Navigation – Plan du site
14 | Conseil – Danse - Gabriel Camps (dir.)
C
C111

Curubis

(Korba)
P. Trousset
p. 2157

Entrées d’index

Mots clés :

Antiquité, Tunisie
Haut de page

Texte intégral

1Cette ville antique située sur la côte orientale du Cap Bon, à l’emplacement de Korba, est mentionnée par plusieurs inscriptions comme col(onia) Iulia Curubis. Elle appartient à la série limitée des colonies romaines d’Afrique dont il est assuré que l’installation remonte effectivement à César. Auparavant, Curubis était une cité pérégrine, avec des sufètes (C.I.L. VIII, 10525), ce qui témoigne de son passé carthaginois. La ville avait été mise en état de défense par les Pompéiens : une inscription (C.I.L. VIII, 24099) mentionne des travaux de fortification réalisés vers 49-48 ; elle est aussi la première ville connue à avoir conclu par un des ses duumvirs – un affranchi qui porte un nom punique – un accord de patronat (hospitium) avec un citoyen romain. C’est l’indice d’une certaine continuité dans le recrutement ethnique des notables curubitains (Benabou 1976, p. 505).

2Parmi les vestiges de l’antiquité cité, a été signalé un aqueduc, dont les traces « se voyaient sur plusieurs kilomètres » à l’Ouest de la ville (A.A. Nabeul, n° 58) ; il traversait l’oued qui forme la limite de la ville par une sorte de pont-canal en blocage, décrit par Guérin (p. 241) et dont subsistaient des piles et des arcades. La conduite avait 35 cm de large et 22 de profondeur. Au Sud de la ville sur une colline nommé Makta-Hasin-bou-Maza, se trouvaient des carrières anciennes à ciel ouvert, dans lesquelles avaient été taillées des chambres voûtées sans doute funéraires.

3Le port dont l’existence est attestée par la mention des naviculaires de Curubis sur une mosaïque de la Place des Corporations à Ostie, devait se trouver près de l’embouchure de l’oued. Mais il n’est plus reconnaissable aujourd’hui.

4A l’époque chrétienne, la ville devint célèbre dans les Annales de l’Église d’Afrique pour avoir servi de lieu d’exil à saint Cyprien en 257. Ce fut là que l’évêque de Carthage eut, dès la première nuit de son arrivée la vision prophétique, rapportée par le diacre Pontius et par laquelle lui fut annoncée l’imminence de son martyre (Saumagne 1975, p. 149). Curubis était le siège d’un évêché, tenu par un donatiste en 411 (Lancel 1972, p. 133).

Haut de page

Bibliographie

Atlas Archéologique de Tunisie, feuille XXX, Nabeul, n° 61.

Benabou M., La résistance africaine à la romanisation, Paris, Maspero, 1976, p. 504-505.

Desanges J., Commentaire de Pline l’Ancien, H.N., V, 24, Paris, Belles Lettres, 1980, p. 225.

Gsell S., Histoire Ancienne de l’Afrique du Nord, Paris, t. VII, 1928, p. 36, t. VIII, 1930, p. 178.

Guerin V., Voyage archéologique dans la Régence de Tunis, 1862, 2, p. 241-244.

Lancel S., Actes de la Conférence de Carthage en 411, 1, Paris, éd. du Cerf, 1972.

Lassere J.-M., Ubique Populus, Paris, 1977, p. 146-147, 161-162.

Romanelli P., « Di alcune testimonianze epigrafiche sui rapporti tra l’Africa e Roma », Cah. de Tunisie, 31, 1960, p. 63-72, pl. II.

Saumagne Ch., Saint Cyprien évéque de Carthage, « Pape d’Afrique » (248-258), Paris, C.N.R.S., 1975, p. 149-154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

P. Trousset, « Curubis  », Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2157

Référence électronique

P. Trousset, « Curubis  », in Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2349

Haut de page

Auteur

P. Trousset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page