Navigation – Plan du site
14 | Conseil – Danse - Gabriel Camps (dir.)
C
C97

Cottae

KΏTHΣ
M. Euzennat
p. 2111

Entrées d’index

Mots clés :

Maroc
Haut de page

Texte intégral

1Pline, V, 2, mentionne, « au-delà des Colonnes d’Hercule », un oppidum disparu de son temps, auquel il donne le nom de Cottae, toponyme qu’on retrouve en XXXII, 15, ne désignant qu’un locus « non loin du fleuve Lixos ». Peut-être faut-il y reconnaître le souvenir de la Γύττη du Périple d’Hannon, 5, un des cinq comptoirs fondés par le Carthaginois au sud du cap Soloeis*, aujourd’hui cap Spartel, le cap des Vignes (Ampelusia) de Mela, I, 5, mais aussi le cap Kôtès de Strabon, XVII, 3, 2 et 7 et de Ptolémée, IV, 1,1. Le Périple de Scylax, 112, désigne en revanche sous le même nom de Kôtès un golfe qu’on s’accorde à situer au-delà du cap, entre celui-ci et le cap d’Hermès / ‘Eρµαια* άϰρα, l’actuel Ras el-Kouas, à l’embouchure de l’oued Garifa/Rharifa. Ces ambiguïtés, rapprochées du pluriel άι Kώτεις/Cottae employé à la fois par Strabon et par Pline, pourraient autoriser à croire que le toponyme désignait toute la région qui s’étend du cap Spartel à l’oued Garifa.

2On ne connaît aucun habitat méritant le nom d’oppidum ou de comptoir au sud du cap Spartel, mais une importante nécropole du viie au ve siècles avant J.-C, proche du village actuel de Djebila, au sud du Ras Achakar, pourrait témoigner de son existence. C’est néanmoins sans aucune raison qu’on a donné le nom de Cotta aux restes d’un important établissement de salaison de poissons situé à proximité. Il faut aller ensuite jusqu’à l’embouchure de l’oued Tahadart puis jusqu’à Ras el-Kouas* pour trouver des ruines notables, la plupart d’époque romaine.

Haut de page

Bibliographie

Desanges J., Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique, Rome, 1978, p. 111-112, 392, 412.

Euzennat M., « L’archéologie marocaine de 1958 à 1960 », B.A.M., t. 4, 1960, p. 531-532, Id., art. « Jibila (“Cota”) », The Princeton Encyclopedia of Classical Sites, R. Stillwell éd., Princeton, 1976, p. 426.

Pline l’Ancien, Histoire naturelle, Livre V, 1-46, 1re partie (L’Afrique du Nord), texte établi, traduit et commenté par J. Desanges, Paris, 1980, p. 44 et 81-82.

Ponsich M., Nécropoles phéniciennes de la région de Tanger, Rabat, 1967, p. 141-145.

Ponsich M., Recherches archéologiques à Tanger et dans sa région, Paris 1970, p. 72-76, 206-212, 313-335.

Ponsich M., et Tarradell M., Garum et industries antiques de salaison dans la Méditerranée occidentale, Paris, 1965, p. 55-68.

Rebuffat R., « D’un portulan grec du xvie siècle au Périple d’Hannon », Karthago, t. XVII, 1976, p. 146-147.

Roget R., « Index de topographie antique du Maroc », Publication du Service des Antiq. du Maroc, t. 4, 1938, p. 33-35.

Tissot Ch., « Recherches sur la Géographie comparée de la Maurétanie Tingitane », Mém. Acad. des Inscriptions, Savants étrangers, IX, 1878, p. 187-189 et 195-196.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

M. Euzennat, « Cottae », Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2111

Référence électronique

M. Euzennat, « Cottae », in Encyclopédie berbère, 14 | Conseil – Danse [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2333

Haut de page

Auteur

M. Euzennat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page