreba, installés à Oulili (Volubilis). Il nous faut revenir sur les relations entre Altava et Volubilis : une des dernières inscriptions de Volubilis, datée de 655, mentionne une certaine Iulia Rogatiana décédée à Volubilis mais originaire d’Altava ; elle est dite Kooptativa de Altava, « cooptée d’Altava » ; on circulait donc entre les cités berbéro-romaines de l’ouest algérien et du nord-ouest marocain.

54A partir du viiie siècle, les destinées de trois cités jumelles : Altava, Pomaria, Volubilis, divergent.

55Pomaria donnera naissance à Tlemcen ; à la fin du viiie siècle, Volubilis accueille les Idrissides fondateurs de Fès puis tombe dans l’oubli ; ce sera Ksar-Faraoun qui est une appellation légendaire. Altava tombera aussi dans l’oubli dès le viie siècle mais ses ruines conserveront un nom plus authentique : Hadjar-Roum.

La plus récente des inscriptions chrétiennes d’Altava, datée de 599.

La plus récente des inscriptions chrétiennes d’Altava, datée de 599.
Haut de page

Bibliographie

Camps G. « L’inscription de Béja et le problème des Dii Mauri », Revue afric, t. 98, 1954, p. 233-260.

Camps G. « Rex gentium Maurorum et Romanorum, recherches sur les royaumes de Maurétanie des vie et viie siècles », Antiquités afric, t. 20, 1984, p. 183-218.

Camps G. « De Masuna à Koceila. Les destinées de la Maurétanie aux vie et viie siècles, Bull. archéol. du Comité des travaux hist. et scient., nouvelle série, t. 19, p. 307-325 ;

Chaker S. « Onomastique Libyco-berbère », Encyclopédie berbère, à paraître. Corippus. Flavii Cresconii Corippi Iohannidos seu deBellis Libycis libri VIII, éd. Iacobus Diggle et F.R.D. Goodyear, Cambridge, 1970 ; L.V., vers 287 ; L.VII, vers 435 ; L.VIII, vers 419 et 452.

Courtois Chr. Victor de Vita et son œuvre, Alger, 1954, p. 91-100. Courtois Chr. Les Vandales et l’Afrique, Paris, 1955, p. 333-339.

Courtot P. « Essai historique sur Altava d’après l’épigraphie », Revue afric., 1936, p. 401-429.

Courtot P. « Inscription d’Altava », Libyca archéol, épigr., t. 6, 1958, p. 153-160.

Courtot P. « Epitaphe d’un princeps d’Altava », Bull, d’archéol. algér., t. 3, 1968, p. 337-341.

Gascou J. « La politique municipale de Rome en Afrique du nord, II, après la mort de Septime Sévère », p. 244-245, in Aufstieg und Niedergang der Römischen Welt, II, Principat, Zehnter Band (2, Teilband), Berlin-New-York, 1982.

Gsell S. Atlas archéologique de l’Algérie, F.31, Tlemcen, n° 68 et F.28, n° 240 (Altaba de Numidie).

Julien Ch.-A. Histoire de l’Afrique du nord, t. 2, 2e édition revue par R. Le Tourneau, 1952, p. 99-100.

Kotula T. « Principes gentis et Principes civitatis en Afrique romaine », E.O.S., t. 55, 1965, p. 359-361.

Kotula T. Les principales d’Afrique, étude sur l’élite municipale au Bas-Empire romain, Wroclaw, 1982, p. 36-38 et 45-46.

Leglay M. « L’archéologie algérienne en 1953 », Libyca archéol. épigr., t. 2, 1954, p. 274.

Leglay M. « L’archéologie algérienne en 1954 », Libyca archéol. épigr., t. 3, 1955, p. 185-186.

Lepelley Cl. Les cités de l’Afrique romaine au Bas-Empire, Paris, Études augustiennes, t. I, La permanence d’une civilisation municipale, p. 127-128 et p. 191-204 ; t. II, Notices d’histoire municipale, p. 522-534.

Marcillet-Jaubert J. Les inscriptions d’Altava, Aix-en-Provence, 1968. Picard G.-Ch La civilisation de l’Afrique romaine, 1954, p. 31.

Pouthier P. « Évolution municipale d’Altava aux iiie et ive siècles », M.E.F.R., 1956, p. 205-245.

Ptolémée Cl. Ptolemaei Geographia (trad. lat. de Carl Müller), Paris, Firmin-Didot, 1901, Lib. IV, Cap. 2, p. 605.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le site d’Altava (photo aérienne d’après J. Marcillet-Jaubert).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2453/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre La situation d’Altava dans la Maurétanie césarienne occidentale du iiie siècle (d’après J. Marcillet-Jaubert).
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2453/img-2.png
Fichier image/png, 350k
Titre L’inscription du roi Masuna.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2453/img-3.png
Fichier image/png, 246k
Titre L’inscription du roi Masuna.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2453/img-4.png
Fichier image/png, 1008k
Titre La plus récente des inscriptions chrétiennes d’Altava, datée de 599.
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2453/img-5.png
Fichier image/png, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Courtot, « Altava », Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 543-552

Référence électronique

P. Courtot, « Altava », in Encyclopédie berbère, 4 | Alger – Amzwar [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2453

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page