Navigation – Plan du site
14 | Conseil – Danse - Gabriel Camps (dir.)
C
C103

Croix d’Agadez

V. Beltrami
p. 2129-2133

Entrées d’index

Mots clés :

Artisanat
Haut de page

Texte intégral

1L’ornement connu sous le nom de « croix d’Agadez » représente l’exemple le plus populaire d’une catégorie de bijoux sud-sahariens fabriqués particulièrement par le Touareg Kel Aïr et Kel Geress, en argent, en métal moins noble ou en pierre tendre. Seuls quelques-uns de ces bijoux ressemblent vraiment à une croix : en effet, pour la plupart d’entre eux, il s’agit d’un pendentif à silhouette variée, apparentée soit à une croix (tanaγilt), soit à une forme de plaque ou de bouclier (talhakim).

2Le bijou le plus communément appelé « croix d’Agadez » est composé d’une partie supérieure en forme d’anneau, dont le sommet se termine en pointe flanquée de part et d’autre de deux petites cornes, et d’une partie inférieure en forme de losange plat aux bords concaves, terminés par trois petites protubérances coniques.

3Les forgerons (inaden) fabriquent ces taγilt en argent en utilisant le procédé dit « à la cire perdue » (il ne faut jamais marteler le métal !) et les appellent aussi tasagalt, ce qui signifie « coulée dans un moule ». Une dénomination tamashek alternative, mais qui désigne les pendentifs en général, est zakkat (plur. zakkatin), le terme hawsa « kaulé » est aussi répandu au Sahel. Dans le territoire de l’Aïr, on connaît plusieurs modèles de tanaγilt, dont la dénomination est généralement en relation avec des groupes tribaux touaregs ou des toponymes.

4Les bijoux en pierre tendre et ceux découpés dans des plaquettes de cuivre, d’aluminium ou d’autre métal sont le plus souvent connus sous le nom de talhakim : leurs dénominations correspondent à celle des tanaγilt et leurs valeurs symboliques sont probablement les mêmes. Les modèles en pierre pourraient bien représenter des archétypes de l’ornementation, conçus avant l’apparition de l’argent et reproduits ensuite en métal noble ou plus ou moins vulgaire.

5Les Européens qui ont traversé l’Aïr et le pays hawsa ont longtemps ignoré ces « croix ». G. Lyon (1821) remarque seulement que les « Touaregs ont des ornements en argent » ; J. Richardson (1848) parle de « colliers », qu’il ne décrit pas ; aucune allusion n’est faite par Barth (1855), Von Bary (1876-77), C. Jean (1909), G. de Gironcourt (1912), F. de Zeltner (1912), A. Buchanan (1921). Seul F. Fourreau (1902) mentionne des colliers « composés de petites plaques triangulaires » et R. Chudeau (1909) cite un pendentif en forme de croix, au cou d’une femme des Kel Akara, imγad del Kel Ferwan. F. Rodd semble être le premier à avoir décrit, en 1926, la « croix d’Agadez » et, après lui, divers autres auteurs ont consacré aux tanaγilt et aux talhakim de nombreux articles.

Différents types de talhakim

Différents types de talhakim

Différents types de talhakim

Différents types de talhakim

Différents types de tanaγilt

Différents types de tanaγilt

Croix d’Agadez (Photo G. Camps)

Croix d’Agadez (Photo G. Camps)

6Les tanaγilt – comme d’ailleurs la « croix d’Agadez » qui en est l’exemplaire par excellence – sont donc généralement composées d’un anneau supérieur et d’un corps inférieur. L’anneau se distingue par le nombre, la forme et la localisation des appendices ou « cornes ». Le corps est différent selon les modèles (la liste semi-officielle du Musée national de Niamey en dénombre vingt-trois) et les surfaces plates sont toujours décorées de motifs typiques des bijoux touaregs.

7Les talhakim en pierre tendre ont donc une forme de plaque ou de bouclier, avec des bords linéaires ou convexes et des angles plus ou moins arrondis. Les modèles en cuivre, aluminium ou autre métal ressemblent plus ou moins à ceux en pierre. Toutes les talhakim ont la partie supérieure percée et la surface antérieure décorée de motifs, traditionnels ou non. Elles n’ont pas été inventoriées mais on peut en dénombrer près de trente modèles.

8Une analogie formelle évidente existe entre les tanaγilt en argent coulé « à cire perdue » et les anneaux touareg à chaton triangulaire en cornaline ou en stéatite -parfois confondus avec les talhakim, très anciens dans la tradition saharienne et sahélienne et que les Hawsa connaissent aussi sous le nom de telhatana ou talhatana. Une autre analogie est d’ailleurs évidente avec la pierre terminale des pendentifs tsagur des femmes touaregs Kinin du Darfour, et avec celle, en cornaline, des nakhli, pendentifs indiens des Garo de l’Assam. Une parenté existe aussi avec les croix tréflées du Maroc (idyé), de Mauritanie (moqdad), du Fouta Toro (tabousaro) et des Songhaï de Tombouctou (ωalataidye). Enfin, et toujours à ne pas confondre avec les tanaghilt, il y a la « grande croix » (tadnit ou egru) des Kel Aïr, les bijoux particulièrment variés, en forme de clefs, en argent martelé, des Touaregs du Mali (G. Dieterlen et Z. Ligers) ; les plaques carrées (taperkit) des femmes d’Agadèz ; les losanges composant les colliers gajiωa des femmes Kel Owey.

9L’usage actuel des tanaγilt et des talhakim est restreint aux Kel Aïr, aux Kel Geress et aux Peuls, Hawsa et Goberfdawa vivant dans la région d’Agadez et les plaines au sud de l’Ihrazer. Ces bijoux sont rares et presque ignorés par les autres Touareg, en particulier les Kel Ahaggar et les Kel Ajjer. En tant qu’ornements, ils sont suspendus au cou ou, notamment dans le cas des tanaγilt, fixés au voile des femmes, sur le front, mais renversé, c’est-à-dire avec la pointe vers le haut.

10Toute question sur leur symbolique posée aux propriétaires ne suscite généralement que des réponses vagues. H. Lhote est opposé à l’idée que ces bijoux puissent avoir une valeur de talisman ou de symbole sexuel. Ils pourraient ne représenter qu’une « réserve de richesse », et il faut reconnaître à cet égard que les Touareg les vendent facilement si l’offre est convenable.

11Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les Kel Aïr reconnaissent que la partie antérieure de leur rahla ressemble à une croix renversée, que certains lui attribuent une fonction de gri-gri et, enfin, que G. Dieterlen et Z. Ligers ont repéré des situations où le père aurait donné le bijou à son fils en âge de virilité, de mariage et de nomadisme, en lui disant : « Mon fils, je te donne les quatre directions du monde, car on ne sait où tu iras mourir ».

Haut de page

Bibliographie

Arkell J.A., « Some Tuareg ornaments and their connection with India », J. Roy, Anthrop. Institute, 65, 1935, 297-306.

- « Forms of talhaqim and tanaghilt as adopted from the Tuareg by various west African tribes », J. Roy, Anthrop. Institute, 65, 1935, 307-309.

Beltrami V., Una corona per Agadès, Università, Chieti, 1982.

- « La “Croce” di Agadès : simbolismi e paralleli di un tipico gioiello saheliano », Collona di studi africani, Istituto italo-africano, Roma, 1986.

Bernus E., « Touaregs nigériens. Unité culturelle et diversité régionale d’un peuple pasteur », Mém. Orstom, Paris, 1981.

De Zeltner F., « Objets en pierre polie de l’Aïr », Bull. Mém. Soc. Anthropol, 3, 1912, 394.

Dieterlen G, Ligers Z., « Contribution à l’étude des bijoux touareg », J. Soc. Africanistes, 42, 1972, 29-54.

Dudot B., « Notes sur la croix d’Agadès », Nous Africaines, 68, 1955, 106-108.

Es Saharoui « La croix d’Agadès », Bull. Liaison Saharienne, n° 17, 1964, 121-126.

Mauny R., « Autour de la Croix d’Agadès », Notes Africaines, 65, 1955, 15-19.

Milburn M., « The rape of the Agadès cross : modem metal and stone pendants of Northern Niger », Almogaren, LX-X, 1978-1979, 134-154.

Roche (de la) J., « Notes sur les origines de la Croix d’Agadès », Bull. Liaison Saharienne, 8, 1955, 1.

Santoni N, La croix d’Agadès, Imprimerie Nationale du Niger, Niamey, 1976.

You R., « Croix d’Agadès », Notes Africaines, 66, 1955, p. 39.

Zeltner (de) F., « La bijouterie indigène en Afrique Occidentale », J. Soc. Africanistes, 1, 1931, p. 43-49.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Différents types de talhakim
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2338/img-1.png
Fichier image/png, 281k
Titre Différents types de talhakim
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2338/img-2.png
Fichier image/png, 276k
Titre Différents types de tanaγilt
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2338/img-3.png
Fichier image/png, 283k
Titre Croix d’Agadez (Photo G. Camps)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2338/img-4.png
Fichier image/png, 434k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

V. Beltrami, « Croix d’Agadez », Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2129-2133

Référence électronique

V. Beltrami, « Croix d’Agadez », in Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2338

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page