Navigation – Plan du site
13 | Chèvre – Columnatien - Gabriel Camps (dir.)
C79

Çoff

A. Martel
p. 2031-2035

Texte intégral

1Dans l’ensemble du Maghreb, entre les tribus et le pouvoir étatique difficilement admis, s’interposent d’autres clivages qui ont joué un rôle non négligeable. Ce sont les çoffs appelés leffs au Maroc, deux mots arabes (ils signifient respectivement « file » et « enveloppe ») désignant une structure sociale qui n’existe pas seulement chez les Berbères. Elle était particulièrement développée chez les Bédouins du Sud tunisien et du « Sahara de Constantine » comme le nommaient les auteurs du xixe siècle.

2Les tribus ne restent pas, en effet, isolées ; la plupart adhèrent à des sortes de ligues, les çoffs, qui se révèlent d’une grande permanence. Mais il faut préciser que les fractions d’une même tribu peuvent appartenir à des çoffs différents. Ils répondent à des clivages socio-politiques dont l’origine se perd dans le nuit des temps mais qui sont ravivés périodiquement par des conflits internes ou externes aux États. Ainsi, dans le Sud tunisien il existait traditionnellement deux çoffs qui jouèrent un rôle historique important. Ils étendaient leurs ramifications à la Tunisie du Nord, à l’Algérie orientale et à la Tripolitaine. Ce sont le çoff Cheddad et le çoff Youssef. On serait tenté, après d’autres, de rechercher si cette partition n’est pas d’origine ethnique et ne repose pas sur une opposition entre Berbères et Arabes. Certains le prétendent et font du çoff Youssef le clan arabe et du çoff Cheddad celui des Berbères, mais cette dichotomie ethno-sociologique ne résiste pas à l’analyse : dans le Djebel Nefoussa, la tribu arabe des M’hamid donne des chefs aux deux çoffs rivaux et les Nouaïls, d’autres arabes, appartiennent au çoff Cheddad. En Tunisie méridionale le çoff Cheddad était celui qui regroupait le plus d’Arabes alors que le çoff Youssef avait, contre toute attente, une dominante berbère.

3Il faut bien reconnaître que ces clivages d’origine incertaine sont fort anciens. Les çoff semblent avoir existé dès le xie siècle ; il n’est pas impossible qu’ils remontent aux rivalités reconnues entre les tribus bédouines hilaliennes et solaym dès avant leur pénétration au Maghreb. Cette hypothèse n’étant pas en contradiction avec celle qui explique l’apparition des çoffs par l’existence de ligues antérieures chez les Berbères.

4Il est remarquable que ces clivages rejouent automatiquement à chaque crise. En Tunisie méridionale, aux xvie et xviie siècles, les çoffs prirent position pour ou contre le pouvoir ottoman venu de la mer, l’acceptant ou le rejetant en fonction de critères antérieurs ; ce qui, en définitive, justifiait la progression du pouvoir ottoman jusqu’aux lisières du Sahara. Au xviiie siècle, lors de la révolte d’Ali Pacha contre le bey Hussein (1729) et des troubles qui subsistèrent jusqu’en 1756, les Tunisiens se divisèrent en deux çoffs hostiles, les Bachia partisans d’Ali Pacha et les Hassinia partisans d’Hussein. Dans le sud le çoff Cheddad fit cause commune avec les Bachia, tandis que les Hassinia se recrutaient parmi les Youssef.

5En Algérie orientale, le clan des Ben Gana, qui avait rallié Touggourt, les Larbaa et les Hanencha s’appuyait sur le çoff Youssef ; leurs adversaires, les Bou Okkaz, que suivaient les Troud, les Chaanba et les habitants des oasis de Temacine et d’El Oued bénéficiaient du concours du çoff Cheddad. Vers l’est, le même clivage gagnait, par des alliances de proche en proche, les régions du Fezzan et des Syrtes où le clan des Ouled Sliman et celui d’El Fogghi étaient dans la mouvance du çoff Cheddad, alors que les çoffs Maghara et El Behar étaient alliés aux Youssef. Ainsi de la grande Syrte à Ouargla, deux grands regroupements s’opposaient traditionnellement et continûment sur toutes les questions politiques.

6A Tunis, Tripoli et Constantine, les tribus hostiles aux pachas turcs, regroupées dans le çoff Youssef, ont soutenu l’accession au pouvoir de beys « nationaux ». Mais dans l’ensemble ceux-ci ont opposé l’intérêt de l’État aux rivalités entre les ligues et n’ont jamais sacrifié leurs adversaires, les Cheddad, à leurs partisans, les Yousssef. Au xixe siècle, les Français ont repris avec succès le système turc de gouvernement dans le « Sahara de Constantine ». Mais la nature de leur pouvoir et leur non appartenance à l’Islam ont changé les caractères des oppositions : les révoltes fiscales, quasi rituelles dans les temps ottomans, sont devenues Jihad, et après 1871, les Français ont abandonné ce système pour celui de l’administration directe.

7Ainsi, contrairement aux apparences, les forces vives du monde bédouin ne se sont pas opposées prioritairement aux pouvoirs beylicaux, ottomans, français. Elles se sont usées dans les recherche d’un équilibre de puissance entre les çoffs.

8Tous les çoffs n’ont pas l’étendue et le rayonnement de ceux du Sud tunisien et des régions voisines ; en Kabylie, les çoffs regroupent des tribus mais divisent parfois les villages. Au Maroc, les leffs ont les mêmes caractères et la même importance sociale. Comme les çoffs, ils établissent des clivages horizontaux à travers les fédérations et tribus, regroupant fractions et grandes familles dans des alliances parfois plus durables que les structures initiales. Ces alliances sont confirmées par des pactes de tat’a qui créent entre tribus ou fractions des liens de parenté fictive. Cette parenté est parfois affirmée par des gestes symboliques comme celui de la colactation*. Autre précaution ou assurance contre le danger venu de l’extérieur du groupe, le pacte d’anaïa* place l’individu ou la famille sous la protection d’un puissant ou d’un chef religieux. Le bénéficiaire pouvait voyager sans crainte, même dans une tribu ennemie, à condition que celle-ci reconnaisse l’autorité de qui émanait l’anaïa.

9R. Montagne avait établi une théorie selon laquelle les leffs seraient les éléments complémentaires d’un dualisme équilibré se répandant en larges zones à travers le monde berbère sédentaire. Il montrait que ses applications étaient très variables et leurs modalités inégalement observées, tantôt tyranniques, tantôt laxistes. C’est dans l’Anti-Atlas que l’opposition serait la plus forte entre deux leffs traditionnels, les Taziggult et les Tah’oggwat. Mais J. Berque, après avoir étudié le contenu sémantique du mot leff, proposait une définition plus analytique et plus nuancée. Le leff ne peut être l’équivalent du chleuh « amqqum », ce dernier doit être compris comme une alliance guerrière, coalition plus ou moins durable et souvent simple combinaison épisodique. Les leffs seraient plutôt des « fraternités », impliquant les groupes plus que les individus et l’auteur insiste sur la continuité de ces alliances.

« La synthèse qui s’y découvre entre notions telles que rites judiciaires, serments pluraux, alliances, ségrégations ou extensions de collectivités restitue sans doute la vraie atmosphère du leff » (J. Berque, p. 426).

10Débordant le cadre de l’Atlas marocain, J. Berque reconnaît « un vaste contexte analogique » dans une aire allant du Sahara au littoral méditerranéen. Les observations faites dans le Sous, le Rif, la Kabylie ressortent du même ensemble institutionnel que les hiérarchies reconnues entre les tribus mauritaniennes, les relations de « protection » entre nomades sahariens et jardiniers des oasis ou le dualisme entre Imouhar et Imghad chez les Touaregs. Il remarque, au passage, que le système d’alliance en leffs n’est pas d’une rigoureuse symétrie et que, par exemple, il est plus « chic » d’être Tazzigult que Tah’oggwat. Soulignant les nombreuses variations reconnues entre les différents systèmes de leff, il oppose la structure marocaine au çoff algérien, et particulièrement kabyle, qui a été non seulement popularisé dans la littérature coloniale mais encore « européanisé » par sa traduction dans le système électoral.

LES LIGUES DE TRIBUS AU MAGHREB ORIENTAL (vers 1860)
(Essai de classement)

LES LIGUES DE TRIBUS AU MAGHREB ORIENTAL (vers 1860)(Essai de classement)
Haut de page

Bibliographie

1. Généralités. Origines

Berque J., « Qu’est-ce qu’une tribu nord-africaine », Éventail de l’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre, 1953, vol. 1, pp. 261-271.

Brunschvig R., La Berbérie orientale sous les Hafsides, des origines à la fin du xve siècle, Paris, 1940-1947, 2 vol. 

Carette A., Recherches sur l’origine et les migrations des tribus de l’Afrique septentrionale. Exploration scientifique de l’Algérie, Paris, 1853.

Daghfous R., « De l’origine des Banu Hilal et des Banu Sulaym », Cahiers de Tunisie, XXVI, n° 91-92, 1975, pp. 41-68.

Despois J., « Géographie et histoire en Afrique du Nord, retouches à une thèse », Éventail de l’histoire vivante. Hommage à Lucien Febvre, 1953.

Gauthier E.F., Le passé de l’Afrique du Nord, les siècles obscurs du Maghreb, Paris, 1937. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères (trad. de Slane), 3 t., Alger, 1852-1856, (nlle éd., Paris, 1968).

Idris H.R., La Berbérie orientale sous les Zirides aux xe, xiie siècles, 2 t., Paris, 1962.

Julien Ch.A., Histoire de l’Afrique du Nord, de la conquête arabe à 1830, 2e éd., revue et mise à jour par R. Letourneau, Paris, 1965.

Marcais G., Les Arabes en Berbérie du xie au xive siècle, Paris-Constantine, 1913.

Marcy G, « L’institution berbère des leffs ou soffs », Éducation algérienne, 1941, p. 24-27.

Mercier E., Histoire de l’établissement des arabes dans l’Afrique septentrionale, Paris-Constantine, 1875.

2. Le Maroc

Berque J., Structures sociales du Haut-Atlas, Paris, P.U.F., 1955.

Justinard Col., « Notes sur l’Histoire du Sous au xvie siècle », Archives marocaines, 1933, p. 59-73.

Montagne R., Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc, Paris, Alcan, 1930.

Montagne R., « Les leffs berbères au début du xviiie siècle », Hespéris, 1941, p. 92 sq.

3. L’Algérie

Bou Aziz Ben Gana, Le cheikh el Arab, étude historique sur la famille des Ben Gana, Alger, 1930.

Boyer P., « Introduction à une histoire intérieure de la Régence d’Alger », Revue Historique, 478, 1966, pp. 297-316.

Cauneille A., Les Chaanba, Mémoire C.H.E.A.M., Paris, 1968.

Cauvet Cdt, « Le Sud Constantinois », Bull, de la Soc. Géogr. d’Alger, 1929.

Devaux C., Les Kebaïles du Djerdjera, Paris, 1859.

Feraud L.C., Kitab el Adouani ou Le Sahara de Constantine et de Tunis, Paris, 1868.

Feraud L.C., Le Sahara de Constantine, notes et souvenirs, Alger, 1887.

Hanoteau A., et Letourneux A., La Kabylie et les coutumes kabyles, Paris, Challamel, 1893.

Huguet, « Les çoffs du Tell, du Sud et du Sahara », Rev. de l’École d’Anthropologie, nov. 1907.

Martel A., « A propos du Sahara de Constantine (1830-1880). Rivalités de çoffs et interprétation de documents », Maghreb et Sahara (hommage à J. Despois), Paris, 1973, p. 271-282.

Raymond A., « Les provinces arabes, xvie-xviiie siècle », in R. Mantran, Histoire de l’Empire Ottoman, Paris, 1989, pp. 341-420.

Rinn L., Histoire de l’insurrection de 1871 en Algérie, Alger, 1891.

Temini A., Le beylik de Constantine et Hadj Ahmed Bey, Tunis, 1978.

Valensi L., Le Maghreb avant la prise d’Alger, Paris, 1969.

Yacono X., Les Bureaux Arabes et l’évolution des genres de vie indigènes dans l’ouest du Tell algérien, Alger, 1953.

Yacono X., « L’histoire moderne et contemporaine du Maghreb dans les archives arabes et turques », Rev. Historique, 508, 1973, pp. 403-416.

4. La Tunisie

Abdesselem Ah., Les historiens tunisiens des xviie, xviiie et xixe siècles, essai d’histoire culturelle, Tunis, 1973.

Abdurrahman Çayci, La question tunisienne et la politique ottomane, 1881-1913, Erzurum, 1963.

Chater Kh., Insurrection et répression dans la Tunisie du xixe siècle. La mehalla de Zarrouq au Sahel, 1864, Tunis, 1978.

Cherif M.H., Pouvoir et Société dans la Tunisie de Husayn Bin Ali (1705-1740), Tunis, 2 vol. , 1984-1986.

Despois T., Sahel et Basse Steppe, Paris, 1940.

Ganiage J., « La population tunisienne vers 1860, essai d’évaluation d’après les registres fiscaux », Études Maghrébines, mélanges Ch. A. Julien, Paris, 1964, pp. 165-198.

Henia A., Le Grid, ses rapports avec le beylik de Tunis (1676-1840), Tunis, 1980.

Karaoui H., Pouvoir et dissidences rurales dans la Tunisie du xixe siècle, Tunis, s.d.

Mahjoubi A., L’établissement du protectorat français en Tunisie, Tunis, 1977.

Mantran R., « L’évolution des relations entre la Tunisie et l’Empire Ottoman du xvie au xixe siècle », Cahiers de Tunisie, n° 26-27, 1959, p. 319-334.

Mantran R., Inventaire des documents d’archives turcs du Dar el bey (Tunis), Paris, 1961.

Martel A., Les confins saharo-tripolitains de la Tunisie, 1881-1911, Paris, 1965, 2 t.

Martel A., « Le Makhzen du Sud tunisien en 1881-1911 », Cahiers de Tunisie, 1960, t. 32, p. 7-30 ; 1963, t. 43, p. 63-70 ; 1966, t. 53-56, p. 89-142.

Monchicourt Ch., La région du Haut-Tell en Tunisie, Paris, 1913.

Rebillet F., Le Sud de la Tunisie, Gabès, 1886.

Zaccone P., Notes sur la Régence de Tunis, 1875.

5. La Tripolitaine

Agostini E. de, Le populazioni della Tripolitania, Tripoli, 1917.

Feraud L.C., Les Annales tripolitaines, Alger, 1928 (rédigées vers 1885).

Kaddour Larby Mamelouk, « Notes succintes sur les tribus tripolitaines situées entre la frontière tunisienne et le méridien de Tripoli », Revue Tunisienne, IX, 1907.

Leone E. de, La colonizzazione dell’Africa del Nord, 2 t., 1957 et 1960 (t. 2).

Rossi E., Storia di Tripoli e della Tripolitania dalla conquista araba al 1911, Rome, 1968 (rédigée 1920-1930).

Haut de page

Table des illustrations

Titre LES LIGUES DE TRIBUS AU MAGHREB ORIENTAL (vers 1860)(Essai de classement)
URL http://encyclopedieberbere.revues.org/docannexe/image/2309/img-1.png
Fichier image/png, 258k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

A. Martel, « Çoff », Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien, Aix-en-Provence, Edisud, 1994, p. 2031-2035

Référence électronique

A. Martel, « Çoff », in Encyclopédie berbère, 13 | Chèvre – Columnatien [En ligne], mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://encyclopedieberbere.revues.org/2309

Haut de page

Auteur

A. Martel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page