Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C82

Colactation

(pacte de « Tad’a »)
C. Agabi
p. 2046-2047

Entrées d’index

Mots clés :

Famille, Femme, Parenté
Haut de page

Texte intégral

1L’alliance par colactation a été mise en lumière chez les Berbères du Maroc central par G. Marcy. Les populations du groupe braber en particulier les Zemmour désignent cette pratique sous le nom de tad’a, que les Ayt ‘Atta prononcent tat’a. Le mot dépend de la racine dded (ou tted) qui signifie « têter, absorber par succion ». Chez les populations du haut Atlas, le mot tadd’a est concurrencé par celui de tafergant dérivé du verbe freq qui, comme l’a montré H. Belgazi, signifie primitivement « clôturer » et dans un sens dérivé « protéger ». Les deux mots paraissent avoir des sens sinon différents du moins assez éloignés mais l’analyse de la pratique de la tad’a révèle qu’elle a précisément pour objet d’assurer la paix et de protéger ceux qui en bénéficient.

2La tad’a est essentiellement un lien bilatéral, une alliance intertribale qui se concluait, à l’origine, par le recours au symbole de la colactation. Celle-ci créait un lien puissant de la même force que ceux qui naissent de la parenté de sang. Ceux qui pratiquaient la tad’a devenaient donc au sens plein « frères de lait ». Cette conception dépasse largement le monde berbère marocain ; on en trouve des applications aussi fortes (rida’a) chez les Arabes bédouins, avant et après la Révélation.

3Sans connaître exactement le contenu symbolique de cette alliance, le capitaine Coursimault avait, dès 1916, signalé chez les Zemmour « une sorte d’alliance à caractères religieux et sacré qu’ils nomment ttatta. Cette alliance existait autrefois entre deux individus... elle n’a plus lieu qu’entre deux tribus ou fractions ». Il avait raison d’insister sur le caractère sacré de l’alliance ; encore aujourd’hui lors de la cérémonie de colactation, un saint personnage, par sa seule présence, contribue à sacraliser la décision.

4Dans l’étude la plus récente, H. Belgazi aboutit à la conclusion logique que « fondée sur un ensemble de pratiques et de croyances populaires, la tad’a est une vieille institution tribale à caractère sacré qui, en protégeant les individus, les groupes et leurs biens matériels contre l’agression et les convoitises extérieures, sert à maintenir l’équilibre intertribal et intratribal ».

5La cérémonie consacrant la tad’a se déroulait en trois temps. La première phase consistait en un rassemblement autour d’un kerkour* ou d’un sanctuaire. Ce rassemblement pouvait conserver le souvenir d’affrontements ou de rivalités anciennes, reproduits sous une forme ritualisée, le plus souvent la fête ne retient de cette animosité ancienne que l’image d’une fantasia accompagnée de chants et de danses.

6La seconde phase, qui est la tad’a proprement dite est un repas consommé en commun par les deux groupes. Les informateurs de H. Belgazi ont un souvenir assez précis qui confirme pleinement les données de G. Marcy : le couscous du repas était arrosé du lait des femmes des deux groupes. Dans certaines tribus le lait était remplacé par le miel, mais il est sûr que, comme son nom l’indique, la tad’a, assimilée à la tétée du nourrisson, était à l’origine une vraie colactation afin que les membres des deux tribus ou fractions se sentent devenus frères. Pour accentuer encore la symbolique, pendant le repas, les femmes réunies entre elles, échangent, entre les deux groupes, leurs nourrissons. Ailleurs, chez les Ayt Mtir, les deux groupes goutaient dans une même écuelle le lait mêlé de sept femmes de chaque groupe. La tad’a confine dans certaines traditions au merveilleux, ainsi les Hmid des Beni Ahsen et les Beni Ounzar des Zemmour se considèrent frères (utad’a) parce que leurs ancêtres avaient absorbé ensemble le lait miraculeusement sécrété par un saint populaire, Bou Khassi.

7La troisième phase, connue aussi bien chez les Zemmour que chez les Ayt ‘Atta, est intimement liée au repas communiel et se déroule dans les mêmes lieux ; c’est le tirage au sort des chaussures. Les sandales droites des participants forment deux tas cachés chacun par un burnous. Les notables tirent simultanément une sandale de chaque tas, leurs propriétaires se trouvent alors personnellement unis par le pacte de fraternité, quels que soient leurs niveaux sociaux. Désormais, pour le frère d’alliance, la personne de l’utad’a est sacrée en tout lieu et quelles que soient les circonstances. Ainsi l’alliance collective déterminée entre les deux groupes dans la colactation communielle se trouve confortée par les multiples fraternités individuelles consacrées par le tirage au sort des sandales.

8Les pactes par colactation n’ont été signalés qu’au Maroc et particulièrement chez les Braber semi-nomades, mais de rares éléments laissent entendre que cette pratique d’un symbolisme archaïque, qui s’est maintenue sous des formes diverses dans plusieurs régions du monde, était plus largement répandue chez les anciens Berbères. G. Marcy avait déjà rappelé le geste hautement symbolique de la Kahina* qui, ayant décidé d’adopter le jeune guerrier arabe Khaled, lui aurait dit selon le Bayân (trad. Fagnan, t.I, p. 29-30) : « Je veux te donner de mon lait pour qu’ainsi tu deviennes le frère de mes deux fils... Chez nous tous, Berbères, la parenté de lait confère un droit réciproque d’hérédité ». On notera cette affirmation sur l’universalité de la colactation chez les Berbères. Dans la pratique elle se contenta de faire consommer par ses fils et Khaled une galette d’orge placée sur son sein ; ce qui révèle, semble-t-il, que la colactation était déjà, chez les Jerawa du viie siècle, une pratique fort ancienne qui avait subi une altération permettant de remplacer la tad’a effective par un simple geste symbolique.

Haut de page

Bibliographie

Belgazi H., Pratique et désuétude de la Tad’a chez les Zemmour, (manuscrit inédit).

Brunot H. et Bousquet G.H., « Contribution à l’étude des pactes de protection et d’alliance chez les Berbères du Maroc central », Hespéris, t. 32, 1945, p. 63-68.

Coursimault Cap., « La Ttatta », Arch. berb., t. 2, p. 261-263.

khettouch M., « Le pacte de solidarité intertribale : Tada », Lamalif, n° 132, 1982, p. 58.

Lesne M., Évolution d’un groupement berbère, les Zemmour, Rabat, 1959, p. 58.

Marcy G, « L’alliance par colactation (t’ada) chez les Berbères du Maroc central »,Actes du IIe Congrés de la fédération des soc. sav. de l’Afrique du Nord, Tlemcen, 1936, p. 957-973.

Westermarck E., Les cérémonies du mariage au Maroc, Paris Leroux, 1921.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

C. Agabi, « Colactation  », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2046-2047

Référence électronique

C. Agabi, « Colactation  », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2310

Haut de page

Auteur

C. Agabi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page