Navigation – Plan du site
3 | Ahaggar – Alī ben Ghaniya - Gabriel Camps (dir.)
A128

Aït (enfant de)

S. Chaker
p. 383-384

Texte intégral

1Pluriel de u, w, ag, « fils (de) ». Attesté dans l’ensemble du domaine berbère et particulièrement fréquent dans l’onomastique locale ( : noms de tribus, noms de villages...) qui fait en permanence référence à la filiation : Ait X : « Les enfants de X ».

2Du point de vue de sa formation, ayt est très probablement issu d’un complexe ancien *aw-t, combinant l’élément (a)w « fils (de) » à un suffixe de pluriel -t encore bien attesté dans les paradigmes grammaticaux du berbère, notamment dans la flexion verbale (-t d’impératif pluriel, marque indifférenciée de pluriel des verbes d’état...).

3L’évolution d’un prototype *aw-t à la forme ayt ne fait pas difficulté au plan phonétique : elle s’explique aisément par une antériorisation et une palatalisation de /w/ sous l’influence de la consonne antérieure (dentale) /t/. Cette assimilation régressive de la semi-voyelle /w/ étant facilitée par sa position implosive (donc de faiblesse).

4Il est curieux de constater que ce terme, certainement très ancien et actuellement usité chez la totalité des berbérophones, n’apparaît pratiquement pas dans les matériaux onomastiques de l’Antiquité.

5Quelques rares noms de tribus antiques en aut(Autololes, Pline l’ancien, Hist. nat., V, 17) pourraient cependant être expliqués par la forme ancienne (*aw-t) de ayt.

6A l’heure actuelle, dans de nombreux dialectes (Kabyle, Mzab...), le terme n’apparaît plus guère que sous la forme at, avec chûte totale de la semi- voyelle. Ainsi, en Kabylie, ayt n’est plus qu’un archaïsme ou une variante très localisée (on relève, par exemple, at-ma, « frères » (« enfants de ma mère ») et beaucoup plus rarement ayt-ma). Ce sont les habitudes issues de la nomenclature officielle française qui ont rétabli massivement les formes en ayt (« Aït- ») dans l’onomastique kabyle.

7Très souvent aussi (Kabylie, Mzab...), ayt perd son lien avec le domaine de la parenté et prend le sens de « les gens de — », « ceux de — » : (kabyle)
- a(y)t wexxam = « Les gens de la maison » = « la maisonnée, la famille ».
- at ufella = « ceux d’en-haut », « les gens d’en-haut, du haut-pays ».
- at taddart = « les gens du village ».
Voir ag, u.

ATTENTION ! (Note de la rédaction)

Classement de Ait- dans l’Encyclopédie Berbère

Les noms de groupes (clans, tribus, confédérations) et de villages en Aït-sont innombrables dans le monde berbère. Ils ne peuvent être classés sous Aït-, sous peine de déséquilibrer gravement la série de fascicules.

On trouvera donc tous ces noms propres à la position alphabétique de leur second élément : Aït Iraten sera à rechercher sous Iraten, etc.

Font exception à cette règle les quelques noms propres de personnes introduits dans le présent fascicule : ils ont été considérés comme constituant un tout indissociable.

Haut de page

Bibliographie

Alojaly Gh. Lexique touareg-français, Copenhague, 1980, p. 165

Dallet J.M. Dictionnaire kabyle-français, Paris, 1982, p. 847.

Delheure J. Dictionnaire mozabite-français, Paris, 1984, p. 215, 223-224.

Foucauld Ch. de, Dictionnaire touareg-français, Paris, 1951-52 (4 vol.). (§. III, p. 1440).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

S. Chaker, « Aït (enfant de) », Encyclopédie berbère, 3 | Ahaggar – Alī ben Ghaniya, Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 383-384

Référence électronique

S. Chaker, « Aït (enfant de) », in Encyclopédie berbère, 3 | Ahaggar – Alī ben Ghaniya [En ligne], mis en ligne le 01 décembre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2381

Haut de page

Auteur

S. Chaker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page