Navigation – Plan du site
14 | Conseil – Danse - Gabriel Camps (dir.)
D
D04

Dahar

(Dos voir aussi D6 Dahra)
G. Camps
p. 2177

Entrées d’index

Mots clés :

Géographie, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Le Dahar tunisien (orthographe plus conforme à la prononciation que « dahra ») est un plateau qui, sur une largeur de 60 à 80 km, s’élève mollement vers l’est, au-delà de la cuvette des grands chotts algéro-tunisiens, en bordure de la Djeffara. Il se termine brusquement par une crête qui tranche les strates gréseuses et calcaires, couronnées par une corniche crétacée qualifiée de Djebel (Djebel Demer*). Du fait de cette faible élévation, le Dahar, mieux arrosé fait figure d’une île d’alfa au milieu d’un océan de steppes déjà désertiques. Le Sahara commence, en effet, au sud des Monts de Gafsa et à l’ouest du Dahar dont les reliefs sont alignés du nord au sud ; du fait de la pente générale les oueds ont tous des tracés parallèles orientés vers le sud-ouest. Dans leurs vallées, les terres accumulées par l’érosion offrent, après les rares pluies, de bons pâturages et sont très partiellement cultivées en céréales.

2Le pays est peuplé par d’anciens semi-nomades aujourd’hui presque totalement sédentarisés, les Ouderna, qui avec leurs voisins de l’est, les Touazin, forment l’essentiel de la puissante tribu des Ouer γemma. Ouderna et Touazin possèdent des greniers fortifiés faits de cellules voûtées mitoyennes (ghorfa). Ils exerçaient une suzeraineté sur les rares sédentaires Djabalia dont certains sont encore berbérophones. Leur caractère de vassaux est sanctionné par l’obligation du versement de taxes personnelles : quatre mesures de blé, autant d’orge et une mesure d’huile par agriculteur.

3Comme tous les Ouer γamma, les Ouderna, les Touazin, ainsi que les Merazig et les Ouled Yakoub, appartenaient, au xixe siècle au çof* Youssef. Tous les occupants du Dahar et du Djebel sont en voie de sédentarisation, mais si la construction de maisons en dur se généralise, la tente n’est abandonnée que lorsque les troupeaux ne fournissent plus de poil et de laine en quantité suffisante pour entretenir les flidj.

Haut de page

Bibliographie

Despois J., La Tunisie. Ses régions, Paris, 1961.

Martel A., Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie, 1881-1911, Paris, PUF, 1965.

Louis A., Tunisie du Sud. Ksars et Villages de crêtes, CNRS, Paris, 1975.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

G. Camps, « Dahar », Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2177

Référence électronique

G. Camps, « Dahar », in Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2360

Haut de page

Auteur

G. Camps

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page